Traduction du Coran 20 (Sourate 26)

Les poètes

Sourate 26

26:1 Ta, Sin, Mim.

26:2 Voici les versets du Livre explicite.

26:3 Sans doute te consumes-tu de chagrin du fait qu’ils persistent à refuser de croire.

26:4 Si Nous voulions, Nous pourrions faire descendre sur eux un miracle venant du ciel en direction duquel leurs cous demeureraient unanimement tendus.

26:5 Et il n’y a pas de nouveau rappel qui ne leur vienne du Tout-Puissant sans qu’ils ne s’en détournent.

26:6 Ils le traitent de mensonge. Ils auront bientôt des nouvelles de ce qu’ils dénigraient.

Moi, le messager de Dieu, je ne peux parfois pas m’empêcher d’être triste quand je vois que la plupart des gens refusent de croire, et les croyants partagent ce même sentiment à la fois de tristesse et de désespoir. Cela peut en effet être très déprimant que de voir la majorité des gens autour de soi se détourner du rappel de Dieu et traiter la vérité de mensonge, et persister dans leur grand égarement, aveuglement, et injustice. Mais, Dieu me répond à travers ces versets, de même qu’aux croyants, que s’Il le voulait, Il pourrait très bien faire descendre du ciel un miracle qui ferait l’unanimité auprès des gens, ce qui ne changerait rien au fait que la plupart d’entre eux continueront à refuser de croire. En effet, Dieu a par le passé fait descendre de grands miracles, comme à l’époque de Moïse ou de Jésus, ce qui n’a pas empêché les injustes de persister dans leur déni. Dieu nous dit donc qu’il ne faut pas nous chagriner à cause de ceux qui refusent de croire, car la vérité est que c’est un choix qu’ils ont fait, et que ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas reçu suffisamment de preuves. Les négateurs ont toujours eu pour seule arme que de nier, mais ils seront bientôt rattrapés par ce qu’ils moquent et traitent de mensonge, car le châtiment de Dieu est bien réel et s’abattra sur eux pour de bon.

26:7 Ne voient-ils pas la terre, combien de variétés de couples majestueux y avons-Nous fait pousser ?

26:8 Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’ont aucunement l’intention de croire.

26:9 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Rien que de voir cette nature magnifique qui nous entoure et la grande variété des espèces qui la compose est un signe suffisamment fort pour croire en Dieu. Mais, la vérité est que la plupart des gens n’ont jamais été disposés à croire, et ce ne sont donc pas les preuves ou les miracles qui manquent. Cela dit, Dieu est le Puissant, le Tout-Miséricordieux, à savoir qu’Il est parfaitement capable de punir ceux qui ne croient pas, tout comme Il est capable de leur pardonner et de les guider.

26:10 Et rappelle-toi quand ton Seigneur appela Moïse en lui donnant pour instruction : « Rends-toi auprès du peuple injuste.

26:11 Le peuple de Pharaon. » Craindront-ils enfin Dieu ?

26:12 « Seigneur, répondit Moïse, je crains qu’ils ne me traitent de menteur,

26:13 et que je peine à trouver mon souffle et mes mots. Confie plutôt cette mission à Aaron.

26:14 De plus, ils m’accusent d’un crime, j’ai donc bien peur qu’ils ne m’ôtent la vie. »

26:15 « Cela n’arrivera pas, répondit Dieu. Allez, en ce cas, tous les deux avec nos miracles. Nous serons là avec vous à écouter.

26:16 Allez tous les deux voir Pharaon et dites-lui : « Nous avons été envoyés par le Maître de l’Univers,

26:17 pour que tu renvoies avec nous les Enfants d’Israël. »

26:18 « Ne t’avons-nous pas, fit remarquer Pharaon, élevé chez nous lorsque tu n’étais encore qu’un enfant ? Et n’es-tu pas resté parmi nous de longues années de ta vie durant ?

26:19 Puis, infidèle et ingrat que tu es, tu as commis le forfait que tu as commis. »

Comme cela est relaté plus en détail dans d’autres sourates, Pharaon a choisi de sauver Moïse malgré le fait qu’il soit un Israélite, et voir ce dernier tuer un Egyptien pour prendre la défense d’un Israélite ne peut donc être perçu par lui que comme une immense trahison. Pharaon a pris les choses très à cœur et en voulait énormément à Moïse d’avoir ensuite pris la fuite et de lui avoir définitivement tourné le dos, d’où le fait qu’il l’ait condamné à mort pour ce crime, alors qu’on pourrait s’attendre à ce qu’il le gracie en sa qualité de fils adoptif, d’autant plus que ce n’était là qu’un accident.

26:20 « C’est vrai, je l’ai commis, dit Moïse, mais j’étais à ce moment-là encore égaré.

26:21 Et c’est seulement quand j’ai eu peur de vous que j’ai pris la décision de vous fuir. Puis, mon Seigneur m’a accordé la sagesse et a fait de moi un de ses messagers.

26:22 Tu aimes à me rappeler cette faveur dont tu m’as fait grâce, tandis que tu passes sous silence le fait que tu aies réduit en esclavage les Enfants d’Israël. »

Comme je l’ai montré plus en détail dans la sourate 29, Moïse a certes tué un homme par accident, mais il était à ce moment-là encore égaré. Et ce n’est qu’après qu’il ait tourné le dos à Pharaon et qu’il se soit refugié à Madian que Dieu lui a accordé savoir et sagesse, et a fait de lui son messager. Pharaon parle là d’une faveur qu’il a accordée à Moïse, tandis qu’il a réduit à l’esclavage tout son peuple. Cela se vaut-il ? Pas vraiment ! Mais Pharaon est un grand injuste et ne réalise pas toute l’ampleur du mal qu’il fait.

26:23 « Et puis, qu’est-ce que “le Maître de l’Univers” ? » l’interrompit Pharaon.

26:24 « C’est le Créateur des cieux et de la terre et de ce qu’il y a entre les deux, répondit Moïse, au cas vous n’en seriez pas encore totalement convaincus. »

26:25 « Entendez-vous ça ? » s’exclama Pharaon en se tournant vers son entourage.

26:26 « Oui, répliqua Moïse, c’est votre Maître et le Maître de vos ancêtres les plus anciens. »

26:27 « Ce messager qui vous a été envoyé a complétement perdu la raison. » réagit Pharaon.

26:28 Et Moïse de poursuivre : « Il est le Maître de l’Orient et de l’Occident et de ce qui les sépare, si vous voulez bien vous donner la peine d’y réfléchir. »

26:29 « Si tu adoptes un autre Dieu que moi, je te jetterai en prison. » menaça alors Pharaon.

Pharaon et son peuple étaient tellement égarés qu’ils ne savaient même pas qui était le Vrai Dieu. Il a fallu que Moïse leur en fasse la présentation afin qu’ils voient de qui il s’agit vraiment, à savoir du Créateur des cieux et de la terre et de ce qu’il y a entre les deux, le Maître de l’Orient et de l’Occident, de Pharaon et de son peuple, et de leurs ancêtres les plus anciens également. Si Pharaon et son peuple se donnaient un minimum la peine de réfléchir que cela leur paraîtrait évident, sachant que Pharaon qui prétend être Dieu, ne détient aucune de ces caractéristiques. Étant donné sa réaction, Pharaon était loin d’accepter de se soumettre au vrai Dieu, d’abord en prenant le discours de Moïse sur le ton de la dérision, demandant qu’on lui présente qui était ce soi-disant Dieu, puis sur le ton de la menace, en menaçant Moïse de le jeter en prison s’il refuse de le prendre pour Dieu. Il n’y a pas plus grand degré de rébellion et d’égarement que de nier l’existence de Dieu et de prétendre soi-même être Dieu, menaçant quiconque le conteste de prison, voire de mort comme on le verra plus tard avec les magiciens. Pharaon sait pourtant tout au fond de lui-même qu’il n’est pas vraiment Dieu, mais son orgueil démesuré l’empêche de reconnaître la vérité. C’est pourquoi Dieu a réservé à Pharaon une place toute particulière, en le désignant comme le modèle absolu pour tous les gens de l’Enfer, et ce, jusqu’à la fin des temps, car il en possède toutes les caractéristiques.

26:30 « Même si je t’apportais une preuve formelle ? » demanda Moïse.

26:31 « Apporte-la donc, si tu dis vrai. » répondit Pharaon.

26:32 Moïse jeta alors son bâton, et voilà qu’il se transforma aussitôt en un authentique serpent.

26:33 Puis, il sortit sa main, et voilà qu’elle apparut blanche de lèpre à tous les spectateurs.

26:34 Pharaon dit alors aux dignitaires autour de lui : « Ce n’est là qu’un magicien expérimenté,

26:35 qui cherche à vous chasser de votre terre en utilisant sa magie. Qu’est-ce que vous recommandez ? »

26:36 Ils dirent : « Fais les patienter, lui et son frère, et envoie dans toutes les villes des rabatteurs,

26:37 pour amener à toi tout magicien expérimenté. »

26:38 Les magiciens furent donc réunis pour le rendez-vous du jour fixé.

26:39 Et, on répandit la nouvelle aux gens : « Allez-vous prendre part au rassemblement ?

26:40 Peut-être assisterions-nous en direct à la victoire des magiciens ? »

Visiblement, Pharaon était sûr de son coup et ne croyait pas une seule seconde que Moïse puisse prendre le dessus sur ses magiciens, étant donné qu’il a demandé à convoquer toute la population pour assister en direct à sa victoire. Pharaon espérait par cette occasion impressionner son peuple et montrer une bonne fois pour toute qu’il est le seul vrai Dieu, et que le Dieu de Moïse n’existe pas vraiment, ce qui justifierait aux yeux de son peuple qu’il ait réduit en esclavage les Enfants d’Israël, étant donné qu’ils refusaient de l’adorer, lui, le vrai Dieu, pour adorer à la place leur dieu imaginaire. 

26:41 Puis, une fois les magiciens sur place, ils demandèrent à Pharaon : « Recevrons-nous une récompense en cas de victoire ? »

26:42 « Oui, répondit Pharaon, et vous serez même admis au sein de ma cour. »

26:43 Moïse leur dit : « Jetez ce que vous avez à jeter. »

26:44 Ils jetèrent alors leurs cordes et leurs bâtons en disant : « Par la puissance de Pharaon ! La victoire est à nous ! »

26:45 À son tour, Moïse jeta son bâton et voilà qu’il happait ce qu’ils avaient fabriqué.

26:46 Les magiciens se jetèrent alors la face contre terre,

26:47 et dirent : « Nous croyons au Maître de l’Univers,

26:48 le Maître de Moïse et d’Aaron. »

26:49 « Comment, s’écria Pharaon, furieux, vous avez cru en Lui avant même que je ne vous l’autorise ? En vérité, ce doit être lui votre chef qui vous a enseigné la magie ! Vous allez bientôt voir ce qu’il vous en coûtera !  Je vous ferai assurément couper mains et jambes à l’opposé, et vous ferai tous crucifier jusqu’au dernier. »

26:50 « Cela ne nous affecte pas, lui opposèrent-ils, c’est vers notre Seigneur que nous retournerons.

26:51 Nous entretenons l’espoir que notre Seigneur puisse nous pardonner nos fautes pour avoir été les premiers à croire. »

Dieu a défié Pharaon dans ce que ce dernier pensait être son point fort, à savoir la magie. En jurant sur la puissance de Pharaon, les magiciens étaient persuadés que leur victoire était assurée, étant donné qu’ils croyaient que Pharaon était le vrai Dieu. Le fait que le serpent de Moïse ait dévoré leurs serpents, alors qu’ils n’étaient en réalité qu’une illusion, dépasse tout ce que les magiciens connaissaient jusque-là de la magie, et est une prouesse qui ne pouvait être réalisée que par Dieu. Ce qui explique pourquoi les magiciens n’ont pas hésité une seule seconde à se soumettre à Dieu malgré la menace de Pharaon de les faire crucifier, entretenant l’espoir que Dieu puisse leur pardonner leurs fautes pour avoir été les premiers à s’être soumis. Pharaon a été des plus injustes, car il n’a pas respecté les termes de l’accord qu’il avait conclu avec Moïse en refusant de reconnaître sa défaite et de se soumettre à Dieu, mais il est allé encore plus loin dans sa folie criminelle en s’en prenant aux magiciens pour avoir cru en Dieu. L’explication avancée par Pharaon ne tient pas du tout la route, car il connait très bien Moïse pour l’avoir adopté alors qu’il n’était encore qu’un enfant, et il sait donc pertinemment que Moïse n’a jamais été initié à la magie. Aller jusqu’à s’imaginer que Moïse est à la tête d’un complot réunissant tous les magiciens du royaume, c’est aller chercher très loin, et cela montre à quel point Pharaon est aveuglé par son orgueil criminel.

26:52 Et Nous inspirâmes à Moïse : « Enfuis toi de nuit avec mes serviteurs, car vous allez être poursuivis. »

26:53 Pharaon envoya alors dans toutes les villes des mobilisateurs, relayant son appel à la population :

26:54 « Ceux-là ne sont qu’une toute petite bande de rien du tout.

26:55 Et ils nous vouent une haine sans fin.

26:56 C’est pourquoi, nous devons tous ensemble réagir. »

26:57 Ainsi, Nous les fîmes sortir de jardins et de sources,

26:58 de trésors et de demeures somptueuses.

26:59 Ainsi, Nous en fîmes hériter les Enfants d’Israël.

26:60 À peine le jour suivant levé, Pharaon et ses partisans se lancèrent donc à leur poursuite.

26:61 Puis, quand les deux groupes furent à portée de vue, les compagnons de Moïse s’écrièrent : « C’est sûr ! Ils vont nous rattraper ! »

26:62 « Qu’importe ! Répliqua Moïse. J’ai mon Seigneur avec moi. Il va me dire quoi faire. »

26:63 Nous inspirâmes alors à Moïse : « Frappe de ton bâton la mer ». Et celle-ci se fendit aussitôt en deux, formant sur chaque flanc comme une gigantesque montagne.

26:64 Nous attendîmes ensuite que les autres se rapprochent d’eux.

26:65 Puis, Nous sauvâmes Moïse et tous ceux qui étaient avec lui.

26:66 Tandis que Nous noyâmes les autres.

26:67 Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:68 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Pharaon a non seulement refusé de reconnaître sa défaite, mais il a poussé encore plus loin sa folie criminelle, en cherchant à faire tuer Moïse et son peuple. Mais, ce que Pharaon ignorait, c’est que Dieu avait prévenu Moïse de ses projets, lui inspirant de prendre la fuite avec son peuple durant la nuit. Pharaon mobilisa alors tout son peuple pour prendre part à son crime, aveuglé par sa puissance, et convaincu qu’une toute petite poignée d’hommes ne pourrait jamais lui résister. Dieu a ensuite voulu que Pharaon et ses partisans rattrapent les Enfants d’Israël, de sorte à ce que les deux groupes soient à portée de vue. Ceci, afin d’éprouver la foi des Enfants d’Israël et pour attirer Pharaon dans le piège qu’Il lui avait tendu. En effet, quand les deux groupes furent à portée de vue, les Enfants d’Israël pensèrent alors que c’en était fini d’eux, tandis que Pharaon demanda à ses troupes d’accélérer le pas, persuadé qu’il était à deux doigts d’atteindre son objectif, alors qu’il se dirigeait en réalité vers ce qui allait constituer sa perte finale. Moïse, lui, ne paniqua pas, et savait que Dieu n’allait pas lui faire faux bond après toutes les preuves qu’Il lui avait jusque-là montrées. En effet, Dieu a sauvé Moïse et son peuple de la manière la plus miraculeuse qui soit, et ce, en faisant que la mer s’ouvre en deux, chose à priori inimaginable, les laissant traverser la mer à sec jusqu’à l’autre rive, et laissant ensuite la mer se refermer sur Pharaon et ses troupes. Ceci constitue un grand signe pour tout croyant, à savoir qu’il n’y a rien que Dieu ne puisse faire, que les croyants ne doivent jamais douter de Dieu même dans les situations les plus désespérées, et que les ennemis de Dieu finiront toujours par payer le prix cher. La vérité est que Pharaon et son peuple n’avaient dès le début aucunement l’intention de croire, et ce, quels que soient le miracle et la menace. En effet, il faut se rappeler qu’avant que Dieu ne les noie, ils avaient déjà été témoins de huit autres grands miracles qu’ils avaient reconnus en eux-mêmes, mais avaient refusé malgré tout de se soumettre à Lui, et ce, par pur orgueil et injustice. Ainsi, Dieu a fait hériter des jardins, des sources, des trésors, et des résidences somptueuses de Pharaon et de son peuple aux Enfants d’Israël, ce qui était totalement inespéré, eux qui n’étaient avant cela que des esclaves.

26:69 Et raconte leur également la nouvelle d’Abraham.

Le terme utilisé est “nouvelle” plutôt que “récit”, car il s’agit d’épisodes totalement inédits de la vie d’Abraham, et qui jusque-là n’étaient mentionnées dans aucun autre livre.

26:70 Quand, un jour, il questionna son père et son peuple : « Qu’adorez-vous là ? »

26:71 « Nous adorons des idoles, répondirent-ils. Nous leur vouons un véritable culte. »

26:72 « Vous entendent-elles lorsque vous les invoquez ? Demanda Abraham.

26:73 Ou bien vous profitent-elles ou vous nuisent-elles en quoi que ce soit ? »

26:74 « C’est plutôt, répondirent-ils, que nous avons trouvé nos ancêtres selon cette pratique. »

26:75 Il dit : « Voyez-vous ce que vous adorez,

26:76 vous et vos ancêtres de la première heure ?

26:77 Eh bien ! Je les considère comme mes ennemis, excepté le Maître de l’Univers.

26:78 Celui qui m’a créé, c’est Celui-là qui me sert de guide,

26:79 et c’est Celui-là qui me nourrit et qui me donne à boire,

26:80 et qui me guérit quand je tombe malade,

26:81 et qui me fera mourir puis me ramènera à la vie,

26:82 et qui, je l’espère, absoudra mes péchés au jour du Jugement Dernier.

Le peuple d’Abraham vouait un culte aux idoles, alors que de leur propre aveu, ces idoles n’entendent pas leurs prières et ne peuvent ni leur profiter ni leur nuire en quoi que ce soit. Il justifie cela par le fait qu’ils aient trouvé leurs ancêtres selon cette pratique, et il est donc absolument vital pour eux de la perpétuer, d’autant plus que cela leur permet de tisser des liens sociaux entre eux. Est-ce cela le rôle de la religion ? De tisser des liens sociaux entre les gens ? Ou plutôt entre l’individu et son Créateur ? Ce sont plutôt les sectaires qui se servent de la religion pour tisser leurs liens sociaux entre eux et pour perpétuer les coutumes de leurs ancêtres, et Dieu condamne de façon la plus ferme ceux qui agissent de la sorte. Quand bien même vos ancêtres seraient bien guidés, il est du devoir de chaque croyant d’aller lui-même en quête de la vérité, et de valider ses croyances en les confrontant à la réalité, et en faisant usage de son propre raisonnement et à travers son propre travail de recherche, et cela, sous la seule guidée de Dieu, et non pas en prenant des intermédiaires pour lui servir de guides. Aujourd’hui, les gens des sectes, à savoir les musulmans, juifs, chrétiens, bouddhistes, hindouistes, etc, font exactement la même chose que le peuple d’Abraham, à savoir qu’ils se contentent de suivre les traditions de leurs ancêtres sans les questionner, car la vérité les concernant est qu’ils ne cherchent qu’à suivre leurs propres désirs et à appartenir à une communauté. Quant à Dieu et à la vérité, c’est là pour eux quelque chose de totalement secondaire.

Tout comme les idoles étaient les ennemis d’Abraham, moi le messager de Dieu, mes ennemis ce sont ces nouvelles idoles que les gens adoptent en dehors de Dieu, que ce soit Muhammad, Jésus, Moïse, ou toutes autres idoles, car aucune créature n’est digne d’être adorée avec Dieu. Muhammad, Jésus, Moïse, et tous les autres messagers de Dieu étaient les premiers à combattre les idoles, tandis que ceux qui se revendiquent aujourd’hui d’eux en ont fait leurs nouvelles idoles, allant contre le principe même de ce qu’étaient leurs enseignements. Celui qui prend des idoles, que ce soit les messagers de Dieu ou toutes autres créatures (saints, prêcheurs, célébrités quelconques, leaders politiques ou religieux, etc), celui-là n’est pas de moi et n’est pas d’Abraham, et n’a absolument rien d’un vrai croyant, mais n’est rien d’autre qu’un sectaire, un idolâtre, et un associateur. Le seul qui est digne de recevoir notre adoration, c’est Dieu, notre Créateur et Maître, et les messagers de Dieu n’ont pas leur place dans le culte qu’on voue à Dieu. En effet, C‘est Dieu Seul qui nous sert de Guide, qui entend nos prières et les exauce, qui subvient à tous nos besoins, qui dissipe le mal quand il nous atteint, qui nous fera mourir puis nous ramènera à la vie, et à qui appartient la décision de nous absoudre de nos péchés au jour du Jugement Dernier. Tandis qu’intégrer dans son culte autre que Dieu, comme cela est le cas des sectaires que sont les musulmans, juifs, chrétiens, et autres, ne vous profitera ni ne vous nuira en quoi que ce soit, sachant que ces idoles sont totalement incapables d’entendre vos prières, et même si elles le pouvaient, seraient dans l’impossibilité de les exaucer. Moi, le messager de Dieu de la fin des temps, Dieu m’a commandé de vous prescrire la doctrine pure monothéiste d’Abraham, et d’annoncer aux sectaires qui persistent à suivre les traditions de leurs ancêtres, qu’ils ne sont en rien différents des adorateurs de statues qu’étaient le peuple d’Abraham, et que s’ils ne cessent pas, ils subiront exactement le même sort qu’eux.

26:83  Seigneur, accorde-moi la sagesse et fais-moi rejoindre la catégorie des gens de bien.

26:84 Et fais qu’il ne soit dit sur moi que la vérité jusqu’à la fin des temps.

26:85 Et fais que je sois parmi ceux qui hériteront du Jardin de la Félicité.

26:86 Et pardonne à mon père. Il est, certes, parmi les égarés.

26:87 Et ne m’humilie pas au jour de la Résurrection.

26:88 Au jour où richesses et enfants n’auront plus aucune valeur,

26:89 et où la seule chose qui comptera sera de se présenter à Dieu avec un cœur sain. »

Cette prière est commune à tous les messagers de Dieu, à savoir que tous les messagers de Dieu prient Dieu de leur accorder une part de savoir et de sagesse, car ils sont bien conscients que c’est Dieu qui donne le savoir et la sagesse, et que s’Il ne le faisait pas pour eux, ils seraient alors comme n’importe quel autre égaré. Les messagers de Dieu demandent aussi à Dieu de les intégrer parmi les gens de bien, car ils ne sont au départ que de simples pécheurs, et ce n’est qu’une fois qu’ils auront corrigé les injustices qu’il y a en eux qu’ils pourront légitimement prétendre être des gens de bien. La voilà la vérité concernant les messagers de Dieu, à savoir qu’ils ne sont pas ces êtres quasi-parfaits tels que les dépeignent les idolâtres et les sectaires, mais ils ont dû œuvrer toute leur vie pour devenir petit à petit les gens de bien qu’on les connaît. C’est pourquoi Dieu a fait de ses messagers des modèles pour tous les croyants, car c’est ce même chemin que tout croyant doit également prendre s’il veut espérer obtenir le pardon de Dieu et accéder à son Paradis. Être un vrai croyant, c’est certes suivre la seule guidée de Dieu, mais c’est aussi, et surtout, aspirer à être quelqu’un de bien, et cela ne se fait pas tout seul, mais au prix d’un effort continue. Le croyant, contrairement au sectaire, a tout à démontrer, et le fait de croire n’est que le début du chemin, car il lui faut ensuite prouver sa foi par les actes, et ce, jusqu’à la fin de sa vie. Tandis que le sectaire, comme le musulman, juif, ou chrétien, pense qu’il lui suffit d’adhérer à un certain nombre de croyances pour directement être absout de ses péchés et pour obtenir la garantie d’accéder au Paradis. Les sectes que sont les religions d’aujourd’hui ne sont que les fausses voies du Diable, servant à faire croire aux gens qu’ils sont sur la vraie voie de Dieu, alors qu’en réalité, elles sont de véritables boulevards menant en Enfer. Et ce piège fonctionne sur la plupart des gens, car ce n’est pas vraiment Dieu, la vérité, le bien, et la réforme que les gens cherchent, mais surtout de faire ce qui les arrange et de sentir qu’ils appartiennent à une communauté.

Abraham a prié Dieu pour que ne soit dit sur lui que la vérité jusqu’à la fin des temps, et comme on le constate aujourd’hui, Dieu a répondu favorablement à sa prière. En effet, contrairement aux autres messagers de Dieu, comme par exemple Muhammad, Moïse, Jésus, David, ou Salomon, sur qui tout un tas de mensonges a été inventé par les chrétiens, juifs, et musulmans, Abraham, lui, a été relativement épargné et a toujours été connu pour être l’incarnation du parfait croyant, à savoir du croyant pur monothéiste, de l’homme totalement libre qui fait son chemin seul avec Dieu en dehors de toute secte. C’est pourquoi Dieu a fait d’Abraham un modèle pour tous les croyants jusqu’à la fin des temps, car c’est exactement cette voie que tout croyant doit emprunter. Tandis que les gens des sectes, qui se revendiquent pourtant d’Abraham, sont à l’opposé même de la voie qui était la sienne. En effet, ce n’est pas pour rien que quasiment à chaque fois que Dieu mentionne le nom d’Abraham dans le Coran, cela est immédiatement suivi de “Il n’était ni un idolâtre ni un associateur”, cela, pour clairement marquer sa différence avec tous ces juifs, chrétiens, et musulmans, qui se revendiquent de lui. Mais, visiblement, cela ne semble pas les interpeller outre-mesure.

Abraham demande à Dieu dans ces versets le pardon pour son père, et il est bien normal de vouloir le bien pour ses parents même quand ils sont égarés. Cela dit, Abraham a cessé de prier pour lui quand celui-ci a ouvertement renié Dieu, et Abraham l’a alors quitté et renié à son tour. Dieu vous autorise à côtoyer votre famille tant qu’ils ne se déclarent pas ouvertement les ennemis de Dieu, de son messager, et de la vérité. Mais si c’est le cas, alors peu importe que ce soit votre père, mère, frère, sœur, conjoint, enfant, Dieu vous interdit de les côtoyer, tout comme Abraham l’a fait avec les siens. C’est là en réalité quelque chose de tout à fait naturel que tout croyant sincère ferait de lui-même sans même qu’on ait à lui dire. Car, comment prétendre être un vrai croyant, tout en acceptant de vivre et de chérir les ennemis de Dieu, de ses messagers, et des croyants en général ? Comment est-il possible de vivre avec celui qui vous hait uniquement pour ce que vous êtes ? Nous, les vrais croyants, acceptons que les autres aient leur propres croyances, peu importe ce qu’elles sont, du moment qu’ils ne cherchent pas à nous les imposer et qu’ils acceptent qu’on puisse également avoir les nôtres. Voilà la vraie définition de la laïcité telle qu’elle doit être pratiquée dans le monde entier, pour que les hommes puissent cohabiter en paix indépendamment de leurs croyances. Car, il n’y a nulle contrainte en religion, et chacun est libre de faire ses propres choix et d’en assumer ensuite seul les conséquences.

Au jour du Jugement Dernier, tout ce qui appartient à cette terre, à savoir les biens matériels et les enfants, n’auront plus aucune valeur, et la seule chose qui comptera vraiment sera de se présenter devant Dieu avec un cœur sain, un cœur purifié de toute iniquité. Tant qu’on est dans cette vie terrestre, nous sommes tous amenés à commettre des erreurs et des injustices, mais nous devons à tout prix nous atteler à les corriger tant que nous sommes vivants, car il sera alors trop tard pour le faire lorsque l’on sera face à Dieu.

26:90 Ce jour-là, le Paradis deviendra pleinement accessible pour les pieux.

26:91 Tandis que l’Enfer apparaîtra subitement aux égarés.

26:92 Et on leur demandera alors : « Où sont ceux que vous adoriez

26:93 en dehors de Dieu ? Peuvent-ils vous venir en aide ou se secourir eux-mêmes ? »

26:94 Ils y seront alors précipités pêle-mêle, soi-disant associés, tout comme les égarés qui leur vouaient un culte,

26:95 de même que tous les soldats d’Iblis sans exception.

26:96 Et ils diront ensuite tandis qu’ils s’y querelleront :

26:97 « Par Dieu ! Nous étions dans l’égarement total,

26:98 quand nous vous assimilions au Maître de l’Univers. »

26:99 « Ce ne sont vraiment que les criminels qui nous ont égarés.

26:100 Et maintenant, nous n’avons ni intercesseur,

26:101 ni ami chaleureux. »

26:102 « Si seulement nous avions une seconde chance, nous serions alors parmi les croyants. »

26:103 Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:104 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Au jour du Jugement Dernier, le Paradis deviendra pleinement accessible pour les pieux, tandis que l’Enfer apparaîtra subitement aux égarés, eux qui juraient qu’ils n’y entreront jamais ou qu’il n’existe pas. On leur demandera ce jour-là où sont leurs associés ? Peuvent-ils les aider en quoi que ce soit ou se secourir eux-mêmes ? Ils seront alors bien obligés de se rendre à l’évidence que leurs associés ne jouissent en réalité d’aucun pouvoir auprès de Dieu. Ils seront ensuite jetés pêle-mêle, soi-disant associés, tout comme ceux qui leur vouaient un culte, car les uns comme les autres sont exactement les mêmes criminels. On parle là des associés qui avaient accepté de jouer ce rôle de leur plein gré, à savoir des gourous, des faux messagers, des fausses divinités, des faux guides en tous genres, et non pas de ceux qui ont été désignés comme associés contre leur propre volonté, comme par exemple les messagers de Dieu. De même, tous les soldats d’Iblis, à savoir les diables parmi les hommes et les djinns, seront tous rassemblés, eux qui prétendaient pouvoir échapper à Dieu, et ce jour-là, ils n’opposeront plus la moindre résistance et n’auront d’autre choix que de brûler en Enfer pour l’éternité. Dieu nous cite dans ces versets quelques-unes des réflexions des gens de l’Enfer, où les criminels, en voyant leurs associés brûler avec eux, se blâmeront eux-mêmes d’avoir été assez stupides pour les avoir autrefois assimilés à Dieu, et où ils réaliseront que tous ceux qui les ont encouragés dans leur voie d’égarement n’étaient que des criminels comme eux et qu’il n’y a désormais pour eux ni intercesseur ni ami chaleureux, eux qui se juraient pourtant fidélité pour toujours. Les criminels espéreront ce jour-là retourner sur terre pour qu’on leur donne une seconde chance, se laissant à rêver dans leurs délires qu’ils seraient alors des croyants. Or, même si Dieu leur accordait cette seconde chance, ils feraient exactement la même chose que durant leur première vie, car ce n’est pas le fait d’avoir été trompés qui les a menés là où ils sont, mais uniquement parce qu’ils sont eux-mêmes des criminels. Ce petit florilège des regrets des gens de l’Enfer devrait interpeller tous ceux qui prennent aujourd’hui de faux guides et suivent de fausses voies, et leur faire réaliser qu’ils sont exactement comme ces gens qui sont cités dans ces versets. Mais, c’est le principe même des criminels que de se voiler la face et de persister dans leur grand déni et injustice, et ce, jusqu’à ce que le châtiment s’empare d’eux.

26:105 Le peuple de Noé traita de menteurs les envoyés.

26:106 Quand leur frère Noé leur dit : « Ne craignez-vous pas Dieu ?

26:107 Je suis pour vous un messager digne de confiance.

26:108 Craignez donc Dieu et obéissez-moi.

26:109 Je ne vous demande pour cela aucun salaire. Mon salaire n’incombe qu’au Maître de l’Univers.

26:110 Craignez-donc Dieu et obéissez-moi. »

Les messagers de Dieu ont pour caractéristique commune de ne demander aucun salaire pour ce qu’ils font, ce qui les différencie clairement de tous les imposteurs. En effet, les imposteurs sont facilement identifiables, car ils demandent toujours un salaire pour ce qu’ils font sous une forme ou une autre, que ce soit directement de l’argent, pour eux-mêmes ou pour financer leurs projets, ou sous forme de dons “spontanés” comme cela est devenu tendance aujourd’hui, ou de biens matériels, ou de services rendus, etc. Tandis que les messagers de Dieu ne demandent jamais d’argent, ni pour eux-mêmes ni pour financer leur cause, et ne sollicitent jamais l’aide de personne, car Dieu les assiste et leur apporte tout ce dont ils ont besoin pour mener à bien leur mission. Si Dieu insiste tellement sur ce point dans le Coran, c’est que c’est vraiment là un critère déterminant pour discerner ses vrais messagers de tous les imposteurs. Le fait que je ne vous demande absolument rien devrait donc vous interpeller sur le fait que je sois bel et bien le messager de Dieu. En effet, je ne demande pas d’argent, je ne fais pas la promotion de ma propre personne, je ne cherche pas à dominer les gens, je ne suis à la tête d’aucun groupe, je ne gagne strictement rien en faisant ce que je fais, pourtant, c’est là une mission qui accapare une bonne partie de mon temps et de mon énergie, ce qui est bien la preuve que je n’agis uniquement que pour Dieu. Quel homme sur terre ferait tout ce que je fais alors qu’il n’a rien à y gagner ? Il n’y a que les vrais messagers de Dieu pour faire cela, car leur salaire à eux est auprès de Dieu et parce qu’ils doivent obéir à ce que Dieu leur commande en accomplissant la mission qu’Il leur a confiée.

26:111 Ils répondirent : « Devrions-nous croire en toi alors que ce sont seulement les plus médiocres qui t’ont suivi ? »

26:112 « Je n’en sais rien moi de ce que sont vraiment ces gens, leur opposa Noé.

26:113 Dieu Seul est en capacité de les juger, comprenez-vous cela ?

26:114 Et ce n’est certainement pas à moi de repousser les croyants.

26:115 Moi, je ne suis rien d’autre qu’un avertisseur explicite. »

En toute époque, ce ne sont pas forcément ceux qui sont perçus comme ayant réussi dans la vie qui suivent les messagers de Dieu, et cela demeure vrai encore aujourd’hui. Chaque société a ses propres critères de réussite, tandis que Dieu a les siens, et Dieu sait mieux que quiconque ceux qui méritent d’entrer parmi ses serviteurs. Ce n’est donc pas aux messagers de Dieu de repousser ceux que Dieu a dirigés vers eux, ni d’attester de ce qu’il y a en eux non plus, car Dieu Seul sait ce que cachent les poitrines. Quand on parle de réussite, la plupart des gens pensent tout de suite à la réussite matérielle, professionnelle, sociale, et familiale. Pourtant, plus important que tout cela, il y a la réussite auprès de Dieu, et celle-ci dépend uniquement de la nature de nos œuvres et du contenu de nos cœurs. Ceux que Dieu guide vers ses messagers sont avant tout ceux qui cherchent à se réformer et qui concourent aux bonnes œuvres en vue d’obtenir sa satisfaction. Tandis que ceux qui pensent qu’ils ont réussi leur vie, tandis qu’ils se détournent de Dieu et n’accordent que peu d’importance à l’au-delà, ceux-là ne réussiront pas auprès de Dieu et finiront grands perdants. Bien évidemment, l’idéal est de combiner à la fois la réussite auprès de Dieu et la réussite terrestre, comme cela est le cas de tous les messagers de Dieu, et c’est ce à quoi doivent aspirer tous les croyants. En effet, quand Dieu envoie ses messagers, c’est pour offrir à ses serviteurs la réussite et la guérison dans tous les aspects de leur vie. C’est pourquoi, moi, le messager de Dieu, je préconise aux croyants de ne pas vivre de l’assistanat et de chercher à améliorer leur condition, aussi bien sur le plan spirituel, que sur les plans matériel, professionnel, social, familial, et autre. Soyez des gens exemplaires dans tous les domaines, à la fois pour vous-mêmes, et aussi pour être plus dignes de Dieu et pour le remercier de vous avoir guidées alors que vous étiez auparavant du nombre des égarés. Et sachez que la médiocrité, l’oisiveté, l’assistanat sont des tares et ne conviennent absolument pas au croyant, qui, bien au contraire, doit aspirer au succès, être dans l’effort permanent, et se débrouiller autant que possible par lui-même.

26:116 « Ô Noé, menacèrent-ils, Si tu ne cesses pas, tu seras du nombre des lapidés. »

26:117 « Seigneur, pria alors Noé, mon peuple me traite de menteur.

26:118 Tranche entre moi et eux de façon claire, et sauve moi, de même que ceux qui m’accompagnent de croyants. »

26:119 Nous le sauvâmes donc, de même ceux qui étaient avec lui, à bord de l’arche comble. 

26:120 Puis, Nous noyâmes après cela tous ceux qui sont restés.

26:121 Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:122 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Quand la mission de Noé a commencé à tourner au dialogue de sourd, et que ceux qui refusaient de croire sont passés au cran supérieur en le traitant ouvertement de menteur et en menaçant de le lapider s’il ne cesse pas son rappel, Noé pria alors Dieu en Lui demandant de trancher clairement entre lui et son peuple, ce que Dieu a fait en le sauvant lui et ceux qui l’ont suivi parmi les croyants à bord de l’arche, et en noyant tous ceux qui sont restés à terre. Il y a clairement dans cet épisode un signe pour ceux qui croient vraiment, à savoir que ceux qui traitent de menteurs les messagers de Dieu et persistent dans leur injustice finiront grands perdants, tandis que ceux qui croient en eux seront miraculeusement sauvés. En effet, c’est seulement quand le châtiment de Dieu tombe que le tri se fait entre les gens, et que l’on distingue clairement les vrais serviteurs de Dieu des criminels, les premiers étant épargnés, tandis que les seconds finissent totalement détruits.

26:123 Les Aad traitèrent de menteurs les envoyés.

26:124 Quand leur frère Hud leur dit : « Ne craignez-vous pas Dieu ?

26:125 Je suis pour vous un messager digne de confiance.

26:126 Craignez donc Dieu et obéissez-moi.

26:127 Je ne vous demande pour cela aucun salaire. Mon salaire n’incombe qu’au Maître de l’Univers.

26:128 Érigez-vous, frivoles que vous êtes, un monument sur chaque colline ?

26:129 Et faites-vous construire des édifices comme si vous alliez vivre éternellement ?

26:130 Et quand vous sévissez, vous sévissez de façon impitoyable.

26:131 Craignez-donc Dieu et obéissez-moi.

26:132 Et craignez Celui qui vous a pourvu de ce que vous savez,

26:133 et qui vous a pourvu de bestiaux et d’enfants,

26:134 de jardins et de sources.

26:135 Je crains pour vous le châtiment d’un jour terrible. »

26:136 « Que tu nous exhortes ou pas, répondirent-il, cela ne nous fera pas changer d’avis.

26:137 Ce ne sont là que les us et coutumes de nos ancêtres,

26:138 et nous n’encourrons aucun châtiment. »

26:139 Ainsi, ils le traitèrent de menteur, et le résultat pour eux fut que Nous les exterminâmes. Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:140 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Aujourd’hui, la plupart des gens agissent comme les Aad, à savoir qu’ils érigent, par pur esprit de frivolité, des monuments sur chaque place, et construisent des édifices censés résister à l’épreuve du temps, comme s’ils allaient eux-mêmes vivre éternellement. Et quand ils sévissent, ils le font sans commune mesure et de façon impitoyable, et gare à celui qui se met en travers de leur chemin, en véritables tyrans qu’ils sont devenus pour la plupart. On a beau les appeler à la raison et à craindre Dieu, ils n’ont que faire des avertissements, et sont persuadés qu’ils n’encourent aucun danger à continuer de suivre les traditions de leurs ancêtres. Mais, au final, ils partageront tous la même fin aussi violente que soudaine, à savoir qu’ils subiront le châtiment de Dieu sans même le voir venir.

26:141 Les Tamud traitèrent de menteurs les envoyés.

26:142 Quand leur frère Salih leur dit : « Ne Craignez-vous pas Dieu ?

26:143 Je suis pour vous un messager digne de confiance.

26:144 Craignez-donc Dieu et obéissez-moi.

26:145 Je ne vous demande pour cela aucun salaire. Mon salaire n’incombe qu’au Maître de l’Univers.

26:146 Vous laissera-t-on en sécurité dans votre condition que voici ?

26:147 Au milieu de ces jardins et de ces sources,

26:148 de ces cultures et de ces palmiers aux fruits succulents,

26:149 et de ces maisons dont vous êtes si fiers que vous taillez à flanc de montagne ?

26:150 Craignez-donc Dieu et obéissez-moi.

26:151 Et n’obéissez pas à l’ordre des outranciers,

26:152 ceux qui sèment la corruption sur terre et qui n’y font rien de bon. »

26:153 « Toi, tu es un ensorcelé, l’accusèrent-ils.

26:154 Tu n’es rien d’autre qu’un homme comme nous. Apporte-nous donc une preuve si tu dis la vérité. »

26:155 « Voyez-vous cette chamelle devant vous, dit-il. Vous vous abreuverez à tour de rôle, à chacun son jour fixé.

26:156 Et ne lui faites aucun mal, autrement vous serez frappés du châtiment d’un jour terrible. »

26:157 Mais, ils la tuèrent. Et dès le lendemain, ils eurent à le regretter.

26:158 En effet, ils furent tous emportés par le châtiment. Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:159 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Les Tamud n’étaient pas reconnaissants envers Dieu pour cette nature généreuse et ces sources d’eau abondantes dont Il leur faisait profiter, ni pour ces cultures fécondes et ces arbres aux fruits succulents, ni pour ces maisons magnifiques taillées à flanc de montagne qui faisaient toute leur fierté. Espéraient-il vraiment qu’on les laisse en sécurité sans qu’ils ne changent rien à leur attitude ? Au lieu d’écouter les conseils avisés de leur messager, Salih, ils préférèrent continuer à suivre leurs chefs, alors qu’ils savaient pertinemment que c’étaient des gens outranciers qui ne faisaient rien de bon sur terre mais n’y semaient que la corruption. De même aujourd’hui, la plupart des gens n’écoutent pas le messager que Dieu que je suis, mais préfèrent continuer à mettre leur confiance en leurs leaders politiques et religieux, et autres gens outranciers du même acabit, alors qu’ils savent pertinemment qu’ils sont tous pareils, à savoir des menteurs et des crapules. Les Tamud traitèrent Salih d’ensorcelé et déclarèrent qu’il n’était qu’un homme comme les autres, tout comme aujourd’hui, les négateurs me traitent d’ensorcelé et contestent mon statut de messager. Les Tamud demandèrent alors à Salih une preuve de sa véracité, ce à quoi il leur répondit en leur posant un ultimatum, sous la forme d’une chamelle avec qui ils devaient partager l’eau à tour de rôle et ne toucher d’aucun mal, au risque de subir le châtiment de Dieu. En grands criminels qu’ils sont, ils ont aussitôt conspiré pour la faire tuer, et ils virent le résultat sur eux dès le lendemain, à savoir qu’ils furent tous emportés par le châtiment de Dieu. De même, je dis à ceux qui ne me croient pas aujourd’hui : continuez donc dans votre grand déni et injustice, et vous verrez que votre sécurité ne tient en réalité à rien et que ce que vous craignez le plus se réalisera contre vous.

26:160 Le peuple de Lot traita de menteurs les envoyés.

26:161 Quand leur frère Lot dit : « Ne craignez-vous pas Dieu ?

26:162 Je suis pour vous un messager digne de confiance.

26:163 Craignez-donc Dieu et obéissez-moi.

26:164 Je ne vous demande pour cela aucun salaire. Mon salaire n’incombe qu’au Maître de l’Univers.

26:165 Pratiquez-vous l’acte charnel uniquement entre mâles,

26:166 tandis que vous délaissez ce que Dieu a créé pour vous comme épouses ? Vous n’êtes vraiment qu’un peuple de transgresseurs. »

26:167 « Ô Lot, menacèrent-ils, si tu ne cesses pas, tu seras du nombre des bannis. »

26:168 « Vos mœurs me dégoûtent, répondit-il.

26:169 Seigneur, sauve-moi, de même que ma famille, de leurs mauvais agissements. »

26:170 Nous le sauvâmes donc, de même que toute sa famille,

26:171 à l’exception d’une femme âgée qui fut parmi les exterminés.

26:172 Puis, Nous détruisîmes tous les autres.

26:173 Et Nous fîmes pleuvoir sur eux une pluie de pierres. Quelle bien mauvaise pluie que celle réservée à ceux qui bravent nos avertissements !

26:174 Il y a en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:175 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

L’histoire se répète encore et encore, ce qui n’empêche pas les gens d’aujourd’hui de répéter les mêmes erreurs. Notre société actuelle regroupe tous les égarements de tous les anciens peuples que Dieu a détruits par le passé réunis. De même aujourd’hui, l’homosexualité est devenue quelque chose de totalement banal, et les hommes ont poussés encore plus loin leur égarement en inventant toutes sortes de nouvelles pratiques toujours plus contrenatures et abjectes les unes que les autres (LGBTQ+ et leur liste ne cesse de s’étendre). Et, quand on demande à ces gens-là ou à ceux qui les soutiennent de craindre Dieu et de mettre un terme à ces pratiques abjectes, ou du moins de les réprouver par la pensée, ils vous considèrent comme le plus grand des arriérés, et dans certains pays, vous pouvez même passer en justice si vous vous exprimez publiquement contre ces pratiques. On voit par exemple aujourd’hui la consternation générale suite à l’annulation de la loi sur l’IVG aux Etats-Unis, alors que cette loi est à la base totalement criminelle. En effet, l’IVG est une bonne chose quand il s’agit d’avorter la vie d’un bébé malformé, mais pas quand il s’agit de tuer un bébé en bonne santé, uniquement pour que les femmes et les hommes puissent continuer leur libertinage sans en assumer les conséquences. On met en avant que cette loi protège avant tout les femmes, mais en réalité, elle protège aussi les hommes, car assumer la paternité d’un bébé, cela se fait à deux, et ne concerne pas seulement les femmes, et le fait d’autoriser l’avortement dans ce cas de figure leur permet d’échapper à leurs responsabilités. Notre société actuelle ne peut aller qu’à sa perte, car elle accumule toutes les tares des peuples que Dieu a détruits par le passé et les repousse encore plus loin.

26:176 Les habitants du bosquet traitèrent de menteurs les envoyés.

26:177 Quand Chouayb leur dit : « Ne craignez-vous pas Dieu ?

26:178 Je suis pour vous un messager digne de confiance.

26:179 Craignez-donc Dieu et obéissez-moi.

26:180 Je ne vous demande pour cela aucun salaire. Mon salaire n’incombe qu’au Maître de l’Univers.

26:181 Donnez la juste mesure et n’y soustrayez rien.

26:182 Et pesez avec une balance qui ne soit pas biaisée.

26:183 Et ne dépréciez pas les biens des gens, et ne répandez pas le mal sur terre en y semant la corruption.  

26:184 Et craignez Celui qui vous a créés, vous et les premières générations. »

26:185 « Toi, tu es un ensorcelé, l’accusèrent-ils.

26:186 Tu n’es rien d’autre qu’un homme comme nous, et nous pensons que tu es un menteur.

26:187 Fais-donc tomber sur nous un pan du ciel si tu dis la vérité. »

26:188 « Mon Seigneur, répliqua-t-il, connaît mieux vos œuvres pour savoir quelle réponse y apporter. »

26:189 Ils le traitèrent donc de menteur, et furent alors saisis du châtiment du jour de l’ombre. Ce fut là le châtiment d’un jour terrible.

26:190 Il y en cela un signe. Mais, la plupart d’entre eux n’avaient aucunement l’intention de croire.

26:191 Et ton Seigneur est assurément le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

Dans notre monde actuel, c’est devenu une pratique très courante que de déprécier les biens des gens à travers la spéculation à outrance, qui consiste à acheter de très gros volumes d’une marchandise donnée dans le but de tirer son prix vers le bas, jusqu’à ce que le vendeur soit obligé de vendre sa marchandise à perte. Autre problème récurrent, bien des enseignes trichent de façon systématique sur les quantités et la qualité de leurs produits, et c’est au final le consommateur qui s’en trouve lésé. Les habitants du bosquet agissaient de cette manière, et ont persisté dans leurs mauvaises pratiques malgré les nombreux avertissements. C’est pourquoi, Dieu les a punis par le châtiment du jour de l’ombre, certainement un très gros nuage noir chargé d’une pluie de grêle extrêmement violente. On peut voir aujourd’hui les effets extrêmement destructeurs de ces pluies de grêles, qui peuvent se former très rapidement et détruire en un rien de temps tout sur leur passage. La plupart des gens, en grands égarés qu’ils sont, expliquent cela par le réchauffement climatique et n’y voit pas un avertissement de Dieu, et s’érigent en victimes et ne se remettent aucunement en question, ce qui rend leur destruction d’autant plus inéluctable.

26:192 Et ce Coran est descendu de la part du Maître de l’Univers.

26:193 L’Esprit, qui a toute notre confiance, est descendu avec

26:194 sur ton cœur, afin que tu sois du nombre des avertisseurs.

26:195 Et il est exprimé dans un langage arabe parfaitement explicite.

C’est Dieu qui a fait descendre ce Coran, ceci, afin que le prophète Muhammad et moi-même, l’ultime messager de Dieu, puissions avertir les gens avec, car le message qu’il contient est on ne peut plus explicite. En effet, Dieu a chargé l’ange Gabriel de faire descendre le Coran du Ciel vers la terre et de le transmettre ensuite au prophète Muhammad à travers le phénomène d’inspiration. Les anges opèrent sous forme d’esprits et inspirent aux messagers de Dieu tout ce que Dieu veut leur transmettre. De même, ceci, à savoir ce rappel que je vous transmets là, ne vient pas de moi-même, mais m’est inspiré par Dieu par l’intermédiaire d’un esprit émanant de sa part. N’y voyez aucune forme de possession, mais cela s’assimile à de la simple inspiration, ni plus ni moins. En effet, les messagers de Dieu ne sont pas des ensorcelés ou des possédés, ils ne travaillent avec aucun djinn, n’entendent aucune voix dans leur tête, et ne sont aucunement sujets à quelconque manifestation surnaturelle. Quoi qu’il en soit, les croyants reconnaissent la Parole de Dieu partout où elle se trouve, que ce soit dans le Coran ou dans ce rappel qui est le mien, et il n’y a donc pas besoin de leur prouver quoi que ce soit. Tandis que les injustes sont totalement incapables de reconnaître la Parole de Dieu, car Dieu a mis un voile sur leur cerveau les empêchant de la reconnaître, et ce sont ces gens-là qui traitent les messagers de Dieu de fous, de possédés, d’ensorcelés, de gourous, d’imposteurs… et j’en passe. La seule Parole de Dieu devrait amplement suffire à convaincre les croyants de mon statut de messager, car si je ne l’étais, il me serait impossible de tenir ce discours qui est le mien.

26:196 Et il est assurément mentionné dans les Écritures des premières générations.

26:197 N’était-ce pas pour eux une preuve suffisante que les savants parmi les Enfants d’Israël le connaissaient déjà ?

Une des preuves de l’authenticité du Coran est le fait que les docteurs parmi les Enfants d’Israël étaient parfaitement au courant de sa venue et l’attendaient avec impatience, et y ont immédiatement reconnus le même message de vérité qu’ils connaissaient déjà à travers la Torah. En effet, à chaque fois que Dieu envoie un nouveau messager ou livre, Il les mentionne dans ses précédents livres afin d’annoncer leur venue de façon claire et pour qu’il ne puisse y avoir aucun doute à leur sujet. Les livres de Dieu renvoient les uns aux autres, tout comme les messagers de Dieu forment une seule et même famille, prêchant un seul et même message émanant de Dieu, et partageant un seul et même code de conduite exemplaire. Celui qui connaît un livre de Dieu les connait tous, et celui qui connait un messager de Dieu les connait également tous. Tandis que celui qui ne reconnaît pas ne serait-ce qu’un seul livre ou messager de Dieu, celui-là n’en connaît en réalité aucun. Par exemple, les musulmans sont persuadés qu’ils connaissent Muhammad et le Coran, tout comme les juifs sont persuadés qu’ils connaissent Moïse et la Torah, tout comme les chrétiens sont persuadés qu’ils connaissent Jésus et l’Evangile. Or, ils ne connaissent rien d’eux, le preuve en est qu’ils ne reconnaissent pas la Parole de Dieu dans mon message ni ne reconnaissent mon statut de messager, alors que mon message n’est qu’une reformulation du Coran, de la Torah, et de l’Evangile, tandis que ma personne est conforme en tout point à ce qu’étaient les autres messagers. Comme les autres messagers, ma venue a été annoncée à l’avance à travers le Coran, dans la sourate 36 qui me mentionne directement par mon prénom, Yos, et qui me désigne de façon formelle comme étant le messager et avertisseur à venir à la suite du prophète Muhammad, avec pour mission d’avertir le monde entier de la venue du châtiment de l’Heure.

26:198 Et si Nous l’avions fait descendre sur quelqu’un de non-Arabe,

26:199 et que celui-ci l’aurait ensuite récité à ton peuple, qu’ils n’y auraient pas cru.

26:200 C’est ainsi que Nous entretenons le doute dans le cœur des criminels.

26:201 Ceci, afin qu’ils n’y croient pas jusqu’à ce qu’ils voient le châtiment douloureux.

26:202 Il viendra alors à eux subitement, sans qu’ils ne puissent l’anticiper.

26:203 Et ils diront alors : « Est-ce qu’on va nous accorder un délai supplémentaire ? »

26:204 Sont-ils donc bien sûrs de vouloir hâter notre châtiment ?

Le peuple de Muhammad ne voulait pas croire en la Torah et en l’Évangile sous prétexte qu’ils n’étaient pas écrits en langue arabe. Mais, Dieu dit dans ces versets que s’Il avait révélé ce Coran en langue arabe, mais sur un étranger, qu’il n’y aurait pas cru non plus. Car, la vérité les concernant, c’est qu’ils veulent suivre leurs propres désirs, à savoir qu’ils exigeaient, comme condition préalable avant de croire, que Dieu leur envoie un messager issu de leur propre peuple et un livre écrit dans leur propre langue. Mais, Dieu conforte les criminels dans leurs propres mensonges, car ceux parmi les Arabes qui disaient cela n’ont pas cru au prophète Muhammad et au Coran alors qu’ils correspondaient parfaitement à leurs exigences. En effet, l’excuse qu’ils ont trouvée ensuite pour ne pas croire était que Muhammad ne faisait pas partie des dignitaires de l’une de leurs deux principales tribus. Dieu veut maintenir les injustes dans leur aveuglement, et ce, en entretenant le doute dans leurs cœurs jusqu’à ce qu’ils voient le châtiment de leurs propres yeux. Les criminels sont dans la défiance et cherchent à hâter le châtiment de Dieu, persuadés que celui-ci ne les atteindra jamais. Mais, quand le châtiment de Dieu viendra à eux, ils demanderont alors à ce qu’on leur accorde un sursis, mais ils auront alors beau supplier Dieu de toutes leurs forces, aucun sursit ne leur sera accordé et leur destruction et celle de leur famille deviendra inéluctable. Sont-ils donc bien sûrs de vouloir hâter le châtiment de Dieu ?

26:205 Vois-tu si Nous les faisions profiter des années durant,

26:206 puis que vienne ensuite à eux ce qu’on leur promettait ?

26:207 À quoi leur servirait ce dont ils profitaient ?

En effet, à quoi sert-il d’avoir même une vie de roi sur terre si c’est pour tout perdre à la fin et brûler en Enfer pour l’éternité ? Je dirais même que c’est encore plus douloureux de goûter aux bienfaits de Dieu et d’en être privé ensuite à jamais. Mais, la plupart des gens veulent la récompense immédiate et ne réfléchissent pas sur le long terme, et préfèrent suivre l’exemple de la cigale plutôt que celui de la fourmi. Or, comme on le sait tous si bien, ce qui compte c’est l’atterrissage, et non pas la chute. Le croyant bien guidé, lui, a en ligne de mire son rendez-vous avec Dieu, et c’est donc cette échéance qu’il vise avant tout, car il sait très bien que c’est celle-ci qui déterminera son avenir pour l’éternité. La plupart des gens ne sont que des jouisseurs, à savoir qu’ils ne cherchent qu’à jouir autant que possible, à maximiser leur plaisir, à satisfaire le moindre de leurs désirs, et à profiter de la vie jusqu’à leur dernier souffle. Tandis que cette vie terrestre n’est pas la vraie vie, mais n’est rien d’autre qu’une épreuve, et ne la réussissent que ceux qui savent dominer leurs désirs et priver leur âme des plaisirs, qui suivent leur raison plutôt que leur passion, et qui œuvrent sans relâche avec pour objectif d’obtenir l’au-delà, sans pour autant négliger leur part dans cette vie. Cette épreuve terrestre est faite de labeur, et n’est pas donc faite pour le repos, il faut par conséquent y œuvrer autant que possible dans l’espoir d’obtenir le repos éternel après. Tandis que la plupart des gens déposent leurs bagages dans cette vie, pensant que c’est là qu’est la vraie demeure, oubliant que celle-ci n’est pas de ce monde, mais se trouve au Ciel auprès de Dieu.

La devise de la plupart des gens, c’est “Carpe Diem”, “profite du moment présent”, voilà ce que le Diable leur met dans le cerveau à travers sa propagande, jusqu’à ce que le couperet tombe sur eux, transformant du jour au lendemain leur vie en cauchemar absolu. Dieu nous montre tous les jours des exemples de cela à travers les journaux et dans notre propre entourage, mais les gens préfèrent se voiler la face et continuer à vivre en véritables jouisseurs qu’ils sont. Les égarés se disent : “Profite tant que tu peux profiter, car viendra un jour où tu ne pourras plus le faire”, tandis qu’ils devraient plutôt se dire : “Prends les devants, et agis dès à présent pour assurer ton avenir, et ce, en obéissant à Dieu et en ayant pour cap l’au-delà, et alors tu ne seras jamais perdant, ni dans cette vie terrestre ni dans l’au-delà”. Voilà ce à quoi j’appelle les gens, mais la plupart se détournent et ne veulent rien entendre, car pour eux, ils me perçoivent comme quelqu’un qui veut les empêcher de profiter de la vie, alors que ce n’est absolument pas le cas. Moi, je ne fais que demander aux gens de bien choisir leurs priorités, car le but n’est pas de sacrifier une vie pour une autre, mais d’être gagnant sur les deux tableaux. Et pour cela, il faut donner la priorité à ce qui est éternel plutôt qu’à ce qui est éphémère, à savoir donner la priorité à l’au-delà plutôt qu’à cette vie terrestre. Il faut choisir Dieu plutôt que soi-même, à savoir faire passer la volonté de Dieu avant la sienne. Enfin, il faut faire preuve de patience et de raison plutôt que de précipitation et de déraison, et donc ne pas se précipiter sur la récompense immédiate, mais éphémère, mais plutôt d’attendre la récompense, certes, lointaine, mais ininterrompue. En effet, comme disait Salomon dans l’Ecclésiaste, cette vie présente n’est en réalité qu’un souffle, une illusion trompeuse, elle défile comme un sablier, tandis que ce qui nous attend auprès de Dieu est bien meilleur et infiniment plus durable.

26:208 Et Nous ne détruisons aucune cité sans lui envoyer préalablement un avertisseur.

26:209 Ceci, en guise de rappel. Et, en aucun cas, Nous ne saurions être injuste.

Dieu ne saurait détruire les hommes sans leur envoyer préalablement un avertisseur explicite. Les négateurs s’offusquent de m’entendre dire que je suis le messager et avertisseur de Dieu. Or, ce Coran n’annonce-t-il pas du début à la fin la venue du châtiment de l’Heure ? Un châtiment semblable à celui des peuples de Noé, des Aad, et des Tamud réunis ? Un châtiment qui sera généralisé et qui n’épargnera aucun criminel à la surface de la terre ? Et que dit donc ce verset ? Il dit que Dieu envoie toujours un avertisseur avant de faire tomber son châtiment. Alors pourquoi les négateurs s’étonnent-ils de voir un avertisseur venir à eux pour leur annoncer le châtiment de l’Heure ?  En effet, Dieu ne va pas détruire ce monde sans avoir préalablement envoyé un clair avertisseur, et il ne saurait en être autrement. Je suis ce clair avertisseur pour vous. Ne voyez-vous donc pas tous les signes de la fin autour de vous ? C’est peut-être là votre véritable problème, à force de courir derrière cette vie, vous êtes devenus complétement aveugles concernant l’au-delà.

26:210 Et ce ne sont certainement pas les diables qui l’ont fait descendre.

26:211 Cela n’est pas dans leurs prérogatives, et dans tous les cas, ils en seraient totalement incapables.

26:212 En effet, ils ont été privés de toute faculté d’écoute.

Assurément, le Coran vient de Dieu, et non pas du Diable, de même que ce rappel qui est le mien. En effet, le Coran et mon message ne collent pas du tout avec le discours des diables, bien au contraire, ils s’y opposent diamétralement. Dans tous les cas, les diables sont totalement incapables de prononcer un tel discours de lumière et de vérité, car ils ne sont que ténèbres, et parce que Dieu les a rendus sourds et aveugles, et condamnés à s’égarer eux-mêmes, et à égarer tous ceux qui suivent leurs pas. Dieu a condamné les diables, hommes et djinns, à demeurer totalement hermétiques à son rappel, ce qui fait qu’eux-mêmes ne suivront jamais la voie et feront tout ce qui est en leur pouvoir pour en détourner les autres. Ceci, parce qu’ils ont choisi d’eux-mêmes d’être des rebelles, et parce qu’ils préfèrent le mal au bien, le faux à la vérité, les ténèbres à la lumière, le laid au beau, la voie tordue à la voie droite, l’égarement à la bonne guidée, la désobéissance à l’obéissance, la rébellion à la soumission, l’ingratitude à la reconnaissance, etc. Ce n’est pas Dieu qui les a créés ainsi, mais ce sont eux-mêmes qui ont fait ce choix, ce qui les rend d’autant plus détestables et ignobles. Le Coran et mon discours que voici viennent assurément de Dieu, et guident vers la vérité, le bien, et la justice, et condamnent de façon on ne peut plus explicite le faux, le mal, et l’injustice. Comment pouvez-vous donc prétendre être de vrais croyants, tout en pensant que je suis téléguidé par le Diable, alors qu’en réalité j’œuvre corps et âme pour Dieu et ne fais que prêcher sa Parole ? Il n’y a vraiment que les grands injustes et égarés pour confondre le messager de Dieu que je suis avec une marionnette du Diable. Ce sont plutôt ceux qui pensent cela de moi qui sont les véritables marionnettes du Diable, sauf qu’ils ne le réalisent pas encore.

26:213 N’invoque par conséquent aucune autre divinité avec Dieu, sans quoi tu seras du nombre des châtiés.

26:214 Et avertis ton cercle proche.

26:215 Et abaisse l’aile de l’humilité avec ceux qui te suivent parmi les croyants.

26:216 Mais s’ils te désobéissent, alors dis-leur : « Je ne cautionne pas ce que vous faites. »

26:217 Et place ta confiance dans le Puissant, le Tout-Miséricordieux.

26:218 Celui qui te voit quand tu te lèves,

26:219 et qui voit tes moindres faits et gestes parmi ceux qui se prosternent.

26:220 En effet, Il est Celui qui entend tout et qui sait tout.

Voilà donc ce que Dieu me commande, à savoir de n’invoquer que Lui, et donc, de ne pas inclure Muhammad, Jésus, Marie, Moïse, ou quiconque d’autre, dans le culte que je Lui voue, contrairement aux sectaires et aux associateurs que sont la majorité des juifs, musulmans, et chrétiens. Dieu me commande d’avertir mon cercle proche, à savoir ma famille proche et mes amis, chose que j’ai faite, et je commande aux croyants d’en faire de même. Dieu me commande de rabaisser l’aile de l’humilité avec les croyants qui me suivent, et ce, en faisant preuve d’humilité, de patience, et de bienveillance envers eux, ce que je m’évertue à faire depuis le début de ma mission. Mais, je ne suis pas parfait, donc, que les croyants me pardonnent pour les fois où j’ai pu mal me comporter avec eux, et qu’ils comprennent que je suis énormément sollicité et que je suis sur tous les fronts en même temps, ce qui peut parfois me mettre à cran. Quant à ceux qui me désobéissent, Dieu me commande de leur signifier clairement que je ne cautionne pas ce qu’ils font, et qu’ils soient bien conscients qu’en faisant cela, c’est comme s’ils désobéissaient à Dieu. Ceux qui me désobéissent ouvertement ne sont plus de mon ressort, qu’ils s’éloignent donc de moi le plus loin possible, Dieu se chargera directement de leur cas. Comme Dieu me le commande, je demeure rempli de sollicitude et de compassion envers les croyants qui veulent se repentir, c’est pourquoi j’accueille à bras ouverts tous les croyants qui m’ont désobéi ou qui m’ont tourné le dos par le passé, et j’accepte de leur pardonner sans leur tenir rigueur si leur repentir est sincère. Quant à ceux qui persistent dans leur arrogance, entêtement, et injustice, qu’ils sachent qu’ils ne me nuisent en rien par leur comportement, mais ne nuisent en fin de compte qu’à eux-mêmes, et ils en paieront un jour le prix cher s’ils ne se repentent pas d’ici-là.

Moi, le messager de Dieu, je mets toute ma confiance en Dieu, qui a raffermi mes pas et qui m’a confirmé ma position de messager, et qui a levé tous mes doutes et qui m’a donné la certitude, et pour cela, je l’en remercie infiniment. Je ne m’inquiète aucunement quant au bon déroulement de ma mission, car je m’en remets entièrement à Dieu, qui voit tous mes faits et gestes et qui intervient pour me corriger si jamais je commets un faux pas. C’est, en effet, Dieu qui est aux commandes, par conséquent, je ne me mets aucune pression, et je prescrits aux croyants d’en faire de même, car tout se déroule toujours conformément à sa volonté, et cela devrait donc rassurer les croyants, peu importe ce que Dieu décide pour eux. Mettez donc toute votre confiance en Dieu, agissez, remplissez votre part du marché, prenez des initiatives, et Dieu veille de près sur ses serviteurs et intervient si besoin. Beaucoup de croyants demeurent dans l’inaction, car ils ne savent pas quoi faire ou parce qu’ils sont tétanisés par la peur, alors que Dieu leur commande de faire confiance en ce qu’Il leur inspire, de faire leur propre travail de recherche et de validation, puis après cela de se lancer et d’agir, et de le faire avec fermeté et assurance, et de ne pas faiblir ou reculer à la moindre difficulté, mais d’aller jusqu’au bout de leurs démarches avec force et courage. Voilà comment Dieu aime que ses serviteurs se comportent.

26:221 Voulez-vous que je vous informe sur qui les diables descendent ?

26:222 Ils descendent sur tout grand forgeur de mensonges, grand pécheur.

26:223 Ces derniers tentent d’espionner ce qui se dit au Ciel. Or, la plupart d’entre eux ne sont que des menteurs.

Ceux qu’on appelle aujourd’hui les schizophrènes, les fous, les hystériques, de même, ceux qui entendent des voix dans leur tête, et aussi, ceux qui servent de relais pour répandre l’égarement du Diable, en connaissance de cause ou non, ne sont pas des victimes ou des malades, mais sont ce que Dieu appelle les “diables hommes”. Dieu les a livrés aux diables, car ils ne sont rien d’autre que de grands forgeurs de mensonges et de grands pécheurs. En effet, au-delà d’un certain degré d’égarement, on accède à la catégorie supérieure des criminels, à l’image des délinquants qui accèdent au milieu du grand banditisme, et ce sont ceux-là qui deviennent par la suite ce que l’on appelle des “diables parmi les hommes”. On retrouve nombre de ces diables parmi les hommes politiques, artistes, acteurs, chanteurs, journalistes, célébrités en tous genres, et également parmi l’immense masse des anonymes. Ceux qui commettent le mal en toute connaissance de cause et sans aucune crainte de Dieu, ceux-là, Dieu les prend à leur propre jeu en les faisant posséder par des diables parmi les djinns, qui prennent le dessus sur eux et les poussent encore plus loin dans leur égarement et rébellion. Les diables parmi les djinns tentent d’écouter ce qui se dit au Ciel afin de contrer le plan de Dieu. Mais, ils n’ont que des bribes d’informations qui ne leur permettent pas de reconstituer l’information complète, et dans tous les cas, ils ne s’en servent que pour égarer les gens. Ils prétendent connaître l’avenir, tandis qu’ils ne connaissent en réalité pas même leur propre avenir.

26:224 Et quant aux poètes, ce sont seulement les égarés qui suivent leur modèle.

26:225 Ne vois-tu pas qu’ils divaguent dans chaque vallée,

26:226 et qu’ils disent ce qu’ils ne font pas ?

Dans ce monde d’égarés qui est le nôtre, ceux que l’on considère comme les précurseurs, les visionnaires, les sages, les modèles à suivre, sont les artistes, les chanteurs, les célébrités, les poètes, les philosophes, alors qu’il n’y a pas plus égaré qu’eux et que ces gens-là ont une longueur d’avance sur tous les autres quand il s’agit d’égarement. Voilà donc pourquoi le Diable les a aujourd’hui érigés en modèle absolu pour la société. Ces grands farfelus ne font que répéter encore et encore les mêmes faux discours partout où ils vont, sauf que leurs discours ne valent absolument rien, car ils ne sont que belles paroles, mensonges, et égarements. En effet, ces gens-là aiment s’ériger en donneurs de leçons et en grands bienfaiteurs, tandis qu’en réalité, ils ne font rien de ce qu’ils prescrivent aux autres et sont à l’opposé de l’image qu’ils affichent en public. Les messagers de Dieu, eux, sont les vrais modèles à suivre pour les gens, car, eux, disent la vérité et font tout ce qu’ils disent, et demeurent exactement les mêmes aussi bien dans le public que dans le privé, et ils se distinguent ainsi très clairement de tous les imposteurs que sont les artistes, les poètes, les philosophes, les coaches de vie, les prêcheurs, les dignitaires religieux en tous genres, les politiques, etc.

26:227 À l’exception de ceux qui croient et qui accomplissent les bonnes œuvres, et qui évoquent beaucoup Dieu, et qui se défendent lorsqu’ils subissent une injustice. Quant aux injustes, ils verront bientôt quel revers du destin ils subiront.

Les seuls gens qui sont dignes d’être pris en exemples sont ceux qui croient en Dieu, en ses messagers, et en ses livres, et qui prouvent leur foi par les actes, et qui défendent le bien et qui combattent le mal. Quant aux injustes, ils verront bientôt le revers du destin qui les attend, un retournement de situation qu’ils sont aujourd’hui loin de s’imaginer. Car, Dieu les conforte dans leur aveuglement, en leur donnant l’illusion de la sécurité et du confort, et ce, jusqu’à ce que son châtiment tombe sur eux subitement et qu’ils se réveillent en Enfer pour y brûler pour l’éternité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s