Le vrai Riba selon le Coran

L’islam basé sur la tradition du prophète, la Sounnah, assimile le riba au prêt avec intérêt, mais est-ce vraiment ce que ce terme désigne? Nul besoin d’aller plus loin que dans le Coran pour trouver la vraie définition du riba et toutes les pratiques qu’il englobe.

Sur le plan étymologique, le mot riba n’a rien à voir avec la notion d’intérêt ou même de prêt, mais ce terme signifie simplement ce qui “croît/grandit à outrance“. Nous allons donc voir dans le Coran les occurrences de ce mot, afin de déterminer le cadre exacte auquel il s’applique.

003844i38d

Ceux qui mangent le riba ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu’ils disent: «Le commerce c’est la même chose que le riba». Alors qu’Allah a rendu licite le commerce, et illicite le riba. Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant; et son affaire dépend d’Allah. Mais quiconque récidive… alors les voilà, les gens du Feu! Ils y demeureront éternellement. S2:V275

Ce verset nous indique que le riba est une forme de pratique commerciale, étant donné que ceux qui s’y adonnent l’assimilent à du pur commerce. Excepté que ce n’est pas tout à fait le cas, étant donné que Dieu les différencie, autorisant le commerce et interdisant le riba, du fait que cette pratique particulière vise à décupler ses richesses de façon démesurée au détriment des autres.

Allah anéantit le riba et fait croître à outrance/décuple (yourbi) les aumônes. Et Allah n’aime pas le mécréant pécheur. S2:V276

Dans le verset ci-dessus, Allah présente le riba comme étant la pratique exactement inverse à l’aumône. Notez que ce verset parle uniquement d’aumône, ce qui n’a rien à voir avec un prêt sans intérêt, qui n’est pas une aumône, étant donné qu’il doit être remboursé. Pour comprendre  le sens du mot “riba”, il suffit donc de connaître le sens précis du mot “aumône” et de prendre son inverse. Une aumône est un don que l’on fait de façon complétement désintéressé, sans attendre aucun retour. Le riba est donc tout l’inverse: un “don” ou usage de sa richesse, complétement intéressé, où on attend un retour sur investissement maximum. L’aumône est un acte gagnant-gagnant: pour le donateur, il se voit décupler par Allah ce qu’il a donné, et pour le bénéficiaire, il s’agit d’un pur don venant directement de la part d’Allah, étant donné qu’il n’a ni à rembourser ni n’est redevable à son donateur.

C’est pour le visage d’Allah que nous vous nourrissons: nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude. S76:V9

À l’inverse, le riba est un acte perdant-perdant: celui qui utilise ses richesses pour pratiquer le riba, Allah anéantit ce qu’il y a investi et les bénéfices qu’il en tire, et quant à celui qui en est la cible, il se voit non seulement dépouillé de ses biens, mais sa situation devient encore plus critique qu’elle ne l’était auparavant. D’un point de vue purement comptable, le donateur de l’aumône est perdant à 100%, dans le sens qu’il ne voit rien revenir de son argent, alors que le receveur est gagnant à 100% vu qu’il n’a rien à retourner de ce qu’il a reçu. À l’inverse, l’objectif pour celui qui fait usage du riba est d’être à 100% gagnant et que l’autre soit à 100% perdant, c’est à dire de récupérer l’intégralité de son investissement et le maximum qu’il est possible de récupérer chez l’autre parti. De façon générale, Dieu autorise tout ce qui est bon pour les hommes, et leur interdit tout ce qui est mauvais pour eux. Ainsi, Dieu autorise le commerce, car c’est un procédé gagnant-gagnant qui bénéficie à tous les hommes dans leur ensemble, et interdit le riba, car c’est un procédé inéquitable gagnant-perdant et qui leur fait donc globalement du tort.

838_marinus_van_reymerswaele

Les musulmans assimilent le riba au prêt avec intérêt sur la base des versets suivants:

Ô les croyants! Craignez Allah; et renoncez à ce qui vous reste de riba, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés. A celui qui est dans la gêne, accordez un sursis jusqu’à ce qu’il soit dans l’aisance. Mais il est mieux pour vous de faire remise de la dette par charité! Si vous saviez! Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu’elle aura acquis. Et ils ne seront point lésés. Ô les croyants! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit; et qu’un scribe l’écrive, entre vous, en toute justice; un scribe n’a pas à refuser d’écrire selon ce qu’Allah lui a enseigné; qu’il écrive donc, et que dicte le débiteur: qu’il craigne Allah son Seigneur, et se garde d’en rien diminuer. Si le débiteur est gaspilleur ou faible, ou incapable de dicter lui-même, que son représentant dicte alors en toute justice. Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent pas quand ils sont appelés. Ne vous lassez pas d’écrire la dette, ainsi que son terme, qu’elle soit petite ou grande: c’est plus équitable auprès d’Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus susceptible d’écarter les doutes. Mais s’il s’agit d’une marchandise présente que vous négociez entre vous: dans ce cas, il n’y a pas de péché à ne pas l’écrire. Mais prenez des témoins lorsque vous faites une transaction entre vous; et qu’on ne fasse aucun tort à aucun scribe ni à aucun témoin. Si vous le faisiez, cela serait une perversité en vous. Et craignez Allah. Alors Allah vous enseigne et Allah est Omniscient.  S2:V278-282

Ces versets n’interdisent en rien le prêt avec intérêts, mais ne font que recommander aux croyants de renoncer aux intérêts des dettes qui leur sont dues dans le cadre de leur pratique du riba, voire même de les annuler complétement en regard des bénéfices qu’ils ont déjà engrangés et à titre d’expiation pour s’être adonnés à cette pratique abjecte. Le riba s’assimile à toute pratique commerciale non équitable où un parti tire abusivement profit du parti adverse, et parmi ces pratiques, celle qui est la plus répandue est bien évidemment le prêt usuraire. En effet, dans cette forme de prêt, le prêteur profite abusivement de la situation de détresse de l’emprunteur pour lui imposer des conditions d’emprunt abusives, voire impossible à honorer dans le but de s’arroger tous ses biens. Allah défend ainsi les plus faibles en interdisant que les plus riches puissent se servir de leurs richesses pour exploiter ceux qui sont en situation de faiblesse, et ainsi les maintenir indéfiniment dans cette position, voire même aggraver leur sort.

Ô les croyants! Ne pratiquez pas le riba en cherchant à multiplier démesurément votre capital. Et craignez Allah afin que vous réussissiez! S3:V130

Le verset ci-dessus montre bien que ce n’est pas le fait de prêter avec intérêt qui est interdit par le Coran, mais plutôt de prêter avec un taux d’intérêt démesuré, comme cela est pratiqué par certaines enseignes de crédit bien connus, organisations mafieuses, ou personnes de peu de scrupules. Aujourd’hui, la plupart des pays dans le monde fixent un “taux d’usure” afin de protéger les emprunteurs d’éventuels abus qui pourraient être commis par des prêteurs trop gourmands. Ces lois ne sont apparues que dans le dernier siècle, alors que le Coran avait mis en place cette protection depuis déjà plus de 1400 ans, en interdisant la pratique du riba sous toutes ses formes.

Quentin_Metsys_-_Les_usuriers

Rien dans le Coran n’interdit de prêter de l’argent avec intérêt ou de souscrire à ce genre de prêt, car Allah autorise le commerce, et l’argent est somme toute une commodité comme une autre. En effet, il est tout à fait légitime de prêter de l’argent avec intérêt, et ceci pour plusieurs raisons:

  1. Amasser un capital requiert beaucoup de temps et de sacrifices, devoir s’en séparer pour un certain temps dans le cadre d’un emprunt mérite donc compensation.
  2. Le risque de ne pas être remboursé justifie d’imposer un taux d’intérêt proportionnel à ce risque. Il est donc normal que les mauvais payeurs, ou ceux qui ont de faibles revenus, ou qui ont une santé fragile, ou qui souhaitent investir dans un projet à risque, doivent payer davantage d’intérêts afin de couvrir le risque occasionné par le prêteur, sans pour autant profiter de leur situation pour leur imposer un taux rédhibitoire.
  3. L’inflation, à savoir la hausse du coût de la vie, fait que l’argent perd de sa valeur au fur et à mesure du temps, il est donc normal qu’une partie des intérêts servent à compenser cette perte de valeur.

Le Coran autorise bien évidemment à prêter de l’argent sans intérêt, mais cela s’assimile à un acte de charité, et n’est donc en rien une obligation comme le prétendent les musulmans. Les lois d’Allah fonctionnent à toutes les époques, et on est bien content que Dieu nous autorise les prêts avec intérêts, sinon il nous serait impossible aujourd’hui d’acheter notre maison, notre voiture, ou de faire face à des dépenses difficiles à payer en une seule traite, ou bien d’emprunter pour lancer notre propre affaire.

illustration-adobestock-1593630935

On voit une fois de plus l’hypocrisie des musulmans qui persistent à affirmer que les prêts avec intérêts sont interdits par le Coran, tout en étant les premiers à en faire usage. En effet, c’est dans les pays musulmans où les populations ont le plus recours au crédit, y compris au crédit à la consommation qui relève plus de l’irresponsabilité que de la nécessité. Mais une fois de plus, les musulmans préfèrent s’accrocher à leur fausse Sounnah inventée sur le dos du prophète et de vivre dans l’illégalité, c’est à dire de ne pas respecter leurs propres règles, plutôt que de suivre la vraie voie d’Allah, celle du Coran, et d’être complétement en règle.

La règle générale est que Dieu autorise toute transaction transparente et honnête, qui ne soit ni abusive ni ne comporte de clauses cachées, et qui obtienne le consentement mutuel des 2 partis. Si ces conditions sont remplies, alors il s’agit de commerce et cela est autorisé par Allah, si cela n’est pas le cas, alors il s’agit de riba, et cela est interdit par Allah.

Ô les croyants! Que les uns d’entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement. Mais qu’il y ait un négoce (légal), entre vous, par consentement mutuel. S4:V29

dejuener affaires@w_750

De façon générale, le riba concerne toute pratique inéquitable dont le but est d’accaparer injustement les biens des gens. Le riba ne se limite donc pas seulement aux prêts usuraires, mais concerne également une grande variété d’autres pratiques permettant à ceux qui en font usage de s’enrichir considérablement sur le dos des autres. Cela peut par exemple consister à engager les gens dans une transaction sans leur consentement comme ces démarcheurs qui font signer toutes sortes de contrats à des personnes en situation de faiblesse ou imprudentes, ou à exploiter les gens en les faisant travailler dans des conditions indignes ou pour un salaire indécent, ou à vendre des produits bien plus cher que leur véritable valeur, ou inversement à les acheter largement en dessous de leur prix… et toutes autres formes de transactions incluant des clauses cachées particulièrement désavantageuses pour l’un des deux partis, ou dont le but est de profiter de la faiblesse ou de l’inadvertance du parti adverse. Aujourd’hui, il existe bien des lois pour protéger les gens contre toutes ces pratiques malhonnêtes, mais cela n’a pas toujours été le cas, et ne l’est toujours pas dans un certain nombre de pays sous développés. 

Tout ce que vous avancez comme riba pour augmenter vos biens aux dépens des biens d’autrui ne les accroît pas auprès d’Allah, mais ce que vous donnez comme Zakāt, tout en cherchant la Face d’Allah (Sa satisfaction)… Ceux-là verront [leurs récompenses] multipliées. S30:V39

Inutile de chercher bien loin pour trouver une illustration de toutes ces pratiques commerciales non équitables que le Coran appelle sous le nom générique de “riba”, il suffit pour cela d’observer toutes les aberrations qui pervertissent aujourd’hui le fonctionnement de l’économie mondiale, creusant toujours plus les écarts entre les riches et les pauvres. Par exemple, on ne cesse d’entendre parler des grands groupes de distribution qui profitent de leur position dominante pour imposer des prix anormalement bas aux producteurs, au point que ces derniers n’ont pas d’autres choix que de leur vendre à perte, et ce n’est même pas le consommateur qui en profite, mais uniquement une poignée de grands actionnaires. Vous avez aussi toute ces nouvelles sociétés de service à la Uber, qui se servent des zones grises de la loi et de leur position dominante, pour imposer des conditions de travail et des rémunérations indignes à leurs collaborateurs. On voit aussi tous ces grands groupes et grandes fortunes qui profitent de leur puissance financière pour vendre quasiment à perte leurs produits jusqu’à faire couler toute la concurrence, et ainsi demeurer les seuls sur le marché. Autre pratique inéquitable, tout récemment on a vu Tesla acheter pour 1.5 milliards de dollar de Bitcoins afin de créer une bulle autour, et pouvoir ensuite les revendre au prix fort la faisant exploser au passage, ce qui aura pour résultat de ruiner tous les petits porteurs.

Bitcoin-BTC-HODL-Whales

Un autre exemple parlant est le site de commerce en ligne Amazon, qui se sert de sa position dominante pour tirer les prix au plus bas auprès des professionnels qui utilisent sa plateforme, tout en se faisant une confortable marge sur ses clients. Le résultat est que son propriétaire, Jeff Bezos, est devenu en un temps record l’homme le plus riche du monde avec plus de 200 milliards de dollars.

top-10-billionaires-1598505093

Conclusion

Le Coran autorise le commerce sous toute ces formes, à savoir toute transaction équitable et transparente, basée sur le consentement mutuel, et interdit le riba, à savoir toute transaction abusive, opaque, et contrainte, et dont le but est d’accaparer injustement les biens d’autrui. Allah dit que celui qui se sert du riba pour s’enrichir sur le dos des autres est comme celui qui mange du feu dans son estomac, et que ses biens sont maudits et ne seront que source de malheur pour lui. On peut voir l’illustration de cela à travers la vie de la plupart des grandes fortunes dans le monde, qui non seulement ne profitent pas de leurs richesses comme ils le devraient, mais que celles-ci ne cessent de leur filer entre les doigts. 

Dans le cadre de ce qui est autorisé par Allah, souscrire à un emprunt avec intérêt, ou prêter de l’argent avec intérêt, est tout à fait licite tant qu’on reste dans la limite du raisonnable. Dans le même registre, le Coran autorise les comptes rémunérés comme par exemple les livrets A, ce qui est la moindre des choses sachant que les établissements bancaires se font bien plus d’argent qu’ils ne nous en reversent. Le Coran autorise également les placements boursiers, car cela revient ni plus ni moins à s’associer avec l’entreprise dont on a acheté des actions, partageant équitablement les bénéfices et les pertes. Quant à la spéculation, comme le fait par exemple de parier sur la baisse d’un produit financier ou de miser sur des placements incertains ou opaques comme les produits dérivés, le Coran l’interdit car cela s’assimile purement et simplement aux jeux de hasards et ne génère aucune production de richesse pour la société.

Hase_Zimmermann_artikel

En résumé, Dieu autorise ce qui bénéficie aux hommes et les rend meilleurs, et interdit ce qui leur nuit et les fait régresser. La loi de Dieu est pleine de justice et de bon sens, alors que la loi du Diable n’est qu’injustice et tortuosité. Ceux que Dieu veut guider suivent la vérité et ce qu’Il a fait descendre, alors que ceux qu’il veut égarer suivent le mensonge et le faux.

10 comments

  • Paix sur toi,
    Tu as répondu à mes questionnements sans même que je te pose les questions. Et cela est de la Grâce et de la Miséricorde de Dieu.
    Que Dieu te bénisse.
    Louange à Allah Seigneur de l’univers.

    Like

  • Que dieu te bénisse merci pour le travail que tu fait et qu’il te donne encore plus d’endurance n’écoute pas les personnes qui veulent te nuire j’ai entendu des commentaires désagréable mais continue au contraire que dieu nous fortifient merci encore

    Le mer. 7 avr. 2021 à 18:46, The Truth Is From God a écrit :

    > The Truth Is From God posted: “L’islam basé sur la tradition du prophète, > la Sounnah, assimile le riba au prêt avec intérêt, mais est-ce vraiment ce > que ce terme désigne? Nul besoin d’aller plus loin que dans le Coran pour > trouver la vraie définition du riba et toutes les pratiques qu'” >

    Like

  • Ys, que Dieu vous bénisse. Chaque jour qui passe, j’attends vos écrits avec impatience , et je suis toujours heureuse de pouvoir m’instruire d’avantage grâce à votre sagesse émanant de Dieu.
    Merci beaucoup pour tout.

    Like

  • Pingback: Definisi riba yang sebenarnya menurut Qur'an - Sebelum Terlambat

  • Salam à toi y.s c’est normal qu’il ya plus toute tes vidéo sur YouTube parce que je voulais partager à quelque personne mais ya plus rien

    Like

  • Bonjour à toi Y.S ainsi que tous les croyant et croyante j’aurais une question est ce que c’est normal qu’on me traite de fou du fait que je soit solitaire et que je veuille plus me rapprocher du droit chemin donc de m’éloigner de tout les choses pas bien parce que certain de mes amies et connaissance on pris leur distance c’est dernier temps parce que je partagé le message du messager y.s du coup aujourd’hui j’ai l’impression que c’est moi le problème je me sent étranger au milieu de mon entourage parce que je ne veux pas rentrer dans ce schéma classique des religions mélanger au tradition parce que sa sonne faux on nous ment depuis gamin ma mère me répètait toujours si tu cherche dieu sincèrement tu le trouveras jusqu’à je tombe sur le messager et jte remercie pour de m’avoir ouvert les yeux paix sur toi ainsi que tout les croyant et croyante. Cette époque est bizarre j’ai l’impression que tout est inversé que plus tu est mauvais plus on aime et vise versa ou peut être que je délire.

    Like

    • Bonjour, c’est l’épreuve de cette vie, mais tu peux t’entendre avec les autres mêmes s’ils ne partagent pas la même voie. Dieu recommande la conciliation et l’ouverture d’esprit et de ne pas juger les autres.

      Like

  • Mounir Aamar Laamech

    الحمد لله الدي انزل على عبده(لي هو انت يا اخ)الكتاب

    Like

  • Pingback: La vraie traduction du Coran | The Truth Is From God

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s