Mariage, Mut’a, relations homme/femme, prostitution, fornication, masturbation, et polygamie selon les règles du Coran

Voilà un thème qui revient très souvent, et qui suscite énormément de questionnements auprès de la plupart des gens, il s’agit du mariage et plus généralement des règles à observer en termes de mœurs et de relations homme/femme. Quand on se confronte à cette question, on retrouve à peu près de tout et de n’importe quoi, ce qui laisse la plupart des gens confus et sans certitude aucune, entre les règles strictes inventées de l’islam et non issues du Coran, et les fausses interprétations permissives de certains coranistes, désireux avant tout de s’octroyer des passe-droits pour arriver à leurs propres fins. La vérité se retrouve une fois de plus entre les deux, et le Coran est très prolifique à ce sujet, ne laissant place à aucun doute quant à la véritable règle de Dieu et à l’esprit qu’elle incarne, et c’est ce que nous allons voir dans l’article ci-dessous.

Les relations sexuelles entre époux

À la question qui revient le plus souvent: “A-t-on le droit d’avoir des relations sexuelles en dehors du mariage?”, la réponse du Coran est clairement NON. Les versets de Dieu sont très clairs à ce sujet, les rapports sexuels ne sont autorisés qu’entre époux, ou avec ses esclaves. L’esclavage ayant été totalement aboli, ce deuxième cas de figure n’est donc plus envisageable.

Et qui se maintiennent dans la chasteté et n’ont de rapports qu’avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent car dans ce cas, ils ne sont pas blâmables, mais ceux qui cherchent en dehors de cela, sont des transgresseurs. S70:V29-31

Et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n’est qu’avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs. S23:V5-7

En arabe, ce n’est pas tout à fait le terme “esclaves” qui est utilisé dans les 2 versets ci-dessus, mais “ce que possèdent vos mains droites “, une expression qui est utilisée à de nombreuses reprises dans le Coran pour signifier “ce qui vous appartient de plein droit “, et les esclaves en font partie. Il n’y a donc aucune ambiguïté sur le sens de cette expression, et celle-ci ne veut absolument pas dire “celles envers qui vous êtes engagés” comme certains le traduisent, afin de s’octroyer le droit d’avoir des relations sexuelles hors mariage. Comme par exemple, ceux qui veulent avoir des rapports avec leurs copines, sous prétexte qu’ils sont tacitement engagés avec elles dans une relation. La preuve indéniable que le Coran autorise uniquement les relations sexuelles dans le cadre du mariage se trouve dans le verset suivant, qui prescrit aux croyants qui n’ont pas les moyens de se marier de demeurer autant que possible chastes, jusqu’à qu’ils aient les moyens de se marier:

Et que ceux qui n’ont pas de quoi se marier, cherchent à rester chastes jusqu’à ce qu’Allah les enrichisse par Sa grâce. […] S21:V33

Les pratiques sexuelles autorisées

Toutes les pratiques sexuelles sont-elles autorisées avec son conjoint? Dieu interdit toutes les pratiques sexuelles contrenatures, et n’autorise que ce qu’Il a prescrit dans l’ordre naturel des choses, à savoir les rapports sexuels impliquant uniquement les organes sexuels féminins et masculins, et toute autre pratique est interdite (sodomie, fellation, cunnilingus, et autres pratiques sexuelles contrenatures).

Vos épouses sont pour vous un champ de labour; approchez votre champ comme [et quand] vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Allah et sachez que vous Le rencontrerez. Et fais gracieuse annonce aux croyants! S2:V223

Les musulmans à l’esprit mal tourné comprennent le verset ci-dessus comme une légitimation de toutes les pratiques sexuelles tant que cela reste avec sa femme. Or, l’esprit de ce verset est avant tout de dire que les femmes sont à l’image d’un champs de labour, ce qui fait d’abord allusion à leur fertilité, car comme un champs de labour, elles sont sources de vie, et seuls les rapports sexuels conformes à l’ordre naturel des choses permettent une telle fin. L’autre sens de ce verset est plus général et concerne les relations avec nos femmes de façon plus globale. Si Dieu a choisi la métaphore du champs de labour, c’est aussi parce que c’est un exemple très parlant pour la plupart des hommes. Ceux qui travaillent la terre savent pertinemment que s’investir totalement dans son champs, être attentif au moindre problème, et en prendre le plus grand soin, aura forcément un impact déterminant quant à sa productivité et son état en général. Dieu veut ainsi nous faire comprendre qu’il en est de même avec nos femmes: Celui qui s’investit pleinement pour sa femme, qui est attentif à ses moindres problèmes, et qui prend grand soin d’elle, aura toutes les chances d’avoir une bonne femme et une bonne progéniture, alors que celui qui la néglige et la maltraite en verra le mauvais résultat sur elle ainsi que sur sa progéniture. Ce verset nous invite donc à deux choses: à avoir des relations sexuelles naturelles avec nos femmes, et à nous investir autant que possible pour elles afin d’obtenir le meilleur résultat sur elle et sur l’ensemble de notre foyer. Dieu a désigné l’homme comme seul responsable de sa propre famille, et ce sont donc ses choix qui vont déterminer l’avenir de l’ensemble de son foyer.

Adorez donc, en dehors de Lui, qui vous voudrez!» – Dis: «Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte de leurs propres âmes et celles de leurs familles». C’est bien cela la perte évidente. S39:V15

Et tu les verras exposés devant l’Enfer, confondus dans l’avilissement, et regardant d’un œil furtif, tandis que ceux qui ont cru diront: «Les perdants sont certes, ceux qui au Jour de la Résurrection font leur propre perte et celle de leurs familles». Les injustes subiront certes un châtiment permanent. S42:V45

Le verset qui précède juste avant celui que je viens de vous citer, comparant la femme à un champs de labour, nous confirme aussi qu’il ne s’agit là en rien d’une légitimation de toutes les pratiques sexuelles, mais bien au contraire, que seule la pratique sexuelle naturelle que Dieu nous a prescrite à l’origine lors de notre création, est autorisée. Pourtant, les pervers parmi les musulmans sont complétement passés à côté de ce verset, ce qui nous montre bien que Dieu aveugle ceux qui veulent tricher avec Ses règles et leur fait voir ce qu’ils veulent bien voir.

Et ils t’interrogent sur la menstruation des femmes. – Dis: «C’est quelque chose de douloureux. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. une fois pures, alors approchez les (sur le plan sexuel) par là où Dieu vous a prescrit (càd l’organe sexuel). Certes, Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient». S2:V222

Ce verset nous explique qu’il n’est pas possible d’avoir des relations sexuelles avec nos femmes quand elles ont leurs menstrues, car cela serait douloureux pour elles et parce qu’elles sont impures du fait de l’écoulement de sang impropres qui en résulte. On voit donc bien à travers cette interdiction que les relations sexuelles ne concernent que l’organe sexuel de la femme, et aucun de ses autres orifices. Et Allah d’insister pour ne pas laisser le moindre doute: “Une fois pures, Approchez les (sur le plan sexuel) par là où Dieu vous a prescrit (càd l’organe sexuel) “.

Dans tous les domaines de la vie, les règles de Dieu n’ont rien à voir avec celles du Diable, il n’est donc en rien étonnant de voir que cela s’applique aussi aux pratiques sexuelles, d’autant plus que la sexualité occupe une place majeure dans la vie des hommes, aussi bien sur le plan physique que spirituel. Le Diable utilise la sexualité comme arme la plus efficace pour égarer les gens le plus vite et le plus loin. On voit par exemple que dans beaucoup de voies d’égarement, comme le Kundalini Yoga, les pratiques tantriques occupent un rôle central et sont présentées comme le moyen le plus efficace d’atteindre le plus vite l’illumination, comprenez l’aveuglement total. Or, si Dieu a mis en place des règles strictes dans le domaine de la sexualité, c’est avant tout pour nous protéger dans ce que nous avons de plus vulnérable, à savoir à ce qui touche à notre part la plus intime et secrète. Celui qui s’écarte des voies de Dieu s’expose à un grand danger, et on a pu le constater à travers  tous ceux qui pratiquent une sexualité débridée, ce qui n’a fait qu’accroître leur égarement et ne leur a attiré que toujours plus de problèmes.

IMAGE_EDIT_d22af8a4-43b0-47ee-8cf8-4d9855f96c5f_1024x1024

Le Kundalini Yoga est la voie la plus dangereuse parmi les nombreuses voies du Diable, car elle consiste à atteindre l’illumination à travers les pratiques tantriques, à savoir de pratiquer le sexe sous toutes ses formes de façon totalement libre, avec toutes sortes de partenaires, et sans aucun tabou ni cas de conscience. Ainsi, le Diable pervertit et salit au plus haut point les gens qui s’adonnent à cette pratique pour les amener loin dans l’égarement.

0603412570883-web-tete

Ceux qui s’engagent dans les voies maçonniques pratiquent également une sexualité débridée qui n’obéit à aucune règle, en prenant part à des orgies. On a bien vu à travers le cas de Dominique Strauss Kahn à quel point une telle sexualité vous transforme en animal et détruit complétement votre vie.

Les relations sexuelles dans le cadre de la relation maître/esclave

L’autre cas de figure, même si aujourd’hui il ne peut plus se présenter, concerne les relations sexuelles entre un maître et son esclave. Dans les versets suivants, on peut voir que même le prophète Muhammad est autorisé à avoir des relations sexuelles avec ses esclaves (ce qui ne signifie par pour autant qu’il en a eu), ce qui est une preuve supplémentaire que cette pratique est parfaitement licite en regard de la Loi Divine.

O Prophète! Nous t’avons rendu licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr (dot), ce que tu as possédé légalement parmi les captives [ou esclaves] qu’Allah t’a destinées, les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, – celles qui avaient émigré en ta compagnie -, ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au Prophète, pourvu que le Prophète consente à se marier avec elle: c’est là un privilège pour toi, à l’exclusion des autres croyants. Nous savons certes, ce que Nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu’ils possèdent, afin qu’il n’y eût donc point de blâme contre toi. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. S33:V50

Il ne t’est (Muhammad) plus permis désormais de prendre [d’autres] femmes, ni de changer d’épouses, même si leur beauté te plaît; – à l’exception des esclaves que tu possèdes. Et Allah observe toute chose. S33:V52

Cela peut aujourd’hui nous sembler choquant, mais je vais vous montrer qu’à l’époque où l’esclavage existait encore, cette pratique était parfaitement intégrée dans les mœurs, la preuve en est, Dieu l’a autorisée, or Dieu n’autorise que ce qui est bien et interdit tout ce qui est mal. C’est en comprenant ce que représente réellement la relation maître/esclave que vous serez à même de mesurer la sagesse divine qui se cache derrière une telle règle, qui à premier abord peut aujourd’hui nous sembler barbare et immorale.

captivity

L’esclavage ne se limite pas seulement à la traite des noirs, et être un esclave ne signifie pas forcément qu’on est mal traité.

Aujourd’hui, l’image qu’on a de l’esclavage se limite à celui des noirs, or ceci ne concerne que la fin de la période de l’esclavage. Car, à la base, cette condition pouvait concerner tous les hommes, et a été  voulue par Allah afin d’éprouver les gens les uns par les autres.

C’est Lui qui a fait de vous les successeurs sur terre et qui vous a élevés en rangs les uns au-dessus des autres, afin de vous éprouver en ce qu’Il vous a donné. (Vraiment) ton Seigneur est prompt en punition, Il est aussi Pardonneur et Miséricordieux. S6:V165

En effet, l’esclavage était parfaitement intégré dans l’organisation de toutes les sociétés du passé, et non pas exclusivement dans celle des Anciens Arabes. Tout comme il y avait des riches et des pauvres, des nobles et des roturiers, des natifs et des immigrés, il y avait aussi des hommes libres et des esclaves. Être un esclave n’était pas une position aussi horrible qu’on peut aujourd’hui se l’imaginer, car cela dépendait avant tout du maître que l’on avait. Certes, devenir un esclave quand on est un homme libre peut être perçu comme quelque chose de très cruel, mais ce qu’il faut savoir c’est que dans certains cas, mieux vaut devenir esclave que de mourir, étant donné que devenaient esclaves ceux qui étaient faits captifs sur le champ de bataille, à savoir les gens qu’on jugeait utiles d’épargner.

2dbc8b0bb50aea05878128d991e717f3

Être esclave n’était pas forcément une condition acquise à la naissance, mais beaucoup le devenaient après avoir été faits prisonnier sur le champs de bataille. Personne n’était donc à l’abri de devenir un jour esclave, pas mêmes les plus puissants. (Elle dit: «En vérité, quand les rois entrent dans une cité ils la corrompent, et font de ses puissants les plus vils. Et c’est ainsi qu’ils agissent. S27:V34)

À travers les guerres, Dieu purifie la société en supprimant les criminels, et en donnant une deuxième chance à ceux qui ont encore un espoir de se réformer, faisant d’eux des esclaves, de ce point de vue, l’esclavage est donc une véritable miséricorde de la part d’Allah.

[…] Et si Allah ne neutralisait pas les hommes les uns par les autres, la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la Faveur pour les mondes. S2:V251

En effet, devenir esclave, c’est vivre une deuxième vie dans la même vie, avoir une deuxième naissance, une nouvelle chance de prendre un tout nouveau départ et d’agir autrement qu’on agissait avant. Aujourd’hui, cette condition est dans certains cas bien plus enviable que beaucoup d’autres basses conditions. En effet, beaucoup de gens de basses conditions vivraient aujourd’hui bien mieux en tant qu’esclaves sous la tutelle d’un bon maître, plutôt que d’avoir à se soucier de leur propre survie ou d’être les employés d’un mauvais patron. D’autant plus qu’un bon maître pourrait même les élever de leur basse condition et les affranchir s’il voyait en eux une bonne conduite, étant donné qu’on s’investit toujours plus dans ce qui nous appartient. Le fait que l’esclavage ait existé pendant des millénaires fait partie intégrante de l’épreuve terrestre qu’Allah, ceci afin de nous éprouver les uns par les autres dans ce qu’Il nous a donné. En effet, tous les hommes ne se valent pas, et il existait aussi bien des bons comme des mauvais maîtres. Certains abusaient de leur position et étaient cruels envers leurs esclaves, et leur imposaient par exemple des relations sexuelles contre leur gré, alors que d’autres étaient bienveillants et traitaient leurs esclaves comme leur propre famille, s’abstenaient de toute relation sexuelle avec eux et allaient même jusqu’à les marier et à les affranchir comme s’ils étaient leurs propres enfants.

Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. Car (la grâce d’) Allah est immense et Il est Omniscient. S24:V32

Ce n’est pas parce que Dieu autorise les relations sexuelles avec les esclaves que cela signifie pour autant qu’Il les recommande. La preuve en est, Allah nous prescrit la chasteté jusqu’au mariage, et au cas où on n’a pas les moyens, de se marier avec une de nos esclaves plutôt que d’avoir des relations sexuelles avec elle hors mariage. Cette pratique est donc seulement tolérée, mais absolument pas recommandée par Allah.

Et que ceux qui n’ont pas de quoi se marier, cherchent à rester chastes jusqu’à ce qu’Allah les enrichisse par Sa grâce. […] S24:V33

Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. […] S4:V25

En créant cette condition qu’est l’esclavage, Dieu nous donne aussi les métaphores pour que nous puissions avoir l’illustration de ce qu’est un bon et mauvais maître, et un bon et mauvais esclave, et ainsi être plus à même de comprendre notre propre relation avec Lui. Nous sommes les esclaves de Dieu dans le sens où nous lui appartenons intégralement et qu’Il peut faire de nous ce qu’Il veut. Pourtant, Dieu nous traite avec bonté comme si nous étions ses propres enfants, nous a affranchis de notre servitude, accordé le libre arbitre, et comblé de Ses largesses. A l’inverse, le mauvais maître traite ses esclaves avec cruauté et leur impose ses choix par la ruse et par la force, et se montre avare envers eux, à l’image du traitement que le Diable réserve à ses suiveurs. Aussi, le bon esclave est celui qui cherche à plaire à son maître, qui lui demeure fidèle et reconnaissant, et qui ne sert pas d’autres maîtres que lui. Alors que le mauvais esclave est celui qui ne donne pas satisfaction à son maître, et se montre ingrat et infidèle envers lui. Cela nous apprend donc à apprécier les qualités de Dieu en tant que notre Maître, et à savoir comment nous comporter de sorte à Lui plaire, en tant que Ses esclaves.

Étant donné que l’esclave appartient en intégralité à son maître, ce dernier a tous les droits sur lui au même titre qu’il est libre de faire tout ce qu’il veut de sa propre personne. Cependant, cela ne signifie pas pour autant qu’il peut le traiter injustement sans conséquences, car de même que les injustices que l’on commet envers soi-même, certes elles ne regardent que nous et Allah, et par conséquent personne n’a son mot à dire dessus, mais elles n’en demeurent pas moins répréhensibles devant Allah. Ainsi, un maître peut faire ce qu’il veut de son esclave sans que les autres ne puissent y faire quoi que ce soit, et c’est Dieu qui sévira contre lui directement s’il agit mal. Dieu n’autorise que ce qui est bon, le fait que Dieu ait rendu licite les relations sexuelles avec les esclaves est donc forcément une bonne chose. Le fait que ces relations soient consenties ou non est une autre question, car Dieu interdit toute relation sexuelle contrainte que ce soit avec ses esclaves ou épouses. En effet, Dieu interdit de contraindre ses esclaves à la prostitution si elles veulent rester chastes, ce qui sous entend que leur imposer des relations sexuelles forcées l’est également:

Et que ceux qui n’ont pas de quoi se marier, cherchent à rester chastes jusqu’à ce qu’Allah les enrichisse par Sa grâce. Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d’affranchissement, concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux; et donnez-leur des biens d’Allah qu’Il vous a accordés. Et dans votre recherche des profits passagers de la vie présente, ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution, si elles veulent rester chastes. Si on les y contraint, Allah leur accorde après qu’elles aient été contraintes, Son pardon et Sa miséricorde. S24:V33

Les règles de Dieu ont pour but de préserver la morale et de protéger la société, or les relations sexuelles au sein d’un même foyer, à savoir avec ses épouses ou ses esclaves, ne nuisent ni à la morale ni à la société, car elles respectent les règles de Dieu et de la société, et se limitent au strict cadre du foyer. Dieu nous recommande de demeurer chaste jusqu’au mariage, donc de ne pas pratiquer de relations sexuelles avec nos esclaves, mais mieux vaut avoir des relations sexuelles avec elles que de chercher au-delà en pratiquant la fornication. Par contre, les relations sexuelles interdites par Allah, à savoir avec les femmes mariées, les esclaves d’autres maîtres, ou les femmes célibataires avec qui on n’est pas lié par le mariage, vont non seulement créer des conflits dans la société mais également y semer le vice et la perversion, car elles ont un mauvais impact sur la société et nuisent à la morale en général. Dieu interdit le libertinage car ce type de relation n’est régi par aucune règle, et par conséquent est source de désordre et de conflits dans la société, et également parce que cela nuit à l’institution qu’est le mariage, sur lequel repose la survie de toute la société. De même, les relations incestueuses sont interdites par Allah car elles sont  immorales et qu’elles détruisent le noyau familial, qui est la cellule de base de la société. Au sein d’un même noyau familial, Dieu a distribué des rôles précis à chacun, et chambouler ces rôles fixés par Allah conduirait à la destruction de toute la société. Imaginez un homme qui a un enfant avec sa propre fille, le résultat de cette union incestueuse ferait que cet homme serait à la fois le père et le grand-père de cet enfant, le père et le conjoint de sa fille, je vous laisse imaginer les dégâts irrémédiables que cela causerait sur cette famille, et toute autre relation incestueuse conduirait au même résultat désastreux. Aujourd’hui, ce n’est pas pour rien que même les sociétés séculaires encouragent le mariage et interdisent l’inceste, car aucune société ne peut survivre sans ses règles de bases établies par Dieu. Et, vous n’avez pour vous en convaincre qu’à étudier les sociétés tribales païennes où ces règles divines ne sont pas observées pour voir le chaos, les conflits, et les maladies qui y sévissent, et surtout l’issue qui a été la leur, à savoir leur destruction totale et leur disparition de la surface de la terre. Voici la liste exhaustive des relations considérées comme incestueuses selon la loi Divine:

Vous sont interdites vos mères, filles, sœurs, tantes paternelles et tantes maternelles, filles d’un frère et filles d’une sœur, mères qui vous ont allaités, sœurs de lait, mères de vos femmes, belles-filles sous votre tutelle et issues des femmes avec qui vous avez consommé le mariage; si le mariage n’a pas été consommé, ceci n’est pas un péché de votre part; les femmes de vos fils nés de vos reins; de même que deux sœurs réunies – exception faite pour le passé. Car vraiment Allah est Pardonneur et Miséricordieux; et, parmi les femmes, les femmes mariées, sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. S4:V23-24

En résumé, Dieu autorise les relations sexuelles consenties avec ses esclaves, sans pour autant les encourager, car Dieu recommande avant tout la chasteté jusqu’au mariage. Cela n’a cependant rien à voir avec les gens aujourd’hui qui s’octroient le droit d’avoir des relations sexuelles, consenties ou non, avec leurs domestiques, car les domestiques ne sont pas des esclaves, et un tel acte est totalement illicite aussi bien en regard de la loi divine que de celle des hommes, car cela s’appelle un abus de position dominante. Tous ces riches Saoudiens, Emiratis, Marocains, qui se livrent à ces actes ignobles sont donc repréhensibles devant Dieu et la société, et savent pertinemment que ce qu’ils font est criminel et ne crée que le malheur autour d’eux.

sex1

Aujourd’hui, ce sont ceux qui sont les plus rigoristes et qui affichent le plus de zèle dans leur religion, qui commettent les plus grandes horreurs.

Les relations sexuelles avec les esclaves sont tolérées par Dieu, car elles nous appartiennent en toute propriété, et nos agissements envers elles relèvent donc de la sphère privée et personnelle. Ces relations entrent dans un cadre officiel parfaitement établi, au même titre que les relations avec nos épouses, à la fois en regard de la loi de Dieu et de celle des hommes. Elle ne nuisent donc en rien à la société, car elles ne répandent pas le vice et ne sont pas sources de conflits entres les hommes. Alors que les relations hors mariage et incestueuses sont sources de tous les maux, et sont un danger pour l’espèce humaine entière, car elles sont immorales et ne sont régies par aucune règle. La preuve de leur dangerosité n’est plus à établir, étant donné qu’on sait tous aujourd’hui que toutes les sociétés qui les pratiquaient ont quasiment toutes disparues, et Dieu n’a laissé qu’une poignée de survivants parmi eux afin de nous montrer les preuves. Je vous recommande d’étudier l’histoire des colons européens quand ils sont arrivés en Amérique pour la première fois, et les mœurs ignobles qu’ils y ont découvert, ce qui les a poussé à les traiter comme des animaux, des nuisibles, car c’est ce qu’ils étaient vraiment. Dieu a éradiqué cette vermine de la surface de la terre, afin d’empêcher que leur vice ne se propage au reste de la terre. Même aujourd’hui, les quelques tribus indiennes qui ont survécu sont cantonnées dans des réserves et ne se mélangent pas au reste de la population, du fait que leur vice persiste encore et que la société doit se protéger d’eux.

La prostitution

quartier_rouge_amsterdam_04

[…] Et dans votre recherche des profits passagers de la vie présente, ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution, si elles veulent rester chastes. Si on les y contraint, Allah leur accorde après qu’elles aient été contraintes, Son pardon et Sa miséricorde. S24:V33

Ce verset peut nous choquer ou on peut s’imaginer qu’il a été mal traduit, mais il n’en est absolument rien. Ce verset semble légitimer la pratique de la prostitution, en tout cas ne l’interdit pas, à condition de respecter certaines règles de base. Ce n’est d’ailleurs pas le seul verset qui parle de prostitution, ce qui ne nous étonnera pas, car cette pratique existe depuis la nuit des temps, et ce n’est pas pour rien qu’on dit que la prostitution est le plus vieux métier du monde.

Elle (Marie) dit: «Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis pas prostituée?» S19:V20

Les hypocrites et les pervers que sont bon nombre de musulmans doivent certainement faire mine d’être choqués par mes propos, ils veulent rayer de leurs bouches la lumière d’Allah, mais Allah parachèvera sa lumière et accomplira son bienfait sur les hommes.

Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah ne veut que parachever Sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les négateurs. S9:V32

Dans les faits, tous les pays musulmans, y compris les plus rigoristes comme l’Arabie Saoudite, pratiquent la prostitution, excepté qu’elle est organisée de façon clandestine, et de ce fait, se déroule dans des conditions infiniment plus atroces que dans les pays occidentaux. D’autres pays dont la population est à majorité musulmane comme l’Indonésie, tolèrent la prostitution, sans accorder aux prostituées le statut qui va avec, ce qui est très injuste vis à vis d’elle et hypocrite. Je vous invite à cliquer sur les articles suivant pour les lire en intégralité.

sex2

sex3

sex5

 

Comme je l’ai déjà dit, Dieu n’autorise que ce qui est bon et interdit ce qui est mauvais, donc si Dieu n’interdit pas la prostitution, c’est qu’elle recèle une bonne chose pour la société. Pour que vous compreniez la sagesse qui se cache derrière cette règle, je vous propose une métaphore: tout comme on a besoin de toilettes dans toute maison, de même, dans toute société on a besoin de la prostitution. Mais attention, la prostitution n’est tolérée par Dieu que sous certaines conditions. Comme cité dans le premier verset de cette section, Dieu interdit de contraindre les femmes, esclaves ou libres, à la prostitution, cela résout déjà un fléau de notre société où la majorité des prostituées sont en réalité forcée à cette pratique. La deuxième règle est que Dieu autorise la prostitution en tant que pratique, mais nous interdit d’y avoir recours, car Allah nous recommande de rester chastes jusqu’au mariage et de n’avoir de relations sexuelles qu’avec nos épouses et esclaves, même si ce dernier cas de figure n’existe plus aujourd’hui. Dieu chercherait-il à nous tenter en autorisant la prostitution, tout en nous interdisant d’y avoir recours? Absolument pas, car Dieu nous a donné le libre arbitre et c’est à nous de faire nos propres choix et de lui obéir de nous-mêmes ou non, sans nous contraindre par la force. En effet, de même que Dieu a autorisé la prostitution, tout en nous interdisant d’y avoir recours, Dieu a également autorisé le libertinage tout en nous interdisant de nous y adonner.

En réalité, il n’y a rien de contradictoire là-dedans, le libertinage et la prostitution ne sont là que pour accaparer les mauvais éléments de la société, hommes et femmes, et pour les neutraliser les uns par les autres, et ne sont pas destinés aux gens de bien. Dieu a destiné les libertins aux libertines, ainsi Dieu protège tous les autres de leurs vices et de leurs tentations. De même, la prostitution permet aux mauvais éléments de la société d’assouvir leurs pulsions sexuelles sur les femmes qui ont fait le choix d’elles-mêmes de se prostituer, protégeant ainsi les autres femmes de devenir les cibles potentielles de ces hommes déséquilibrés. Ainsi, la prostitution et le libertinage servent de catharsis ou d’exutoire à toutes les mauvaises personnes de la société, comme une sorte de paratonnerre qui attire à lui toutes les mauvaises pulsions qui peuvent nuire au reste de la société.

Quand je dis que Dieu a rendu licite le libertinage et la prostitution, cela ne signifie pas que Dieu prescrit de s’y adonner. Dieu nous interdit sans aucun doute de nous livrer au libertinage et à la prostitution, mais par contre Dieu ne nous a jamais prescrit de les interdire aux autres, car nulle contrainte en religion, et chacun est libre de faire ses propres choix dans la vie.

Nulle contrainte en religion! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. S2:V256

On voit bien que dans les pays musulmans où le libertinage et la prostitution sont officiellement interdits, cela n’a en réalité rien arrangé , et que dans les faits ces pratiques ont tout de même lieu, et même plus qu’ailleurs dans le monde. Je vous invite à cliquer sur l’article suivant pour le lire en intégralité.

sex4

Les musulmans ont vraiment une maladie dans le cœur, car ils interdisent officiellement la prostitution, alors qu’Allah l’a autorisée, mais la pratique de façon clandestine dans des conditions bien plus horribles que partout ailleurs dans le monde et à un rythme bien plus effréné.

En effet, une telle interdiction est non seulement irréaliste et impossible à mettre en œuvre, et ne fait en réalité que créer plus de frustrations et de tabous, ce qui au final favorise le libertinage et le recours à la prostitution. Dans les pays où ils sont interdits, le libertinage et la prostitution demeurent, excepté qu’ils sont menés clandestinement, ce qui ne fait qu’empirer les conditions de leur pratique, et développe l’hypocrisie et la perversion des populations. Ce n’est pas pour rien que le top des pays en termes de consommation de contenus pornographiques sont principalement les pays musulmans, et que le vice, l’hypocrisie, et la perversion touchent bien plus les populations musulmanes que celles des autres pays. Je vous invite à lire les articles suivant en cliquant dessus.

pornographie6pornographie5pornographie4pornographie3pornographie2pornographie

pornographie7

Il est vrai que les actrices pornos sont indécentes, mais bien plus indécents qu’elles sont ceux qui veulent se donner l’apparence de la piété et font la guerre à la pornographie, tout en en étant les plus gros consommateurs.

En interdisant ce qu’Allah n’a jamais interdit, les musulmans commettent une énorme injustice envers eux-mêmes et ne font qu’accroître leur propre hypocrisie, et au final ils en sont les premières victimes car cela ne crée que plus de misère sexuelle dans leurs pays et de détraqués sexuels dans leurs rues. Je vous invite à lire les articles suivants en cliquant dessus.

miseresexuelle2miseresexuelle3

On compte parmi les plus grands pervers et maniaques sexuels, ces mêmes gens qui optent pour la version la plus rigoriste de l’islam, à savoir les salafistes, qui ne pensent qu’à multiplier les partenaires sexuels et qui ont l’esprit systématiquement mal tournés. Ce sont ces mêmes gens qui s’offusquent de voir un bout de jambe ou de bras féminin, qui s’adonnent dans le plus en secret à la pornographie, à la perversion, au libertinage et à la débauche. L’exemple le plus criant est celui de Tariq Ramadan, dont le fond de commerce était de promouvoir la chasteté et qui propageait un point de vue extrêmement stricte concernant les relations homme/femme. Dieu montre les preuves aux musulmans afin qu’ils cessent leur hypocrisie, en faisant de Tariq Ramadan un exemple. Dieu sait qu’il nous a créé avec des pulsions sexuelles, et ne nous pas commandé de renier leur existence, mais de les réguler en observant les règles qu’il a établies pour nous, et de les assouvir dans le cadre qu’Il nous a autorisé, et non pas de nous comporter en pervers et en hypocrite.

51fzab6krGL

Dieu a maudit les hypocrites et leur a réservé une place parmi les plus basses couches de l’enfer en compagnie des associateurs et des mécréants. Ce criminel de Tariq Ramadan est non seulement un pervers et un hypocrite, mais il se sert de la religion d’Allah comme fond de commerce. Il remplit toutes les cases du criminel, et même quand Allah a fait en sorte qu’il soit pris la main dans le sac, il n’a fait que contester sa faute, alors que les preuves contre lui sont criantes, et il persiste à se présenter en martyr et en victime innocente. Dieu lui réserve le pire des sorts dans cette vie et dans l’au-delà.

Les prérequis du mariage

entete-catalogue_miss-maggies_3360x1260_desktop_psyche-139___menu-mariage

Se marier n’est pas ouvert à tout le monde mais nécessite une certaine maturité et indépendance financière, car l’engagement du mariage est quelque chose de lourd et qui implique de grandes responsabilités. Donc, les mariages arrangés entre enfants, ou entre un adulte et un/une enfant sont proscrits par Allah, car les 2 partis doivent être suffisamment matures pour être en mesure de savoir ce dans quoi ils s’engagent exactement. C’est en effet, aux parents ou au tuteur légal d’évaluer la maturité de leurs enfants, avant de leur donner leur accord pour se marier.

Et éprouvez (la capacité) des orphelins jusqu’à ce qu’ils atteignent (l’aptitude) au mariage; et si vous ressentez en eux de la maturité, remettez-leur leurs biens. […] S4:V6

L’indépendance financière est également une condition importante pour que le mariage puisse tenir la route, car la nouvelle cellule familiale qui est créée à travers le mariage d’un homme et d’une femme est censée subvenir à ses propres besoins et fonctionner de façon totalement autonome. Les mariages où cela n’est pas le cas se finissent généralement en échec, car un couple ne peut fonctionner correctement que s’il peut agir de manière indépendante et prendre ses propres décisions, et pour cela l’indépendance financière est indispensable. En effet, à partir du moment où on est financé par une source extérieure, quelle qu’elle soit, cette source a forcément son mot à dire, or il ne peut y avoir qu’un seul décisionnaire dans un couple, l’homme, que Dieu a chargé de cette responsabilité, et non pas deux. Cependant, indépendance financière ne signifie pas nécessairement être riche, mais avoir un revenu suffisant qui permette de subvenir aux besoins de sa famille sans nécessiter le recours à une aide extérieure, sauf exception. Dieu donnera ensuite la richesse à ceux qui agissent bien et qui ont fourni les efforts nécessaires.

Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. Car (la grâce d’) Allah est immense et Il est Omniscient. S24:V32

Si vous n’avez pas encore atteint l’indépendance financière et une certaine maturité intellectuelle et spirituelle, alors mieux vaut pour vous attendre encore un peu avant de vous lancer dans le mariage et ne pas précipiter les choses si vous voulez vous donner plus de chance que votre mariage soit couronné de succès. Par contre, tout(e) croyant(e) doit passer par l’étape du mariage, car cela fait partie des étapes indispensables à son développement personnel, à savoir naître, être un enfant, devenir un adulte, se marier, avoir des enfants, avoir des petits enfants, mourir, pour accomplir le processus complet pour devenir un(e) homme/femme pleinement accompli(e) et recevoir tous les enseignements de Dieu. Il n’existe pas de célibat choisi dans la religion de Dieu, car un tel mode de vie est individualiste et source de tous les vices, et ne permet pas de grandir en tant qu’adulte. Un célibataire qui n’a jamais été marié et n’a pas eu d’enfant demeurera toujours un grand enfant, car il passe à côté de beaucoup d’enseignements que l’on n’assimile qu’en créant sa propre famille. C’est en devenant soi-même parent qu’on réalise les bienfaits de Dieu sur nous quand nous étions enfants, et qu’on ne pouvait pas réaliser du fait de notre immaturité, et l’effort que c’est d’avoir des responsabilités et d’autres personnes à sa charge, réalisant ainsi ce que Dieu fait pour nous au quotidien.

Les mariages autorisés

Dieu nous a listé toutes les relations qui nous sont interdites car considérées comme incestueuses ou immorales:

Et n’épousez pas les femmes que vos pères ont épousées, exception faite pour le passé. C’est une turpitude, une abomination, et quelle mauvaise conduite! Vous sont interdites vos mères, filles, sœurs, tantes paternelles et tantes maternelles, filles d’un frère et filles d’une sœur, mères qui vous ont allaités, sœurs de lait, mères de vos femmes, belles-filles sous votre tutelle et issues des femmes avec qui vous avez consommé le mariage; si le mariage n’a pas été consommé, ceci n’est pas un péché de votre part; les femmes de vos fils nés de vos reins; de même que deux sœurs réunies – exception faite pour le passé. Car vraiment Allah est Pardonneur et Miséricordieux; et, parmi les femmes, les femmes mariées, sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. S4:V22-23

Dieu interdit aussi de se marier avec une personne déjà mariée:

et, parmi les femmes, les femmes mariées, sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. […] S4:V24

Pour les femmes et hommes divorcés, une période d’attente est requise avant de pouvoir se remarier, sa durée est de 4 mois ou de 3 menstrues, délai durant lequel les 2 époux peuvent encore se retracter et se remettre ensemble. On reconnait la sagesse de Dieu derrière cette règle, car une femme peut encore découvrir qu’elle est enceinte jusqu’à 3 menstrues après son dernier rapport sexuel, et aussi, parce que cette durée de 4 mois n’est ni trop longue ni trop courte pour que les 2 époux aient suffisamment de temps pour réfléchir, soit pour se retracter, soit pour confirmer leur séparation.

Et les femmes divorcées doivent observer un délai d’attente de trois menstrues; et il ne leur est pas permis de taire ce qu’Allah a créé dans leurs ventres, si elles croient en Allah et au Jour dernier. Et leurs époux seront plus en droit de les reprendre pendant cette période, s’ils veulent la réconciliation. Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage. S2:V228

Pour ceux qui font le serment de se priver de leurs femmes, il y a un délai d’attente de quatre mois. […] S2:V226

En dehors des relations interdites et qui sont listées dans le premier verset cité plus haut, Dieu autorise toutes les autres relations. Certaines relations peuvent être perçues par la société comme étant tapageuses, comme quand un grand écart d’âge sépare les 2 conjoints, ou peu communes comme citées dans les versets ci-dessous: le cas d’un mariage avec sa belle fille, d’une ex-femme avec qui on n’a pas eu de rapports sexuels, ou avec l’ex-femme de son fils adoptif.

Quand tu disais à celui qu’Allah avait comblé de bienfait, tout comme toi-même l’avais comblé: «Garde pour toi ton épouse et crains Allah», et tu cachais en ton âme ce qu’Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c’est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eut cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu’il n’y ait aucun empêchement pour les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d’Allah doit être exécuté. S33:V37

Et n’épousez pas les […] belles-filles sous votre tutelle et issues des femmes avec qui vous avez consommé le mariage; si le mariage n’a pas été consommé, ceci n’est pas un péché de votre part; S4:V22

Ces relations ne représentent évidemment pas la norme, et c’est en cela qu’elles peuvent choquer, mais si Dieu les a tout de même autorisées, c’est que dans certains cas elles peuvent être bénéfiques et apporter satisfaction aux 2 conjoints. Dieu seul sait ce qui est bien et ce qui est mal, et ce que Dieu décrète comme bon et licite l’est assurément et ce qu’Il décrète comme ne l’étant pas, l’est également à coup sûr.

Dieu nous interdit aussi de nous marier avec les associateurs et les non croyants, mais pas exactement dans le sens compris par les musulmans.

Et n’épousez pas les femmes associatrices tant qu’elles n’auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu’une associatrice même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d’épouses aux associateurs tant qu’ils n’auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. Car ceux-là [les associateurs] invitent au Feu; tandis qu’Allah invite, de par Sa Grâce, au Paradis et au pardon Et Il expose aux gens Ses enseignements afin qu’ils se souviennent! S2:V221

Pour les musulmans, les associateurs sont ceux qui adorent les idoles, ou qui ont plusieurs dieux, et les non croyants sont ceux qui affirment n’avoir aucune religion ou ne pas croire en Dieu. Or, les vrais associateurs sont tous ceux qui suivent d’autres règles que celles de Dieu et qui prennent pour guides des associés ou intermédiaires en dehors de Dieu, ce qui est le cas aujourd’hui de la plupart des musulmans, juifs, chrétiens, et des gens des autres sectes qui se font appeler “religions” (bouddhisme, hindouisme, zoroastrisme, chamanisme, … ).

.

Les voilà aujourd’hui les associateurs cités dans le Coran, et non pas seulement ceux qui adorent les statues comme le croient la plupart des musulmans.

Quant aux non croyants, beaucoup de gens aujourd’hui sont définis par les musulmans comme tels, or ce n’est pas vraiment leur cas, car ils n’affirment pas de façon catégorique leur non croyance en Dieu et demeurent ouvert à la foi en Dieu, et le fait qu’ils rejettent les sectes qui se font passer aujourd’hui pour religions (islam, judaïsme, christianisme,…) est plutôt bon signe et la preuve de leur bonne santé mentale et de leur justice. Aujourd’hui, si la personne que vous avez en face, peu importe ce qu’elle prétend être, est quelqu’un d’ouvert à la discussion et qui fait usage de sa propre réflexion, et qui est juste dans ses propos et comportements, alors cette personne est tout à fait licite pour vous marier avec. Ce que Dieu interdit aux croyants, ce sont les gens qui rejettent catégoriquement la foi ou qui rejettent la vraie voie de Dieu pour suivre coûte que coûte les voies sectaires de leurs ancêtres. Ceux-là, aucune cohabitation n’est possible avec eux, et beaucoup de gens qui ont été aujourd’hui guidés par Dieu vers sa vraie voie, et qui ont pour conjoints des associateurs (musulmans, juifs, chrétiens) ou des non croyants affermis, savent très bien de quoi je parle et témoignent du fait que la vie avec eux est intenable. Les vrais croyants ne peuvent pas se marier avec les associateurs et les non croyants, même si ces derniers leur plaisent, car toute cohabitation avec eux est impossible au quotidien tant leurs croyances sont incompatibles avec ceux d’un vrai croyant. Ainsi, l’associateur ne pourra vivre qu’avec une associatrice, et le fornicateur ne pourra épouser que la fornicatrice. En effet, ces derniers sont ancrés dans le vice et l’égarement, et il est impossible pour eux de supporter à terme le mode de vie d’un croyant, et vice versa.

Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur; et cela a été interdit aux croyants. S24:V3

Cela peut arriver qu’un croyant commette le péché de fornication, en ayant une relation sexuelle hors mariage ou en commettant l’adultère. Mais, vous ne trouverez jamais aucun vrai croyant épouser une fornicatrice, et si tel est le cas, alors leur mariage ne tiendra pas longtemps, ou cela signifie que l’un des deux finira par embrasser le mode de vie de l’autre. Au final, c’est Dieu qui associe les uns aux autres en fonction de la nature de chacun, et de façon générale, les gens de bien seront destinés entre eux, et les gens de mal seront destinés entre eux également.

Les mauvaises [femmes] aux mauvais [hommes], et les mauvais [hommes] aux mauvaises [femmes]. De même, les bonnes [femmes] aux bons [hommes], et les bons [hommes] aux bonnes [femmes]. […] S24:V26

La recommandation d’Allah est bien évident de se marier avec un conjoint qui est déjà croyant et qui met sa foi en pratique, afin que mari et femme puissent avancer ensemble dans une même direction, à savoir celle d’Allah, car si tel n’est pas le cas, leur vie deviendrait très vite insupportable.

Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. Allah connaît mieux votre foi, car vous êtes les uns des autres (partageant la même foi en Dieu). […] S4:V25

O vous qui avez cru! Quand les croyantes viennent à vous en émigrées, éprouvez-les; Allah connaît mieux leur foi; si vous constatez qu’elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants. Elles ne sont pas licites [en tant qu’épouses] pour eux, et eux non plus ne sont pas licites [en tant qu’époux] pour elles. Et rendez-leur ce qu’ils ont dépensé (comme mahr). Il ne vous sera fait aucun grief en vous mariant avec elles quand vous leur aurez donné leur mahr. Et ne gardez pas de liens conjugaux avec les mécréantes. Réclamez ce que vous avez dépensé et que (les mécréants) aussi réclament ce qu’ils ont dépensé. Tel est le jugement d’Allah par lequel Il juge entre vous, et Allah est Omniscient et Sage. S60:V10

Les critères du bon conjoint

En termes de critères du conjoint à choisir, il ne faut pas opter en priorité pour le choix du cœur, mais pour celui de la raison, même si l’idéal est d’avoir les deux, mais cela n’est pas toujours possible. La plupart des gens cherchent un coup de cœur, ou la beauté physique, ou la richesse, ou la position sociale, alors que votre premier critère doit être de chercher un conjoint qui a une bonne nature et une vie saine tout en étant croyant ou au moins ouvert à la croyance. Avoir une bonne nature, c’est être naturellement doux et bon, ne pas chercher le conflit, ne pas être dans l’excès.  Avoir une vie saine, c’est être loin des vices, des perditions, des tracas, et des futilités, mais avoir une vie rangée, sérieuse, et équilibrée, proche de Dieu, de la nature, des choses saines, et de la famille. Si votre conjoint correspond à ces critères, forcément tout le reste ira, car un bon fruit est forcément issu d’un bon arbre, vous n’aurez donc pas de mauvaises surprises quant à son entourage ou à sa famille, ce qui est très important tant l’influence de ces derniers est grande. En effet, il ne faut pas oublier que se marier, ce n’est pas seulement se marier avec son conjoint, mais c’est aussi intégrer une nouvelle famille et un nouveau groupe d’amis. Si vous faites le choix de la bonne personne, forcément, cela ira aussi du côté de sa famille et de ses amis.

Dans votre relation, il ne faut pas vous précipiter, car beaucoup savent jouer la comédie le temps qu’il faut et ont l’esprit fourbe, et une fois qu’ils vous mettent le grapin dessus, ils vous montrent leur vrai face, mais il est alors trop tard pour faire machine arrière, et souvent les dégâts sont irrémédiables. Dieu nous commande d’éprouver notre futur conjoint à travers plusieurs tests, et de prendre le temps de mieux le connaître, afin d’éviter les mauvaises surprises. Ce que Dieu nous recommande dans le verset suivant s’applique en réalité à tout conjoint. Dieu ne nous a jamais demandé de nous engager à l’aveugle, comme le font beaucoup de musulmans à travers leurs mariages arrangés, et qui finissent généralement en fiasco.

O vous qui avez cru! Quand les croyantes viennent à vous en émigrées, éprouvez-les; Allah connaît mieux leur foi; […] S60:V10

Si vous voulez un mariage réussi, alors mariez vous selon la procédure prescrite par Dieu dans le Coran (plus loin dans cet article), et ne grillez pas les étapes. Par exemple, un conjoint qui ne veut pas attendre le mariage avant d’avoir des relations sexuelles, n’est pas le bon conjoint pour vous, car cela montre qu’il ne craint pas vraiment Dieu, même si sa bouche prétend le contraire. Le bon conjoint est celui qui accepte de suivre toutes les étapes prescrites par Dieu et dans le bon ordre, et dont la personnalité correspond naturellement aux critères que je vous ai listés plus haut. Celui-là en général, vous vous sentirez à l’aise avec lui dès la première rencontre. Car, comme on dit, la première impression est quasiment toujours la bonne, et une bonne personne demeure la même bonne personne du début à la fin sans avoir à faire d’efforts, car c’est sa vraie nature. Alors que la mauvaise personne, va petit à petit révéler sa nature cachée mauvaise, car elle joue la comédie et n’est pas sincère dans son comportement.

Le bon conjoint, on l’aimera toujours pour ses qualités, alors que la beauté physique et la passion amoureuse déclinent forcément avec le temps. L’amour raisonnable lui reste pour toujours, accroît avec le temps, et est bien plus fort et plus beau. C’est pourquoi le croyant ne demande pas à Dieu de lui donner forcément une jolie femme selon les critères standards de beauté, mais plutôt la femme qui soit jolie à ses yeux, car la beauté est toute relative et dépend avant tout de notre perception. Combien de femmes nous paraissent belles, et aussitôt qu’elles ouvrent la bouche, nous font passer leur beauté au second plan.

Et qui disent: «Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux». S25:V74

La fornication/”Zina”

La fornication, que ce soit l’adultère ou l’acte sexuel hors mariage est un péché extrêmement grave, qui est puni de 100 coups de fouets pour obtenir son expiation. En effet, la fornication est une pratique qui se déroule en dehors de toutes règles, religieuses et civiles, et qui plus est immorale, elle nuit donc non seulement à la société dans son ensemble, mais également à l’individu lui-même, car elle conduit à la mort de l’âme et même du corps physique. Aujourd’hui, cette punition n’est plus applicable dans la plupart des pays, c’est donc Dieu lui-même qui punira directement les coupables, et ceux qui s’adonnent à cette pratique savent déjà très bien tous les malheurs qu’elle engendre sur eux.

La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition. S24:V2

Notez que ce que le Coran appelle en arabe la “zina“, est bel et bien la “fornication” et non pas la “diffamation“. En effet, le verset suivant ne laisse place à aucun doute que la “zina” est bel et bien une turpitude, à savoir un acte grave de perversion, alors que la diffamation n’est clairement pas une forme de turpitude.

Et n’approchez point la fornication/zina. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin! S17:V32 

Quant au châtiment de lapidation spécifique aux adultères, ceci est une pure invention de l’islam et ce châtiment n’a jamais été prescrit par le Coran. Que ce soit de la fornication ou de l’adultère, le prix pour expier ce péché demeure le même, à savoir 100 coups de fouets, ce qui est déjà un châtiment lourd si on l’applique sans retenu comme cela est prescrit dans le Coran.

La Masturbation

Voilà une question qui intéresse énormément de monde tant cette pratique est courante et torture l’esprit de ceux qui s’y adonnent. On voit de plus en plus de soi disant érudits autoriser cette pratique étant donné qu’elle n’est pas explicitement mentionnée dans le Coran et n’est pas assimilable à de la fornication. Du fait que la masturbation n’implique que l’individu qui s’y adonne et soit restreinte au cadre de la stricte sphère personnelle et privée, certains sont tentés de la légitimer. Ce qui est certain, c’est que ceux qui veulent avoir l’esprit tranquille concernant cette pratique n’ont aucun mal à trouver un paquet de “savants” la légitimer pour eux. Or, Allah autorise ce qui est bon et convenable et interdit ce qui est mauvais et indécent, et c’est dans ce sens que le Coran interdit cette pratique.

Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. S16:V90

Voilà la réponse du Coran aux soi-disant érudits et autres imposteurs qui prétendent que la masturbation est une pratique autorisée par Allah:

et quand ceux-ci commettent une turpitude, ils disent: «C’est une coutume léguée par nos ancêtres et prescrite par Allah.» Dis: «[Non,] Allah ne commande point la turpitude. Direz-vous contre Allah ce que vous ne savez pas?» S7:V28

En effet, toute turpitude vient du Diable, qui veut nous souiller et nous couvrir de honte, afin de détruire notre pureté et de nous détourner de la voie de Dieu.

O vous qui avez cru! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les pas du Diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Et n’eussent été la grâce d’Allah envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’aurait jamais été pur. Mais Allah purifie qui Il veut. Et Allah est Audient et Omniscient. S24:V21

Dieu commande aux croyants et aux croyantes de protéger leurs regards contre ce qui pourrait amener la tentation en eux. Or, qui dit masturbation, dit forcément pornographie ou du moins pensées impures, ce qui confirme la mauvaise nature de cette pratique. Si Dieu nous commande d’éviter les regards trop pesants ou qui sont dirigés vers les zones érogènes du corps de la femme (qui suscite l’excitation sexuelle chez les hommes), il va de soit que la pornographie, qui va bien plus loin que cela, est strictement interdite par Allah.

Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C’est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. S24:V30-31

Dieu interdit la turpitude, dont la masturbation fait clairement partie, parce qu’elle nous porte préjudice et nous mène dans un chemin de destruction. En effet, celui qui prend ce chemin va s’enfoncer toujours plus loin dans le péché, et nous savons tous que la masturbation ne fait qu’amplifier notre perversion et n’est que la première étape vers un bien plus grand péché, qui est celui de la fornication. Dieu nous dit que le meilleur moyen de nous protéger des turpitudes est la Salat. En effet, la Salat, à savoir le contact divin, éloigne de nous les mauvaises pensées, car le Diable ne peut nous approcher quand nous sommes en présence de Dieu, et parce que la bonne pensée chasse la mauvaise.

Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la Salât. En vérité la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. L’évocation  d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. S29:V45

Cependant, il ne faut pas se mentir ou se voiler la face, rares sont les hommes qui peuvent vraiment prétendre ne s’être jamais adonnés à la masturbation au moins une fois dans leur vie, et je ne sais même pas si un tel cas de figure a vraiment existé, excepté Jésus Christ. En effet, le péché le plus répandu chez les hommes et les femmes est d’ordre sexuel, car la tentation sexuelle est la plus forte qui soit parmi toutes les autres tentations. On peut être plus ou moins chaste ou dévot, mais personne ne l’est à 100% en permanence, excepté Marie que Dieu a élu sur toutes les femmes de la terre, et Jésus qui est également un cas unique.

Et celle [la vierge Marie] qui avait préservé sa chasteté! Nous insufflâmes en elle un souffle (de vie) venant de Nous et fîmes d’elle ainsi que de son fils, un signe [miracle] pour l’univers. S21:V91

Or, Dieu ne va jamais exiger de nous ce qu’il nous est impossible d’observer, donc d’un côté Dieu n’autorise pas la masturbation, et d’un autre, Dieu sait que la plupart des gens seront amenés à la commettre dans un moment de faiblesse, car la chair est faible, et tout comme nous sommes vulnérables à la faim quant il s’agit d’alimentation, de même la pulsion sexuelle est une sorte de faim qui doit être apaisée, et la masturbation permet de le faire à moindre frais. Il y a ceux qui disent que la masturbation est autorisée par Dieu et s’y adonnent sans aucun cas de conscience, et il y a ceux qui disent qu’elle est strictement interdite, mais qui continuent de la pratiquer de façon secrète, car ils ne peuvent pas s’en empêcher. En réalité, comme dans tout ce que Dieu nous légifère dans le Coran, le but est d’y tendre au maximum, sachant qu’on n’arrivera jamais à observer à 100% tous les commandements de Dieu, autrement, on serait des anges, et notre place serait, non pas sur terre, mais au Ciel auprès de Dieu. Le péché a déjà pénétré en nous dès lors que nous avons avons fait notre premier pas sur cette terre, et telle une drogue ou un cancer, il n’a depuis fait que se développer davantage en nous. Notre seule porte de salut est d’y résister autant que possible pour qu’il n’ait pas raison de toute notre âme. Mais, on ne sera vraiment pur et guéri de tout péché à 100% que quand Dieu nous aura ressuscité et purifié complétement, et ce n’est donc pas dans cette vie terrestre que cela arrivera. Il faut donc faire avec en attendant, et être honnête avec Dieu, avec soi-même, et avec les autres.

Et par l’âme et Celui qui l’a harmonieusement façonnée; et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété! A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt. S91:V7-10

S’agissant de la masturbation, Dieu nous a donné les clés pour éviter autant que possible cette mauvaise pratique: en ayant un conjoint avec qui assouvir nos besoins d’ordre sexuel, en protégeant nos yeux et nos oreilles contre ce qui peut faire naître la tentation sexuelle en nous, en évitant les mauvaises fréquentations et lieux de vices, et en évoquant Dieu autant que possible, car l’évocation de Dieu éloigne du péché. Et en cas de rechute, peu importe le nombre de rechutes, et cela peut arriver à n’importe quel croyant sinon le Coran n’en parlerait pas, il faut immédiatement demander pardon à Dieu et essayer de faire cesser notre péché, et ne jamais s’installer dedans de manière régulière et durable.

Et pour ceux qui, s’ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes, se souviennent d’Allah et demandent pardon pour leurs péchés – et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah? – et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu’ils ont fait. S3:V135

La procédure du mariage

2-2

Quant à la procédure du mariage en elle-même, il n’existe pas à proprement parler de mariage religieux comme cela est pratiqué par les musulmans, juifs, chrétiens, et autres religions. Il n’existe qu’un seul type de mariage, c’est celui qu’on souscrit civilement, et ce qu’on appelle aujourd’hui “le mariage religieux” a d’autant moins de sens qu’il suit les fausses règles inventées des associateurs que sont les musulmans, juifs, et chrétiens. Dieu n’a jamais prescrit la présence d’un imam, rabbin, ou prêtre pour se marier, car ce ne sont là que des titres inventés et leurs porteurs ne jouissent d’aucune autorité de la part d’Allah, et tout le folklore religieux qui les accompagne n’est que purs traditions et inventions.

B9725133603Z.1_20201102192418_000+G82H095QF.1-0

Il n’existe pas de mariage dit religieux selon le Coran, mais un seul type de mariage, le mariage civil et à valeur légale.

Ce que Dieu a prescrit concernant le mariage est simple et clair, et remplit un rôle bien précis. D’abord, autant que possible obtenir l’approbation des parents ou tuteurs légaux des 2 conjoints, à moins que ceux-ci ne soient clairement injustes et ne cherchent à s’opposer sans raisons valables. Même s’il existe des réticences au départ, mieux vaut être patient jusqu’à obtenir leur approbation, plutôt que de forcer les choses ou de chercher à aller trop vite. Car, un mariage qui démarre par un conflit ouvert avec sa belle famille a de fortes chances de capoter, sachant l’importance de la famille, et la place majeure qu’elle occupe dans notre vie et celle de nos enfants. Evidemment, si les parents sont clairement injustes, dans ce cas, on peut passer outre leur autorisation, et généralement, cela signifie que la relation avec eux se limitera à son strict minimum, voire sera inexistante du fait qu’ils soient nocifs pour nous. Donc, le premier point important est d’obtenir l’aval des parents respectifs des 2 conjoints, et idéalement d’annoncer la relation dès que les choses deviennent sérieuses, et non pas au moment de se décider pour le mariage, les mettant ainsi devant le fait accompli. En agissant de la sorte, on fait les choses convenablement et dans le bon ordre, et cela laisse le temps aux futurs époux et à leurs parents respectifs d’apprendre à mieux s’apprivoiser. La construction d’un couple est comme celle d’une maison, l’idéal est donc de construire de bonnes fondations en partant sur de bonnes bases dès le départ afin de s’assurer que notre relation soit pérenne.

[…] Et épousez-les avec l’autorisation de leurs tuteurs (ou maîtres s’agissant d’esclaves) et donnez-leur un mahr convenable; […] S4:V25

Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur mahr versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent, ou que ne se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage. Le désistement est plus proche de la piété. Et n’oubliez pas votre faveur mutuelle. Car Allah voit parfaitement ce que vous faites. S2:V237

Celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage est généralement le père de la mariée, ou son maître si c’est une esclave, ou son tuteur légal si c’est une orpheline, c’est donc l’accord de cette personne qui doit être obtenu avant de procéder au mariage. Si j’insiste sur l’accord des parents, c’est que c’est un point extrêmement important que certains négligent. On voit par exemple que pour obtenir l’accord de son beau père, Moïse a dû accepter de travailler pour lui pendant 5 longues années.

Il dit: «Je voudrais te marier à l’une de mes deux filles que voici, à condition que tu travailles à mon service durant huit ans. Si tu achèves dix pèlerinages (5 ans, vu qu’il y a 2 pèlerinages par an), ce sera de ton bon gré; je ne veux cependant rien t’imposer d’excessif. Tu me trouveras, si Allah le veut, du nombre des gens de bien». «C’est (conclu) entre toi et moi, dit [Moïse]. Quel que soit celui des deux termes que je m’assigne, il n’y aura nulle pression sur moi. Et Allah est Garant de ce que nous disons». S28:V27-28

Durant la période préliminaire qui s’étend de la rencontre jusqu’au mariage, bien évidemment, aucune relation intime n’est autorisée. Cependant, il est autorisé aux futurs époux de se rencontrer seuls, et non pas forcément en présence d’une tierce personne comme l’islam l’a inventé. Les règles de Dieu s’appliquent en toute situation, et il n’y a donc aucun mal à ce que les futurs mariés se voient seuls s’ils se comportent convenablement sans dépasser les limites de Dieu, c’est à dire sans avoir de contact inapproprié, à savoir ne pas s’enlacer, ni s’embrasser, ni avoir des relations sexuelles, pour le reste il est autorisé de déclarer sa flamme, de partager des activités ensembles (restaurant, cinéma, sorties, repas chez les parents …), de s’appeler au téléphone, ou toute autre activité tant qu’on respecte les limites de Dieu.

[…] Prescription d’Allah sur vous! A part cela, il vous est permis de les rechercher, en vous servant de vos biens et en concluant mariage, non en débauchés. […] S4:V24

L’autre composante indispensable du mariage est ce que le Coran appelle le “mahr“, c’est à dire la dot. Cette composante est aujourd’hui de plus en plus négligée alors qu’elle revêt une importance majeure dans le succès d’un mariage. Ce n’est pas pour rien qu’à chaque fois qu’Allah évoque le mariage, Il insiste sur le fait que pour que celui-ci puisse être consommé, la dot doit absolument être versée avant. La dot c’est comme quand on achète un produit neuf, il faut d’abord le payer avant de pouvoir le consommer.

«Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l’au-delà, du nombre des perdants S5:V5

Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur. S4:V4

[…] Puis, de même que vous jouissez d’elles, donnez-leur leur mahr comme une chose due. Il n’y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation du mahr Car Allah est, certes, Omniscient et Sage. S4:V24

[…] Et épousez-les avec l’autorisation de leurs tuteurs (ou maîtres s’agissant d’esclaves) et donnez-leur un mahr convenable. […] S4:V25

[…] Il ne vous sera fait aucun grief en vous mariant avec elles quand vous leur aurez donné leur mahr. […] Sage. S60:V10

la-dot-de-mariage-le-en-thaïlande-cérémonie-155997578

La dot est aujourd’hui de plus en plus négligée, alors qu’elle représente le gage le plus sérieux de son engagement.

Ce n’est pas pour rien que la dot est une composante incontournable du mariage depuis la nuit des temps et dans toutes les cultures, mais c’est parce qu’elle est un gage sérieux d’engagement, et qu’elle a pour finalité de fortifier les liens du mariage. Tout comme l’apport est la meilleure preuve qu’une banque puisse avoir de notre investissement dans notre projet, de même il en est pour la dot concernant le mariage. En effet, celui qui apporte une dot conséquente, à la hauteur de sa propre richesse, apporte la preuve à sa femme et à sa belle famille qu’il investit beaucoup dans son projet de mariage et qu’il n’a aucun intérêt à le rompre précipitamment ou sur un simple coup de tête, car il perdrait dans ce cas l’intégralité de sa dot, et serait alors bien en difficulté pour repartir dans un nouveau mariage. La dot permet donc d’assurer qu’on ne se lance pas à la légère dans ce très lourd engagement qu’est le mariage, et sert à consolider les liens du mariage. D’une part, parce qu’on a beaucoup à perdre si on le rompt, et d’autre part parce qu’on a beaucoup à gagner si on préserve les liens du mariage, étant donné que la dot sert généralement de capital de départ pour les gros projets du couple, comme celui par exemple d’acheter une maison.

[…] Comment oseriez-vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’un à l’autre et qu’elles aient obtenu de vous un lourd engagement? S4:V21

Quant au destinataire de la dot, ce n’est pas forcément la femme, mais cela dépend de l’accord qu’il y a eu entre la femme et son tuteur, généralement le père. La dot doit donc être remise au destinataire qui a été convenu, ou distribuée entre la femme et son père selon la répartition qu’ils ont négocié entre eux. Car, c’est le père qui est responsable de la femme jusqu’à son mariage, et il est donc tout à fait dans son droit d’exiger ce qu’il juge bon en compensation de tout ce qu’il a dépensé sur elle et pour les efforts qu’il a consentis dans le but d’en faire une femme accomplie, apte à prendre soin de son mari et d’assumer une famille, et cela sert aussi à s’assurer que sa fille ne tombe pas entre de mauvaises mains. Voilà pourquoi le verset suivant ne parle pas de reverser la dot forcément à la femme, mais parle plutôt du bénéficiaire du contrat de mariage.

Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur mahr versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent, ou que ne se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage. Le désistement est plus proche de la piété. Et n’oubliez pas votre faveur mutuelle. Car Allah voit parfaitement ce que vous faites. S2:V237

Dans les faits, la plupart des pères laissent la dot en intégralité à leur fille afin que cela aide son jeune couple à se lancer dans la vie. Et, Dieu autorise que d’un accord mutuel entre la femme et son époux, que la dot soit au final utilisée pour les besoins du couple, et qu’elle ne soit pas exclusivement réservée à la femme.

Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur. S4:V4

La dernière composante indispensable du mariage est le contrat de mariage en lui-même. En effet, tout mariage selon la règle de Dieu ne peut devenir effectif qu’après avoir signé un contrat de mariage officiel en bonne et due forme. Ce contrat de mariage met par écrit l’engagement solennel prononcé par les 2 époux de se jurer l’un envers l’autre fidélité, soutien, et bienveillance, et stipule également les clauses en cas de rupture de cet engagement. Ce contrat n’a rien de religieux, mais est un contrat standard, c’est à dire un contrat de mariage civil établi en mairie, et qui a valeur légale.

[…] (Vous sont permises) les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l’au-delà, du nombre des perdants S5:V5

En résumé, le mariage selon Allah est très simple et doit remplir les conditions suivantes: obtenir autant que possible l’accord des parents ou tuteurs, excepté si ces derniers sont injustes, convenir d’une dot et la remettre au destinataire convenu, signer un contrat de mariage civil en bonne et due forme qui stipule les termes de cet engagement et les clauses en cas de rupture de ce contrat. Si ces conditions sont remplies, alors le mariage est 100% en règle vis à vis de la loi d’Allah. Quant au mariage dit religieux, il ne devrait même pas porter ce nom, car il ne correspond pas à ce qu’Allah a prescrit dans le Coran, et il n’est qu’association, traditions, et règles inventées. Au sujet de la période précédant le mariage, les futurs époux peuvent se côtoyer seuls à condition de respecter les limites d’Allah, à savoir principalement de ne pas avoir de relations intimes avant le mariage, autrement, à quoi servirait-il de se marier selon la règle de Dieu, si c’est pour la transgresser juste avant? En effet, cela reviendrait à occuper une maison avant même d’avoir signé son acte de propriété et réglé son achat.

La distribution des rôles au sein du couple

Dieu a distribué les rôles entre les hommes et les femmes au sein du couple, et ils ne sont pas interchangeables comme cette société modelée par le Diable cherche à nous l’inculquer à force de lavage de cerveau. L’objectif du Diable est de nous aliéner le plus possible de notre nature première sur laquelle Dieu nous a créé à l’origine, car plus nous sommes loin de cette nature originelle et plus cela signifie que nous sommes égarés et plus à même d’être aisément manipulables. Aujourd’hui, dans beaucoup de couples, c’est la femme qui porte la culotte alors que l’inverse à été prescrit par Dieu, ou dans le meilleur des cas, ils se partagent les décisions d’égal à égal, alors qu’il ne peut y avoir qu’un seul capitaine au sein d’un couple, et ce capitaine a été désigné par Dieu comme étant l’homme. Evidemment que tous nos choix doivent être discutés à deux au sein du couple, mais quand il s’agit de décider, c’est à l’homme de prendre ses responsabilités, et s’il fait les bons choix et remplit bien son rôle, alors il devrait y avoir unanimité entre les deux.

[…] Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage. S2:V228

C’est aujourd’hui perçu comme un signe de modernité qu’hommes et femmes se considèrent comme totalement interchangeables et égaux entre eux, et de faire la promotion du féminisme, car c’est à travers l’élément le plus vulnérable et fragile du couple que le Diable opère son attaque générale contre l’ensemble de l’humanité. Le Diable s’est servi d’Eve pour faire chuter Adam et l’ensemble de l’humanité, et il continue selon cette même méthode aujourd’hui. Dieu ne porte pas seulement la faute sur Eve dans le Coran, mais à la fois sur Eve et Adam, car leur faute est partagée. En effet, Adam est tout aussi fautif, car il n’a pas su occuper son rôle de gardien sur Eve, ce qui leur a causé leur perte à tous les deux. Après avoir incité pendant des siècles à une société patriarcale, rude et cruelle envers les femmes, ce qui est contraire à la prescription de Dieu qui nous commande d’être juste avec les femmes et de respecter leurs droits, le Diable cherche maintenant par effet de compensation à inverser la tendance en modelant petit à petit notre société pour la transformer en une société matriarcale. Or, la société selon Allah ne doit être ni patriarcale, ni matriarcale, mais hommes et femmes doivent être complémentaires pour obtenir le parfait équilibre. L’homme et la femme selon la prescription de Dieu sont censés être des alliés, unis dans une relation vertueuse, alors que le Diable veut sans cesse les opposer pour en faire des ennemis, en les poussant à la compétition, s’assurant ainsi de la destruction de ce sur quoi repose la société humaine, à savoir la cellule familiale qui ne dépend que de la bonne entente naturelle et la complémentarité qui existent au sein du couple. La vraie répartition des rôles selon Allah est que l’homme doit être à la tête de sa famille, et la femme doit être la meilleure alliée de son mari et non pas une rebelle au sein de son propre foyer. Comme je l’ai dit précédemment, vous devez percevoir un couple comme une barque, et comme on le sait tous, il ne peut y avoir qu’un seul capitaine à la barre, et Allah a désigné l’homme pour jouer ce rôle du fait de sa force physique accru, de ce qu’il dépense sur son foyer, et de sa stabilité émotionnelle et capacité à réfléchir de façon rationnelle et posée.

Les hommes ont autorité (ou sont responsables) sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. […] S4:V34

Les femmes, du fait de leurs menstrues, qui sur le plan hormonal ont une forte influence sur leur humeur, et du fait de leur nature sensible et fragile face à l’adversité et à la pression, sont touchées de façon chronique d’instabilité et d’hystérie (certes, elles ne sont pas toutes égales dans ce domaine, mais toutes en sont plus ou moins affectées de façon endémique), alors que cela n’est pas le cas des hommes. Cette combinaison est parfaite, car les retournements d’humeur des femmes et leur prudence naturelle aident les hommes à y voir plus clair et à ne pas se précipiter dans leurs décisions, et en contrepartie, la stabilité des hommes aident les femmes à garder le cap et à ne pas prendre sur un coup d’humeur des décisions qu’elles pourraient par la suite regretter. Ce ne sont donc pas là des tares que je cite, mais cela fait partie de la nature des femmes, et c’est donc un bienfait de Dieu qu’elles soient ainsi et que les hommes soient comme ils sont également, car la création de Dieu est parfaite. Les femmes sont de petites princesses pour leur pères et maris, elles sont donc choyées et mises dans un cocon, ce qui fait à la fois leur force et leur faiblesse.

Quoi! les femmes? celles qui sont élevées au milieu des parures (dans le sens, élevées dans un cocon, choyées) et qui quant il s’agit d’argumenter, ne savent pas être déterminantes? S43:V18

Ainsi, l’homme est censé être le maître de son foyer, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il doit se comporter en tyran comme cela est le cas chez beaucoup de musulmans, mais il doit plutôt chercher à agir avec bonté, justice, compassion, pédagogie, patience, et miséricorde, et s’inspirer de la façon dont Allah agit avec nous. Être en charge de son foyer n’est donc pas une position acquise comme le pensent les musulmans, mais doit se mériter par un comportement exemplaire et par le sens des responsabilités. Aujourd’hui, si la société s’inverse petit à petit pour laisser place à la domination des femmes, c’est justement parce que la plupart des hommes ont failli dans leur mission et ont échoué dans leurs rôles de modèles et de gardiens, et ont donc été déchus de leur rang. Dieu a chargé l’homme de protéger sa famille contre les menaces extérieures, de subvenir à ses besoins, et d’être le gardien de Ses préceptes au sein de son foyer. Quant à la femme, Dieu l’a chargé d’être la fidèle alliée de son mari et de respecter l’autorité que Dieu lui a accordé sur elle. Là où le rôle de l’homme est surtout extérieur, celui de la femme est surtout intérieur et consiste à élever leur progéniture et administrer son foyer, et à apporter le repos et l’apaisement dont son mari a besoin pour qu’il puisse demeurer fort face à la rigueur du monde extérieur. Ainsi, cette combinaison est parfaitement adaptée aux aptitudes naturelles que Dieu a données aux hommes et aux femmes. A l’homme, Dieu a donné la force et la stabilité pour assurer la survie de son foyer et garder solidement Son cap, et aux femmes, Il a donné la douceur, la patience, et l’ingéniosité pour apporter paix et douceur de vivre au sein du foyer, et y administrer les affaires internes. Je ne suis pas un machiste en disant tout cela, je ne fais en rien la promotion de tous les tyrans qui prennent leurs femmes pour leurs esclaves, mais je ne fais que reconnaître les rôles que Dieu a distribués à chacun au sein du couple. À l’homme de montrer le bon exemple, et d’acquérir sa femme à sa cause à travers la pédagogie et la négociation, et à la femme de savoir être raisonnable et de ne pas s’opposer inutilement à son mari par pur esprit de rivalité ou de contradiction.

Dans un couple, quand la situation le permet, l’idéal est que l’homme travaille et la femme s’occupe des enfants et de la maison, au lieu de travailler tous les deux et de payer quelqu’un pour s’occuper de leurs enfants et de leur maison, car s’occuper de son foyer a une très haute valeur qui est aujourd’hui très peu reconnue. En effet, quand cela est possible sur le plan financier, il est mieux pour la femme de s’investir dans ses enfants et le bien être de son foyer plutôt que de courir derrière une carrière et de perdre en confort de vie. Mais, cela ne veut pas dire que les femmes ne doivent pas travaillent du tout si elles le désirent et que leur situation le permet, simplement leur carrière n’est pas prioritaire par rapport à celle des hommes, qui eux ont pour responsabilité de subvenir aux besoins de leur foyer. De toute façon, même si la femme travaille, il faut de tout de même gérer la maison et les enfants le soir et les weekends, et cela est plus la tâche de la femme dans la répartition que je vous ai définie, ce qui n’empêche pas l’homme aussi de participer quand il le peut, sachant qu’il doit s’occuper des tâches extérieures en priorité. Que la femme travaille ou non, il est important qu’elle fasse des études, d’une part pour sa propre éducation personnelle, et ensuite pour l’éducation de ses enfants et pour lui permettre de trouver un travail si besoin. Dans les couples soit disant modernes, les 2 conjoints travaillent et passent leur temps à courir d’un endroit à l’autre, sans jamais avoir le temps pour eux-mêmes ou leurs enfants, négligeant leur maisons et perdant énormément en confort de vie, tout cela pour être les esclaves du système et gagner un peu plus d’argent, et parce qu’ils ont l’impression de ne pas exister en dehors du travail, ce qui est le signe de leur vide spirituel. S’occuper de son mari, de ses enfants, et de son foyer est infiniment mieux que n’importe quelle carrière, et est une situation infiniment plus enviable que de devoir travailler, mais cela, seules les femmes bien guidées le comprennent vraiment.

Le libertinage Vs le mariage

En dehors du mariage, Dieu interdit toute relation de couple entre hommes et femmes, à savoir le libertinage. La logique du mariage est de préserver la morale et de construire un environnement sain et favorable pour le bon développement du couple et de sa progéniture. Le mariage est donc une bonne chose pour la société car il permet de construire la brique de base qui la constitue, à savoir la cellule familiale. Le mariage représente aussi un lourd engagement et responsabilité, à la fois entre les 2 membres du couple, mais également entre leurs familles respectives, désormais liées par alliance. Le mariage obéit à des règles strictes sur le plan civil et religieux, ce qui fait qu’il respecte l’ordre des choses et ne va donc pas être générateur de conflits au sein de la société. La mariage est à la fois bénéfique pour la société, car ils lui fournit les bons éléments qui vont contribuer à son bon fonctionnement, mais également à l’individu lui-même, car il va lui permettre d’évoluer positivement sur le plan personnel. Le libertinage est le contraire de tout cela, et ne produit rien d’autre que le mal. Il n’est ni source de vie, ni ne fournit un environnement favorable au bon développement de l’individu, étant donné qu’il est en dehors de toute structure familiale. Il ne produit pas de bons éléments pour la société, bien au contraire, ils ne fait que l’approvisionner en mauvais éléments. Le libertinage n’est régi par aucune règle, étant donné qu’il ne repose ni sur un engagement devant Dieu ni devant la loi, on peut donc y faire ce qu’on veut sans avoir de compte à rendre à personne, c’est pourquoi le libertinage est source de chaos, de destruction, et de conflits, à la fois pour l’individu et la société toute entière. Enfin, sur le plan de la morale, le libertinage ne fait que répandre le vice et la tentation au sein de la société, car il n’est motivé que par la perversion sexuelle et la soif inétanchable d’assouvir ses propres passions.

En résumé, Dieu a créé le mariage comme un bienfait pour les hommes, leur offrant un cadre sain et conforme à la morale, et reposant sur les principes de fidélité et de solidarité, leur permettant de se développer positivement eux-mêmes et leur progéniture. Alors que le Diable a créé le libertinage pour détruire les hommes, leur offrant un environnement malsain et dénué de toute morale, reposant sur les principes d’infidélité et d’individualisme, et ne leur permettant pas de se développer sur le plan personnel, ni eux ni leur progéniture. Cependant, même si Dieu interdit le libertinage, Il ne nous a jamais commandé de l’interdire à ceux qui veulent s’y adonner, comme cela est le cas dans beaucoup de pays musulmans. Nulle contrainte en religion, et on voit bien que contraindre les gens par la force là où Dieu leur a laissé le libre arbitre ne fait que créer davantage de problèmes. Car, c’est en interdisant au lieu de laisser les gens choisir par eux-mêmes qu’on encourage davantage à la transgression et qu’on favorise l’esprit de rébellion, ce qui au final a un très mauvais impact à la fois sur l’individu et sur la société toute entière.

Les relations homme/femme

En dehors des relations entre époux, Dieu autorise bien évidemment les interactions homme/femme tant qu’elles ne dépassent pas une certaine limite, contrairement aux fausses règles inventées de l’islam qui ne sont pas loin de les interdire complétement. Tant qu’il n’y a pas de perversion ou de mauvaises pensées et qu’on garde une certaine distance et retenue, il est tout à fait possible pour les hommes et les femmes de se côtoyer et même d’avoir une relation d’amitié. Allah ne dit-il pas que les croyants et les croyantes sont comme des frères et sœurs? Si on a des relations avec le sexe opposé sans aucune ambiguïté, comme entre frères et sœurs, et si on sait garder la bonne distance et ne pas entrer dans la zone flou, à savoir ne pas aller dans un jeu de séduction ou avoir une proximité inappropriée, alors on ne commet aucun pêché en regard de la loi divine. Les musulmans et autres extrémistes religieux exagèrent dans ce domaine et interdisent carrément toute relation homme/femme en dehors de son conjoint et de sa propre famille, alors qu’Allah n’a jamais imposé une telle rigueur. En procédant ainsi, les musulmans ne font que se mentir à eux-mêmes et accroître leur propre hypocrisie, perversion, et frustration, et beaucoup d’entre eux entretiennent en cachette des relations avec les femmes non conformes à leurs fausses règles islamiques, et n’en pensent pas moins à l’intérieur d’eux-mêmes. Dieu interdit le mal et autorise le bien, ce que Dieu interdit dans les relations homme/femme, c’est la perversion, la séduction en dehors du couple, la provocation à travers l’attitude et la façon de se vêtir, et les rapports intimes hors mariage, en dehors de cela, il est tout à fait autorisé de discuter et de partager de bons moments ensemble, de se faire la bise, de se serrer la main, de se côtoyer et d’apprécier l’autre sexe sans pour autant dépasser les limites d’Allah. Nous savons tous en nous-mêmes à quel moment nous nous approchons de la ligne rouge et entrons dans la zone floue, quand il s’agit de nos relations avec le sexe opposé. Celui qui craint Allah sait quand s’arrêter et Allah lui suffit amplement comme gardien, alors que celui qui ne le craint pas, va dépasser les limites, et comme bien des musulmans, cherchera seulement à avoir l’apparence de la piété, en se cachant des autres sans se soucier du fait qu’Allah le voit.

Les Arabes sont plus endurcis dans la mécréance et dans l’hypocrisie, et les plus enclins à méconnaître les préceptes qu’Allah a révélés à Son messager. Et Allah est Omniscient et Sage. S9:V97

Evitez le péché apparent ou caché, (car) ceux qui acquièrent le péché seront rétribués selon ce qu’ils auront commis. S6:V120

Dieu prescrit aux femmes de ne pas se montrer trop entreprenantes dans leur attitude et langage envers les hommes qui ne sont pas de leur entourage direct, afin que les pervers parmi eux ne s’imaginent pas autre chose et ne se mettent à les harceler ou à vouloir leur faire du mal. Certaines femmes sont trop tactiles et affichent une proximité inappropriée avec les hommes, et s’étonnent ensuite que certains hommes les convoitent ou cherchent à leur faire du mal après avoir été éconduits. Par exemple, la plupart des femmes victimes de viols ou de harcèlement sont bien souvent celles qui ont pour habitude de provoquer les hommes par leur conduite et façon inappropriée de se vêtir, et leur manière sèche de recadrer les hommes qui ne leur plaisent pas, et finissent un jour par tomber sur un déséquilibré qui leur en fait payer le prix très cher.

O femmes du Prophète! Vous n’êtes comparables à aucune autre femme. Si vous êtes pieuses, ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage, afin que celui dont le cœur est malade [l’hypocrite] ne vous convoite pas. Et tenez un langage décent. S33:V32

Mieux vaut garder un minimum de distance, afin de ne pas semer la tentation par ignorance et pour ne pas s’attirer d’ennuis sans le vouloir.

Ceux qui lancent des accusations contre des femmes vertueuses, inattentives (qui ne réalisent pas la perversion des hommes, et donc qui ne prennent pas leurs précautions dans leur attitude) et croyantes sont maudits ici-bas comme dans l’au-delà; et ils auront un énorme châtiment, S24:V23

C’est avant tout dans l’attitude et la façon de s’habiller que tout se joue. Dieu prescrit aux hommes et aux femmes, d’éviter les regards insistants envers le sexe opposé et de baisser les yeux, et aux femmes de ne pas chercher à séduire les hommes en s’habillant de façon provocante ou en cherchant à faire ressortir davantage leur beauté naturelle.

Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C’est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. S24:V30-31

Ce ne sont pas les fausses règles hypocrites et faussement pudiques des musulmans qui vont mettre fin à la perversion et à la tentation, la preuve en est, la perversion est le plus grand fléau qui affecte les pays musulmans, bien plus que dans les pays non musulmans.

Ce qui protège réellement du vice c’est plutôt la piété et la crainte de Dieu, or c’est quelque chose qui fait cruellement défaut aux musulmans de façon générale, autrement ils auraient depuis bien longtemps cessé leur transgression et déni, et seraient sortis de leurs voies sectaires inventées, pour rallier la vraie voie d’Allah et obéir à ce qu’Il a fait descendre.

O enfants d’Adam! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités et qui vous sert de plumage, même si le meilleur des vêtements demeure celui de la piété . Ceci fait partie des signes d’Allah dans l’espoir qu’ils se rappellent. S7:V26

Le divorce

divorce-1-8611fb-1@1x

Même si c’est quelque chose que personne ne souhaite au moment où il se marie, tout couple peut être amené un jour à divorcer quand il n’y a pas d’autres solutions qui s’offre à lui. Le divorce est autorisé par Allah, car il est censé être un moindre mal, et dans certains cas, il peut même devenir bénéfique. Comme je l’ai déjà dit, tout ce que Dieu autorise est bien et tout ce qu’Il interdit est mauvais, le divorce est donc une bonne chose quand il intervient conformément aux préceptes de Dieu. En effet, dans un couple où la cohabitation devient impossible ou si un des deux conjoints décide de rompre son engagement de façon unilatérale, le divorce devient une véritable bouée de sauvetage et permet de redistribuer les cartes. Cependant, avant d’en arriver à cette décision extrême, le couple doit se donner toutes les chances de se réconcilier, car le scénario idéal n’est pas de divorcer, mais de tout faire pour trouver un terrain d’entente afin de respecter l’engagement initial qu’on a prononcé l’un envers l’autre. Si Dieu autorise le divorce, c’est vraiment en dernier recours et après avoir épuisé toutes les autres options. Ainsi, Dieu nous donne toutes les étapes qu’on doit mettre en œuvre avant d’arriver au divorce: Si un homme voit sa femme se rebeller injustement contre son autorité ou exprime de sérieux doutes quant à sa loyauté, Dieu nous prescrit de les exhorter en faisant appel à tous les arguments qui puissent les faire revenir à la raison. Si rien n’y fait, alors de ne plus partager notre couche avec elle en guise de protestation, ce qui signifie que les choses commencent à devenir sérieuses. Enfin, en dernier recours, de les renvoyer du foyer familial pendant une certaine période, par exemple chez leurs parents, afin que cela provoque éventuellement un électrochoc en elles, une prise de conscience. Car, en se retrouvant seules sans leurs conjoints, loin de leurs maisons, sans leurs repères habituels, cela leur permet de se projeter de façon plus concrète dans le cas où elles voudraient aller jusqu’au bout. Si malgré tout, rien de cela ne fonctionne, alors le divorce est la seule option restante, et dans ce cas de figure, il devient dans la plupart des cas un véritable soulagement pour l’un comme pour l’autre.

[…] Et quant à celles dont vous craignez leur déloyauté (ou désobéissance), exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et sortez-les de chez vous. Si elles finissent par vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand! S4:V34

Avant d’en arriver au divorce, il est aussi recommandé de faire intervenir un parti tierce en choisissant 2 arbitres, à savoir un membre impartial issu de chacune des familles respectives des 2 époux, afin d’avoir un œil extérieur neutre et de trouver un terrain de conciliation si la situation le permet. Si réellement, ils sont tous deux sincères, alors Allah les réconciliera, mais si tel n’est pas le cas, alors il y aura forcément séparation.

Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur. S4:V35

Allah autorise le divorce, mais cela ne doit arriver qu’au cas où l’un des deux conjoints ne veut vraiment pas la conciliation. Nos âmes étant naturellement porté à l’avarice, à savoir au manque de générosité et d’entrain, il faut parfois un parti tierce pour débloquer la situation, et pousser l’un vers l’autre, et les aider à chacun faire un premier pas vers l’autre.

Et si une femme craint de son mari déloyauté ou indifférence, alors ce n’est pas un péché pour les deux s’ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure, puisque les âmes sont portées à la ladrerie. Mais si vous agissez en bien et vous êtes pieux… Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. S4:V128

On voit clairement dans le Coran que Dieu a mis plusieurs garde-fous afin de prévenir le divorce, à commencer par le mariage en lui-même qui requiert une certaine maturité à la fois mentale et financière, ce qui permet de mûrir sa décision quant à sa volonté de se marier et évite les décisions prématurées ou irréfléchies. Ajoutez à cela la dot qui représente un gage de sérieux et qui montre qu’on s’investit sur le long terme, et qui dissuade de se séparer trop facilement, étant donné la perte financière qui en résultera. Enfin, le fait de se marier après avoir obtenu l’accord des 2 familles, permet de bénéficier de tout un réseau familial, censé nous protéger de faire n’importe quoi. D’un autre côté, Dieu a mis plusieurs filets de sécurité avant d’arriver au divorce, comme l’intervention d’arbitres impartiaux issues des 2 familles, et les différentes menaces à mettre successivement à exécution (exhortation verbale, faire lit séparé, et enfin maison séparée), et enfin, le délai de 4 mois d’attente avant de pouvoir se remarier, ce qui laisse le temps de se rétracter même après avoir opté pour le divorce. Ce n’est qu’à l’issu de ces 4 mois que le divorce devient vraiment effectif et qu’on est à nouveau libre de faire ce qu’on veut de sa personne. Et pour prouver à quel point Dieu ne souhaite pas le divorce et préfère la réconciliation, Dieu autorise un couple divorcé à se remarier, et cela jusqu’à 3 fois. Au-delà du 3ème divorce, il n’est possible de se remarier avec la même personne que si cette dernière venait à se marier avec quelqu’un d’autre entre temps et à s’en séparer par la suite. En effet, si Dieu insiste autant là-dessus, c’est que les dégâts du divorce sont irrémédiables à la fois pour le couple, leur progéniture, leurs familles respectives, leurs cercles d’amis, et également sur le plan matériel, alors mieux vaut y réfléchir à 2 fois avant d’aller jusqu’au divorce, et certains en paie le prix fort pour le restant de leur vie, du fait que les conséquences de leur divorce persistent jusqu’à leur mort.

Pour ceux qui font le serment de se priver de leurs femmes, il y a un délai d’attente de quatre mois. Et s’ils reviennent (de leur serment) celui-ci sera annulé, car Allah est certes Pardonneur et Miséricordieux! Mais s’ils se décident au divorce, (celui-ci devient exécutoire) car Allah est certes Audient et Omniscient. Et les femmes divorcées doivent observer un délai d’attente de trois menstrues; et il ne leur est pas permis de taire ce qu’Allah a créé dans leurs ventres, si elles croient en Allah et au Jour dernier. Et leurs époux seront plus en droit de les reprendre pendant cette période, s’ils veulent la réconciliation. Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage. Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur aviez donné, – à moins que tous deux ne craignent de ne point pouvoir se conformer aux ordres imposés par Allah. Si donc vous craignez que tous deux ne puissent se conformer aux ordres d’Allah, alors ils ne commettent aucun péché si la femme se rachète avec quelque bien. Voilà les ordres d’Allah. Ne les transgressez donc pas. Et ceux qui transgressent les ordres d’Allah ceux-là sont les injustes. S’il divorce avec elle (la troisième fois) alors elle ne lui sera plus licite tant qu’elle n’aura pas épousé un autre. Et si ce (dernier) la répudie alors les deux ne commettent aucun péché en reprenant la vie commune, pourvu qu’ils pensent pouvoir tous deux se conformer aux ordres d’Allah. Voilà les ordres d’Allah, qu’Il expose aux gens qui comprennent. S2:V226-230

Femmes et hommes sont égaux en droits et en obligations, par conséquent, ils sont également égaux devant le divorce, contrairement à l’islam traditionnel qui autorise le divorce seulement pour les hommes, obligeant les femmes à obtenir l’accord de leurs maris pour pouvoir divorcer d’eux. Cependant, les hommes ont une prédominance sur les femmes, dans le sens où ils sont responsables de garantir que les limites de Dieu soient respectées tout au long de la procédure de divorce, et ils sont donc en droit d’imposer leur autorité sur les femmes si celles-ci ne les respectent pas.

[…] Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage. S2:V228

En cas de divorce, Dieu nous commande de nous séparer en bons termes et de ne pas chercher à nous venger ou à nuire à nos ex-conjoints une fois la séparation actée, comme par exemple d’empêcher son ancien conjoint de se recaser par pure jalousie ou esprit de vengeance.

Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur délai expire, alors, reprenez-les conformément à la bienséance ou libérez-les conformément à la bienséance. Mais ne les retenez pas pour leur faire du tort: vous transgresseriez alors et quiconque agit ainsi se fait du tort à lui-même. Ne prenez pas en moquerie les versets d’Allah. Et rappelez-vous le bienfait d’Allah envers vous, ainsi que le Livre et la Sagesse qu’Il vous a fait descendre; par lesquels Il vous exhorte. Et craignez Allah, et sachez qu’Allah est Omniscient. Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur délai expire, alors ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s’ils s’agréent l’un l’autre, et conformément à la bienséance. Voilà à quoi est exhorté celui d’entre vous qui croit en Allah et au Jour dernier. Ceci est plus décent et plus pur pour vous. Et Allah sait, alors que vous ne savez pas. S2:V231-232

Le mari est en droit de rompre son mariage avant même d’avoir fixé la dot et sans avoir encore touché à sa femme. Dans ce cas, Dieu recommande de lui donner quand même quelque chose, selon ses propres moyens, en compensation de cette rupture prématurée. Le mari ne peut pas reprendre sa dot à sa femme si le mariage avec elle a été consommé, mais si la dot a été fixée mais que le mariage n’a pas encore été consommé, la femme a le droit à la moitié de la dot, à moins qu’elle ne renonce d’elle même à ce droit, ce que Dieu recommande. Toutes ces règles sont pleines de bon sens, car une femme divorcée et ayant eu des rapports sexuels avec son mari, ne vaut pas la même chose sur le marché du mariage qu’une femme vierge. De même, une femme mariée, même si le mariage n’a pas été consommé, ne vaut pas la même chose qu’une femme jamais mariée. C’est pourquoi Dieu demande de payer des compensations à ces femmes pour le tort que cela peut leur causer quand elles voudront se recaser.

Vous ne faites point de péché en divorçant d’avec des épouses que vous n’avez pas touchées, et à qui vous n’avez pas fixé leur mahr. Donnez-leur toutefois – l’homme aisé selon sa capacité, l’indigent selon sa capacité – quelque bien convenable dont elles puissent jouir. C’est un devoir pour les bienfaisants. Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur mahr versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent, ou que ne se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage. Le désistement est plus proche de la piété. Et n’oubliez pas votre faveur mutuelle. Car Allah voit parfaitement ce que vous faites. S2:V236-237

En terme de prise en charge de son ex-femme et de ses enfants suite à un divorce, Dieu n’a pas attendu le 20ème siècle pour protéger les droits des femmes et des enfants. En effet, Dieu demande aux hommes de payer selon leurs moyens une pension aux femmes en fonction des dépenses auxquelles elles doivent faire face. Cette somme dépend de la répartition de la garde des enfants et de la situation matrimoniale de la femme de qui on divorce. Aujourd’hui, c’est le juge qui fixe le montant de cette pension, mais le croyant peut donner plus s’il estime que ce montant n’est pas suffisant.

Les divorcées ont droit à la jouissance d’une allocation convenable, [constituant] un devoir pour les pieux. C’est ainsi qu’Allah vous explique Ses versets, afin que vous raisonniez! S2:V241-241

Pour ceux qui veulent substituer leurs femmes par une autre, à savoir qui se séparent de leurs femmes uniquement parce qu’ils en ont rencontré une autre, ils doivent assumer la responsabilité d’un tel choix injuste, en supportant le coût du divorce qui généralement les ampute de la moitié de leurs biens, et les lourdes conséquences qu’une séparation implique, notamment quand il s’agit des enfants. Un tel choix est à éviter à tout prix, même si vous rencontrez une personne qui vous plait vraiment et que la relation avec votre conjoint n’est pas au plus fort, il vaut mieux s’abstenir et faire preuve de résilience, et Dieu vous fera passer cette épreuve et renforcera vos liens. En effet, Dieu n’aime pas ceux qui rompent leur engagement après les avoir prononcés. Quand on se marie, on se jure fidélité et entraide, rompre cet engagement sans raison valable est une claire injustice envers nous-mêmes, envers notre conjoint, et envers Dieu, et ceux qui franchissent ce pas en paie ensuite le prix fort pour le restant de leur vie. Ils peuvent sans doute penser qu’ils y gagnent au départ, mais ce qui est sûr c’est qu’ils finissent toujours perdants, alors que celui qui tient son engagement et fait preuve de résilience est toujours au final gagnant.

Si vous voulez substituer une épouse à une autre, et que vous ayez donné à l’une un qintâr, n’en reprenez rien. Quoi! Le reprendriez-vous par injustice et péché manifeste? Comment oseriez-vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’un à l’autre et qu’elles aient obtenu de vous un engagement solennel? S4:V20-21

Même s’il vaut mieux éviter à tout prix de se séparer de son conjoint sans raisons valables, Dieu l’autorise malgré tout car chacun est libre de ses choix et d’en assumer les conséquences. Cependant, si une telle situation se produit, aucun des deux membres du couple ne sera lésé, mais chacun recevra son lot en fonction de ses propres actions. En effet, Dieu trouvera un conjoint de substitution pour la personne qui se retrouve abandonnée par son conjoint sans raison, et au final, elle y retrouvera son compte et ne sera en rien perdante.

Si les deux se séparent, Allah de par Sa largesse, accordera à chacun d’eux un autre destin. Et Allah est plein de largesses et parfaitement Sage. S4:V130

Même si le divorce est détestable à la fois pour le couple et pour Allah, il demeure une miséricorde de la part de Dieu quand la situation n’est plus tenable au sein du couple. En effet, un couple c’est comme un voyage à deux, si l’un des deux membres du couple veut prendre un autre chemin, alors il n’est plus possible de continuer ce voyage ensemble, et dans ce cas, le divorce devient inévitable et n’est pas une mauvaise chose pour celui qui agit bien. Une fois de plus, Dieu apporte la sagesse et la juste mesure, quand les sectes qui se prétendent religions déforment la loi de Dieu et créent leurs propres lois, comme par exemple le christianisme qui interdit le divorce, ce qui n’empêche pas les chrétiens de le faire, ce qui montre bien que les lois inventées par les hommes sont faites pour être transgressées, étant donné qu’elles ne sont pas réalistes ni applicables dans le faits. Seul Dieu peut légiférer, car Seul Lui connait exactement la nature et le fonctionnement de chaque chose.

Le mariage de jouissance/mut’a

Ceux qui ont une maladie dans le cœur croient duper Allah en cherchant à tricher avec Ses règles, mais ils ne trompent au final qu’eux-mêmes, mais ne le réalisent pas. Prenez l’exemple des femmes juives qui se mettent une perruque sur les cheveux afin de contourner leur propre règle inventée leur interdisant de les dévoiler en public, voilà qui est une belle hypocrisie. Dans le même registre, certains musulmans ont trouvé une parade tout aussi hypocrite et abjecte qu’ils ont appelé le mariage de Mut’a ou de jouissance. Les hypocrites et pervers qui ont recours à ce genre de subterfuge croient duper Allah en tirant Ses versets hors de leur contexte, afin de s’autoriser le libertinage en ayant recours à de faux mariages. Par exemple, si un couple veut s’arroger le droit d’avoir des relations sexuelles, ils font un mariage de convenance auprès d’un imam peu regardant qui les marie religieusement devant Allah, ils fixent entre eux une dot bidon, et les voilà en apparence mariés, étant donné que sur le papier ils se disent qu’ils ont observés toutes les règles d’Allah, alors qu’en réalité, tous deux savent pertinemment que leur mariage est factice et ne sert qu’à légitimer leurs relations sexuelles. Cette pratique est répandue surtout chez les musulmans chiites, et chez certains musulmans sunnites qui se servent du mariage comme moyen d’enchaîner les femmes, et non pas comme un engagement solennel avec une seule femme pour la vie. On a tous par exemple entendu des histoires de riches Saoudiens et Émiratis contracter de faux mariages avec des prostituées et rémunérer leurs prestations sous forme de dots. Ces hypocrites et pervers jouent sur les sens des versets d’Allah, et se disent que suivre la lettre sans l’esprit est suffisant, mais ils se compliquent la vie pour rien et ne font qu’aggraver leur cas, ajoutant à leurs péchés, en plus du libertinage, le fait de vouloir duper Allah. Ce n’est pas pour rien que Dieu nous a mis différentes étapes avant le mariage et nous a rendu son accès difficile, de même Il a mis en place plusieurs filets de sécurité avant le divorce, et un délai de 4 mois avant de pouvoir se remarier. Tout cela est pour nous signifier que le mariage est un lourd engagement, certainement le plus lourd après celui qu’on souscrit auprès d’Allah. Voir ces gens galvauder les versets d’Allah et tricher avec, ne fait qu’illustrer leur absence totale de foi, et la profonde maladie qu’ils ont dans le cœur. Dieu nous demande de nous unir dans le cadre du mariage, non pas en débauchés avec des femmes de peu de vertus, comme c’est le cas dans les mariages de mut’a, mais en cherchant sincèrement à nous engager, avec les femmes chastes et croyantes.

[…] (Vous sont permises) les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l’au-delà, du nombre des perdants S5:V5

Et, parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. Prescription d’Allah sur vous! A part cela, il vous est permis de les rechercher, en vous servant de vos biens et en concluant mariage, non en débauchés. Puis, de même que vous jouissez d’elles, donnez-leur leur mahr comme une chose due. Il n’y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation du mahr Car Allah est, certes, Omniscient et Sage. Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. Allah connaît mieux votre foi, car vous êtes les uns des autres (de la même religion). Et épousez-les avec l’autorisation de leurs tuteurs (ou maîtres s’agissant d’esclaves) et donnez-leur un mahr convenable; (épousez-les) étant vertueuses et non pas livrées à la débauche ni ayant des amants clandestins. Si, une fois engagées dans le mariage, elles commettent l’adultère, elles reçoivent la moitié du châtiment qui revient aux femmes libres (non esclaves) mariées. Ceci est autorisé à celui d’entre vous qui craint la débauche; mais ce serait mieux pour vous d’être endurant. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Allah veut vous éclairer, vous montrer les voies des hommes d’avant vous, et aussi accueillir votre repentir. Et Allah est Omniscient et Sage. S4:V24-26

La polygamie

Voilà encore un sujet qui fait beaucoup couler d’encre, décrié par les uns comme une pratique barbare et arriérée, plébiscité par les autres comme le moyen d’assouvir son appétit sexuel et sa passion amoureuse, la polygamie selon Allah est en réalité loin de tout cela. Ce qui est certain, c’est que la polygamie est autorisée par Allah… MAIS sous certaines conditions strictes, que ceux qui la pratiquent semblent aujourd’hui avoir complétement négligées. Allah n’autorise que les bonnes choses et interdit les mauvaises, pratiquer la polygamie selon Ses règles et avec le bon état esprit est donc quelque chose de louable, la preuve en est, le prophète Muhammad a eu lui-même selon ce qui a été rapporté, près de 12 femmes tout au long de sa vie. Alors le prophète était-il un ogre sexuel comme le prétendent les Hadiths qui racontent qu’en une nuit il pouvait honorer toutes ses femmes à tour de rôle, ou avait-il plutôt fait don de sa propre personne pour contribuer du mieux qu’il peut à la société? Nous allons nous intéresser à la prescription d’Allah à ce sujet et vous allez voir que bien évidemment, la polygamie n’a rien à voir avec ce qu’en pense la plupart des gens aujourd’hui, et mais représente un réel bienfait et miséricorde d’Allah.

Il est nécessaire de se mettre dans le contexte de la révélation du Coran pour comprendre pourquoi Allah autorise la polygamie sous certaines conditions. Il faut bien être conscient que jusqu’au siècle dernier, et encore aujourd’hui dans certains pays sous-développés, l’espérance de vie chez les hommes pouvait être extrêmement faible en raison des guerres, des maladies, et de la rigueur des conditions de vie en général, ce qui avait pour conséquence de créer une pénurie en hommes en âge de se marier. Dans ce type de société, il était très courant de voir les hommes mourir de façon prématurée, laissant derrière eux femmes et enfants sans aucune protection ni ressources financières, forçant bien souvent les femmes à avoir recours à la prostitution comme seul moyen de subvenir aux besoins de leur foyer. C’est dans ce contexte que la polygamie trouve avant tout sa raison d’être, permettant à toutes ces veuves et leurs orphelins, totalement livrés à eux-mêmes, d’être pris en charge par un homme en capacité de les entretenir, ce qui est très bénéfique à la fois pour eux et pour la société en générale, car cela génère moins de prostitution, moins de mendiants dans les rues, et moins de personnes en situation de faiblesse et susceptibles de mal tourner. La tournure même du verset du Coran laisse clairement entendre que la polygamie doit concerner en priorité les femmes veuves, avant les femmes divorcées ou jamais mariées.

Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins,Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela, afin de ne pas faire d’injustice. Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur. S4:V3-4

Certain disent en se basant sur le verset ci-dessus que Dieu autorise la polygamie uniquement avec les veuves, or ce n’est pas ce que dit explicitement ce verset. Certes, la priorité doit être faite aux femmes veuves, mais rien n’interdit dans ce verset le contraire. La preuve en est, le Coran a autorisé le prophète à se marier avec l’ex-femme de son fils adoptif, Zayd, alors que celle-ci n’était pourtant pas veuve, ce qui est bien la preuve que rien n’impose de ne prendre que des femmes veuves dans le cadre de la polygamie.

 Quand tu disais à celui qu’Allah avait comblé de bienfait, tout comme toi-même l’avais comblé: «Garde pour toi ton épouse et crains Allah», et tu cachais en ton âme ce qu’Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c’est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eut cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu’il n’y ait aucun empêchement pour les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d’Allah doit être exécuté. S33:V37

Dieu nous invite simplement, comme le bon sens l’exige et pour des raison évidentes, à nous marier en priorité avec les veuves plutôt qu’avec les autres, dans le cas où on opterait pour la polygamie. Etant donné que les femmes étaient majoritaires en nombre, la polygamie était donc une pratique nécessaire pour la survie de la société et pour contenir la débauche, étant donné que les femmes livrées à elles-mêmes tombaient la plupart du temps dans la prostitution. La polygamie étant une pratique répandue dans la société, on peut comprendre que Dieu l’élargisse à toutes les femmes et non pas exclusivement aux veuves. En effet, un homme qui a les moyens financiers pour entretenir plusieurs femmes à la fois, et qui est sous la guidée de Dieu, peut ainsi faire profiter plusieurs familles de ses richesses et de sa guidée. Bien entendu, cela laisse aussi les hommes mauvais avoir plusieurs femmes, mais comme le Coran le dit, Dieu destine les hommes de bien aux femmes de bien, et les hommes mauvais aux femmes mauvaises. La femme qui accepte de se marier avec l’homme mauvais ne peut être que mauvaise comme lui, que ce soit dans le cadre de la polygamie ou non. Par contre, et c’est une condition énorme, Dieu n’autorise la polygamie qu’à condition d’être juste avec toutes ses femmes. Car, si en prenant plusieurs femmes, cela nous pousse à être injuste, alors mieux vaut s’abstenir.

Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins,… Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez, cela, afin de ne pas faire d’injustice. Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur. S4:V3-4

Bien évidemment, le but quand on prend une deuxième femme n’est pas de perdre sa première femme, car dans ce cas autant divorcer et n’avoir qu’une seule femme. Il est donc évident que la condition première pour pouvoir prendre une deuxième femme est d’avoir l’accord de la première, autrement, la séparation deviendrait inévitable. De même, pour prendre une troisième femme, il faut inévitablement l’accord des deux premières, et pour une quatrième, l’accord des trois premières, le but étant de garder la cohésion au sein du foyer déjà constitué et non pas de le faire exploser. Cette condition est très importante, pourtant elle est complétement ignorée par les musulmans qui pratiquent la polygamie qui s’arrogent le droit de prendre plusieurs femmes contre l’avis de leur(s) femme(s) actuelle(s).

3-17-17-1-1-700x

Beaucoup de musulmans pratiquent la polygamie pour les mauvaises raisons. Celui-là a pris évidemment le maximum de femmes autorisé par le Coran, c’est à dire 4. Allah leur autoriserait de prendre 20 femmes qu’ils le feraient, ce qui trahit leurs véritables motivations.

Il ne sert à rien de prendre plusieurs femmes si c’est pour que la situation devienne ingérable entre nos différentes femmes, et effectivement, c’est sans surprise que plus on est nombreux, et plus il sera difficile de s’entendre. Donc, le mieux est de n’avoir qu’une seule femme si on n’est pas capable de gérer et qu’on n’est pas conscient de la lourde responsabilité que cela implique que d’avoir plusieurs femmes.

[…] mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez, cela, afin de ne pas faire d’injustice. […] S4:V3-4

Pour comprendre la polygamie, il faut en comprendre l’esprit qui se cache derrière. Le but n’est pas d’assouvir un désir sexuel ou un besoin de passion amoureuse, mais plutôt de faire don de sa personne pour prendre en charge une ou plusieurs autres familles si on en a la possibilité, afin de contribuer du mieux qu’on peut à la société, et seulement si la situation dans le pays où on vit l’exige. Or, dans la plupart des pays où la polygamie est pratiquée, il n’y a pas pénurie en hommes ou surnombre en veuves, et la situation n’exige donc pas d’avoir recours à la polygamie. Bien au contraire, dans les pays du Moyen-Orient, les hommes sont obligés d’importer des femmes de l’étranger afin de pouvoir s’adonner à la polygamie, ce qui montre bien qu’ils n’y en ont pas recours pour les bonnes intentions. D’autre part, Dieu nous met fortement en garde d’être équitable entre nos femmes autant que possible, car Dieu sait que notre cœur ne peut pas toutes les aimer de façon équivalente, tout comme un parent ne peut pas aimer tous ces enfants exactement au même niveau (prenez l’exemple de Jacob, qui bien qu’il fut un prophète, avait pourtant pour favoris, Joseph et Benjamin, parmi ses 12 fils), le cœur a forcément ses préférences, même si la bouche dit le contraire. Dieu est bien évidemment conscient de tout cela, et sait que jamais un homme ne saurait être parfaitement équitable entre toutes ses femmes en même temps, car seul Dieu est parfaitement équitable entre tous ses serviteurs. Dieu nous avertit donc à l’avance que si on opte pour le choix de la polygamie, cela va forcément nous imposer une difficulté supplémentaire inévitable, car on devra alors sans cesse s’évertuer à être équitables envers elles, sans jamais réussir à l’être complétement.

Vous ne pourrez jamais être équitables entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux. Ne vous penchez pas tout à fait vers l’une d’elles, au point de laisser l’autre comme en suspens. Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux… donc Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux. S4:V129

Ceci montre bien que la voie de la facilité est de se contenter d’une seule femme, et c’est ce que Dieu recommande. Mais, si on se sent la capacité d’avoir plusieurs femmes et que la situation l’exige, on doit alors le faire avant tout pour obéir à Dieu et contribuer à la société, et non pas parce qu’on y trouve un avantage sexuel ou sentimental.

Le Diable a crée toutes sortes d’unions comme le mariage gay, le polyamour, …,  mais ces types d’union ne sont pas licites en regard de la loi divine car ils ne respectent pas la morale et sont contrenatures, ce qui est générateur d’égarement et de conflits. En effet, on sait tous que cela est possible pour un homme d’avoir plusieurs femmes, mais que le contraire ne l’est pas en raison des conflits que cela générerait entre les hommes, car l’homme n’est pas la femme, et si tel n’était pas le cas, alors Dieu autoriserait également la polygamie pour les femmes. Aujourd’hui, la polygamie est très mal pratiquée dans les pays où elle est autorisée, car les hommes qui y ont recours ne l’ont pas choisi pour les bonnes raisons et parce qu’ils ne respectent pas les conditions que Dieu a imposées pour pouvoir la pratiquer. Dans beaucoup de ces pays, les hommes y ont recours alors que la situation ne l’exige pas, et sans demander l’avis de leurs femmes, mais font ce choix plutôt pour assouvir leur appétit sexuel galopant et leur soif inétanchable de passion amoureuse. Beaucoup se montrent injustes envers leurs premières femmes, accordant toute leur attention uniquement à la dernière, et considérant les autres comme leur mère. Enfin, beaucoup confondent polygamie et pédophilie, s’octroyant le droit de se marier avec des filles en bas âges, alors que comme je vous ai dit, la règle de Dieu exige une maturité suffisante pour pouvoir se marier et l’accord des parents pour avaliser cette décision.

rtr2b0ed

Encore un musulman qui a opté pour le maximum de femmes autorisés par le Coran. Notez la différence d’âge entre ses 4 femmes, la polygamie ne consiste pas à prendre une nouvelle femme plus jeune tous les 10 ans!

Dans les pays où la polygamie est encore autorisée, principalement les pays d’Afrique et du Moyen Orient, il est possible d’avoir plusieurs femmes si on se plie aux règles d’Allah que je vous ai édictées, et si la situation l’exige. En effet, dans ces pays, cette pratique est dans les mœurs et ne va donc pas créer de conflits. Cependant, Dieu recommande de n’opter que pour une seule femme, si on n’est pas prêt à supporter un tel fardeau. Dans les pays où cette pratique est interdite, il ne faut pas s’arroger le droit d’y avoir recours, car il faut obéir à loi de son pays et parce que la polygamie n’est pas dans les mœurs et ne peut donc qu’être génératrice de problèmes. Comme je vous ai dit, il faut à la fois obéir aux lois d’Allah et aux lois séculaires, si la loi chez vous l’interdit, cela signifie donc que Dieu l’interdit aussi pour vous. Comme vous pouvez le constater, ceux qui pratiquent la polygamie en cachette dans les pays où elle est interdite, n’attirent sur eux que les ennuis et ne font pas du bien à leurs familles, car en réalité, ces gens ont opté pour la polygamie pour de mauvaises raisons, et Dieu les rétribue donc en conséquence.

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, même si en termes de mœurs, la loi de Dieu est très réglementée, elle n’est pas pour autant stricte et rigide comme cela est le cas des fausses règles islamiques. Dieu sait que dans ce domaine, il est très important pour nous de respecter les règles qu’ils nous a prescrites afin de garantir le bon fonctionnement de nos sociétés, notre bon développement en tant qu’individu, et la préservation de la morale et de la foi. Dans les sociétés qui sont très éloignées des lois divines, on peut voir les dégâts majeurs que cela occasionnent sur leurs populations. Prenez l’exemple des tribus indiennes d’Amériques, leurs pratiques dans ce domaine étaient des plus injustes et immorales. En effet, les hommes y étaient extrêmement injustes les uns envers les autres et encore plus envers les femmes, et les relations homme/femme ne respectaient aucune règle, s’autorisant à avoir des relations sexuelles entre eux sans aucune limite, y compris incestueuses. Cela a développé chez les indiens le vice, la perdition, et les maladies, et généré des conflits sans fin entre eux, ce qui a fini par avoir raison d’eux. Car, si les colons européens n’ont eu aucun scrupule à les éradiquer quasiment jusqu’au dernier, c’est du fait de leur injustice profonde, et par crainte que leur vice ne se propage.

b1feb9c3c768f85fa4fe6f0f65d5536c

Les indiens d’Amérique sont des adorateurs d’esprits, et leurs fausses règles sont contraires à la morale, ce qui a provoqué leur destruction totale, aussi rapide que violente. Tout peuple qui persiste à ignorer les règles de Dieu et à suivre les fausses voies de ses ancêtres partagera tôt ou tard inévitablement la même fin.

Aujourd’hui, les règles qui régissent les relations homme/femme sont trop strictes et déconnectées de la réalité dans les pays musulmans, ce qui multiplie chez eux les tabous et accroit leur frustration sexuelle et hypocrisie, aussi bien pour les hommes que les femmes. À l’inverse, dans les sociétés occidentales, depuis la révolution des mœurs qui a accompagné la période folle des années 60-70, la moralité est en chute libre, et le vice et la perversion sont devenus monnaie courante, ouvrant la voie à des déviances toujours plus abjectes, telles l’homosexualité qui est une très grande turpitude, et toutes ses autres variantes (LGBTQ) tout aussi détestables. Cela a eu pour résultat d’éradiquer la foi en Dieu et d’égarer les gens au plus haut point, alors qu’avant cette période les gens étaient encore très proche de Dieu et de la morale. En effet, quand on s’autorise à désobéir aux règles de Dieu, et surtout en termes de sexualité, on s’expose au plus grand danger. Aujourd’hui, la plupart des occidentaux perçoivent l’homosexualité comme une avancée, preuve de leur aveuglement total, alors que c’est une énorme turpitude, au même titre que de coucher avec ses parents, et aussi insensée que de manger là où on défèque.

Et n’épousez pas les femmes que vos pères ont épousées, exception faite pour le passé. C’est une turpitude, une abomination, et quelle mauvaise conduite! S4:V22

Et Lot, quand il dit à son peuple: «Vraiment, vous commettez la turpitude où nul dans l’univers ne vous a précédés. Aurez-vous commerce charnel avec des mâles? Pratiquerez-vous le brigandage? Commettrez-vous le blâmable dans votre assemblée?» Mais son peuple ne fit d’autre réponse que: «Fais que le châtiment d’Allah nous vienne, si tu es du nombre des véridiques». S29:V28-29

La loi de Dieu est celle du juste milieu, et ne correspond ni aux règles strictes et irréalistes des pays musulmans, ni aux lois immorales et permissives des pays séculaires. Au final, Dieu nous a crée selon une certaine nature, et nous a inspiré à chacun nos actes de dévotions et nos perversions, il n’est donc pas possible pour nous de les renier. C’est pour cela que Dieu nous a prescrit des règles de conduites strictes afin de réguler en nous nos mauvais penchants et de favoriser les bons. Ce que Dieu nous autorise est bon, et ce que Dieu nous interdit est mauvais, même si cela déplaît à la plupart des gens aujourd’hui. Dieu Seul a la sagesse pour édicter nos lois et le savoir pour déterminer ce qui est bon et mauvais pour nous, et nous devons nous efforcer à les comprendre et à les mettre en œuvre sur nous-mêmes afin de préserver notre foi et pureté, et dans l’espoir de faire grâce aux yeux de Dieu.

7 comments

  • Regards to YS
    If I may ask, can you talk about the New Age Movement and its practices like kundalini, yoga, and so on?

    Because the infiltration of the New Age Movement is very dangerous, there is even one spiritual teacher who says that the New Age Movement is not true and so on but in reality, his knowledge is still part of this New Age Movement.

    Maybe after discussing the true religious topics according to the Koran, then discuss the New Age Movement. It’s up to you when you want to talk about it or don’t want to be discussed at all.

    Like

  • Bonjour YS, je suis stéril,de naissance,et tu n en parles pas de ce cas de figure. Est ce que tu vas en parler ?
    Car il y a des choses que je ne comprendrais qu a moitiée ,enfin façon de parler.
    Par exemple ,avoir des enfants n a jamais etais un but pour moi, défois je trouvais que c etais meme bizarre d en vouloir,comme vous pensez tous sur terre,ce qui me met souvent dans des situations , où je me sent seul psycologiquement.
    Je sais que le problème viens de moi, mais je n en trouve pas la raison,peux tu m éclairer,si tu as la ou les réponses?
    Merci.

    Like

    • Bonjour,
      c’est quoi le rapport avec mon article? tu es stérile, c’est une condition que Dieu t’a imposé, ce qui ne t’empeche en rien d’avoir une progeniture, notamment en adpotant. Mais avant de penser aux enfants il faut soi même etre stable et avoir un couple stable et sain, et ensuite on y pense. Tu dis que cela ne t’interesse pas, pourtant cela fait partie du processus d’apprentissage de la vie et des bienfaits d’Allah, et ce n’est pas forcement par envie qu’on fait des enfants ou qu’on en adopte, mais par devoir, générosité, esprit de responsabilité, et pour apprendre et grandir.

      Oui le problème vient de toi, car tu as des soucis sur le plan psychologique, et c’est en suivant la voie d’Allah, en faisant le bien, ayant une vie saine, en travaillant, en repoussant le mal, que tu vas guerir.

      Like

  • Merci,c est ce que j attendais,comme réponse.

    Like

  • Pingback: Pernikahan, Mut'ah, hubungan pria-wanita, prostitusi, zina, masturbasi dan poligami menurut aturan Qur'an - Sebelum Terlambat

  • Pingback: La vraie traduction du Coran | The Truth Is From God

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s