Le Véritable Âge d’Aïsha: 48 ans et non pas 6 ans!!!

La croyance générale établie est que le prophète Muhammad, à 50 ans passé (l’âge exacte diffère d’une version à l’autre, mais dans toutes les versions, le prophète avait plus de 50 ans), se serait marié avec Aïsha, alors âgée de 6 ans, et aurait consommé son mariage avec elle à ses 9 ans, et qu’il avait 25 ans lorsqu’il aurait contracté son premier mariage avec Khadija, qui était alors âgée de 40 ans.

C’est seulement dans les Hadiths que l’on apprend qu’Aïsha et Khadija avaient respectivement 6 et 40 ans lors de leurs mariages avec le prophète. Aucune autre source extérieure aux Hadiths ne vient corroborer cette assertion, et le Coran ne mentionne ni les âges,  ni les prénoms des femmes du prophète.

Aïsha a rapporté que le prophète l’a épousée quand elle avait six ans et qu’il consomma son mariage quand elle avait neuf ans, et qu’elle resta avec lui durant neuf années (c’est à dire jusqu’à sa mort). Sahih Bukhari Vol. 7, L. 62, No 64

Aïsha a rapporté que le prophète l’a épousée quand elle avait six ans et qu’il consomma son mariage quand elle avait neuf ans. Hisham a dit: J’ai été informé qu’Aïsha est restée avec le Prophète pendant neuf ans (c’est à dire jusqu’à sa mort). Sahih Bukhari Vol 7, L 62, No 65

Muhammad Ibn Omar [al-Waqidi] a rapporté que al-Munzar Ibn Abdullah al-Hizami a rapporté de Moussa Ibn Uqba Abi Habiba, l’esclave qui a été affranchi par Al Zubair a dit qu’il a entendu Hakim Ibn Hizam dire: “Le Messager d’Allah s’est marié avec Khadija alors qu’elle avait 40 ans et lui 25. Khadija avait 2 ans de plus que moi. Elle est né 15 ans avant l’épisode de l’éléphant et moi je suis né 13 ans avant.” Ibn Sa’d, Muhammad, Tabaqat al-Kubra, Beirut: Dar al-Kotob al-Ilmiyya, 1990, Vol.8, 13

User de sa propre raison et reflexion

Si les musulmans usaient de leur propre raison et discernement, plutôt que de persister à suivre aveuglement les grands savants de l’islam et leur soi disant “Sounnah du prophète“, ils réaliseraient sans mal que beaucoup de leurs croyances, notamment cette calomnie contre le prophète, ne sont que pures inventions du Diable. Allah nous prescrit qu’il ne faut pas être guidé par nos propres désirs, mais plutôt par la vérité, même si celle-ci va à l’encontre de nos propres croyances établies.

Ne suivez donc pas les passions. S4:V135

Beaucoup de gens égarent, sans savoir, par leurs passions. S6:V119

Et ils dirent: «Si nous avions écouté ou raisonné, nous ne serions pas parmi les gens de la Fournaise». S67:V10

C’est ainsi que Nous exposons clairement nos signes pour des gens qui raisonnent. S30:V28

Le fait que les hadiths relatifs à l’âge d’Aïsha soient classifiés comme étant “Shih/Authentiques“, ne nous dispense pas de les soumettre à notre sens critique. Allah nous invite à soumettre à notre sens critique la moindre information qui nous parvient, y compris ce qui provient du Coran, car toute croyance aveugle ne sert à rien, et Allah, contrairement aux sectes qui se font appelés “religions“, ne veut pas de gens qui obéissent sans réfléchir ni comprendre. Si même le Coran doit être soumis à notre œil critique, alors il est évident que cela est encore plus valable quand il s’agit des Hadiths.

Or, l’approche des musulmans dans ce domaine est diamétralement opposé à ce qu’Allah préconise. Ce qu’on apprend aux musulmans, c’est plutôt la croyance et l’obéissance aveugle à tout ce qui provient de leur chaîne de transmission de Hadiths, relayée sur plus de 1400 ans par le biais des plus grands savants de l’islam…. Et surtout que l’on ne doit pas se fier à sa propre réflexion, au risque d’être piégé par le Diable sans s’en rendre compte, mais qu’un bon musulman doit suivre l’avis des experts de l’islam, en priorité sur son propre avis. Or, Allah nous invite à faire usage de notre propre raison et de nous baser uniquement sur les preuves concrètes pour déterminer nos choix, et de ne surtout pas être aveuglés par nos émotions, et de ne pas rejeter la vérité lorsqu’elle se manifeste à nous, même si celle-ci est susceptible de remettre en cause tout notre système de croyance. Ce n’est qu’en appliquant la méthode qu’Allah nous préconise qu’on s’éloigne petit à petit du Faux pour s’approcher du Vrai, alors que si on persiste invariablement dans nos croyances établies, on demeurera toute notre vie dans le faux et l’illusion, et l’issue d’un tel cheminement est fatal, aussi bien dans cette vie ici-bas que dans l’au-delà.

Les musulmans d’aujourd’hui continuent de croire en ce mensonge forgé contre le prophète et à le revendiquer comme étant la vérité, du fait de leur confiance aveugle en leurs grands savants de l’islam, qui toutes générations confondues leur ont toujours confirmé la véracité de cette histoire. Allah prévient pourtant qu’il ne faut pas suivre les passions de ceux qui se sont égarés avant nous et qui en ont égaré beaucoup avec eux: comprenez les grands savants de l’islam que les musulmans considèrent comme des modèles guidant vers Dieu.

Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit S5:V77

Le Prophète est d’une moralité éminente

Ceux-là même censés être les gardiens de l’honneur du prophète, se révèlent être de ceux qui l’ont le plus salie … Allah atteste pourtant de la moralité éminente du prophète dans le Coran, car Allah est Le Défenseur de la Vérité et Le Gardien d’héritage de ses prophètes.

Et tu es certes, d’une moralité éminente. S68:V4

Est-ce qu’on peut dire qu’un homme de 52 ans, qui épouse une fillette de 6 ans et consomme son mariage avec elle à ses 9 ans, soit un homme de “moralité éminente“? Certaines versions disent qu’Aïsha avait 10 ans lors de son mariage, d’autres font monter les enchères jusqu’à 18 ans… mais cela ne change rien au fond du problème, cela n’en demeure pas moins un mariage inique. En toutes époques et en toutes sociétés, la norme est de considérer ce genre de mariage comme indécent et honteux… Aucun homme respectable n’accepterait de prendre part à ce type d’union, et encore moins le noble prophète de Dieu.

mecque2

Mariage du prophète avec Aïsha: seul cas rapporté à ce jour

Certains doivent penser que dans la société Arabe de l’époque, ceci était une pratique courante… Or, aucun hadith ou autre écrit historique ne confirme qu’une telle pratique était mise en oeuvre dans la société du Prophète. Cette pratique n’était même pas en usage dans l’Arabie préislamique, elle ne risque donc pas de l’être après la venue du Coran. Si même la loi païenne condamnait la pédophilie, ce n’est certainement pas le Coran qui va en faire la promotion. En réalité, le seul cas rapporté à ce jour de ce type de mariage dans la société Arabe de cette époque, est celui du prophète avec Aïsha, et il a pour unique source les Hadiths… Le noble prophète de Dieu serait-il le seul à s’adonner à ce genre de pratique abjecte??? Ce n’est donc pas l’honneur du prophète qui doit être remis en question, mais plutôt l’authenticité des hadiths qui colportent cette histoire inventée.

Le Coran n’autorise pas ce type de mariage

En terme de contrat, contrat de mariage compris, le Coran stipule clairement que les partis signataires d’un contrat doivent être suffisamment mâtures pour être en mesure d’avoir leur propre discernement et consentement. Comment une fillette de 6 ans, âge où on sait à peine s’exprimer, pourrait être suffisamment mâture pour souscrire au moindre contrat? Il est donc impossible que le prophète, la cinquantaine passé, puisse avoir contracté un tel mariage avec une fillette de 6 ans, incapable du moindre discernement, et pas même en âge d’enfanter. Si tel avait été vraiment le cas, alors cela voudrait dire que le prophète se serait engagé dans une relation illicite avec une fillette de 6 ans, un tel contrat de mariage étant sans valeur en regard du Coran.

Ne pas relayer les rumeurs sans preuves

La vraie question que vous devriez vous poser c’est: comment peut-on penser une seule  seconde que le prophète d’Allah puisse cautionner une chose aussi horrible? Cela voudrait dire qu’Allah autorise cet acte abjecte qu’est la pédophilie? Car un tel mariage s’apparente ni plus ni moins qu’à de la pédophilie… Penser cela ou juste y être ouvert, illustre juste la maladie dans le cœur de certains. La pédophilie n’est que perversion et destruction de ce qu’Allah a fait pur, c’est sans conteste une pratique du Diable et non pas de Dieu.

Si seulement lorsqu’ils en eurent vent, les croyants et les croyantes avaient pensé à bien et avaient dit: “Ceci est de la pure calomnie“. S24:S12

Quand vous colportiez la nouvelle avec vos langues et disiez de vos bouches ce dont vous n’aviez aucun savoir; et vous le comptiez comme insignifiant alors qu’auprès d’Allah cela est énorme. Et pourquoi, lorsque vous l’entendiez, ne disiez-vous pas: «Nous ne devons pas en parler. Gloire à Toi (ô Allah)! C’est une énorme calomnie»? Allah vous exhorte à ne plus jamais revenir à une chose pareille si vous êtes croyants. S24:15-17

Ceux qui aiment que la turpitude se propage parmi les croyants auront un châtiment douloureux, ici-bas comme dans l’au-delà. Allah sait, et vous, vous ne savez pas. S24:V19

Ces versets s’appliquent à tous ceux à qui est parvenue cette calomnie, donc y compris aux musulmans d’aujourd’hui. Comment les musulmans peuvent-ils à la fois prétendre porter le prophète en plus haute estime, tout en pensant qu’il puisse s’être marié à 52 ans avec une fillette de 6 ans?

Ô vous qui avez foi, évitez la conjecture, car certaines conjectures constituent un pêché S49:V12

Penser à mal d’un homme de bien, en l’occurrence le prophète Muhammad, sans la moindre preuve concrète, constitue assurément un pêché. Votre attachement aux Hadiths est-il plus important que la défense de l’honneur du prophète de Dieu? Plutôt que de remettre en question les Hadiths, vous préférez y rester attachés dans le but de ne pas bouleverser votre système de croyance, principalement basé sur les Hadiths… Alors que vous devriez plutôt saisir cette occasion pour faire le grand ménage dans toutes ces fausses croyances véhiculées par les Hadiths, et être reconnaissants envers Dieu pour vous avoir fait réaliser la vérité sur vos fausses croyances, et en tirer les conclusions appropriées en abandonnant une bonne fois pour toute les Hadiths, pour revenir à l’étude directe du Coran … Livre que vous avez déserté depuis bien longtemps, témoignage du prophète à l’appui.

Et le Messager dira [au Jour du Jugement Dernier]: « Seigneur, mon peuple a vraiment laissé ce Coran à l’abandon !». S25:V31

Aïsha et la bataille de Badr

Selon les Hadiths, le prophète Muhammad se serait marié en 623 avec Aïsha alors qu’elle avait 6 ans, et ces mêmes Hadiths racontent qu’Aïsha aurait pris part à la bataille de Badr en 624, donc à 7 ans ou 11 ans selon les versions. Or, selon les recherches de Habib Ur Rahman à travers les Hadiths, et qu’il a publié dans son livre “A Research Work, Age of Aïsha“, en français, “Travail de Recherche sur l’Âge d’Aïsha” (version PDF), la règle qui était en vigueur à cette époque autorisait seulement les hommes sur le champs de bataille, et l’âge limite était fixé à 15 ans. Comment Aïsha aurait-elle pu prendre part à cette bataille, alors qu’elle n’avait ni le sexe ni l’âge requis? Peu importe l’explication, cela n’a de toute façon aucun sens d’amener une si jeune fille sur un champs de bataille, et ce n’est pas le genre du prophète de Dieu de faire des choses dénuées de sens… Soit Aïsha n’a jamais été présente à la bataille de Badr, soit elle n’avait pas 7 ou 10 ans lors cet événement. Ce qui est sûr c’est que ces 2 assertions ne peuvent pas être toutes les 2 vraies en même temps.

La fausse rumeur contre Aïsha

Le Coran nous éclaire à ce sujet en produisant le récit de la bataille de Badr, confirmant au passage la présence effective d’une des femmes du prophète sur le champs de bataille, en l’occurrence Aïsha, étant donné la date de la bataille. Le Coran parle également d’un épisode marquant qui s’y serait produit, impliquant la femme du Prophète, Aïsha. Le Coran ne donne pas tout le détail de l’histoire, mais rapporte que celle-ci a été victime d’une fausse rumeur à caractère sexuel, qui aurait circulé à son sujet lors cette bataille.

La version des Hadiths concernant cet épisode relate qu’Aïsha, alors qu’elle campait avec les troupes, s’était rendu compte qu’elle avait oublié son collier à leur dernier lieu de campement. En partant à sa recherche, elle aurait été retardée, et à son retour, il n’y avait plus personne pour l’attendre, elle rebroussa alors chemin jusqu’au dernier campement des troupes, et s’assoupit de fatigue. Safwan bin Al-Muattal As-Sulami Adh-Dhakwani, qui était chargé de suivre l’arrière des troupes, la trouva en pleine nuit endormie, et la ramena sur le dos de son chameau jusqu’au cœur des troupes, et c’est là que la fausse rumeur la concernant a commencé à circuler.

En réalité, peu importe si les hadiths dont est issue ce récit disent vrai ou pas, ce qui importe c’est que le Coran nous confirme bien que la rumeur en question était à caractère sexuel et visait une des femmes du prophète, ce n’est donc pas la présence de la femme du prophète durant cette bataille qui est remise en question, mais plutôt son âge.

Ce qui nous amène au point important: Si Aïsha avait vraiment 6 ans ou 10 ans à son mariage avec le prophète (en 623), et donc 7 ans (ou 11 ans selon les versions) lors de la bataille de Badr (en 624), comment est-il possible qu’elle puisse faire l’objet d’un scandale sexuel, à un âge qui ne lui permet même pas d’avoir des rapports sexuels? Safwan, adulte accompli, aurait eu des rapports sexuels avec une fillette de 7 ans (ou 11 ans), qui plus est, la femme du prophète? A en croire les Hadiths, la pédophilie était monnaie courante à cette époque…

Le Coran ne cite jamais un fait historique sans but précis, mais toujours dans le but de restaurer la vérité concernant ce même fait. Donc, si Allah a rapporté cette histoire concernant Aïsha, c’est parce qu’Allah qui connait le passé, le présent, et le futur, savait que ce mensonge sur le mariage du prophète avec Aïsha perdurerait jusqu’à nos jours, 12 siècles plus tard!!!

Heureusement, ce que le Coran nous révèle au sujet d’Aïsha suffit à disqualifier cette calomnie, car Allah atteste dans le Coran de la présence d’Aïsha durant cette bataille, et précise qu’elle y a fait l’objet de fausses rumeurs à caractère sexuel. Aïsha ne pouvait donc pas être âgée de 7 ans (ou 11 ans) lors de cette bataille, mais devait être déjà une femme d’un âge suffisamment mûr pour pouvoir justifier de sa présence sur un champs de bataille et y faire l’objet d’un scandale sexuel.

Aïsha, parmi les 20 premiers croyants

Autre anomalie, selon les Hadiths, Aïsha compterait parmi les 20 premières personnes à croire au prophète Muhammad, or pour pouvoir compter parmi les premiers croyants, encore faut-il qu’elle soit née avant le début de la Révélation. Selon les Hadiths, la Révélation a commencé en 610, et Aïsha est né en 613, cela ne peut donc pas coller. Pour pouvoir figurer parmi les tout premiers croyants, Aïsha est assurément née bien avant cette date.

Aïsha, experte en poésie préislamique

Aïsha est également reconnue comme étant une experte en poésie pré-islamique. Comment pourrait-elle être experte en poésie pré-islamique, si d’après les Hadith, elle était née après l’apparition de l’islam, donc à une époque ou l’étude la poésie est devenue marginale? En effet, les gens comptant désormais sur le Coran pour leur prodiguer la vraie sagesse, cela leur a permis de réaliser que la poésie (idem pour la philosophie) n’était en réalité que fausse sagesse et égarement du Diable … Et l’usage de la poésie a donc petit à petit été abandonné.

Et quant aux poètes, ce sont les égarés qui les suivent. Ne les vois tu pas divaguer dans chaque vallée, et qu’ils disent ce qu’ils ne font pas? S26:V224-226

Il est donc peu probable qu’Aïsha puisse être une experte reconnue en poésie pré-islamique, tout en étant née à une époque où la poésie arabe ne faisait plus recette. Surtout qu’Aïsha, en tant que femme du prophète, servait de modèle pour les croyants, on l’imagine donc mal se mettre à l’étude de la poésie en place du Coran.

Le fait qu’Aïsha était experte en poésie est un fait reconnue et documenté bien après la mort du prophète, ce n’est donc pas ce point qui est remis en question. Par conséquent, la seule explication qui reste, et la plus logique, est qu’en réalité, Aïsha était beaucoup plus âgée que les Hadiths ne le rapportent, et qu’elle aurait donc acquis son expertise en poésie pré-islamique bien avant le début de la Révélation.

Urwah bin Az-Zubair a rapporté: “Je n’ais jamais trouvé quelqu’un d’aussi versée qu’Aisha dans la connaissance du Coran, du licite, de l’illicite, de la généalogie et de la poésie arabe. C’est pourquoi même les compagnons les plus sages consultaient Aisha pour résoudre des sujets complexes. Jala-ul-Afham par Ibn Qaiyem et Ibn Sa’ad, Vol.2, P.26

Screen+Shot+2018-10-23+at+3.42.45+PM.png

Le prophète jamais attaqué quant à son mariage avec Aïsha

Autre point qui mérite d’être relevé, ne trouvez vous pas étrange qu’aucun ennemi du prophète ne se soit jamais servi de son mariage avec Aïsha pour le dénigrer? Vous pensez bien que son mariage à 52 ans avec une fillette de 6 ans serait du pain béni pour ses détracteurs… Alors pourquoi aucun hadith ne rapporte d’épisodes où le prophète serait attaqué par ses ennemis sur ce terrain? Tout simplement parce qu’Aïsha n’avait pas du tout 6 ans lorsqu’elle s’est marié avec le prophète.

Les 13 rapporteurs des hadiths sur l’âge d’Aïsha

On compte seulement 13 rapporteurs sur l’ensemble des hadiths relatifs à l’âge d’Aïsha, et tous sont originaires d’Irak: 9 étaient de Koufa, et 4 de Bassorah. Aucun autre rapporteur de la Mecque, de Médine ou d’ailleurs n’a jamais corroboré leur histoire… Cela ressemble bien un un coup monté, sachant que l’Irak était à cette époque le bastion de la contre-attaque des Perses contre le Monde Musulman.

shia-sunni-split1

Suite à leur défaite écrasante à Qadissiya (en 636), à la surprise générale, les élites Perses, ennemis jurés des Arabes, ont commencé à encourager leurs populations à adopter en masse l’islam comme nouvelle religion en place du Zoroastrisme. Cette stratégie leur a permis d’infiltrer les plus hautes instances de l’islam et de détruire la religion de l’intérieur, en introduisant progressivement, grâce à une production quasi industrielle de hadiths fabriqués, leurs coutumes et croyances Zoroastriennes dans la religion pure d’Allah. Ne pouvant s’attaquer au Coran, leur stratégie a été de marginaliser son étude directe et de réinterpréter tous ses versets sous le prisme des Hadiths qu’ils ont eux-mêmes fait inventer.

Il est rapporté dans un hadith, qu’Ibn Hisham, du temps où il vivait encore à Médine (car on dit qu’après il aurait perdu la tête, et aurait inventé de faux hadiths) aurait dit:

Quand un irakien vous rapporte 1000 hadiths, vous devriez en jeter 990 à terre, et redoubler de méfiance au sujet des 10 restants

Et c’est un expert en fabrication de Hadiths, Ibn Hisham, qui parle, on peut donc lui faire confiance dans ce domaine…

La Conspiration Perse à travers les Hadiths

Après la victoire des Musulmans sur les Perses lors de la bataille de Qadissiya, le Calife Omar aurait convié Rostam, le chef des armées Perses, et lui aurait demandé quelles étaient les raisons de leur échec lors de cette bataille. Rostam lui aurait répondu que la différence c’est qu’avant, ils se battaient seulement contre des hommes, et que désormais, ils se battaient contre des hommes, mais aussi …  contre Allah à leurs côtés.

how-and-why-did-islam-spread-quickly-from-the-arabian-peninsula

L’empire Perse étant encore à cette époque un empire hégémonique aux structures d’état puissante, ce n’est en réalité pas cette défaite qui a conduit à ce revirement soudain chez les Perses: leur conversion de masse en faveur de l’islam. Pour avoir expérimenté à leur détriment le fait d’avoir à affronter des hommes de foi qui combattaient pour la cause de Dieu, les élites Perses ont pris très au sérieux l’impact de la foi en Dieu et du Coran, et ont très vite mis en place un plan pour éradiquer coûte que coûte cette nouvelle composante, afin que les Arabes redeviennent aussi inoffensifs qu’ils ne l’étaient avant de rallier la voie de Dieu. Ils ont bien réussi dans leur entreprise, en introduisant progressivement, à travers les Hadiths, et avec la complicité du régime Abasside, secrètement à la botte des élites Perses, un faux semblant d’islam entaché de paganisme, et constituant un véritable outil de contrôle des hommes et des pensées.

Les grands collecteurs de Hadiths, tous Perses!

Ne trouvez vous pas étrange que les plus grands collecteurs de Hadiths soient tous Perses au lieu d’être Arabes?

  • Tabari
  • Boukhari
  • Mouslim
  • Dawoud 
  • Bin Majah
  • Tirmidhi

Les Arabes ne sont-ils pas plus à même que les Perses de relater leur propre histoire, le prophète étant issu de leurs rangs? Pourtant, ce sont exclusivement des Perses qui occupent le haut du pavé parmi les grands collecteurs de Hadiths… Et cela ne semble pas choquer les musulmans! Le berceau de l’islam est-il situé dans le monde Perse ou dans le monde Arabe? Pourtant, les Arabes ont allègrement laissé les Perses s’approprier leur histoire, quand on voit que le panthéon des plus grands historiens de l’islam, se compose exclusivement de Perses!

Le Perse, 1ère langue de traduction du Coran

DSC01155

Pour continuer sur ce registre, la première traduction du Coran a été faite en langue Perse, entre le 10ème et 12ème siècle, une traduction qui colle aux hadiths qu’ils ont inventés de toutes pièces, et qui dénature le sens naturellement explicite des versets du Coran. C’est à partir de cette traduction Perse que toutes les autres traductions modernes se sont reposées, y compris celle sur laquelle vous vous basez aujourd’hui. Ce stratagème a permis d’interpréter les versets du Coran de façon à les faire coller aux mensonges que Tabari, Boukhari & Co ont inventé pour le compte des élites Perses et Abassides. Chaque verset du Coran est désormais rattaché à un épisode de la vie du prophète, et trouve son interprétation dans les hadiths relatifs à cet épisode. Tout autre interprétation des versets du Coran, se basant sur la logique, la raison, la réflexion personnelle, le bon sens, les preuves concrètes, sont dés lors proscrites dans le nouvel islam qu’ils ont créé de toutes pièces… c’est pourtant selon cette méthodologie qu’Allah nous invite à étudier le Coran. Aujourd’hui, les musulmans étudient le Coran exclusivement sous le prisme des Hadiths, ils n’obéissent pas aux ordres directs du Coran comme Allah nous le commande, mais doivent obligatoirement passer par l’interprétation qu’en donnent les Hadiths.

Méthodologie de Tabari pour collecter les Hadiths

Tabari, considéré comme le plus grand historien de l’islam, ayant produit la première et plus importante collection de Hadiths, détaille dans ses écrits, sa méthodologie de travail pour valider un hadith et l’inclure dans sa collection sous le label “Véridique/Sahih“. Il explique qu’il ne se base aucunement sur le bon sens ou la plausibilité d’un hadith pour décréter s’il est sahih/véridique ou mensonger, mais qu’il se fie uniquement à sa chaîne de transmission!!!

Voici l’extrait issu de son ouvrage “Tarikh Al Rousoul Wal Moulouk, qui signifie “Histoire des Prophètes et des Rois“. Sa traduction n’existe qu’en anglais, mais voici la traduction en français d’un extrait de l’introduction générale du Premier Livre, au chapitre “De la Création au Déluge“. Tabari nous y fait la révélation suivante:

“Le lecteur doit savoir au sujet de tout ce que j’ai mentionné dans ce livre que je ne m’appuie que sur des traditions et des récits que j’ai transmis et que j’attribue à ceux qui me les ont transmis. Je ne me base que très exceptionnellement sur ce qui dériverait d’arguments rationnels et produits par de quelconques réflexions. Aucune connaissance de l’histoire de personnages du passé ainsi que d’hommes et événements récents ne sont accessibles à ceux qui n’ont pu les observer par eux-mêmes et n’ont pas vécu à leur époque (…) Cette connaissance ne peut être fournie par la raison ou par la réflexion. Ce livre s’appuie sur des récits d’autres gens, hommes du passé, que le lecteur pourrait désapprouver et l’auditeur trouver détestables, car il n’y trouverait là rien de logique et sans aucun sens. Dans ces cas-là, qu’il sache que ce n’est pas notre faute si de telles informations nous parviennent, mais la faute de celui qui nous a transmis ces informations. Nous les avons seulement rapportées telles qu’elles nous ont été transmises.”

En d’autres termes, Tabari considère un hadith comme étant véridique si sa chaîne de transmission est composée de personnes jugées suffisamment “fiables“, peu importe la plausibilité de son contenu… Dans un contexte où la religion est devenue un outil politique, la dite “fiabilité” d’une personne est une chose tout à fait relative, sachant qu’il suffit qu’un seul maillon de la chaîne de transmission soit en réalité corrompu, pour que toute la chaîne le soit également.

Le Rêve de Tabari

La seule lecture de la biographie de Tabari devrait susciter le doute chez les musulmans concernant ce personnage. Il est évident que le portrait officiel de Tabari a été créé de toutes pièces, lisez donc cet extrait de son livre:

“A une âge avancée, probablement vers les 70 ans, Tabari s’est remémoré qu’il connaissait le Coran par coeur à l’âge de 7 ans (!!!), et servait d’imam durant la prière dès l’âge de 8 ans (!!!!), et étudiait les traditions du prophète quand il a eu 9 ans. Cette remarque peut paraître un peu présomptueuse, mais il n’y a pas raison d’en douter (au contraire…toutes les raisons du monde).

Tous les grands collecteurs de Hadiths partagent le même genre de CV tout à leur gloire et fabriquée de toutes pièces. Il est impossible pour un enfant de 7 ans de connaître le Coran par cœur … Et surtout très très stupide, car le Coran est un livre d’une grande profondeur, le connaître par cœur n’aide en rien à sa compréhension. D’ailleurs, Allah ne nous a jamais prescrit de l’apprendre par cœur mais plutôt d’en maîtriser les concepts … donner à apprendre par cœur le Coran tout entier à un enfant de 7 ans est aussi stupide et contre-productif que de lui faire apprendre par cœur un volume de mathématiques avancées. Le portrait seul de Tabari devrait suffire à vous faire réaliser l’imposteur qu’il était. De même, mener la prière à 8 ans, âge ou on sait à peine réfléchir, est tout aussi stupide que de faire apprendre le Coran par cœur à un enfant de 7 ans. Mais au lieu de critiquer ces actes stupides et de remettre en question la légitimité de leurs auteurs, les musulmans ont plutôt choisi de s’en inspirer en faisant de l’apprentissage  du Coran par cœur une vertu, alors que Dieu nous prescrit plutôt d’en maîtriser les principes… l’islam d’aujourd’hui, c’est l’emballage de la religion sans rien à l’intérieur, si ce n’est de gros cailloux, qui tirent leur porteur vers le bas, plutôt que ne l’élève.

Pour avoir confirmation de la nature diabolique de l’oeuvre de Tabari, je vous invite à lire cet extrait de la page 15 de son livre “Introduction Générale et de la Création au Déluge“, ou Tarabi raconte un rêve que son père aurait eu à son sujet alors qu’il n’était encore qu’un enfant:

“Mon père”, se rappelle Tabari, “avait fait un rêve me concernant: il me vit me tenir debout devant le prophète avec un sac rempli de cailloux, et j’étais en train d’en répandre une partie devant lui”. Quelqu’un qui savait interpréter les rêves dit à mon père que ce rêve signifiait que j’allais devenir un bon musulman une fois adulte, et un solide défenseur des lois religieuses du prophète. Suite à cela, mon père était disposé à financer mes études alors que je n’étais encore qu’un petit garçon”

La vraie interprétation de ce rêve est à l’opposé de celle qui a été retenue. Tabari se voit se tenir devant le prophète, or le vrai croyant se tiendrait plutôt derrière le prophète. Le fait que Tabari se tienne devant le prophète indique plutôt qu’il fait barrage au prophète. Quant à l’histoire des petits cailloux, ils ne sont pas une métaphore pour dire que Tabari allait perpétuer la voie du prophète, mais plutôt que Tabari va permettre la création d’un semblant d’islam indûment attribué au prophète, et les cailloux dans son rêve représentent cette fausse voie: les Hadiths. En effet, nul besoin de guides après le prophète, nul besoin de hadiths (le prophète les a invariablement interdit de son vivant comme après sa mort), le vrai croyant a le Coran et Allah pour se guider.

Méthodologie islamique d’évaluation des Hadiths

Les musulmans d’aujourd’hui adoptent cette même méthodologie dénuée de sens en évaluant les hadiths en fonction de leur chaîne de transmission et non pas en fonction de leur contenu. Ce que les musulmans de toutes les générations ont manqué, c’est que ce n’est pas la chaîne de transmission de 1400 ans de l’islam qui est remise en cause, cette chaîne a même très bien fonctionné, la preuve en est: les musulmans perpétuent, sans sourciller, exactement les mêmes fausses croyances dénuées de sens depuis plus de 1200 ans. Le vrai problème, c’est plutôt le message d’origine… Ce que les musulmans n’ont pas saisi, c’est que la grande majorité des Hadiths ont tout simplement été forgés de toutes pièces, et ceci dès le départ, y compris les chaînes de rapporteurs qui leur sont associés.

Les musulmans ne pourraient pas se débrouiller mieux pour demeurer figés dans leurs fausses croyances millénaires. Ce qu’on leur apprend, c’est de rejeter systématiquement toute information qui va à l’encontre de leurs croyances établies, mêmes si celle-ci venait de hadiths reconnus comme étant sahih/véridiques, ou émise par un de leurs éminents savants de l’islam. La preuve en est, Tabari, que les musulmans considèrent pourtant comme une référence absolue en histoire de l’islam, confie dans son livre que sa sélection de Hadiths n’a rien de qualitatif, et prévient à l’avance qu’il n’est pas responsable du contenu des Hadiths retenus, aussi invraisemblables et abjectes puissent-ils s’avérer… Aucune réaction des musulmans, si ce n’est de continuer à faire une confiance aveugle en leurs grands savants de l’islam, Tabari y compris, et en ce qui leur ont légué: les Hadiths.

Et quand on leur dit: «Suivez ce qu’Allah a fait descendre», ils disent: «Non, mais nous suivrons ce que nos ancêtres nous ont légué.» – Quoi! mêmes si leurs ancêtres ne comprenaient rien à rien et n’avaient jamais été bien guidés? S2:V170

Tels sont les versets d’Allah que nous te récitons en toute vérité, mais en quel HADITH vont-ils mettre leur foi après celui d’Allah et de ses versets? S45:V6

Quand on évoque Allah et le Coran seul, les musulmans fuient, et quand on évoque leurs “associés“, comprenez leurs grands savants de l’islam, les compagnons du Prophète, ou le Prophète lui-même, les voila qui se réjouissent.

Et quand Allah est mentionné seul (sans associés), les cœurs de ceux qui ne croient pas en l’au-delà se crispent et quand on mentionne ceux qui sont en dehors de Lui, voilà qu’ils se réjouissent. S39:V45

Et la plupart d’entre eux ne croient en Allah qu’à travers l’association. S12:V106 

Les savants de l’islam et les musulmans sont bel et bien “associés“, étant donné que les musulmans ont pris ces savants pour guides, et que ces derniers ont accepté ce rôle, alors qu’Allah est censé être le Seul et Unique Guide des authentiques croyants. La plupart des musulmans traditionnels n’ont rien de vrais croyants, car ils n’ont pas une relation directe avec Dieu, mais comptent sur leurs grands savants pour les guider sur la voie de Dieu …. ceux-là sont ceux que Dieu appelle les “associateurs/mushrikin“, et leur destinée est l’enfer, en compagnie des mécréants et des hypocrites.

Nous t’avons fait descendre le Livre en toute vérité. Adore donc Allah et dédie Lui toute la religion. La religion n’est-elle pas le domaine exclusif d’Allah? Tandis que ceux qui prennent des alliés en dehors de Lui disent: «Nous ne leur accordons notre obéissance que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah». En vérité, Allah jugera parmi eux sur ce en quoi ils divergent. ALLAH NE GUIDE PAS LE MENTEUR, LE GRAND NÉGATEURS39:V2-3

N’est-ce pas la spécialité des musulmans de nier en permanence toutes nouvelles vérités que Dieu leur manifeste, et de persister coûte que coûte dans leurs mêmes fausses croyances figées? Bien que celles-ci prennent l’eau de toute part, les musulmans persistent malgré tout à y rester attachés, car en réalité, ils ne veulent pas changer de voie, car leur voie actuelle d’égarement leur convient parfaitement… S’ils croient pouvoir duper Allah et le monde entier, ce verset montre bien qu’Allah, Lui, les a débusqué, et sait parfaitement le “Menteur, Grand Négateur” qui se terre en chacun d’eux. Il y a à parier que la majorité des musulmans qui liront cet article ne changeront pas d’un iota leurs fausses croyances actuelles, malgré les preuves évidentes qui y sont citées… Leur cœur est rempli de paresse, et la voie à laquelle Dieu les invite les répugne.

Tabari, pas le 1er historien de l’islam!

Contrairement à ce que les musulmans veulent bien croire, Tabari n’était pas le premier historien de l’islam, et il en existe d’autres bien avant lui, et ceux-là peuvent au moins se prévaloir d’avoir vécu du temps du prophète, donc sont plus à même de dire la vérité quant aux événements relatifs à sa vie. D’autant plus que certains d’entre eux, comme dans toutes sociétés, occupaient déjà la fonction d’historien bien avant le début de la Révélation. On peut donc s’attendre à ce que leur approche soit moins partisane et plus formelle. Tout le contraire des grands collecteurs de Hadiths reconnus par l’islam traditionnel, dont la plupart étaient Perses, ennemis jurés des Arabes et de l’islam du temps du prophète et jusqu’à nos jours, on est donc en droit de douter de leur impartialité. On réalise aujourd’hui que l’oeuvre de ces dits “grands savants de l’islam“, les Hadiths, a été le plus grand complot jamais perpétré contre la religion de Dieu, et les dégâts sont considérables quand on voit le degré d’aveuglement atteint par les musulmans, qui ne s’offusquent même plus à l’idée que le prophète puisse se marier à 52 ans avec une fillette de 6 ans … et certains vont même jusqu’à se servir de cette histoire inventée comme prétexte pour eux-mêmes!

Abdul Jabbar Qaramati: 1er biographe du prophète

Parmi ces historiens non issus de la filière islamique, il y a un certain Abdul Jabbar Qaramati qui a publié un livre intitulé “Tathbit Dala’ail mine Nabouwate Siyidina Muhammad“, en français “Production de preuves concernant les révélations du prophète Muhammad“. Publié 150 ans avant Tabari, il s’agit du plus ancien livre traitant de la vie du prophète connu à ce jour . Il n’existe qu’une copie manuscrite de ce livre, soigneusement cachée à l’abri des regards dans un grand musée d’Istanbul. Arabe d’origine, Abdul Jabbar, fait figure d’exception parmi les historiens de l’islam, étant presque tous Perses. Ayant publié plus de 70 ouvrages sur les religions, islam y compris, Abdul Jabbar n’était pas un novice comme l’étaient les grand collecteurs de Hadiths, parachutés du jour au lendemain par le pouvoir en place , historiens de l’islam.

Aïsha avait 48 ans à son mariage!

Abdul Jabbar rapporte dans son livre qu’Aïsha s’était mariée avec le Prophète Muhammad à l’âge de … 48 ans!!!

On est très très loin des 6 ans (ou 10 ans) rapportés par les pseudo historiens de l’islam! Un mariage entre 2 veufs de 52 et 48 ans, voilà un mariage qui n’a rien de choquant.

Le livre d’Abdul Jabbar précise qu’Aïsha était la veuve de Salah Bin Salah Ataib, et n’était donc ni une femme divorcée ni une vieille fille, ni une vierge. Après la mort de Khadija, le Prophète est resté veuf pendant 3 ans, et ce n’est qu’a l’âge de 52 ans, sous insistance de ses amis, que le Prophète Muhammad aurait finalement accepté de se remarier avec Aïsha, alors âgée de 48 ans… Tout ce qu’il y a de plus respectable!

Aïsha, soeur d’Abou Bakr

On apprend également, dans le livre d’Abdul Jabbar, qu’en réalité, Aïsha n’était pas la fille d’Abou Bakr, mais plutôt sa soeur… voila qui est parfaitement compatible avec son âge de 48 ans. Cela ne surprendra personne de voir un homme se marier avec la petite sœur de son ami, ce genre de mariage est même généralement perçu comme étant vertueux, vu le lien privilégié que procure l’amitié … mais un homme qui se marie avec la fille de son ami de plus de 40 ans sa cadette, cela ressemble plus à une trahison… et pour le grand public, une abomination!

Un des rares historiens non musulmans qui a étudié l’islam du temps du prophète Muhammad, l’écrivain-journaliste Américaine Lesley Hazleton, corrobore cette version, confirmant qu’Aïsha n’était pas la fille d’Abou Bakr, mais plutôt sa sœur.  Dans son livre intitulé “After the prophet: the epic story of the Shia-Sunni split in Islam“, dont le sujet traite des débuts de la division Shiites/Sunnites en Islam, l’historienne Lesley Hazleton a rapporté lors d’un passage où Aïsha s’adresse à Mouawiya:

Le feu couvait. “N’as-tu pas peur que je t’empoisonne pour me venger de la mort de mon frère Mouhammad Abu Bakr?” demanda telle une fois à Mouawiya quand celui-ci lui rendit visite de passage à Médine.

Le vrai âge de Khadija à son mariage: 25 ans!

En lien avec ce sujet, il est intéressant de se pencher sur l’âge véritable de Khadija lors de son mariage avec le prophète. Les Hadiths relatent qu’elle avait 40 ans et le Prophète 25. Ces mêmes Hadiths rapportent que Khadija avait déjà été mariée avant cela par 2 fois, et qu’elle aurait eu de ces 2 précédents mariages, 2 x 2 enfants, soit 4 enfants, et qu’à 40 ans passés, elle aurait eu avec le prophète … 7 enfants!!!

A l’âge où une femme est censée être fertile, Khadija n’arrive à avoir que 4 enfants avec 2 maris différents, et à l’âge où la plupart des femmes deviennent stériles, Khadija arrive à en avoir 7 avec 1 seul mari … dans le meilleur des scénarios, Khadija aurait accouché de son dernier enfant au-delà de ses 50 ans… voila qui est complètement invraisemblable!

Dans son livre “A Research Work, Age of Aïsha“, Habib Ur Rahman nous apprend que ses recherches à travers les Hadiths l’ont conduit à la découverte suivante: En réalité, Khadija n’avait pas 40 ans lors de son mariage avec le prophète, mais plutôt 25, c’est à dire, le même âge que le prophète…voilà qui nous parait bien plus vraisemblable!!!

habib

Le même scénario avec Aïsha, 48 ans, Khadija, 25 ans

Maintenant si on rejoue chacun des scénarios précédemment cités, mais en prenant cette fois-ci en considération les véritables âges d’Aïsha et de Khadija, alors tout devient parfaitement conforme avec ce que la raison est en droit d’attendre:

Le premier mariage du prophète est tout ce qu’il y a de plus conventionnel entre un jeune homme et une jeune femme, tous deux âgées de 25 ans. Les ennemis de Dieu ont fait du prophète Muhammad une sorte de gigolo, offrant sa jeunesse à une riche veuve de 40 ans, dans le but de s’élever socialement.

Le même stratagème, mais en inversé cette fois-ci, concernant son mariage avec Aïsha, où le prophète est dépeint comme un homme vieillissant, sentant la rigueur de l’âge approcher, se serait laisser attendrir par une fillette de 6 ans… Ce qui s’apparente à de la pédophilie, pratique universellement qualifiée, à travers toutes les époques et les sociétés, tant religieuses que séculaires, d’immorale…. On n’aurait pas pu inventer pire mensonge pour salir un homme en tout point respectable.

bacha-bazi-the-dancing-boys-of-afghanistan-2child-bride-pakistan

Âgée de 48 ans à son mariage avec le prophète en 623, Aïsha a largement eu le temps d’acquérir son expertise en poésie pré-islamique, étant donné qu’elle a vécu de longues décennies avant l’arrivée de l’islam. Le Coran a commencé à être révélé en 610, Aïsha a donc disposé de 35 ans pour étudier à fond la poésie, à une époque où cette discipline était encore à son apogée.

Aïsha a très bien pu compter parmi les tout premiers croyants, vu qu’elle était déjà âgée de 35 ans quand la révélation a commencé en 610. D’autant plus qu’on peut s’attendre à ce que Dieu réserve pour son prophète ce qui se fait de mieux en terme de femmes croyantes, on n’est donc pas surpris de voir Aïsha figurer parmi les premiers croyants.

Selon le Coran, Aïsha a bel et bien participé à la bataille de Badr et y aurait été victime de fausses accusations à caractère sexuel. A 48 ans, cette histoire est tout à fait plausible, à 7 ans, beaucoup moins. Une femme de 48 ans, expérimentée et pleine de ressources comme Aïsha, est d’une aide précieuse pour le prophète et pour les croyants pour contribuer à l’effort de guerre… Ce qui, vous l’imaginez, risque de susciter les jalousies dans cette société Arabe très virile, cela n’étonnera donc personne que de mauvaises âmes aient cherché à lui nuire.

Concernant leurs progénitures, rien de surprenant au fait que Khadija ait pu avoir 7 enfants, alors qu’elle s’est marié à 25 ans, et encore moins surprenant de voir Aïsha n’avoir aucun enfant à 48 ans passés… par contre, le scénario inverse, celui rapporté par les Hadiths, est tout simplement impossible.

L’horreur des inventions des Hadiths

Les Hadiths ont poussé le mensonge tellement loin, qu’ils vont jusqu’à prétendre que lorsque le prophète était venu chercher Aïsha chez ses parents pour la conduire à son mariage, elle était alors en train de jouer à la balançoire… à trop exagérer dans le mensonge, les ennemis de Dieu en finissent par exposer leurs propres mensonges.

Aicha a dit: “J’avais six ans lorsque le Prophète m’épousa, neuf ans lorsqu’il eut effectivement des relations conjugales avec moi”. Puis elle racontait: “…Ma mère, Umm Ruman, vint me trouver alors que je jouais à la balançoire…elles se mirent à me parer. J’avais à peine fini que lorsque l’Envoyé d’Allah entra, c’était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains.” Sahih mouslim, Hadith 114.

L’horreur des Hadiths continue avec des récits tout aussi invraisemblables et insultant envers l’honneur du noble prophète de Dieu et de sa digne femme, Aïsha:

Aïsha a rapporté: “J’avais l’habitude jouer avec les poupées en présence du prophète, et mes amies filles jouaient aussi avec moi. Quand l’Apôtre d’Allah entrait (l’endroit ou je vivais) elles avaient l’habitude de se cacher, mais le Prophète les appelait pour qu’elles se joignent et jouent avec moi.” Sahih Bukhari Volume 8, Livre 73, Numéro 151

Aïsha a rapporté que l’apôtre d’Allah  l’a épousée quand elle avait sept ans, et elle a été conduite à sa maison comme une épouse quand elle avait neuf ans, et ses poupées étaient avec elle, et quand il (le Prophète) est mort, elle avait dix-huit ans. Sahih Muslim 8:3311

Et des récits encore plus ignobles dépeignant le prophète comme un pervers sexuel… On retrouve cette même lubie des jeunes filles vierges dans les cercles satanistes, ce qui montre bien la nature de ceux qui sont derrières les Hadiths:

Jabir ibn Abdullah a rapporté: Quand je me suis marié, l’apôtre d’Allah est venu me voir et m’a dit : “Avec quelle genre de femme t’es-tu marié ?” J’ai répondu : “Avec une matrone (une femme déjà un peu âgée et non vierge)”. Il a dit : “Pourquoi ? Tu n’as pas de goût pour les vierges et pour les caresses?” Jabir continue : L’apôtre d’Allah a dit: “Pourquoi ne t’es-tu pas marié avec une jeune fille pour que tu puisses jouer avec elle et elle avec toi ?” Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5080 page 27 

Le Prophète avait l’habitude de faire le tour (d’avoir des relations sexuelles avec elles) de toutes ses femmes en une nuit, et il avait neuf épouses. Sahih Boukhari, Volume 7, Livre 62, No. 6

Il est plus qu’évident que les Hadiths sont la chose sur terre qui a causé le plus de tort au prophète et aux musulmans, lui prêtant toutes sortes de pratiques totalement barbares et immorales, mais le plus hallucinant la dedans, c’est qu’au lieu de fermement condamner ce genre d’histoires aussi abjectes qu’invraisemblables, les musulmans sont plutôt les premiers à les colporter et à en défendre authenticité… certains allant jusqu’à s’en inspirer eux-mêmes. Aujourd’hui, Le mariage du prophète avec Aïsha est le reproche qui revient le plus quant il s’agit de critiquer l’islam et le prophète. Ceci est 100% la faute des musulmans qui ont donné le bâton à leurs ennemis pour les frapper avec. Aujourd’hui, toutes les critiques essuyées par les musulmans, et à très juste titre, sont dues aux mauvais comportements induits par les fausses croyances véhiculées par les Hadiths. Les musulmans, du fait de leur déni et de leur injustice, ne réalisent pas à quel point ce à quoi ils s’accrochent le plus, c’est à dire les Hadiths et la Sounnah du prophète, est la source même de tous leurs problèmes au quotidien depuis des siècles.

La Vraie Voie de Dieu, pas la secte “islam

Dieu a fait de nous des hommes libres en nous plaçant sous son autorité directe, et nous a fait don du Coran, comme Lumière et Guide pour les hommes, en nous promettant protection et réussite de Sa part si nous suivions sa Guidée SEULE, et agissions selon sa Loi, voilà la vraie Alliance qu’Allah a passé avec les véritables croyants … et non pas de prendre part à une secte régie par une hiérarchie et des règles étrangère à Allah.

Descendez en tous (des Cieux), et si jamais vous recevez une guidée de ma part, alors quiconque suit ma Guidée n’aura rien à craindre ni ne sera affligé. S2:V38

Ceux qui sont affiliés aux sectes qui se font aujourd’hui appeler “religions” (islam, christianisme, judaïsme … toutes les religions organisées), ont violé le Pacte contracté avec Dieu, en quittant de leur propre chef la Guidée directe de Dieu, pour suivre la guidée de leurs grands savants de la religion. De ce fait, ils se sont mis sous la tutelle de leurs clergés respectifs et de leurs grands savants, et ont cessé d’être sous l’autorité directe d’Allah… Alors qu’Allah prescrit aux croyants de se mettre sous son autorité directe et de le prendre pour Seul Maître et Guide.

Et Ainsi, nous asservissons les injustes les uns aux autres en fonction de ce qu’ils ont acquis S6:V129

Vous ne donnez votre obéissance, au lieu de la donner à Lui (Allah), qu’à des [gens affublés de] titres que vous avez inventés, vous-mêmes et vos ancêtres, et sur lesquels Allah n’a fait descendre aucune autorité. Le pouvoir n’appartient qu’à Allah. Il vous a commandé de ne donner votre obéissance qu’à Lui (Allah). Telle est la religion droite; mais la plupart des gens ne savent pas. S12:V40

Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines (Cela fonctionne aussi pour les prêcheurs, imams, oulémas,…), ainsi que le Christ fils de Marie (cela fonctionne aussi pour Muhammad que les musulmans idolâtrent en le considérant comme une sorte de surhomme, une sorte d’intermédiaire entre eux et Dieu), comme maîtres en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que de prendre Allah pour unique Maître. Pas de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent. S9:V31

Ces derniers légifèrent pour eux qu’il ne faut pas se fier à leur étude personnelle des Livres de Dieu, mais qu’il leur faut désormais passer par les interprétations qu’ils ont concoctés pour eux. Voila ce qui a conduit les gens des “sectes” à passer de la lumière aux ténèbres, de la liberté à la servitude, du savoir à l’ignorance, de l’intelligence à la bêtise, de la réussite à l’échec, de la profusion à la misère, de la sécurité à l’insécurité… du paradis à l’enfer.

Les sectaires que sont la plupart des gens des grandes religions d’aujourd’hui, préfèrent la voie de leur secte plutôt que la voie que Dieu a prescrit pour nous: celle tracée par les Livres Révélés de Dieu. Dieu les a alors assigné à cette voie d’égarement … et leur destinée, malgré leur certitude du contraire, n’est pas de finir au paradis, mais plutôt en enfer.

Et quiconque tient tête au prophète après que la bonne Guidée lui soit devenu manifeste, et suit une autre voie que celle des croyants, alors nous l’assignons à ce à quoi il souscrit, et nous lui infligerons l’enfer…quel bien triste destinée! S4:V115

Allah nous commande de faire usage de notre raison afin de faire le tri dans nos croyances. Les preuves manifestes concernant cette ignoble calomnie à l’encontre du prophète sont maintenant à votre connaissance, il n’y a donc plus aucune raison pour vous de continuer à y croire et de la relayer, mais vous disposez désormais de tous les arguments pour rétablir la vérité sur ce mensonge.  Pour Allah, il n’y a rien de plus injuste que celui qui tourne le dos à la vérité une fois qu’elle s’est manifesté à lui, et qui persiste malgré tout dans ses fausses croyances, malgré l’évidence … Ceci, afin de ne pas avoir à remettre en question ses croyances établies, et ne pas s’exclure de sa propre secte.

Qui saurait être plus injuste que celui qui ment contre Allah, et qui traite de mensonge la vérité quand elle lui vient? S39:V32

Et [Abraham] dit: «En réalité, c’est pour cimenter des liens entre vous-mêmes dans la vie présente, que vous avez adopté des idoles, en dehors d’Allah. Ensuite, le Jour de la Résurrection, les uns rejetteront les autres, et les uns maudiront les autres, tandis que vous aurez le Feu pour refuge, n’aurez pas de protecteurs. S29:V25 

Beaucoup de gens de religions n’ont pas une foi réelle en Dieu, mais se servent des religions uniquement pour tisser des liens sociaux dans leur communauté/secte respective, et pour afficher une façade respectabilité aux yeux du public. Ces gens sont incapables du moindre discernement personnel, ils ne bougeront pas d’un pouce, tant que toute la communauté à laquelle ils appartiennent n’aura pas bougé avec eux… Alors que Dieu nous demande de suivre notre propre voie en comptant uniquement sur sa Guidée directe … qui suffit amplement pour ceux qui ont une foi authentique en Dieu.

Conséquences sur l’islam

Si j’insiste autant sur cette histoire du mariage d’Aïsha avec le prophète, c’est qu’il s’agit d’un épisode important dans l’histoire de l’islam. De générations en générations, tous les grands savants de l’islam jusqu’à aujourd’hui, ont toujours appuyé cette histoire comme étant vraie, et l’ont même défendue. Aujourd’hui, les pages Wikipedia officielles du prophète Muhammad et d’Aïsha présentent cette histoire inventée comme étant la vérité … or cette page a été remplie et validée par les instances officielles de l’islam, cela montre bien que ceci est la version officielle de l’islam institutionnel.

Remettre en question un épisode aussi important, on parle là de ce qui touche à l’intimité du prophète, remettrait en cause les fondements même de l’islam actuel, reposant principalement sur les Hadiths. Pour les instances officielles de l’islam, reconnaître que ces hadiths relatifs au mariage du prophète, ont en réalité été inventées de toutes pièces, reviendrait à saper la crédibilité de leur chaîne de transmission toute entière, et par effet domino, leur propre crédibilité et légitimité.

Voilà pourquoi, vous pourrez apporter toutes les preuves du monde aux instances officielles de l’islam, aucune grande école islamique ne reconnaîtra jamais que ces hadiths relatifs à l’âge d’Aïsha ont en réalité été forgés de toutes pièces, car les conséquences de ce séisme serait l’implosion de l’islam sous sa forme sectaire actuel, et la fin de leur contrôle sur les musulmans.

En effet, il est important de noter que ces hadiths relatifs à l’âge d’Aïsha nous sont présentés comme venant directement de la bouche d’Aïsha et d’autres compagnons éminents du prophète. Or si on a maintenant la certitude que ces hadiths ont été fabriqués de toutes pièces, alors cela signifie qu’ils auraient été indûment attribué à Aïsha et autres compagnons du prophète. On serait alors en droit de penser que ce mensonge ne se limite pas aux hadiths relatifs à l’âge d’Aïsha, mais pourrait concerner bien d’autres hadiths inventées et indûment imputé au prophète et à ses éminents compagnons.

Depuis 1200 ans, la seule méthode utilisée en islam pour filtrer un Hadith repose uniquement sur la fiabilité de sa chaîne de transmission, autrement dit, sur la fiabilité de ses rapporteurs, de celui qui l’a prononcé à l’origine jusqu’à son dernier rapporteur. Or, on a bien vu à travers l’histoire du mariage d’Aïsha que la falsification des hadiths couvrait également la liste de leurs rapporteurs. Donc la méthode de tri des Hadiths des musulmans, basée uniquement sur la fiabilité des rapporteurs, ne permet en rien de déterminer leur authenticité… Alors que la bonne méthode, si on veut vraiment trier les Hadiths, serait plutôt de se baser uniquement sur leur contenu en les confrontant au Coran, et de ne pas du tout s’intéresser à leur rapporteur, car on ne dispose d’aucune preuve quant à leur réelle fiabilité, et il n’existe aucun moyen de savoir s’ils ont réellement tenu les propos que les Hadiths leur prêtent.

La vérité demeure alors que le mensonge est voué à disparaître… Voila comment une chaîne de transmission de 1400 ans s’effondre, tel un château de carte, en une seconde. Ceci, parce que les Hadiths ne sont pas l’oeuvre de Dieu mais l’oeuvre du Diable, et qu’ils ne sont que mensonges et fausse sagesse. Le mensonge est voué à disparaître une fois que la vérité émerge. Allah savait la stratégie que le Diable utiliserait pour usurper sa voie, et Allah a laissé faire afin que le cœur de des faux croyants tombent dans le piège du Diable, et qu’ils puissent ainsi fournir la preuve contre eux-même qu’ils ne sont que des menteurs.

C’est ainsi que nous assignons à chaque prophète un ennemi : des diables humains et djinns, s’inspirant des paroles enjolivées et trompeuses (les Hadiths quant il s’agit des musulmans). Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l’auraient pas fait. Laisse-les, eux et ce qu’ils inventent. Et pour que les cœurs de ceux qui ne croient pas à l’Au-delà s’inclinent vers cela, pour qu’ils s’y complaisent, et qu’ils perpètrent ce qu’ils auraient de tout façon perpétrer. S6:V112-113

L’Alliance avec Dieu

La seule vraie et unique religion de Dieu est celle enseignée par Abraham, Moïse, Jésus, et Muhammad, et n’a rien à voir avec les sectes actuelles, qui ne sont rien d’autre que la pure création du Diable, régies par les lois du Diable et non pas les lois de Dieu. Peu importe votre religion, n’attendez donc pas d’avoir le feu vert de vos instances religieuses pour faire bouger vos croyances, car vous ne l’aurez jamais. N’attendez pas de voir vos coreligionnaires ouvrir les yeux, Dieu prévient que la plupart d’entre eux ne sont pas disposés à les ouvrir, c’est donc à vous, et à vous seul, de prendre vos responsabilités devant Dieu, et de claquer la porte à ses sectes, car contrairement à ce à quoi vous avez été conditionnés, ces sectes ne sont en réalité que des prisons ouvertes, il ne tient donc qu’à vous d’en sortir. Il n’y a que le fait qu’on vous fasse croire qu’il n’y pas d’autre salut que celui promis par votre secte respective, qui vous empêche encore d’y voir clair … Mais ces sectes ne sont que mensonges et faux espoirs, et leurs promesses n’ont aucun valeur.

Ayez votre propre réflexion, ne comptez que sur Dieu et sur vous-mêmes, soyez justes et fournissez les efforts que requiert la recherche de Dieu et de la Vérité, qu’avez-vous de mieux à faire? Les préoccupations terrestres ne vous rapportent rien pour votre salut, ni dans ce monde ici-bas, ni dans l’au-delà, cela vaut donc bien la peine de réévaluer vos priorités si ce que vous cherchez est la voie de la réussite pour l’éternité.

Dieu vous appelle à travers ce message, répondez donc à l’invitation de Dieu, pour redevenir à nouveau des hommes libres avançant sous la lumière de Dieu:

Répondez à l’appel de votre Seigneur avant que ne vienne un jour dont Allah ne reportera jamais le terme. Ce jour-là, vous n’aurez nul échappatoire, ni aucune protestation possible. S42:V47

Et quiconque ne répond pas au prédicateur d’Allah ne saura réduire Allah à l’impuissance sur terre, et n’a pas d’autres protecteurs que Lui. Ceux-là sont dans un égarement évident. S46:V32

Voila ce que sera votre nouvelle vie si vous répondez à l’appel de Dieu en acceptant l’Alliance de Dieu et en rejetant votre alliance avec les hommes, j’entends par là vos sectes:

PSAUME 90

01 Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut et repose à l’ombre du Puissant,

02 je dis au Seigneur : « Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

03 C’est lui qui te sauve des filets du chasseur et de la peste maléfique ; *

04 il te couvre et te protège. Tu trouves sous son aile un refuge : sa fidélité est une armure, un bouclier.

05 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole au grand jour,

06 ni la peste qui rôde dans le noir, ni le fléau qui frappe à midi.

07 Qu’il en tombe mille à tes côtés, qu’il en tombe dix mille à ta droite,  toi, tu restes hors d’atteinte.

08 Il suffit que tu ouvres les yeux, tu verras le salaire du méchant.

09 Oui, le Seigneur est ton refuge ; tu as fait du Très-Haut ta forteresse.

10 Le malheur ne pourra te toucher, ni le danger, approcher de ta demeure :

11 il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins.

12 Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres ;

13 tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le Dragon.

14 « Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ; je le défends, car il connaît mon nom.

15 Il m’appelle, et moi, je lui réponds ; je suis avec lui dans son épreuve. « Je veux le libérer, le glorifier ; 

16 de longs jours, je veux le rassasier,  et je ferai qu’il voie mon salut. »

Je vous confirme par ma propre vie, en prenant Dieu pour témoin, que ce que Dieu nous promet dans ce Psaume est absolument véridique … alors qu’attendez vous pour rallier la voie de Dieu? Je vous assure, il n’y a aucun piège, mais que de bonnes surprises, car Dieu, contrairement à vos sectes, tient toujours Ses promesses.

 

5 thoughts on “Le Véritable Âge d’Aïsha: 48 ans et non pas 6 ans!!!

  1. Salam mon frère,très bon travail par contre il y’a un truc qui me chiffonne,à aucun moment le prénom d’Aicha ou Khadija est mentionné dans le Coran ou j’ai du raté un épisode dans ma lecture??? depuis que le Seigneur des mondes m’a sorti des ténèbres à la lumière,tout ce qui n’est pas mentionné dans sont livre,je le rejette en bloque car tout se qui a était dit ou écrit en dehors du Coran n’est que l’oeuvre de Satan le banni avec la complicité des djins et la plupart des hommes pour preuve:
    [6:111] Même si Nous faisions descendre les anges vers eux, et si les morts leur
    parlaient, et si Nous rassemblions toute chose devant eux, ils ne croiraient pas, à moins que
    Dieu le veuille. Mais la plupart d’entre eux sont ignorants.
    [6:112] C’est ainsi que nous assignons à chaque prophète un ennemi, des diables
    humains et djinns, s’inspirant des paroles enjolivées et trompeuses. Si ton Seigneur avait
    voulu, ils ne l’auraient pas fait. Laisse-les, eux et ce qu’ils inventent.
    [6:113] Et pour que les cœurs de ceux qui ne croient pas à l’Au-delà s’inclinent vers
    cela, pour qu’ils s’y complaisent, et qu’ils acquièrent ce qu’ils accomplissent.
    [6:114] Chercherai-je un autre juge que Dieu, alors que c’est Lui qui a fait descendre
    vers vous ce Livre détaillé ? Ceux auxquels Nous avons donné le Livre savent qu’il est
    descendu de ton Seigneur avec la vérité. Ne sois donc pas parmi les sceptiques.
    [6:115] La parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et justice. Nul ne peut
    modifier Ses paroles. Il est l’Audient, l’Omniscient.
    [6:116] Si tu obéis à la plupart de ceux qui sont sur terre, ils t’égareront hors du chemin
    de Dieu. Ils ne suivent que la conjecture et ils ne font que supposer.
    [6:117] Ton Seigneur est Celui qui connaît le mieux ceux qui s’égarent hors de Son
    chemin, et c’est Lui qui connaît le mieux les bien-guidés.
    En tout cas merci et bravo pour ce travail même si pour moi tout ceci n’est que le fruit de l’imagination de Satan le banni pour égarer les gens du chemin de la vérité qui eux même sont complice en suivant depuis des siècles les valets serviles (les pseudos savants) qui les mènent tout droit dans les bas fond de l’enfer.
    Prend soins de toi et de tes proches,mon frère et que le Seigneur des mondes te guide dans ce qu’il y’a de plus droit.
    De la part d’un Coran seul (No hadiths,no sunna sauf celle du Seigneur des mondes).

    Like

    1. Salut mon frère,
      il y a une explication à cela. Le Coran fait référence à Aïsha sans la nommer, on la devine grâce aux indices contenus dans les versets relatifs à cet épisode. Le Coran précise que la femme du prophète était bien présente à la bataille de Badr…. or, la date de la bataille de Badr est documenté dans l’histoire, et à 1 ou 2 ans près, nous sommes capables de situer cette bataille dans le temps (en 624). De même, on sait les dates des differents mariages du prophète, notamment Aisha, marié au prophète en 623… Donc la femme à laquelle le Coran fait référence et qui était présente à la bataille de Badr ne peut etre que Aisha…. Donc oui le Coran mentionne bien Aisha sans la nommer et fournit meme le detail de la calomnie prononcé contre elle durant cette bataille,…, on a donc tous les elements sur la base du Coran seul pour deviner qu’aisha ne pouvait avoir 7 ans durant cette bataille, mais devait etre bien plus agée…. et c ‘est tout ce qui compte, car cette decouverte fait du mariage du prophete avec Aisha un mariage tout ce qu’il y a de plus respectable …. on est loin du pervers pedophile de 52 ans qui veut se faire une fillette de 6 ans….

      Quant à Kadhija, je n’ai jamais dit que le Coran en parlait, car ce n’est pas le cas.

      J’ai inclu Khadija dans cet article car les ennemis de Dieu ont menti à la fois sur le mariage du prophète avec Aisha, mais aussi sur celui avec Khadija…. le faisant passer tantot pour un pervers pedophile, tantot pour une sorte de gigolo…

      Ce que tu dois comprendre c’est qu’Allah nous invite à nous servir du discernement du Coran, car le Coran dit tout sur tout, pour se guider à travers toute information issue d’une autre source que le Coran, Il n’y a donc pas de mal à prendre la vérité la ou elle est, et dans toute information, il y a toujours une part de vrai aussi petite soit elle…c’est seulement en suivant cette methodologie que tu pourras maitriser les concepts du Coran et en etudier l’illustration en detail à travers l’etude de toutes les disciplines … Le Coran chapote cette etude, il sert de boussole, de guide, de lumiere, à discerner le vrai du faux quand on est pas sûr d’une information et qu’on n’a aucun moyen de savoir si elle est vrai ou non …

      Je suis bien d’accord avec toi que les Hadiths sont la pure creation et oeuvre du Diable, et je ne me sers d’aucun hadiths a titre de sagesse et de guidée, mais seulement du Coran … mais il n’en demeure pas moins que certains hadiths peuvent etre vrais, ou en partie vrai, et grace au Coran on peut naviguer dans ses eaux troubles en identifiant le vrai du faux, en les confrontant au Coran et aux preuves concretes, et à la logique et le bon sens…. Donc ma demonstration du point de vue de Dieu, est tout à fait valable, même si elle repose en partie sur des textes autres que le Coran… Car tout ce qui y est ecrit n’est que bon sens et verité, j’ai fait comme Allah nous dit de faire: prendre le vrai là ou il est, laisser le faux …

      Merci pour tes gentils paroles, toi aussi prend soin de toi et garde en tete que de Dieu tu peux tout obtenir, le plus important c’est notre relation avec Dieu et pour qu’elle soit bonne, il faut bien agir, être juste, et chercher à mieux obeir à Dieu et à mieux le connaitre….en contrepartie, Dieu nous guide et nous donne une part de savoir, et nous donne reussite et protection … une alliance directe entre l’individu et son Createur … donc je ne peux que te souhaiter de bien entretenir ton alliance avec Dieu, et tout ira bien pour toi… je dis cela sans aucun reproche, juste de bonnes intentions.

      Like

  2. Article très intéressant et logique. Merci pour ce partage.
    Maintenant que j’y pense, il y a pleins d’absurdités dans la tradition musulmane auxquelles on y croit, la femme doit obéir à son mari même s’il demande une chose lourde ou dur sinon la porte du paradis va se fermer pour elle, la circoncision des garçons (je ne crois pas avoir lu ce mot dans le Coran )

    Like

    1. tous les rites tels que pratiqués par les musulmans sont d’origine païenne, par exemple la circoncision n’est qu’une forme de scarification, pratique encore en usage dans les tribus paienne … et dans l’islam et le judaisme… les musulmans presentent cela comme l’alliance avce Abraham alors que Dieu leur a commandé une alliance avec Lui et non pas avec Abraham.

      Quand à l’obeissance de la femme envers l’homme, le Coran n’a jamais commandé l’obeissance aveugle au mari, mais juste de tenir compte du rôle de chacun, le pere en responsable de la famille, et la mere en gestionnaire interne … un rôle naturel pour chacun sans aucune contrainte, mais volontaire. Le mari tient la barre et est responsable de sa femme et de ses enfants, donc le mari n’a qu des responsabilités en plus et non pas une autorité arbitraire sur sa femme.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close