Traduction du Coran 8 (Sourate 38)

Ṣād

Sourate 38

 

38:1 Ṣād. Par le Coran qui dispense le Rappel !

38:2 Au lieu de cela, ceux qui ont refusé de croire sont imbus de leur puissance et persistent dans leur défiance.

38:3 Que de générations avant eux avons-Nous détruit, qui appelèrent seulement quand il était déjà bien trop tard pour pouvoir en réchapper.

L’histoire se répète encore et encore : au lieu de croire au Rappel, les négateurs persistent à refuser de croire, confiants en eux-mêmes et dans une attitude de défiance totale envers Dieu et ses messagers. Puis, quand le châtiment de Dieu leur parvient conformément à ce qui a été annoncé, c’est seulement là qu’ils croient et répondent à l’appel de Dieu, excepté qu’à ce moment, il est déjà bien trop tard pour se raviser et être sauvé. C’est donc maintenant ou jamais qu’il vous faut répondre à ce Rappel de Dieu que voici, car je suis l’authentique messager et avertisseur de Dieu de la fin des temps mentionné dans la sourate 36, autrement, Dieu ne répondra pas à vos prières et ne vous portera pas secours une fois que le châtiment annoncé se réalisera contre vous. Soyez justes ! Ne tournez pas le dos à la vérité quand elle se présente à vous comme maintenant ! Et ce que je vous dis là, est assurément la pure vérité de Dieu.

38:4 Et, ils s’étonnèrent qu’un avertisseur issu d’eux-mêmes soit venu à eux, et les négateurs dirent : « C’est un magicien et un grand menteur.

De même, les gens d’aujourd’hui s’étonnent qu’un avertisseur issu d’eux-mêmes soit venu à eux. Quand est-ce que vous allez finir par comprendre qu’il en a toujours été ainsi ? La plupart des gens de l’époque de Muhammad, Hud, Chouayb, Salih, Noé… disaient d’eux exactement la même chose que vous vous dites de moi aujourd’hui, à savoir qu’ils étaient des menteurs, des possédés, des fous, des magiciens, des égarés, des arrogants, etc. Ce qui compte vraiment, ce n’est pas le messager, mais avant tout le message dont il est porteur, qui, lui, n’est que pure vérité de Dieu et ne fait que reprendre ce qui est écrit dans ses Livres. Personne n’a le droit de rejeter la vérité quand elle se présente à lui, et ceux qui le font, ce sont ceux-là les injustes, et ce sont ceux-là qui seront détruits.

38:5 Va-t-il réduire tous les dieux à un seul Dieu ? Ce serait là une chose vraiment étonnante ! »

38:6 Et, les notables parmi eux s’en allèrent en disant: « Partez ! Et tenez bon avec vos dieux, c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

38:7 Nous n’avons jamais entendu parler d’une telle chose dans la dernière croyance, ce n’est là que pure invention »

La dernière croyance pour les gens de l’époque de Muhammad est le christianisme, qui a très vite viré dans l’association peu de temps après le départ de Jésus, pour y inclure l’adoration de Jésus, de Marie, et des Saints. Cela était donc extrêmement étonnant pour les Anciens Arabes que quelqu’un leur dise de n’adorer que Dieu, alors que selon leurs croyances, Dieu et leurs divinités sont indissociables, et qu’il est impossible d’accéder à Dieu sans passer par leurs divinités. En réalité, les Anciens Arabes n’étaient que de grands égarés, tout comme le sont la plupart des gens des religions aujourd’hui, car ils ne connaissaient rien à la vraie religion de Dieu telle qu’elle est vraiment définie dans ses Livres, mais l’assimilaient à ce qui en était pratiqué, ce qui n’est absolument pas la même chose. De même, la plupart des gens aujourd’hui pensent que l’Islam, le Judaïsme, et le Christianisme, sont la mise en œuvre de ce qui est vraiment écrit dans le Coran, la Torah, et l’Evangile, alors que ce n’est plus le cas depuis bien longtemps, car ces religions ne sont guère plus que des sectes qui suivent leurs propres règles inventées, et qui ne reposent que sur l’association. 

38:8 Quoi ! Aurait-on fait descendre sur Lui le Rappel en plein milieu d’entre nous [sans même que l’on ne s’en aperçoive] ? » … C’est plutôt qu’ils sont dans le doute concernant mon Rappel, ou plutôt parce qu’ils n’ont pas encore goûté au châtiment.

En toutes époques, les injustes ne croient que quand le châtiment de Dieu leur parvient, et tant qu’ils n’y ont pas goûté, ils n’auront de cesse de douter et de nier. Les injustes refusent tout messager qui ne corresponde pas à leurs propres attentes et qui ne soit pas validé par leurs instances. Dieu doit-Il d’abord les consulter avant de choisir qui sont ses messagers ? La plupart des gens qui me connaissent personnellement ont été choqué que je prétende du jour au lendemain être le messager de Dieu, et du coup se sont dits que j’avais inventé toute cette histoire ou que j’étais d’un seul coup devenu fou, or il en a toujours été ainsi avec tous les autres messagers de Dieu. En effet, c’est toujours le même schéma qui se répète encore et encore, à savoir qu’aucun messager de Dieu ne l’a été depuis sa naissance, excepté Jésus, mais que pendant plusieurs décennies, les messagers de Dieu ont vécu parmi les hommes comme des gens normaux, et un beau jour, et ce jour arrive forcément du jour au lendemain, ils se sont mis à annoncer aux autres que Dieu les avait élus en tant que messagers, et dès lors, ils n’ont jamais eu de cesse de le clamer et de jouer le rôle qui va avec, et ce, jusqu’à leur mort. Ce n’est donc pas que d’un seul coup, du jour au lendemain, ils aient décidé de virer fous, eux qui sont pourtant connus dans leur entourage pour être des gens tout ce qu’il y a de plus sensés, mais c’est juste qu’ils disent tout simplement la vérité: Avant que Dieu ne les en informe, ils n’étaient pas des messagers de Dieu et n’ont jamais prétendu l’être, jusqu’au jour où Dieu les en a informé, et dès lors, il est bien normal qu’ils changent de discours et en fassent l’annonce aux gens. Réfléchissez donc un instant ! Comment voulez-vous que les choses se passent autrement que de cette manière ? Ne répétez pas les mêmes injustices et les mêmes erreurs que ceux avant vous qui ont été détruits ! Je suis l’authentique messager et avertisseur de Dieu, et ce qui compte avant tout, c’est mon message de vérité et mon avertissement émanant de Dieu qui ne prêtent à aucun doute pour les vrais croyants.

38:9 Ou bien, détiennent-ils les réserves de miséricorde de ton Seigneur, le Puissant, le Généreux ?

Est-ce aux gens de décider à la place de Dieu qui sont ses messagers, et qui sont les destinataires de sa miséricorde ? Il n’y a que les criminels pour penser une telle chose, et c’est pourquoi Dieu a privé ces gens-là de sa miséricorde en refusant de les guider, ce qui fait qu’ils ne croiront jamais jusqu’à ce que le châtiment arrive sur eux.

38:10 Ou bien, détiennent-ils la souveraineté des cieux et de la terre, et de ce qu’il y a entre les deux ? En ce cas, qu’ils empruntent n’importe quelle voie pour y monter !

38:11 [Je vous annonce qu’]ici-même, une armée composée de différentes peuplades sera mise en déroute.

Dieu annonce à l’avance ce qui va se produire dans le futur, de cette manière, Il montre à ces criminels que c’est bien Lui qui a toutes les cartes en mains, et non pas eux. En effet, une armée composée des différentes peuplades de la péninsule arabique, sera plus tard vaincue par le prophète Muhammad et les croyants.

38:12 Avant eux, avaient également crié au mensonge le peuple de Noé, les Aad, et le Pharaon aux pyramides,

38:13 de même, les Tamud, le peuple de Lot, et les habitants du bosquet… ce sont ceux-là qu’on appelle les peuplades.

38:14 Tous, sans exception, avaient traité les messagers de menteurs… et inévitablement, ma punition s’est concrétisée sur eux.

38:15 Et, ceux-là n’attendent [de recevoir sur eux] qu’un seul Cri, dont nul ne se relèvera.

“Ceux-là”, ce sont les gens de cette génération qui sont désignés. Voilà donc ce qui attend ceux qui rejettent ce Rappel de Dieu que je suis en train de partager avec vous : le Cri de Dieu qui sera fatal à tous les criminels de la terre.

38:16 Et, ils dirent: « Seigneur, hâte-nous notre part avant le jour des Comptes. »

Les négateurs sont dans la pure provocation, dans la défiance totale, et leur orgueil démesuré leur donne l’illusion qu’ils sont invincibles et qu’aucun mal ne les atteindra jamais. Ils prient Dieu pour que le châtiment promis arrive sur eux plus vite, ce qui est une façon de montrer qu’ils n’y croient pas du tout et de se moquer des messagers… de même agissent les négateurs avec moi aujourd’hui. En effet, quand je les avertis du châtiment de Dieu à venir, ils sont remplis d’orgueil et de mépris, et préfèrent en rire plutôt que de craindre Dieu, persuadés que cela n’arrivera jamais… répétant ainsi le même comportement criminel que tous ceux avant eux qui ont été détruits par le passé.

38:17 Endure ce qu’ils disent, et mentionne notre serviteur David qui Nous évoquait constamment… il était, certes, particulièrement obéissant.

Dieu veut souligner le contraste entre son serviteur, David, qui, lui, L’évoquait beaucoup et Lui était très obéissant, avec ceux qui refusent de croire, qui ne L’évoquent que très peu et ne sont que de grands rebelles.

38:18 Nous lui avons effectivement assujetti les montagnes, pour qu’elles Nous glorifient en sa compagnie, matin et soir,

38:19 ainsi que les oiseaux, convoqués en assemblée… tous lui étaient parfaitement obéissants.

David avait pour habitude de convoquer quotidiennement tous les oiseaux en assemblée pour qu’ils lui fassent leur compte rendu du jour, ce qui était pour lui une source d’information extrêmement précieuse étant donné que les oiseaux survolaient tout le royaume et pouvaient tout entendre et tout voir de ce qui s’y passait… ce qui a d’ailleurs inspiré le terme “petits oiseaux” pour désigner un réseau d’espions. 

38:20 Et, Nous renforçâmes son royaume, et lui avons donné la sagesse et la faculté de parler juste.

38:21 À ce propos, as-tu entendu parler du récit des deux hommes qui se disputaient, et qui avaient escaladé [les murs] du sanctuaire ?

38:22 Quand ils entrèrent auprès de David et qu’il fut alors épouvanté par eux, ils dirent : « N’aie pas peur ! Nous sommes tous deux en conflit, l’un de nous a abusé de l’autre, juge donc entre nous en toute équité et ne sois pas partial, et montre nous la bonne voie à prendre.

38:23 Lui-là, c’est mon frère, il possède quatre-vingt-dix-neuf brebis, alors que moi je n’en ai qu’une seule, il m’a alors dit : « Confie-la moi » , et a fait beaucoup de pression sur moi. »

38:24 Il (David) dit : « Il a effectivement été injuste envers toi en te demandant de joindre ta brebis aux siennes, et il est certain que beaucoup de ceux qui sont amenés à se côtoyer abusent les uns des autres, à l’exception de ceux qui croient et qui accomplissent les bonnes œuvres… et ceux-là sont peu nombreux »… Et, David finit par comprendre que Nous l’avions mis à l’épreuve, il demanda alors pardon à son Seigneur, et tomba en prosternation et se tourna totalement vers Nous.

David a fini par comprendre que c’était Dieu qui lui avait envoyé ces deux hommes, pour l’avertir concernant une énorme injustice qu’il avait lui-même commise. En effet, David était connu pour avoir de nombreuses concubines, mais il a dépassé les limites quand il s’est mis à convoiter la femme d’un de ses soldats, Urie, qui lui n’avait qu’une seule femme, Bath-Shéba. En effet, non seulement, David avait couché avec sa femme, mais pire encore, quand il apprit qu’elle était enceinte, il monta un complot contre Urie pour qu’il se fasse tuer sur le champ de bataille.

Un soir, David se leva de son lit. Comme il se promenait sur le toit du palais royal, il aperçut de là une femme qui se baignait et qui était très belle. David fit demander qui était cette femme et on lui dit: «N’est-ce pas Bath-Shéba, fille d’Eliam et femme d’Urie le Hittite?» David envoya alors des messagers la chercher. Elle vint vers lui et il coucha avec elle, alors qu’elle venait de se purifier après ses règles. Puis elle retourna chez elle. Cette femme tomba enceinte et elle fit dire à David: «Je suis enceinte.» Chapitre 11 Versets 2 à 5 ,  Samuel 2

Le lendemain matin, David écrivit une lettre à Joab et il la lui fit parvenir par l’intermédiaire d’Urie. Il écrivit dans cette lettre: «Placez Urie au plus fort du combat, puis reculez derrière lui afin qu’il soit frappé et meure.» Au cours du siège de la ville, Joab plaça Urie à un endroit qu’il savait défendu par de vaillants soldats. Les habitants de la ville firent une sortie et livrèrent combat contre Joab. Plusieurs tombèrent parmi le peuple, parmi les serviteurs de David. Urie le Hittite fut lui aussi tué. Chapitre 11 14 à 17,  Samuel 2

L’histoire des ces deux hommes contient trop de coïncidences pour ne pas y voir un clair avertissement de Dieu adressé à David. En effet, rien que le fait que ces deux hommes soient entrés par effraction dans le sanctuaire, donc en commettant un crime, et qu’ils aient de surcroît réussi à lui faire peur, lui qui est pourtant un grand guerrier et un roi extrêmement puissant, renvoie David à son propre crime et lui rappelle qu’il n’est pas à l’abri du châtiment de Dieu, car la peur ne frappe que celui qui a quelque chose à se reprocher, et non pas l’innocent. Ensuite, l’objet même de leur dispute est trop ressemblante pour que David n’y voit pas un avertissement de Dieu pour son propre crime, et le fait que les deux hommes précisent à la fin: “ne sois pas partial”, sous-entendu “ne juge pas mal à cause de l’acte que tu as commis”, et d’y ajouter “dis-nous quelle est la bonne voie à prendre”, sous-entendu “maintenant tu vas faire quoi pour réparer ton propre crime ?”, ce à quoi David a répondu en demandant pardon à Dieu et en se repentant totalement de ce grand péché qu’il avait commis. Un tel épisode nous rappelle aussi que même les messagers de Dieu les plus rapprochés commettent des erreurs et peuvent succomber à la tentation, mais que Dieu pardonne tous les péchés, même les pires, du moment que notre repentir est sincère. Que ceux qui m’éliminent en tant que messager parce qu’ils me connaissent des péchés réfléchissent donc : ces péchés sont-ils plus grands que celui que David a commis ?

38:25 Nous lui pardonnâmes alors [son péché], et il aura assurément auprès de Nous une place proche et le tout meilleur lieu de retraite.

38:26 « Ô David ! Nous avons fait de toi un Régent sur terre, juge donc entre les gens en toute équité et ne suis pas la passion, autrement, elle t’égarera du sentier de Dieu » … Assurément, ceux qui s’égarent du sentier de Dieu auront un châtiment terrible pour avoir oublié le jour des Comptes.

Dieu est le seul vrai Roi, par conséquent, tous les monarques de la terre ne sont que des régents que Dieu a mis au pouvoir pour exercer son autorité en son Nom.

38:27 Et, Nous n’avons pas créé le ciel et la terre et ce qu’il y a entre les deux sans raison, telle est plutôt la pensée de ceux qui ont refusé de croire… Que ceux qui ont refusé de croire prennent donc garde au [châtiment du] Feu !

38:28 Traiterions-Nous ceux qui ont cru et qui ont accompli les bonnes œuvres de la même manière que ceux qui sèment la corruption sur terre, ou traiterions-Nous les pieux de la même manière que les libertins ?

Ici, le mot “libertins” est à prendre dans son sens général, à savoir “ceux qui rejettent toute contrainte en matière de religion”.

38:29 Voilà un Livre que Nous avons fait descendre sur toi, qui est béni, afin qu’ils méditent sur ses versets, et pour que les doués d’intelligence se rappellent.

Les faux croyants que sont la plupart des musulmans ne méditent pas sur le Coran, car pour eux le Coran n’est qu’une simple récitation, et leur croyance est que seul le prophète Muhammad peut le comprendre. Par conséquent, ils ne cherchent pas à le comprendre par eux-mêmes, mais se contentent des explications fournies par leurs docteurs en religion sur la base des Hadiths, censés selon eux contenir les enseignements du prophète. La vérité est qu’il n’y a nul besoin d’aucun autre livre pour comprendre le Coran, car c’est en effet Dieu qui en donne directement la bonne compréhension à ceux qui cherchent sincèrement à lui obéir. Quant aux hypocrites que les sont la plupart des musulmans, ceux-là ne risquent pas d’y comprendre quoi que ce soit, car Dieu a mis une barrière invisible entre eux et le Coran.

38:30 Et, Nous avons fait don à David de Salomon, un excellent serviteur… Il était, certes, particulièrement obéissant.

Dieu est le Roi de cet Univers, et comme tout roi, Il n’élève et ne rapproche de Lui que les plus méritants, à savoir ceux qui lui obéissent le plus et qui font le bien, tout en demeurant humbles. Dieu montre ainsi aux gens les qualités qu’Il apprécie le plus chez ses serviteurs, afin qu’ils les adoptent en prenant pour modèles ceux qui les incarnent le mieux. Aujourd’hui, la plupart des gens sont exactement à l’opposé de ce bon modèle incarné par les messagers de Dieu, à savoir qu’ils agissent en grands rebelles et n’en font toujours qu’à leur tête, tout en persistant à ignorer tous les avertissements de Dieu.

38:31 [Raconte-leur] quand on lui présenta, un après-midi, les plus tout meilleurs chevaux de course.

38:32 Il dit alors : «  j’ai préféré l’amour des biens [de ce monde] à l’évocation de mon Seigneur, au point que le [soleil] se soit complétement éclipsé [sans que je ne L’évoque]. »

38:33 « Qu’on me les amène ! », et il se mit à leur caresser les pattes et les cous.

En disant cela, au lieu de se retirer dans son sanctuaire et d’évoquer Dieu, Salomon n’a pas pu s’empêcher de rester pour pouvoir admirer ces chevaux de près, ce qui a été la goutte d’eau qui a fait débordé le vase, d’où le violent épisode raconté dans le verset suivant, qui représente un très lourd avertissement de Dieu à son égard.

38:34 Et, Nous avons effectivement mis à l’épreuve Salomon en plaçant un cadavre sur son trône, ce après quoi, il se tourna totalement vers Nous :

Salomon a été certainement l’un des hommes qui a le plus profité des plaisirs de la vie terrestre, et ce n’est pas moi qui le dit, mais c’est lui-même qui le dit dans l’Ecclésiaste:

J’ai dit en mon cœur: Allons! je t’éprouverai par la joie: jouis donc du bien-être. Et voici, cela aussi est vanité. J’ai dit au rire: Tu es déraison; et à la joie: Que fait-elle? J’ai recherché en mon cœur de traiter ma chair avec du vin, tout en conduisant mon cœur par la sagesse, et de saisir la folie, jusqu’à ce que je visse quel serait, pour les fils des hommes, ce bien qu’ils feraient sous les cieux tous les jours de leur vie. J’ai fait de grandes choses: je me suis bâti des maisons, je me suis planté des vignes; je me suis fait des jardins et des parcs, et j’y ai planté des arbres à fruit de toute espèce; je me suis fait des réservoirs d’eau pour en arroser la forêt où poussent les arbres. J’ai acquis des serviteurs et des servantes, et j’en ai eu qui sont nés dans ma maison; j’ai eu aussi des troupeaux de gros et de menu bétail, en grand nombre, plus que tous ceux qui ont été avant moi à Jérusalem. Je me suis aussi amassé de l’argent et de l’or, et les trésors des rois et des provinces; je me suis procuré des chanteurs et des chanteuses, et les délices des fils des hommes, une femme et des concubines. Et je suis devenu grand et je me suis accru plus que tous ceux qui ont été avant moi à Jérusalem; et pourtant ma sagesse est demeurée avec moi. Et quoi que mes yeux aient désiré, je ne les en ai point privés; je n’ai refusé à mon cœur aucune joie, car mon cœur s’est réjoui de tout mon travail, et c’est là la part que j’ai eue de tout mon travail. Et je me suis tourné vers toutes les œuvres que mes mains avaient faites, et vers tout le travail dont je m’étais travaillé pour les faire; et voici, tout était vanité et poursuite du vent, et il n’y en avait aucun profit sous le soleil. Chapitre 2 Versets 1 à 11, Ecclésiaste

Dieu l’a donc éprouvé à travers ce qui caractérisait le plus sa passion terrestre, à savoir son amour immodéré pour les chevaux, en plaçant le cadavre d’un cheval sur son trône, ce qui représente un avertissement lourd de sens. En effet, c’est Dieu qui a placé Salomon sur le trône, et c’est grâce à cette position qu’il peut profiter de tous ces plaisirs qui s’offrent à lui. Dieu a donc fait comprendre à Salomon à travers cet acte, que s’il voulait garder sa place privilégiée auprès de Lui, et son trône par la même occasion, il devait alors absolument Le faire passer en premier et ne pas se laisser détourner par les plaisirs de la vie terrestre. C’est seulement à travers ce lourd épisode que Salomon a finalement compris la leçon que Dieu voulait lui donner, et a fait le choix de se tourner totalement vers Lui. Cet épisode rappelle, pour ceux qui l’ont vu, une scène du film “le Parrain”, avec le cadavre de cheval dans le lit (dans tout ce qu’il fait, le Diable ne fait en réalité qu’imiter Dieu et s’en inspirer, sauf que c’est pour égarer de son chemin), qui nous permet de réaliser à quel point un tel acte met la pression… au point que Salomon décide définitivement de se détacher des biens terrestres pour faire passer Dieu en premier.

38:35 il dit : « Seigneur, pardonne-moi, et fais-moi don d’un royaume, tel que nul après moi n’aura de pareil, c’est bien toi le Généreux Donateur. »

Une fois que Salomon avait pleinement réalisé ses torts et avait fait le choix de Dieu plutôt que de la vie terrestre, c’est à ce moment qu’il adressa cette requête toute particulière à Dieu, en Lui demandant de lui accorder le plus grand des royaumes jusqu’à la fin des temps, ceci, afin d’exposer aux gens la Toute-Puissance de Dieu et pour servir de leçon aux hommes jusqu’à la fin des temps. En effet, Salomon est certainement celui qui a le plus reçu de la part de Dieu, que ce soit en termes de richesses, de pouvoir, de femmes, d’enfants, de sagesse, de savoir, de guidée, pourtant, cela ne lui a pas tourné la tête, mais bien au contraire il a su rester humble et soumis à Dieu, et a montré sa reconnaissance en mettant tout cela au service de Dieu. Alors que la plupart des gens, à peine Dieu leur accorde quelque pouvoir, gloire, savoir, ou richesse, qu’ils en deviennent imbus d’eux-mêmes et se rebellent contre Dieu. Salomon, lui, n’est ni devenu imbu de lui-même ni ne s’est pas rebellé contre Dieu, mais bien au contraire, cela ne l’a rendu que plus humble, et plus soumis et reconnaissant envers Dieu. Personne ne pourra donc justifier sa rébellion contre Dieu du fait des avantages qu’il Lui a accordés, étant donné que Salomon a certainement reçu bien plus, sans pour autant se rebeller contre Dieu. Quand on honore le vertueux, il en devient encore plus vertueux, tandis que quand on honore le vil, il en devient encore plus vil.

38:36 Nous lui assujettîmes alors le vent qui souffle selon son ordre, apportant l’abondance, là où il lui désignait,

En effet, le vent permet la formation des nuages et leur déplacement d’un endroit à l’autre, pour y apporter la pluie, ce qui permet à la nature d’y abonder. En donnant à Salomon l’autorité sur le vent, Dieu montre aux hommes que le vent souffle bel et bien selon son ordre, et que c’est Lui qui décide quelle terre recevra de la pluie et quelle autre n’en recevra pas, et que cela n’est en rien lié au hasard de la météo comme le pensent aujourd’hui les égarés. Notez d’ailleurs qu’en dépit de tous les satellites dont on dispose et de tous les algorithmes de projection de la météo qu’on a développés, nous sommes aujourd’hui incapables de déterminer le temps de façon précise, même 15 minutes à l’avance. Car, c’est en réalité Dieu qui décide de toute chose à chaque instant, et il est donc impossible de prédire à l’avance ce qu’Il va décider. Pour les doués d’intelligence, il y a donc des signes de Dieu à interpréter rien que dans l’alternance du temps, et sur la façon dont Dieu le distribue d’une zone géographique à une autre.

38:37 de même [Nous avons mis à son service] tous les diables, bâtisseurs comme plongeurs,

Il existe des diables de toutes sortes, chacun ayant sa spécialité, tout comme nous, hommes, avons des spécialités différentes. Il y a des diables qui excellent dans la construction d’objets en tout genre, d’autres qui sont capables de plonger sous l’eau à des profondeurs inatteignables par les hommes et d’en extraire toutes sortes d’éléments, d’autres qui volent dans les airs et sont capables de parcourir de grandes distances à une vitesse vertigineuse et de transporter avec eux toutes sortes de charges, etc. C’est grâce à ces diables que Salomon a pu construire toutes les merveilles exceptionnelles qui ont composé son royaume, et cela en un temps record. Les ennemis de Dieu que sont les francs-maçons se prennent pour les plus grands bâtisseurs de la terre, mais Dieu leur montre à travers Salomon que c’est Lui le plus grand des bâtisseurs. Les francs-maçons sont même allés jusqu’à s’approprier les figures d’Hiram, le bâtisseur en chef de Salomon, et de Salomon lui-même, mais Dieu rappelle dans le Coran, que contrairement à ces adorateurs du diable que sont les francs-maçons, Salomon n’était pas un rebelle, mais Lui était totalement soumis… ces grands criminels ont donc un sacré culot pour oser se revendiquer de Salomon.

38:38 et d’autres encore, qui sont accrochés à des chaînes.

Dieu a soumis à Salomon tous les diables, aussi bien ceux qui collaborent d’eux-mêmes, que ceux qui n’obéissent que sous la contrainte, ceci, afin de nous illustrer que les diables n’échappent en rien à son contrôle, et que tous lui obéissent, bon gré mal gré. Tous ces francs-maçons, sorciers, et médiums en tous genres, qui tirent leur pouvoir des diables, deviennent très vite imbus d’eux-mêmes et cela ne fait qu’augmenter leur rébellion envers Dieu. Alors que Salomon, en dépit de l’immense pouvoir qu’il tirait de ces diables, a su rester humble et parfaitement soumis à Dieu, ce qui constitue une preuve contre ces criminels, qu’ils n’ont pas d’excuse devant Dieu pour justifier leur rébellion.

38:39 « Ceci est notre don, distribue donc avec largesse ou restreins, sans aucun compte à rendre. »

Dieu a donné carte blanche à son serviteur Salomon pour illustrer aux hommes à travers lui une partie de ses propres attributs. Ainsi, Dieu a fait de Salomon son représentant sur terre, et lui a donné autorité pour gouverner sur tous les autres rois de la terre, et Il lui a donné ses propres attributs, à savoir de donner avec largesse ou de restreindre, d’élever ou de rabaisser, de pardonner ou de punir, et cela, sans avoir à en rendre compte à personne, de même que Dieu n’a à rendre compte à personne de ses actes. Dieu a accordé cet immense privilège à Salomon, parce qu’il n’a rien voulu pour lui-même quand Dieu lui a demandé ce qu’il désirait, mais qu’il a offert sa propre personne à Dieu et Lui a juste demandé d’accepter de le prendre à son service. Tout comme, moi-même, je n’ai rien demandé pour moi à Dieu, mais uniquement qu’Il me prenne à son service, et plus tard, Dieu a fait de moi son messager.

Salomon dominait sur tous les royaumes situés entre l’Euphrate et le pays des Philistins, et jusqu’à la frontière de l’Egypte. Ils apportaient un tribut à Salomon et ils lui furent asservis durant toute sa vie. Chapitre 5 Verset 1, Rois 1.

Maintenant, Eternel mon Dieu, tu m’as établi roi, moi ton serviteur, à la place de mon père David. Or je ne suis qu’un jeune homme, je n’ai pas d’expérience. Ton serviteur se trouve au milieu de ton peuple, celui que tu as choisi, et c’est un peuple immense, si nombreux qu’il ne peut être ni compté ni recensé. Accorde donc à ton serviteur un cœur apte à écouter pour juger ton peuple, pour distinguer le bien du mal! En effet, qui serait capable de juger ton peuple, ce peuple si important?» Cette demande de Salomon plut au Seigneur. Et Dieu lui dit: «Puisque c’est cela que tu demandes, puisque tu ne réclames pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, mais que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice, je vais agir conformément à ta parole. Je vais te donner un cœur si sage et si intelligent qu’il n’y a eu avant toi et qu’on ne verra jamais personne de pareil à toi. Je te donnerai en outre ce que tu n’as pas demandé: des richesses et de la gloire en si grande quantité qu’il n’y aura pendant toute ta vie aucun roi qui soit ton égal. Et si tu marches dans mes voies en respectant mes prescriptions et mes commandements, comme l’a fait ton père David, je te donnerai une longue vie.» Chapitre 3 Versets 7 à 14, Rois 1.

Par ailleurs, les adorateurs du Diable que sont les francs-maçons ont enlevé de la Torah tous les passages parlant des pouvoirs “surnaturels” que Dieu avait accordés à Salomon, notamment celui de commander le vent, les oiseaux, et tous les diables parmi les hommes et les djinns. En effet, ces grands égarés que sont les francs-maçons estiment qu’ils sont les seuls vrais héritiers de Salomon, du fait des grands pouvoirs qu’ils tirent de leurs diables, et ont donc imposé le secret absolu à ce sujet afin de garder jalousement tous ces pouvoirs uniquement pour eux. Excepté qu’ils ne sont en rien les vrais héritiers de Salomon, étant donné que Salomon, lui, servait bien Dieu et avait les diables pour esclaves, alors que les francs-maçons, eux, ne servent en rien Dieu, et ce sont plutôt eux les esclaves des diables. Les dignes héritiers de Salomon sont ceux qui servent uniquement Dieu, et qui ne se laissent rien le détourner de Lui, ni le pouvoir, ni l’argent, ni la gloire, ni le savoir, ni les femmes, ni aucun attrait de cette vie terrestre… et ceux-là sont extrêmement peu nombreux. C’est le choix que j’ai fait dans cette vie, qui est de ne rien vouloir sur cette terre autre que ce que Dieu me donne sans que je ne demande rien, et de ne chercher qu’à plaire à Dieu et à servir sa cause… et tous les croyants devraient s’inspirer de ce choix.

38:40 Et, il aura assurément auprès de Nous une place proche et le tout meilleur lieu de retraite.

38:41 Et, mentionne notre serviteur Job, quand il appela son Seigneur, disant : « Le Diable m’a infligé détresse et souffrance. »

Quand on lit la Torah, on découvre plus en détail cet épisode où le Diable a parié avec Dieu que s’Il retirait tous les bienfaits dont Il avait comblé son serviteur Job, celui-ci finirait alors par lui tourner le dos. Dieu a accepté le pari pour montrer au Diable et à tous ceux qui suivent ses pas, que ses vrais serviteurs ne lui tourneront jamais le dos, et qu’ils ne le suivent pas uniquement parce qu’Il est les a comblés de ses bienfaits, mais surtout parce qu’ils le craignent, l’aiment, et Lui sont d’une loyauté indéfectible. 

Un jour, les fils de Dieu vinrent se présenter devant l’Eternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux. L’Eternel dit à Satan: «D’où viens-tu?» Satan répondit à l’Eternel: «De parcourir la terre et de m’y promener.» L’Eternel dit à Satan: «As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal.» Satan répondit à l’Eternel: «Est-ce de façon désintéressée que Job craint Dieu? Ne l’as-tu pas entouré de ta protection, lui, sa famille et tout ce qui lui appartient? Tu as béni le travail de ses mains et ses troupeaux couvrent le pays. Mais porte donc la main contre lui, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudira en face.» L’Eternel dit à Satan: «Voici tout ce qui lui appartient: je te le livre. Seulement, ne porte pas la main sur lui.» Satan se retira alors de la présence de l’Eternel.” Chapitre 1 Versets 7 à 12, Job

Dieu a alors autorisé le Diable à détruire les biens de Job et à lui infliger détresse et grande douleur physique, car Dieu voulait aussi à travers cet épisode donner une leçon importante à son serviteur Job, et par la même occasion à tous les hommes, à savoir qu’il n’y a aucune victime sur cette terre, et que Dieu ne saurait être injuste envers qui que ce soit, et que tout mal qui nous touche ne vient que de nous-mêmes, et tout bien qui nous atteint ne vient que de Dieu. En effet, Job avait pour habitude de combler les miséreux et pensait que leur condition était injuste, ce qui en réalité est une énorme injustice de sa part, car Dieu ne saurait être injuste envers personne, et celui qui pense cela, c’est lui le vrai injuste. Job a ensuite confirmé sa propre injustice en s’érigeant en victime quand Dieu a laissé le mal l’atteindre, se déclarant lui-même totalement innocent et considérant ce qui lui arrive comme une injustice de la part de Dieu.

Bildad de Shuach prit la parole et dit: « Jusqu’à quand veux-tu lancer de telles affirmations? Les paroles qui sortent de ta bouche sont pareilles à un vent impétueux. Dieu fausserait-il le droit? Le Tout-Puissant fausserait-il la justice? Si tes fils ont péché contre lui, il les a livrés aux conséquences de leur révolte. Mais toi, si tu recherches vraiment Dieu, si tu implores la grâce du Tout-Puissant, si tu es sans reproche et droit, c’est certain, il ne tardera pas à intervenir en ta faveur et il restaurera le domaine qui abrite ta justice. Ta condition première semblera peu importante, tant celle qui viendra par la suite sera belle. Chapitre 8 Versets 1 à 7, Job

(Job parle) Tu sais bien, pourtant, que je ne suis pas coupable et que personne ne peut me délivrer de ton pouvoir. Tes mains m’ont façonné, elles m’ont créé, elles m’ont fait tout entier, et tu me détruirais! Chapitre 10 Verset 7-8, Job

(L’ami de Job parle) Tu affirmes: « Ma manière de voir est indiscutable et je suis pur à tes yeux.» Si seulement Dieu voulait parler, s’il ouvrait la bouche pour te répondre et te révélait les secrets de sa sagesse qui dépassent de loin notre compréhension, tu verrais alors que Dieu oublie, à ton avantage, une partie de ta faute. Chapitre 11 Versets 4-6, Job

Finalement, Dieu a eu pitié de Job en lui a envoyant un ange sous la forme d’un homme afin lui expliquer ce qu’il n’arrivait pas à comprendre, et c’est alors que Job a enfin réalisé ses torts et a demandé pardon à Dieu.

(L’ange parle) Tu as dit devant moi, et j’ai bien entendu le son de tes paroles : « Je suis pur, sans péché, je suis net et exempt de faute. Cependant, Dieu invente contre moi des prétextes, et il me considère comme son ennemi : il a mis mes pieds dans des fers et il surveille tous mes pas. » En cela, tu n’as pas raison, laisse-moi te le dire, car Dieu est bien plus grand que l’homme. Pourquoi Lui fais-tu un procès ? Il n’a de compte à rendre pour aucun de ses actes. Chapitre 33 Versets 8 à 13, Job

(L’ange parle) Job dit en effet: « Je suis juste et Dieu me refuse justice. Alors que j’ai raison, je passe pour un menteur. Ma blessure est incurable alors que je n’ai pas commis de transgression. »Y a-t-il un homme tel que Job, qui boive l’insolence comme l’eau, qui marche en compagnie de ceux qui commettent l’injustice, qui fasse route avec les hommes méchants ? En effet, il a dit: « L’homme ne gagne rien à mettre son plaisir en Dieu.» Ecoutez-moi donc, hommes de bon sens! Dieu n’a rien à voir avec la méchanceté, le Tout-Puissant n’a rien à voir avec l’injustice. Il paie à l’homme le salaire de ses actes, il traite chacun en fonction de sa conduite. En vérité, Dieu ne commet pas le mal, le Tout-Puissant ne fausse pas le droit. Chapitre 34 Versets 5 à 12, Job

(L’ange parle) Est-ce d’après toi que Dieu rendra justice, alors que tu fais preuve de mépris ? C’est à toi de choisir, pas à moi. Ce que tu sais, dis-le donc! Les hommes de bon sens ainsi que les sages qui m’écoutent me diront: Job parle sans rien savoir et ses paroles manquent de discernement. Que Job soit donc mis à l’épreuve jusqu’au bout, puisqu’il répond comme le feraient des hommes adonnés au mal ! En effet, il ajoute la révolte à son péché; il sème le doute au milieu de nous et il multiplie ses paroles contre Dieu. Chapitre 34 Versets 33 à 37, Job

Job répondit à l’Eternel et dit : Je reconnais que tu peux tout, Et que rien ne s’oppose à tes pensées. Quel est celui qui a la folie d’obscurcir mes desseins ? Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, De merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas. Ecoute-moi, et je parlerai; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras. Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon œil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre. Chapitre 42 Versets 1 à 6 , Job

Je vous invite à lire toute cette histoire en détail dans l’Ancien Testament pour comprendre cette grande leçon plus en profondeur et pour l’appliquer à vous-mêmes. Aujourd’hui, la plupart des gens pensent que ce monde est rempli d’injustices, mais la vérité est qu’il est surtout rempli d’injustes. Quand un mal vous atteint, au lieu de vous en plaindre à Dieu et de vous ériger en victimes, demandez plutôt à Dieu de vous montrer quel mal vous avez commis si vous n’arrivez pas à le voir par vous-mêmes, et demandez-Lui pardon pour vos fautes et repentez-vous auprès de Lui, et c’est comme cela que vous deviendrez de meilleurs hommes… autrement, si vous n’en tirez pas les bonnes leçons, vous pouvez alors légitimement vous attendre à recevoir un mal encore plus grand à l’avenir.

38:42 « Frappe donc [le sol] avec ton pied, [il en sortira] une eau pour te laver et en boire. »

Le Diable avait infligé une maladie de la peau et des intestins à Job, Dieu a donc fait sortir cette eau miraculeuse afin de le guérir de son mal, une fois qu’il avait compris la leçon et qu’il s’était repenti de son injustice.

Satan se retira alors de la présence de l’Eternel. Puis il frappa Job d’un ulcère purulent, depuis la plante des pieds jusqu’au sommet du crâne. Chapitre 2 Verset 7, Job

38:43 Et, Nous lui fîmes don d’une [nouvelle] famille, deux fois plus nombreuse [que la précédente], comme miséricorde de notre part, et à titre de rappel pour les doués d’intelligence.

Dans son malheur, Job avait également perdu tous les membres de sa famille, excepté sa femme, une partie d’entre eux ayant été détruits à cause de leur propre injustice et les autres lui ayant tourné le dos.

Alors qu’un jour les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin chez leur frère aîné, un messager arriva vers Job et lui dit: «Les bœufs labouraient et les ânesses broutaient à côté d’eux. Des Sabéens se sont jetés sur eux et les ont enlevés. Ils ont tué les serviteurs à coups d’épée et je suis le seul à avoir pu m’échapper pour t’en apporter la nouvelle.» Il parlait encore lorsqu’un autre messager arriva et dit: «La foudre est tombée du ciel, a embrasé les brebis et les serviteurs et les a dévorés. Je suis le seul à avoir pu m’échapper pour t’en apporter la nouvelle.» Il parlait encore lorsqu’un autre messager arriva et dit: «Des Chaldéens répartis en trois bandes se sont précipités sur les chameaux et les ont enlevés. Ils ont tué les serviteurs à coups d’épée et je suis le seul à avoir pu m’échapper pour t’en apporter la nouvelle.» Il parlait encore lorsqu’un autre messager arriva et dit: «Pendant que tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin chez leur frère aîné, un grand vent est venu depuis l’autre côté du désert et a frappé contre les quatre coins de la maison. Elle s’est écroulée sur les jeunes gens et ils sont morts. Je suis le seul à avoir pu m’échapper pour t’en apporter la nouvelle.»” Chapitre 1 Versets 13 à 19, Job

Si tes fils ont péché contre lui, il les a livrés aux conséquences de leur révolte. Chapitre 8 Verset 4, Job

Une fois qu’il s’était repenti, Dieu a alors redonné à Job une nouvelle famille, cette fois-ci composée de gens de bien uniquement, et deux fois plus nombreuse qu’avant.

L’Eternel rétablit la situation de Job quand celui-ci eut prié pour ses amis; il lui accorda le double de tout ce qu’il avait possédé. Chapitre 42 Verset 10, Job

Ceci sert de leçons à tous les hommes, car Job avait une très grande famille, et était extrêmement riche et renommé, mais Dieu lui a montré qu’il ne sert à rien d’avoir une grande famille, si elle est composée uniquement de gens mauvais, qu’il ne sert à rien d’être riche si on fait un mauvais usage de sa richesse, et qu’il ne sert à rien d’avoir une bonne réputation si c’est auprès des criminels. Dieu nous montre aussi que famille, richesse, gloire, et réputation, tout cela ne vient que de Lui, et Il peut nous les reprendre à tout moment, et que ce n’est pas cela qui compte vraiment, mais plutôt d’être un homme de bien et d’avoir la satisfaction de Dieu.  

38:44 « Et, prend dans ta main un faisceau de brindilles, puis frappe avec et ne commets pas de tort  », et Nous avons trouvé qu’il était extrêmement endurant, un excellent serviteur ! … Il était, certes, particulièrement obéissant.

Dieu insiste sur le même point commun chez tous ses messagers, à savoir qu’ils étaient tous particulièrement obéissants, ceci, afin de rappeler aux gens que ce qui compte le plus à ses yeux, c’est qu’ils Lui obéissent. Obéissez donc à Dieu ! Et vous connaîtrez le succès dans cette vie présente et dans l’au-delà. L’explication de ce verset est que Dieu demande à Job à travers cette expression, qui est de frapper avec un faisceau de brindilles, de ne pas commettre une faute en cherchant à se venger de ceux qui lui ont fait du tort durant sa maladie, et s’il venait à le faire, de réduire sa vengeance au strict minimum, car ce qu’il a enduré est uniquement dû à sa propre faute, et les autres n’y sont pour rien.

38:45 Et, mentionne nos serviteurs Abraham, Isaac, et Jacob, ils Nous évoquaient constamment et étaient d’une extrême clairvoyance.

38:46 Nous leur avons, effectivement, confié une mission qui leur est bien spécifique: celle de rappeler l’Ultime Demeure.

38:47 Et, ils sont auprès de Nous, assurément, parmi les tout meilleurs élus.

Dieu a confié à ses serviteurs les messagers, dont je fais moi-même partie, la mission toute particulière de rappeler aux gens l’Ultime Demeure. C’est pourquoi Dieu leur a donné l’autorité pour prodiguer son Rappel et pour interpeller les gens en son Nom, afin que ces derniers se tournent vers Lui et se rappellent de l’au-delà. Pendant toute une décennie, avant que Dieu ne me désigne en tant que messager, je n’ai eu de cesse de rappeler aux gens la vraie voie de Dieu et l’au-delà, mais la plupart d’entre eux rejetaient mon rappel en me lançant pour seul argument : “Tu es qui pour nous dire cela ?” Et, maintenant que Dieu m’a investi d’une autorité incontestable en me nommant en tant que messager, ces mêmes gens continuent tout autant de rejeter mon appel, cette fois-ci sous prétexte, que selon eux, je ne suis pas le messager de Dieu. Pour ces gens-là, le vrai problème n’a donc rien à voir avec mon statut, mais plutôt avec le fond de mon message. La réalité les concernant est qu’ils ne veulent tout simplement ni écouter ni croire, et ne font qu’avancer de faux prétextes pour cacher le fait qu’ils n’en ont que faire de Dieu, de la vérité, et de l’au-delà.

38:48 Et, mentionne également Ismaël et Élie, de même que celui à qui avait été confié la garde [de Marie]… tous font partie des tout meilleurs.

Le terme en arabe utilisé dans ce verset est “Dhul Kilf”, qui signifie étymologiquement “celui qui a la garde” d’une personne. Or, dans le Coran, le seul personnage mentionné qui répond à ce critère est Zacharie, à qui Dieu avait confié la garde de Marie. Ce n’est pas la première fois que Dieu désigne un messager à la fois par son nom, mais aussi par ce qui le caractérise le plus, et c’est par exemple aussi le cas de Jonas, qui est également appelé dans le Coran “Dhul Nun”, à savoir “l’homme à la baleine”. “Dhul Kifl” n’est donc pas un nom propre, mais désigne Zacharie dans son rôle de gardien de Marie que Dieu lui avait confié.

38:49 Ceci constitue un Rappel, et il y aura assurément pour les pieux le tout meilleur lieu de retraite :

38:50 des jardins d’Eden dont les portes leur seront grandes ouvertes,

38:51 où ils seront bien confortablement installés, et où ils pourront y demander des fruits en abondance et des boissons.

38:52 Et, ils y auront des femmes au regard chaste, et toutes également jolies.

38:53 Voilà ce qui vous est promis au jour des Comptes.

38:54 Telle sera notre dotation, et elle sera inépuisable.

38:55 Il en sera ainsi ! Alors que les rebelles auront assurément le pire lieu de retraite :

38:56 l’Enfer où ils brûleront… quel bien horrible lieu de repos !

38:57 Il en sera ainsi ! Qu’ils y goûtent donc, eau bouillante et nourriture étouffante,

38:58 et d’autres supplices du même genre.

38:59 « Voilà une nouvelle fournée qui est précipitée [en Enfer] avec vous », ils n’y seront pas les bienvenus, et ils brûleront dans le Feu.

38:60 Ils diront : « C’est plutôt vous qui n’êtes pas le bienvenue, car c’est vous qui nous avez entrainés ici » … Quel horrible lieu de séjour !

Les gens de l’Enfer y entreront par vagues successives, des plus anciennes générations aux plus récentes, et chaque génération accusera la précédente d’être la cause de sa perte, à savoir, chaque nouvelle fournée s’en prendra à ceux qui sont entrés avant eux en Enfer. Or, les gens de l’Enfer sont tous aussi criminels les uns que les autres, car chacun d’entre eux y est allés de ses propres pas, sachant que chacun est parfaitement libre de ses propres choix et n’avait qu’à suivre la vérité quand elle lui est parvenue et à œuvrer pour l’au-delà. En effet, quand la vérité de Dieu leur est parvenue, comme elle est aujourd’hui parvenue aux gens de cette génération, au lieu de rejeter les fausses croyances de leurs ancêtres, ces criminels s’y sont plutôt accrochés plus que jamais, et ont rejeté la vérité avec force et mépris. C’est donc de leur propre choix qu’ils ont suivi les croyances de leurs ancêtres, en dépit du fait qu’il leur ait clairement apparu évident qu’elles étaient fausses, et leurs ancêtres ne les ont forcés à rien, et ne sont donc en rien la cause de leur perte.

38:61 Ils diront: « Seigneur, quiconque nous a entrainés ici, double-lui son châtiment dans le Feu. »

38:62 Et, ils diront: « Pourquoi ne voyons-nous pas certains hommes que nous comptions parmi les méchants ?

38:63 Les avions-nous critiqué à tort ou bien échappent-ils juste à nos regards ? »

38:64 Ce sont là réellement les disputes des gens du Feu…

Chacun ne doit qu’à lui-même sa place au Paradis ou en Enfer, car Dieu a donné à chacun le libre arbitre, mais le gens de l’Enfer continuent d’être aussi injustes qu’ils ne le sont aujourd’hui sur terre, en cherchant toujours à accuser les autres pour leurs propres crimes. Même quand Dieu leur aura fait réaliser leurs torts, ils continueront d’être aussi mauvais qu’ils l’ont toujours été. Que leur importe que tel ou tel soit en Enfer, alors qu’eux-mêmes sont des criminels ? Cela illustre à quel point les gens de l’Enfer sont ignobles, et cela tombe bien qu’ils soient tous réunis ensemble en Enfer, car ils pourront se renvoyer les uns sur les autres toute l’horreur qu’il y a en eux. En effet, il n’y aura pas d’ami ou d’allié en Enfer, même ceux qui étaient les plus proches sur cette terre se détesteront viscéralement, car l’Enfer leur fera ressortir la nature horrible qu’ils cachent en eux.

38:65 Dis : « Moi, je ne suis là que pour avertir qu’il n’y a pas d’autre Dieu que Dieu, l’Unique, le Dominateur Suprême,

38:66 le Seigneur des cieux et de la terre, et de ce qu’il y a entre les deux, Le Puissant, le Très Grand-Pardonneur. »

38:67 Dis: « C’est là une annonce de la plus haute importance,

38:68 dont vous vous détournez complétement.

La clé du salut des gens est Dieu. Moi, l’avertisseur de Dieu, j’ai été chargé d’avertir les gens qu’ils ne doivent adorer que Dieu sans rien Lui associer, alors que la plupart d’entre eux se détournent de Lui ou ne Lui accordent que très peu de temps, histoire de soulager leur conscience. En effet, la plupart des gens aujourd’hui négligent complétement Dieu, et croient que cela est normal, étant donné que quand ils observent autour d’eux, tout le monde fait pareil. Or, c’est là une grave erreur et une grave injustice, car c’est justement cela qui va leur coûter leur perte finale. Il n’y a que ceux qui craignent vraiment Dieu et qui l’aiment vraiment de tout leur cœur, qui accordent de l’importance à ce Rappel. Quant aux autres, pour eux c’est comme si je défonçais des portes ouvertes, car Dieu ne fait pas vibrer leur cœur, étant donné qu’Il n’y est tout simplement pas.

38:69 Je n’ai aucune connaissance [quant à ce qui s’est réellement passé], quand les hauts dignitaires au Ciel se disputaient.

Il s’agit là de la grande dispute au Ciel qui a conduit à la Grande Controverse que l’on connaît aujourd’hui, et qui a divisé la création en deux, à savoir ceux qui ont pris le parti de Dieu, et ceux qui ont pris le parti d’eux-mêmes, et qui conduira à la grande séparation définitive qui aura lieu entre les gens du Paradis et les gens de l’Enfer. Nul ne sait le détail de ce qui s’est passé au Ciel, excepté ce que Dieu nous en a relaté dans ce qu’Il nous a fait descendre comme Révélations. Ce que l’on sait, c’est qu’une dispute a éclaté entre les anges au Ciel, quand Dieu a annoncé qu’Il allait créer l’homme pour le placer ensuite au-dessus de toute la création. À l’issue de cette dispute, certains ont pris le parti de Dieu et lui sont demeurés fidèles, alors que d’autres ont suivi Iblis dans sa rébellion, ce qui a provoqué leur chute, et l’homme fait partie de ceux-là, du fait de son ignorance et de son injustice.

38:70 Il ne m’a seulement été révélé que je suis, à l’évidence, un avertisseur. »

Une chose est sure et certaine, sur laquelle aucun vrai croyant n’a de doute, est le fait que je sois le messager de Dieu, et que Dieu se sert de moi pour répandre son Rappel à ceux qu’Il veut qu’il leur parvienne. Le message de vérité émanant de Dieu dont je suis porteur suffit largement comme preuve pour tous les vrais croyants. Quant aux aveugles et aux sourds que sont les injustes, ceux-là ne peuvent en aucun cas ni voir ni entendre, et ne comprennent de toute façon rien à rien.

38:71 Quand ton Seigneur dit aux anges : « Je vais créer un être en argile.

38:72 Une fois que Je l’aurai harmonieusement façonné et que J’aurai soufflé en lui de mon Esprit, précipitez-vous en prosternation devant lui. »

38:73 Alors, tous les anges, sans exception, se prosternèrent,

38:74 à l’exception d’Iblis, qui s’enfla d’orgueil et fut du nombre des ingrats.

38:75 Il dit : « Ô Iblis, qu’est-ce qui t’a empêché de te prosterner devant celui que J’ai créé de mes mains ? T’enfles-tu d’orgueil ou te considères-tu parmi les hauts placés ? »

38:76 Il dit : « Je suis meilleur que lui, Tu m’as créé à partir de feu, tandis que Tu l’as créé à partir d’argile. »

38:77 Il dit : « Sors donc d’ici, tu es désormais banni,

38:78 et ma malédiction est sur toi jusqu’au jour de la Résurrection. »

38:79 Il dit : « Seigneur, accorde-moi, en ce cas, un délai jusqu’au jour où ils seront ressuscités. »

38:80 Il dit : « Tu es de ceux à qui un délai a été accordé,

38:81 jusqu’au jour à la date bien connue. »

En lui accordant ce délai, Dieu a laissé à Iblis l’accès au Ciel jusqu’au jour de la Résurrection, et c’est ainsi qu’il a pu tromper Adam et Eve, et provoquer leur chute. Cependant, Iblis a été maudit par Dieu, de même ceux qui l’auront suivi, à savoir, qu’ils seront frappés de malheur et qu’ils ne connaîtront jamais la réussite, et chacune de leurs actions ne fera que les éloigner davantage de Dieu et de la vérité.

38:82 Il dit : « Par ta puissance, je les séduirai tous,

38:83 à l’exception parmi eux de tes serviteurs fidèles. »

Tous les égarés, aujourd’hui et dans le passé, ne réalisent pas leur égarement, car ils sont sous la séduction du Diable qui leur enjolive leurs actions et leur fait croire qu’ils sont des gens de bien, tout en leur faisant oublier Dieu, alors que les fidèles serviteurs de Dieu y voient parfaitement clair, et savent faire la différence entre ce qui vient de Dieu et ce qui vient du Diable, et ce qu’ils font de bien et ce qu’ils font de mal.

38:84 Il dit : « En vérité, et c’est la vérité que Je dis là,

38:85 Je remplirai l’Enfer, de toi, et de tous ceux parmi eux qui t’auront suivi, sans exception aucune. »

38:86 Dis : « Je ne vous demande aucun salaire [pour ce Rappel], et je n’ai en rien été chargé [de vous],

38:87 ceci n’est qu’un Rappel pour l’Univers tout entier,

38:88 et vous ne tarderez pas à en avoir des nouvelles sous peu ! »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s