Traduction du Coran 13 (Sourate 33)

Les coalisés

Sourate 33

 

33:1 Ô Prophète ! Crains Dieu et n’obéis pas aux négateurs et aux hypocrites. Assurément, Dieu est Connaisseur de toute chose et Sage.

33:2 Et, suis uniquement ce qui t’est révélé de la part de ton Seigneur. Dieu est parfaitement informé de ce que vous faites.

33:3 Et, repose toi entièrement sur Dieu. Et, Dieu suffit amplement comme soutien.

Dieu est en permanence parfaitement informé de toute chose, et Il sait donc que le prophète Muhammad est parfois tenté de se laisser influencer par les négateurs et les hypocrites, non pas par volonté de Lui désobéir, mais parce qu’il pense qu’en cédant à certaines de leurs exigences, ces derniers finiront par rejoindre la voie. Mais, Dieu lui rappelle à travers ces versets qu’Il le surveille de près, et qu’aucun compromis ne peut être fait avec les négateurs et les hypocrites, et qu’il doit donc s’en tenir strictement à ce qui lui est révélé à travers l’inspiration. Dieu rassure aussi le prophète Muhammad en lui disant qu’il peut totalement compter sur Lui, sachant il n’y a pas meilleur soutien que Dieu, et qu’il n’a donc rien à craindre des négateurs et des hypocrites, et ne doit par conséquent rien leur céder. Car, ils sont en réalité de mauvaise foi et n’ont jamais véritablement eu l’intention de croire, mais cherchent uniquement à entrainer le prophète et les croyants dans le même égarement qu’eux.

Dieu m’a appris un petit peu de chacun de ses précédents messagers à travers le Coran, et j’ai pu constater par moi-même que ceux qui cherchent à influencer mon message d’une quelconque manière que ce soit, n’ont jamais véritablement eu l’intention de croire, mais cherchent uniquement à imposer leurs propres croyances sur moi et les autres croyants. Alors que cela ne viendrait jamais à l’esprit des vrais croyants de chercher à m’influencer en quoi que ce soit, car ils savent pertinemment que mon message m’est inspiré par Dieu, et se contentent donc simplement d’y obéir. Dieu m’a appris au cours de ma mission à ne suivre uniquement que ce qu’Il m’inspire directement et à ne pas prendre mes sources ailleurs, afin de fermer toutes les portes au Diable et à ses acolytes, de sorte qu’ils ne puissent en rien interférer dans mon message, excepté si Dieu le veut, en ce cas, cela fait partie intégrante de son plan. Les croyants sont ceux qui mettent toute leur confiance en Dieu et en son messager, peu importe le chemin qu’ils leur font prendre, alors que les autres sont à l’affût de la moindre petite erreur ou contradiction pour tout rejeter d’un seul bloc. C’est pourquoi Dieu laisse délibérément ses messagers se tromper à certaines occasions, afin d’égarer par ce moyen ceux qui ont une maladie dans le cœur, exactement de la même manière que quelqu’un ferait exprès de prendre des détours s’il sait qu’il est suivi, afin de semer ses poursuivants. Ô croyants ! Placez totalement votre confiance en Dieu et en moi, son messager, et Dieu vous protégera de tout mal et ne laissera personne vous égarer.

33:4 Dieu n’a certainement pas mis à l’homme deux cœurs dans sa poitrine, et n’a pas assimilé vos épouses, qu’elles, vous pouvez répudier, à vos mères, et n’a pas assimilé vos enfants adoptifs à vos enfants biologiques. Ce ne sont là que des propos sortant de vos propres bouches, alors que Dieu, Lui, dit la vérité, et guide sur le droit chemin.

Dieu n’a mis qu’un seul cœur dans la poitrine des hommes, dans le sens où leurs épouses ne prendront jamais dans leur cœur la place qu’y occupent leurs mères, de même, leurs enfants adoptifs ne prendront jamais dans leur cœur la place qu’y occupent leurs enfants issus de leur propre sang, et prétendre le contraire serait faux, c’est pourquoi Dieu a corrigé cette fausse croyance qui était répandue chez les Anciens Arabes, afin de guider les croyants parmi eux sur le droit chemin.

Nos femmes ne seront jamais nos mères, et il ne convient pas aux hommes qui s’abstiennent de tout rapport intime avec leurs femmes de les assimiler à leurs mères, car elles demeurent malgré tout leurs femmes, et ils ont encore la possibilité de les répudier plutôt que de les traiter injustement en les considérant comme leurs mères. Bien évidemment, la relation au sein du couple évolue forcément avec l’âge, et notre façon d’exprimer notre amour et nos désirs sexuels peuvent varier au fur et à mesure qu’on vieillit, ce qui ne doit rien changer au fait qu’on demeure toujours mari et femme, et que cette relation ne doit jamais se muer en une relation de nature différente, car cela serait très malsain pour le couple. Ce n’est pas tant le fait de demeurer chastes au sein du couple qui pose vraiment problème, tant que c’est d’un commun accord et qu’on ne transgresse pas les limites de Dieu en cherchant à assouvir son désir sexuel d’une autre manière, mais plutôt le fait de dénaturer cette relation, en niant leur rôle d’épouses à nos femmes.

D’autre part, il ne convient pas d’assimiler nos enfants adoptifs à nos enfants issus de notre propre sang, car ils ne le seront jamais, quand bien même on s’efforcerait de les aimer et de les traiter comme s’ils étaient nos propres enfants. En effet, nos enfants biologiques demeureront toujours nos enfants quoiqu’on fasse, tandis qu’on a la possibilité de renoncer à nos enfants adoptifs. C’est pourquoi, il est important de dire à nos enfants adoptifs qu’ils ont été adoptés dès qu’ils sont en âge de le comprendre, afin d’établir une relation de confiance avec eux et qu’ils apprennent à vivre avec dès le plus jeune âge, ce qui évitera qu’ils se sentent trahis une fois atteints l’âge adulte, et qu’ils trainent ensuite cette blessure pour le restant de leur vie.

Les hommes disent de leurs bouches beaucoup de choses inexactes, et si Dieu et ses messagers les laissaient faire, ce monde serait dans une situation infiniment pire que celle d’aujourd’hui. On voit bien, à travers le monde, les injustices et les malheurs générés dans les sociétés qui inventent leurs propres règles plutôt que de suivre les règles de Dieu. C’est pourquoi, même pour les choses qui nous paraissent à priori les plus anodines, il faut impérativement suivre la prescription de Dieu et ne pas s’entêter à suivre d’autres règles, autrement, c’est nous-mêmes qui serions pénalisés.

33:5 Appelez-les du nom de leurs pères biologiques, cela est plus équitable aux yeux de Dieu. Et, s’ils sont de père inconnu, alors considérez-les comme vos frères en religion et vos protégés. Et, il ne vous sera pas tenu rigueur pour ce que vous commettez par erreur, mais uniquement pour ce que vos cœurs font en toute connaissance de cause. Et, Dieu est assurément Grand-Pardonneur, Tout-Miséricordieux.

Dieu commande dans ce verset d’appeler les orphelins du nom de leurs pères biologiques, car la tradition chez les Anciens Arabes était de traiter leurs enfants adoptifs comme leurs enfants issus de leur propre sang, et donc de changer leur nom d’origine pour le remplacer par le leur. Zaïd, qui avait été adopté par le prophète Muhammad avant qu’il ne reçoive la Révélation, était par exemple appelé Zaïd ben Muhammad, soit Zaïd fils de Muhammad. Mais, après la révélation de ce verset, il a repris le nom de son père biologique, en se faisant désormais appeler Zaïd ben Haritha. En effet, cela est plus équitable qu’un enfant garde le nom de son vrai père, à la fois pour perpétuer son nom, mais aussi parce que cela est plus conforme à la vérité. Cependant, Dieu dit qu’Il pardonne aux croyants cette erreur, car c’est quelque chose qu’ils commettaient par ignorance, mais celui qui y persiste après la révélation de ce verset sera considéré comme fautif aux yeux de Dieu, et devra donc en payer le prix.

Dieu est extrêmement indulgent et ne nous tient pas rigueur pour les fautes que nous commettons par erreur ou par ignorance, par contre, Il nous tient rigueur pour celles que nous commettons en toute connaissance de cause. Quand Dieu envoie ses messagers, Il apporte la vérité concernant toutes choses, même celles qui nous paraissent les plus anodines, et les gens n’ont donc plus d’excuse pour persister dans le faux et l’injustice, mais sont dans l’obligation de se conformer à la Vérité et à la Justice de Dieu. Quant à ceux qui persistent dans le faux et l’injustice, même après que Dieu leur ait clairement manifesté ses preuves à travers ses messagers, ceux-là sont les vrais injustes. Aujourd’hui, Dieu m’a envoyé avec les preuves évidentes pour manifester sa vraie voie aux gens, et seuls les injustes peuvent encore s’accrocher à leurs fausses voies tout en ignorant ce Rappel de Dieu.

33:6 Le prophète est plus prioritaire sur les croyants qu’ils ne le sont sur eux-mêmes, et ses épouses doivent être considérées comme leurs mères. Et, les parents unis par les liens du sang sont plus prioritaires les uns sur les autres, selon le décret de Dieu, que ne le sont les croyants et ceux qui ont émigrés [pour suivre le prophète]. Ceci, à moins que vous n’accordiez un traitement de faveur à [l’un de] vos protégés. Voilà ce qui est inscrit, noir sur blanc, dans le Livre.

Les messagers de Dieu sont plus prioritaires sur les croyants qu’ils ne le sont sur eux-mêmes, dans le sens où les croyants doivent leur obéir en priorité sur ce que leur dicte leur propre réflexion. S’ils pensent une chose et que le messager leur dit le contraire, c’est le messager qu’ils doivent plutôt suivre, car c’est en réalité Dieu qui leur parle à travers ses messagers. Si les gens pouvaient avoir toutes les réponses par eux-mêmes, alors Dieu n’aurait pas besoin de leur envoyer de messagers, mais Dieu le fait précisément pour leur faire voir sur eux-mêmes ce qu’ils n’arrivaient pas à voir, et pour leur apprendre ce qu’ils ne pouvaient pas savoir. Les croyants bien guidés font passer les messagers de Dieu avant leurs propres personnes, et cela, en toutes choses, car Dieu et ses messagers ne font qu’un et sont indissociables, et honorer les messagers de Dieu revient donc à honorer Dieu, tout comme honorer l’émissaire du roi revient à honorer le roi lui-même. Combien j’ai vu de pseudo-croyants qui prétendent croire en moi, et quand je leur commande quelque chose qui leur déplaît, osent me dire que Dieu leur inspire le contraire et insinuent par là que je me trompe, alors qu’il est plus qu’évident que cela n’est pas le cas, mais que c’est plutôt leur fierté qui les empêche de voir la vérité. Ces gens-là croient-ils aux messagers de Dieu seulement quand cela les arrange ? De deux choses l’une, soit ils croient aux messagers de Dieu, et en ce cas, ils doivent leur obéir comme ils obéiraient à Dieu, soit ils sont dans le doute les concernant, et en ce cas, cela signifie que leur problème est bien plus grave, car douter des messagers de Dieu revient au même qu’à douter de Dieu.

Quand je vous commande une chose, mettez-vous bien en tête que je n’ai strictement rien à y gagner à titre personnel, et que je ne cherche nullement à vous dominer par ce moyen, mais je dis les choses de manière totalement détachée, telles qu’elles me sont inspirées par Dieu. Ceux qui n’ont aucune gêne en eux à obéir à mes ordres, sont ceux que Dieu a orientés de la bonne manière et dont Il veut entrainer le cœur vers la piété, tandis que ceux qui s’y opposent sont ceux qui ont une maladie dans le cœur, et dont Dieu ne veut pas la guérison. Car, les messagers de Dieu ne font que dire la vérité, s’y opposer et percevoir le contraire est donc le signe d’un grand aveuglement et d’une profonde injustice. Il y a les péchés que l’on commet envers soi-même, ceux-là sont considérés par Dieu comme étant minimes, et il y a ceux que l’on commet envers Dieu, comme l’ingratitude, la rébellion, la désobéissance directe à Dieu et à ses messagers, l’orgueil, le déni de la vérité, ceux-là sont considérés comme des péchés mortels, et désobéir ouvertement aux ordres des messagers de Dieu fait partie de ces grands péchés.

Les messagers de Dieu passent avant vos propres personnes et les membres de votre famille, car leur avis doit passer avant le votre, et vous devez les aimer plus que vos propres personnes, comme le disait Jésus : “Celui qui ne m’aime pas plus que lui-même n’est pas de moi”. Et, cela n’est pas de l’idolâtrie ou un abus que de dire cela, mais parce qu’il est normal qu’un croyant aime plus Dieu et ses messagers que lui-même, car Ils lui font plus de bien qu’il ne s’en fait à lui-même, et se soucient plus de lui qu’il ne soucie de lui-même, et font plus d’efforts pour lui qu’il n’en fait pour lui-même. Dans l’ordre de priorité, viennent ensuite les parents avec qui vous êtes unis par les liens du sang, puis les autres croyants, puis ceux qui ont émigré pour suivre le prophète sans pour autant être des croyants, transposé à notre époque, ce serait ceux qui voient d’un bon œil les croyants sans pour autant l’être eux-mêmes. Cependant, il existe une exception à cet ordre de priorité, et c’est le cas où l’on décide d’accorder un traitement de faveur à une personne étrangère en la traitant comme un membre de notre famille, comme par exemple en adoptant un orphelin. Cet ordre de priorité s’applique au devoir d’assistance, d’écoute, et d’entraide que l’on a les uns envers les autres, mais aussi quant il s’agit d’héritage. C’est Dieu qui a établi cet ordre de priorité, et il est donc extrêmement important de le respecter, c’est pourquoi Dieu insiste particulièrement en ajoutant à la fin de ce verset : “Voilà ce qui est inscrit, noir sur blanc, dans le Livre”. Cela montre la très grande importance de la famille aux yeux de Dieu, et notez qu’en parlant de famille, il n’est pas fait distinction s’il s’agit de croyants ou non, car les liens du sang persistent au-delà des croyances. Il ne convient donc pas de les rompre, excepté avec les membres de la famille qui cherchent activement à nous causer du tort, comme on amputerait un des membres de notre corps seulement s’il présente pour nous un danger mortel.

Quand on parle de parents partageant le même sang, il s’agit surtout de la famille proche, à savoir des parents, frères et sœurs, et grands-parents, et seulement après viennent les oncles et tantes, cousins, et autres parents plus éloignés. Je vois beaucoup de croyants rompre avec leur famille du fait qu’ils ne partagent pas les mêmes croyances qu’eux et parce qu’ils se sentent mal à l’aise à l’idée de devoir leur faire face, mais cela ne constitue pas une excuse valable. Car, cela fait partie de l’épreuve de Dieu que de maintenir coûte que coûte nos liens familiaux, et d’assumer nos croyances et de les défendre face à n’importe qui, quitte à ce que cela génère des tensions au sein de notre famille. La famille, ce n’est pas quelque chose qui est fait de porcelaine, bien au contraire, c’est quelque chose qui est censé résister à tout, et il ne faut donc pas avoir peur de mettre les pieds dans le plat, et de dire les choses de façon crue, même si cela peut écorner notre image ou jeter un froid dans notre relation avec eux, car s’il y a bien des gens à qui on peut tout dire et nous montrer tels que nous sommes vraiment, c’est bien la famille.

Cette vie terrestre est une épreuve, et Dieu nous a regroupés en équipes pour la passer, et ces équipes prennent la forme de nos familles. C’est pourquoi, au sein d’une même famille, on doit coûte que coûte demeurer soudés et se prêter main forte en toutes circonstances, car il en va de notre survie. La famille représente une véritable miséricorde et bénédiction de Dieu pour nous, car Dieu a fait des membres de notre famille des alliés inconditionnels, afin qu’on puisse s’entraider mutuellement, se reposer les uns sur les autres, et se protéger ensemble contre les dangers extérieurs de la vie. Et, si un membre de la famille part à la dérive, les autres ne doivent jamais lui tourner le dos, mais être là pour lui jusqu’au bout, car il en va de notre responsabilité devant Dieu. Dans le cas inverse, si un membre de la famille a la chance d’avoir été guidé par Dieu, il doit absolument en faire profiter le reste de sa famille, et demeurer bienveillant envers eux même s’ils rejettent ses croyances, et ne jamais cesser de leur prodiguer le Rappel de Dieu, dans l’espoir qu’un jour Dieu leur fasse voir à leur tour la lumière. Aimer sa famille, ce n’est pas seulement leur dire que des choses qui plaisent, mais c’est surtout leur dire les choses qui déplaisent, quand cela est nécessaire et que c’est pour leur bien. Selon le décret de Dieu, les liens de sang ont priorité sur les liens de la foi, car Dieu nous a donné une responsabilité particulière envers notre famille, qu’Il ne nous a pas donné envers les autres, peu importe qu’ils soient croyants ou non. Quand la famille est saine, alors elle est bénéfique pour ses membres et les protège contre les dangers extérieurs, tandis que quand elle est toxique, elle devient un poison mortel pour eux, et en ce cas, mieux vaut prendre ses distances. Maintenir les liens familiaux, ce n’est donc pas forcément de côtoyer sa famille à tout prix, mais seulement de maintenir le lien familial avec ce qu’il en reste de membres sains, et cela se traduit par le fait de leur consacrer du temps, d’être généreux, indulgents, et bienveillants envers eux, et de savoir leur pardonner encore et encore, dans l’espoir que Dieu ressorte un bien de tout cela.

Certes, les croyants sont alliés les uns des autres et sont comme des frères et sœurs en Dieu, mais ils ne remplaceront jamais la famille, car c’est là quelque chose qui nous a été imposé par Dieu. On ne maintient pas les liens familiaux forcément par envie, surtout quand on est en conflit ouvert avec les membres de sa famille ou qu’ils sont très loin de nos croyances, mais on les maintient avant tout parce que c’est Dieu qui nous le commande. Il ne faut donc pas chercher à fuir l’épreuve de Dieu, car en acceptant de nous confronter à notre famille, on remplit notre rôle auprès de Dieu, en servant d’épreuve les uns pour les autres. On est certainement tous passés par des phases où on avait envie de définitivement rompre avec notre famille, et c’est dans ces moments précis qu’on doit se rappeler que si Dieu nous a liés à eux, c’est parce qu’on a un travail spécifique à accomplir sur nous-mêmes à travers eux, et aussi, parce qu’eux également ont un travail à faire sur eux-mêmes à travers nous. Il faut donc continuer ce travail sur nous-mêmes et qui est censé durer toute notre vie, et ne surtout pas nous étonner que cela soit si long et difficile. Car, les plus grandes leçons que Dieu veut nous apprendre sont forcément celles qui nécessitent l’apprentissage le plus long et qui touchent à ce qu’il y a de plus profondément ancré en nous-mêmes, et c’est justement tout ce qui est lié à nos origines et à notre famille qui fait ressortir ces choses-là. Il ne faut donc pas chercher à se défiler en voulant fuir sa vie comme le font certains, mais plutôt affronter de face l’épreuve de Dieu, et ne jamais perdre espoir de voir changer les choses en bien, même quand la situation semble désespérée. La guérison totale, c’est quand on se sent en paix totale aussi bien à l’intérieur de nous-mêmes qu’avec les autres, et que rien ni personne ne peut affecter cette paix, et le test ultime pour voir si on a réussi ou à quel point on a avancé, c’est de se confronter aux membres de sa famille.

33:7 Et, quand Nous prîmes des prophètes leur engagement, ainsi que de toi, de Noé, d’Abraham, de Moïse, de Jésus fils de Marie. Et, Nous prîmes d’eux un très lourd engagement.

33:8 Ceci, afin qu’Il interroge les sincères sur leur sincérité. Et, Il a réservé pour les négateurs un châtiment douloureux.

Dieu a envoyé ses messagers pour qu’ils transmettent sa Parole aux gens, et c’est là une très lourde responsabilité qu’Il leur a confiée. En effet, la Parole Divine est extrêmement lourde à porter, et les messagers de Dieu ne pourront jamais vraiment être à sa hauteur, car ils n’en demeurent pas moins de simples hommes, limités, faillibles, et pécheurs qu’ils sont. Les gens ne réalisent pas la tâche immense que représente le fait d’être un messager de Dieu, et contrairement à ce que la plupart pensent, ce n’est pas du tout une position confortable, mais c’est plutôt une mise à l’épreuve permanente, certainement la plus dure de toutes les épreuves. Les messagers de Dieu ont une double casquette, et doivent en permanence jongler de l’une à l’autre, entre leur propre vie privée de simple homme comme les autres, et à celle de messager de Dieu, qui pour le coup les dépasse largement. Et, c’est ce passage incessant de l’une à l’autre de ces casquettes qui est le plus pénible à vivre au quotidien, tant le contraste entre les deux est saisissant, car transmettre la Parole Divine est quelque chose de très lourd et de très grave comparé à nos préoccupations du quotidien, aussi importantes puissent-elles être.

Les gens croient que le rôle de messager de Dieu est quelque chose d’acquis, alors qu’il n’en est rien, car à chaque nouveau réveil, à chaque nouveau jour que Dieu fait, ils ont l’angoisse que Dieu ne les inspire pas, car il n’y a aucune garantie à cela, tout comme chaque matin, il n’y a aucune garantie à ce que le soleil se lève, car tout cela ne tient qu’à la seule volonté de Dieu. Tous les messagers de Dieu ont connu leurs moments de faiblesses et de doutes, et ont cru à un moment donné que Dieu les avait abandonnés, et cela fait partie intégrante de leur épreuve. À la fois les messagers de Dieu, tout comme les croyants, sont contraints de passer régulièrement au cours de leur vie par ces phases extrêmement pénibles où ils ont l’impression d’être totalement livrés à eux-mêmes et de perdre toutes leurs certitudes, et c’est là quelque chose de terrifiant à vivre et de très traumatisant. C‘est justement cela qui constitue le cœur de cette épreuve terrestre, c’est le fait de perdre totalement le contrôle de notre vie, et d’accepter de remettre notre sort entre les seules mains de Dieu, sans savoir ce qu’il adviendra de nous.

On se sent infiniment plus fragilisé et vulnérable en tant que messager de Dieu qu’en tant que simple croyant, car on est directement exposé à Dieu et de façon beaucoup plus intense, ce qui fait qu’on réalise davantage que les autres à quel point on n’est rien du tout sans Dieu. On souffre également beaucoup plus de nos péchés, car on se dit que notre statut de messager nous l’interdit, pourtant, on n’a d’autre choix que de continuer à en commettre comme tout le monde, en espérant que Dieu nous aide à y mettre définitivement un terme. En effet, ces péchés nous les avions déjà avant même que Dieu ne nous choisisse, et devenir le messager de Dieu ne fait pas de nous instantanément des saints. À cause de nos péchés, on vit en permanence dans la culpabilité et la peur, et on ne se dit pas du tout que notre statut de messager pourrait nous dispenser en quoi que ce soit du châtiment de Dieu. Je vous le dis en toute honnêteté et franchise, si cela avait été mon choix, je n’aurais jamais voulu de moi-même être le messager de Dieu, tant c’est là quelque chose d’extrêmement difficile à vivre au quotidien, avec cette crainte permanente qui nous habite et le fait de se sentir comme pris au piège, car ce n’est pas nous qui avons choisi ce rôle, mais cela nous a été imposé par Dieu, ce qui ne nous laisse aucune porte de sortie.

Aucun croyant bien guidé ne souhaiterait de son propre choix occuper le rôle de messager de Dieu, car la tâche est beaucoup trop difficile et le risque de tout perdre extrêmement grand. De la même manière que la terre, les cieux, et les montagnes avaient décliné l’offre de Dieu de pouvoir faire leurs propres choix et d’en assumer les conséquences, tant cette charge est en réalité extrêmement lourde à porter, de même, aucun croyant bien guidé ne choisirait de son propre chef de porter cette lourde charge qu’est d’être le messager de Dieu plutôt que de n’avoir à s’occuper que de lui-même. Les ignorants associent le rôle de messager de Dieu à la gloire et au prestige, tandis que ce rôle consiste surtout à se mettre au service des autres, et à accepter de se prendre des coups sans qu’on n’ait rien fait pour le mériter, et à accomplir des tâches aussi éprouvantes qu’ingrates sans en tirer ni gloire ni bénéfice personnel, et surtout à mettre en péril sa propre existence et celle de sa famille, allant jusqu’à mettre en jeu sa propre âme pour l’éternité. Être le messager de Dieu, c’est comme de travailler directement avec le Grand Patron, il y a donc forcément là-dedans un côté très exigeant et stressant. Il existe aussi bien évidemment des avantages à cette fonction, mais sa difficulté et les risques qu’elle présente les font passer au second plan, et tout homme avisé choisirait plutôt la voie, certes moins ambitieuse, mais plus facile, plutôt que cette voie, certes prometteuse, mais extrêmement difficile.

C’est donc en cela que Dieu dit dans ce verset qu’il a pris un très lourd engagement de la part de ses messagers, et ce n’est pas tant l’engagement en lui-même qui est lourd, mais en réalité ce qu’il implique, de par la gravité et la difficulté de la mission qui y est attachée. Mais, de toute façon, ce choix ne tient pas à nous, mais Dieu seul choisit qui sont ses messagers, et Dieu ne charge jamais aucune âme plus qu’elle ne peut endurer. Par conséquent, malgré tout ce que je viens de vous dire, Dieu m’a donné les capacités pour remplir cette mission avec succès et m’apporte une aide proportionnelle à la difficulté de la tâche, et en tant que serviteur soumis à Dieu et qui ne cherche que sa satisfaction, j’accepte bien volontiers cette mission que Dieu m’a confiée et m’en voit extrêmement honoré, et je suis infiniment reconnaissant envers Dieu qu’Il m’ait choisi parmi tous les hommes de la terre, et je place en Lui toute ma confiance malgré les craintes que je peux avoir. 

Les prophètes ont pour spécificité de transmettre aux autres les livres qu’ils reçoivent de Dieu à travers la révélation, tandis que les messagers et avertisseurs sont là pour rappeler les livres qui sont déjà descendus, mais les uns comme les autres sont au même titre inspirés par Dieu, et Dieu parle à travers eux, c’est pourquoi, ils doivent être obéis sans distinction. Ainsi, les messagers de Dieu apportent la Vérité de Dieu aux gens, et les sincères sont ceux qui la reconnaissent et qui croient en eux, tandis que ceux qui nient la Vérité et traitent les messagers de Dieu de menteurs, ce sont en réalité eux les vrais menteurs. Le rôle des messagers de Dieu est donc de servir de révélateur de la vraie nature des gens, et il en a toujours été ainsi. Quand Dieu me confronte à quelqu’un qui croit, c’est pour lui confirmer sa bonne guidée et le fait qu’il soit un serviteur agréé de Dieu, et quand Dieu me confronte à quelqu’un qui refuse de croire, c’est pour lui manifester qu’il n’est en rien un vrai croyant et que Dieu n’est pas satisfait de lui. La Vérité de Dieu révèle la nature des gens, tout comme la lumière révèle ce qui se cache dans l’obscurité. Quand on éclaire ce qui est déjà éclairé, cela ne change rien, et c’est là la parabole du croyant à qui Dieu confirme sa sincérité et sa bonne guidée à travers ses messagers, tandis que quand on éclaire ce qui est tapi dans l’obscurité, on perçoit alors tout autre chose, et ce tout autre chose c’est la vraie nature cachée de ceux qui refusent de croire, et qui n’a rien à voir avec l’image qu’ils ont d’eux-mêmes ou que les autres perçoivent d’eux.

33:9 Ô vous qui avez cru ! Rappelez-vous du bienfait de Dieu sur vous quand des troupes s’étaient présentées à vous, et que Nous envoyâmes contre eux un vent et des troupes invisibles à vos yeux. Et, Dieu voit parfaitement tout ce que vous faites.

Cette sourate raconte la célèbre bataille du fossé ou d’Al-Khandaq (la boue), où une coalition (d’où le nom de cette sourate, “les coalisés”) formée à l’initiative de la tribu juive des Banou Nadhir, et regroupant la tribu Mecquoise des Quraychs et d’autres tribus arabes païennes, s’était présentée pour assiéger la ville fortifiée de Médine, avec pour objectif de contraindre le prophète et les croyants à en sortir pour ensuite les tuer. La ville de Médine était entourée de remparts, et un fossé avait été creusé par les croyants dans les zones dénuées de rempart, afin de protéger la ville contre les assauts de la cavalerie adverse. Cette bataille fut très peu sanglante, car elle a surtout consisté en un long siège de plusieurs semaines, qui s’est terminé quand Dieu a envoyé un vent qui avait ravagé le camp ennemi, de même qu’Il a envoyé les anges pour jeter l’effroi dans le cœur des païens, les forçant à lever le camp et à prendre la fuite en toute hâte, terrorisés qu’ils étaient et couverts d’humiliation. Et, le dernier épisode connu de cette bataille concerne la tribu juive de Banou Qouraidha, qui avait violé son pacte avec le prophète, en négociant secrètement avec les troupes ennemis un passage à travers leur forteresse, mais Dieu a fait échouer leur plan et les a contraints à quitter leur forteresse pour se livrer sans même combattre, une partie d’entre eux ayant été condamnés à mort du fait de leur trahison, tandis que les autres ont été faits prisonniers.

Dieu voit tout et suit de près ses serviteurs, et intervient pour les assister quand cela est nécessaire. Ceux qui ne croient pas pourraient penser que ce vent mentionné dans ce verset est le pur fruit du hasard et que Dieu n’a envoyé aucun ange, étant donné que ces derniers n’étaient pas visibles. Alors que la vérité est que Dieu a bel et bien envoyé le vent spécialement pour refouler les païens et les anges pour jeter l’effroi en eux, ce qui a constitué le tournant de la bataille.

De façon générale, quand Dieu envoie les anges, ce n’est jamais de façon visible, ce qui n’empêche pas qu’ils soient réellement présents et qu’ils apportent une assistance non négligeable aux croyants, faisant que chacun de leur coup devienne fatal pour leurs ennemis, rendant leurs mouvements plus précis et plus rapides afin que leur défense et leur attaque soient plus efficaces, et leur apportant l’énergie nécessaire pour qu’ils ne connaissent ni la fatigue ni la faim. Les anges ont également pour rôle de semer le trouble dans le camp ennemi, en les sortant de leur concentration, en leur faisant perdre leur sens, et en suscitant la peur en eux. Dans le cas précis de cette bataille, ce sont les anges qui ont soulevé ce vent et l’ont dirigé vers le camp ennemi, conformément à ce qui leur avait été commandé par Dieu, et qui ont ensuite jeté l’effroi dans le cœur des païens, faisant qu’ils jettent l’éponge sans même combattre.

De la même manière que les anges assistent les croyants, ceux que Dieu appelle les “diables hommes” sont assistés par des diables djinns qui leur permettent d’entrer dans une sorte d’état second pour accomplir toutes sortes d’actions avec une très grande précision et efficacité, et pour atténuer en eux les effets de la fatigue et du stress. On retrouve ces diables hommes dans tous les milieux, que ce ce soit le sport, la magie, le cinéma, l’art, le show business, la politique, etc. Alphas, surhommes, génies, lions, félins, prédateurs, animaux sauvages, hybrides, sang-mêlé, la meute, la horde… quand vous entendez un de ces termes, vous pouvez être sûrs qu’il s’agit de ces diables hommes.

33:10 Quand ils vinrent à vous à la fois d’en haut et d’en bas [de la ville], et que les regards étaient hagards et que l’émotion était telle qu’elle en resserrait les gorges, et que vous faisiez sur Dieu toutes sortes de fausses idées.

33:11 À cette occasion, les croyants furent rudement éprouvés, et secoués d’une secousse terrible.

Cet épisode de terreur a eu lieu quand les croyants apprirent que la tribu juive des Banou Qouraidha avait rompu son pacte avec eux, et avait pour intention de laisser les troupes ennemis passer à travers leur forteresse, ce qui fait qu’ils auraient été pris en tenaille et auraient en ce cas été condamnés à une mort certaine, sachant que les ennemis les surpassaient largement en nombre et en équipements, comptant aux alentours des 10000 hommes, dont pas moins de 1000 cavaliers, tandis que les croyants atteignaient péniblement les 3000 hommes et n’avaient quasiment pas de cavalerie.

C’est cela que Dieu appelle l’épreuve difficile ou le moment de vérité, c’est quand on croit qu’on va mourir et qu’on n’a aucune chance de s’en sortir, et que la peur saisit tout notre être, et qu’on n’a nul autre que Dieu vers qui se tourner, c’est seulement dans ces moments que chacun révèle ce qu’il cache vraiment en lui. Dieu n’a pas encore fait subir aux croyants d’aujourd’hui un dixième de cette épreuve en termes de difficulté, que déjà nombre d’entre eux ont échoué à mettre en œuvre sur eux-mêmes les ordres extrêmement accessibles et simples que Dieu leur a commandés à travers moi. Alors qu’en sera-t-il de ces gens-là quand Dieu leur fera subir la plus grande des épreuves et qu’ils seront secoués comme ils ne l’ont jamais été au cours de leur vie ? Et, ce moment-là arrivera assurément, car nul n’entrera au Paradis sans avoir clairement apporté ses preuves à Dieu. La seule chose qui fera que vous soyez prêts quand ce moment-là se présentera, ce n’est pas du tout votre courage ou votre force mentale, mais plutôt votre soumission à Dieu et votre confiance en Lui. Pour préparer ce moment, vous n’avez donc qu’une seule chose à faire, c’est de répondre à l’appel de Dieu dès à présent en vous engageant dans la voie à laquelle je vous invite, et de passer une à une toutes les épreuves que Dieu a prévues pour vous afin d’espérer arriver prêts pour la plus grande de toutes les épreuves. Car, tout repose en réalité sur la foi, et la foi se renforce à travers les épreuves, tandis que celui qui esquive les épreuves de Dieu, celui-là, sa foi demeurera vacillante, et il y aura donc peu de chance pour lui qu’il soit prêt quand le moment de vérité arrivera.

33:12 Et, quand les hypocrites et ceux qui ont une maladie dans le cœur disaient : « Dieu et son messager ne nous ont fait que des promesses trompeuses. »

Quand la nouvelle est tombée que la tribu juive des Banou Qouraidha avait rompu son pacte avec le prophète, en offrant à l’ennemi de passer à travers sa forteresse, c’est à ce moment-là que les hypocrites et ceux dont la foi était mauvaise ont révélé leur vraie nature, en disant tout haut que Dieu et son messager n’ont fait que leur mentir, leur promettant la victoire, alors que tout semblait à ce moment là indiquer le contraire. Mais, Dieu a soumis ces traîtres à une telle pression qu’ils ont été contraints de révéler que leur foi était en réalité factice, et ce, depuis le début. Tandis que les croyants sincères, eux, n’ont jamais douté de Dieu et de son messager, quand bien même ils devaient y laisser la vie. 

De même, concernant les hypocrites et ceux dont la foi est mauvaise qui prétendent aujourd’hui de leurs bouches qu’ils croient en moi et en mon Rappel, Dieu les soumettra à une épreuve telle qu’ils seront forcés de révéler ce qu’ils cachent vraiment en eux, à savoir qu’ils n’ont jamais vraiment eu foi. Cela me rappelle quand Dieu a voulu que je me trompe en annonçant la troisième guerre mondiale en 2021, mais qu’elle ne s’est pas produite comme je l’avais annoncée. Dieu s’est servi de cet épisode pour me corriger, de même que les croyants, en nous apprenant à nous fier uniquement qu’à Lui et à ne jamais prendre nos sources ailleurs, car en dehors de Dieu, on ne peut compter sur rien dans ce monde actuel du mensonge absolu. L’autre leçon que Dieu nous a apprise est que Seul Lui décide des événements à venir, et ce ne sont donc pas les complots érigés en secret par les puissants de ce monde qui détermineront d’une quelconque manière que ce soit ce qui va se passer dans l’avenir. Dieu a aussi profité de ce non-événement pour exposer tous les hypocrites qui prétendaient croire en moi et en mon Rappel, alors que cela n’a jamais vraiment été leur cas. Car, il s’est avéré que ces gens-là n’étaient en fin de compte que de grands ratés de la vie, prêts à donner crédit à n’importe quelle théorie du complot du moment qu’elle va dans leur sens, et de grands égarés qui n’ont jamais été intéressés par le fait d’obéir à Dieu et de se réformer. Et, Dieu est encore loin d’en avoir fini avec nous, et continuera à nous soumettre épreuve après épreuve jusqu’à exposer le moindre recoin de notre âme, en bien comme en mal. Les sincères pourront ainsi apporter la preuve de leur sincérité, tandis que les hypocrites révéleront qu’ils ne sont rien d’autres que des menteurs et des traîtres.

33:13 Et, quand un groupe parmi eux dit : « Ô habitants de Yathrib ! Vous n’avez plus rien à faire ici ! Retournez donc chez vous ! » Et qu’un groupe parmi eux demanda permission au prophète [en lui disant] : « Nos maisons sont exposées », alors qu’elles ne courraient aucun danger, ne cherchant là qu’un prétexte pour fuir [le combat].

On reconnaît les traîtres ne serait-ce qu’aux termes qu’ils utilisent dans leur discours, car la ville de Yathrib avait été rebaptisée Médine après que que le prophète y ait émigré suite à son expulsion de la Mecque. En l’appelant donc par son ancien nom du temps des païens, les hypocrites exposent le fait qu’ils n’ont jamais vraiment cru au prophète et que cet épisode leur a fait tout remettre en question depuis le début. Ces traîtres avaient non seulement abandonné le prophète et les croyants en refusant de combattre auprès d’eux, mais en plus de cela, ils cherchaient à inciter les autres à suivre leur exemple, afin de se donner bonne conscience en n’étant pas les seuls à déserter. Ils ont clairement démontré leur hypocrisie en avançant des excuses grossières pour déserter le combat, prétextant que leurs maisons étaient exposées au vol et au pillage du fait qu’il n’y avait personne pour les défendre, alors qu’en réalité, elles ne courraient aucun danger.

De façon générale, ceux qui cherchent des prétextes pour ne pas obéir aux ordres de Dieu et de ses messagers, ce sont ceux-là les vrais hypocrites et ceux dont la foi est mauvaise, car s’ils avaient été sincères, ils ne chercheraient pas le moindre prétexte pour se défiler, mais bien au contraire, seraient prêts à tous les sacrifices pour obéir à leurs ordres. Dieu m’a ainsi appris à aisément identifier les hypocrites et ceux dont la foi est faible : ce sont précisément ceux qui se cherchent des excuses pour ne pas obéir à mes ordres, ou trainent des pieds pour les exécuter, ou font mine de ne pas les avoir entendus ou de les avoir oubliés, tandis que ceux qui sont sincères n’ont pas besoin qu’on leur répète les choses à deux fois, mais disent simplement : “J’entends et j’obéis”, et s’exécutent immédiatement.

33:14 Et, si une percée avait été faite contre eux par les flancs de la ville et qu’on leur avait demandé de pactiser avec l’ennemi, qu’ils l’auraient fait, sans grande hésitation et sans se faire trop prier.

33:15 Pourtant, ils s’étaient engagés avant cela auprès de Dieu à ne pas fuir. Et, il sera demandé des comptes pour toute promesse faite à Dieu.

Seuls ceux dont la foi est mauvaise peuvent prendre à la légère la promesse faite à Dieu, sans en craindre les conséquences pour eux, comme ces hypocrites qui sont mentionnés dans ces versets, et dont la foi est tellement mauvaise qu’elle ne tient en fin de compte qu’à un cheveu. En effet, si ces hypocrites s’étaient faits prendre par l’ennemi, ils auraient alors pactisé avec lui sans grande résistance, alors qu’ils s’étaient avant cela formellement engagé auprès Dieu à ne jamais Le trahir. De façon générale, il faut toujours tenir ses engagements sans distinction aucune, mais quand il s’agit d’un engagement pris envers Dieu, il faut en ce cas encore plus redoubler d’efforts pour s’y tenir, car Dieu n’est pas n’importe qui, et on court un grand risque à ne pas le faire. Mieux vaut donc ne pas du tout prendre d’engagement envers Dieu, plutôt que de s’engager envers Lui et de ne pas s’y tenir ensuite. 

Un bon conseil aux croyants : ne prenez pas à tout-va des engagements envers Dieu, car vous risquez fort de ne pas pouvoir tous les tenir, ce qui ne pourra vous attirer que des ennuis. Mieux vaut vous montrer plus modestes et prudents, et promettre peu à Dieu pour ensuite faire plus, plutôt que l’inverse et risquer de provoquer sur vous sa colère. Je sais qu’un certain nombre de croyants promettent des choses à Dieu, comme par exemple qu’ils vont jeûner tel nombre de jours, ou arrêter de commettre tel ou tel péché, ou arrêter de fumer ou de boire, ou trouver un travail, ou avoir une vie plus saine, ou faire leurs salats quotidiennes… et ne s’y tiennent pas ensuite. Ne pas tenir sa promesse envers Dieu est extrêmement grave, même si certains croyants n’en perçoivent pas forcément les conséquences, mais moi je les perçois à leur place et je vois tout le mal que cela leur fait. Vous devez donc absolument tenir vos engagements envers Dieu, même si cela vous coûte un prix exorbitant, excepté bien sûr si cela est au-delà de votre propre volonté, car celui qui prend au sérieux la promesse faite à Dieu, est celui qui accorde de l’importance à Dieu. Tandis que celui qui galvaude sa promesse à Dieu, est celui qui piétine Dieu, et celui-là, se piétine en réalité lui-même.

33:16 Dis : « Il ne vous sert strictement à rien de fuir si c’est la mort ou le combat que vous fuyez, car, en ce cas, vous n’en profiterez pas bien longtemps. »

Ceux qui pensent de cette manière démontrent qu’ils n’ont pas vraiment foi en Dieu, car ce n’est pas en allant au combat ou en demeurant bien tranquillement chez eux que cela changera quoi que ce soit à l’heure de leur mort, mais cela ne dépend uniquement que de Dieu. Ceux qui cherchaient à fuir le combat pensaient prolonger leur vie en faisant cela, mais Dieu les a mis en garde que c’était plutôt l’inverse qui risquait de se produire pour eux, menace qui a été mise à exécution tel que relaté dans les versets à venir. En effet, ceux qui sont restés fidèles à leur engagement sont revenus chez eux indemnes, excepté ceux qui avaient atteint leur terme, tandis qu’une portion de ceux qui avaient voulu fuir le combat sont morts de façon prématurée. 

De façon générale, ceux dont la foi est factice ou vacillante, même si beaucoup de ces gens-là pensent être de vrais croyants, sont précisément ceux qui ont le plus peur de la mort, et qui prennent toutes les précautions du monde pour l’éviter, comme si cela pouvait changer quoi que ce soit au sort que Dieu a décidé pour eux. On a pu en voir l’exemple à travers la pandémie de Covid, avec tous ces gens, “croyants” comme non croyants, qui ont une peur bleue de mourir du virus, comme si la mort frappait au hasard. Alors que c’est en réalité Dieu qui décide qui le virus va toucher et avec quelle intensité, et qui va en mourir et qui va y survivre, mais ces gens-là démontrent juste qu’ils n’ont pas vraiment foi, et se créent leur propre calvaire pour rien, ce qui est le juste prix à payer pour leur immense injustice et égarement. 

Cette pandémie fait partie intégrante de l’épreuve de Dieu et compte parmi les grands signes de l’Heure, et si chacun la vit de façon aussi différente et si le virus provoque des symptômes à ce point variés d’une personne à l’autre, c’est que cela est lié fortement à ce qu’il y a à l’intérieur de nous-mêmes, et chacun reçoit donc son lot en fonction de ses propres œuvres. Celui dont la foi est réelle et qui a bien agi ne vit pas dans la crainte concernant cette pandémie, et se dit qu’il lui arrivera seulement ce que Dieu décidera pour lui, et dans la plupart des cas, s’en tire sans grand dommage et y gagne au change, excepté si cela fait partie de son épreuve. Tandis que les égarés pensent que ce sont eux qui ont le contrôle sur leur vie, et croient que le vaccin et toutes les précautions qu’ils prennent les protégeront en quoi que ce soit, mais en fin de compte, tous leurs efforts ne font qu’accroître leur propre détresse, aussi bien sur le plan physique que mental, jusqu’à dans certains cas en mourir. En dépit des apparences, cette pandémie représente une miséricorde de Dieu et donne une chance supplémentaire aux gens de réfléchir profondément sur eux-mêmes et de revenir vers Dieu avant qu’il ne soit trop tard pour eux. Mais, une fois que cette pandémie passera au second plan, les véritables choses sérieuses vont vraiment commencer pour ceux qui n’auront pas profité de cette occasion pour se repentir de leur mode de vie d’égaré, et ce moment-là approche à grands pas. On a pu constater que pour la très grande majorité des gens, cette pandémie a plutôt provoqué en eux la réaction inverse, à savoir qu’au lieu de se détacher de ce monde terrestre et de se tourner vers la voie de Dieu, ils y sont encore plus attachés qu’avant et persistent encore plus que jamais dans leurs voies d’égarement, ce qui est le signe que leur situation est sans espoir.

33:17 Dis : « Qui pourrait empêcher Dieu s’Il le voulait, de vous nuire ou de vous faire profiter de sa miséricorde ? » Et, ils ne trouveront pour eux-mêmes en dehors de Dieu, ni protecteur ni secoureur.

Les païens et les juifs pensaient que leur alliance pouvait leur profiter en quoi que ce soit, mais Dieu leur a montré que s’Il veut leur nuire ou leur profiter, leur alliance n’y changerait strictement rien. En effet, bien que les païens et leurs alliés juifs pensaient être supérieurs en nombre et en puissance, cela n’a pas empêché une partie d’entre eux d’y perdre la vie sans même que leurs alliés ne puissent faire quoi que ce soit pour les sauver, tandis que les croyants qu’ils pensaient être à leur merci s’en sont sortis totalement indemnes, car Dieu était de leur côté.

Les égarés croient pouvoir compter sur eux-mêmes et sur les autres, alors qu’en réalité leur sort tout entier ne dépend uniquement que de Dieu. Si Dieu leur veut un bien, nul ne peut empêcher qu’il leur parvienne, tandis que si Dieu leur veut un mal, nul ne peut les en protéger. Vous voyez ces mêmes égarés se préoccuper pour leur avenir, se stresser en permanence, et élaborer toutes sortes de plans dans leurs têtes afin de répondre à tous les scénarios possibles, comme s’ils pouvaient contrôler en quoi que ce soit leur avenir. Tandis que les vrais croyants s’en remettent totalement à Dieu pour les guider dans leurs choix, puis remplissent ensuite leur part du contrat en fournissant les efforts nécessaires à la réalisation de leurs objectifs, et quant au résultat final, ils laissent cela à Dieu, même s’il ne correspond pas forcément à ce qu’ils avaient initialement prévu. En effet, de Dieu, ne peut provenir que le bien, et ce qu’on peut percevoir comme un mal peut en réalité être un bien, et inversement, il faut donc être dans l’acceptation de ce qui nous arrive plutôt que de chercher à tout prix l’accomplissement de notre propre volonté. Ceux qui pensent de la sorte risquent d’être très frustrés dans la vie, car c’est la volonté de Dieu qui s’accomplit toujours et non pas la notre, et croire l’inverse est aussi insensé que de croire que parce qu’on pense très fort à une chose et qu’on est persuadé qu’elle va se réaliser, que cela va changer quoi que ce soit au fait qu’elle se réalise ou non. Cette façon de penser s’appelle la pensée positive, et est très répandue dans les croyances orientalistes comme le Bouddhisme ou l’Hindouisme, et n’est rien d’autre qu’un égarement du Diable pour cultiver l’esprit de rébellion chez les hommes, en les incitant à vouloir accomplir leur propre volonté plutôt que celle de Dieu, et en leur faisant croire que c’est leur volonté qui s’accomplit et non pas celle de Dieu.

33:18 Dieu connait ceux d’entre vous qui incitent à la défection, et qui disent à leurs frères : « Restez avec nous ! », et qui cherchent par tous les moyens à éviter le combat.

33:19 Ceux-là ne lèveraient pas le moindre petit doigt pour vous. À peine sentent-ils le danger approcher ? Que tu les vois se retourner vers toi [d’un air suppliant], les yeux révulsés comme ceux d’un moribond qui a peur de mourir. Puis, aussitôt que le danger est écarté, voilà qu’ils s’empressent de vous lacérer de leurs langues acerbes, incapables qu’ils sont de faire le moindre bien. Ceux-là n’ont jamais cru, c’est pourquoi Dieu a rendu vaines leurs œuvres. Et, cela est effectivement très facile pour Dieu.

33:20 Ils croyaient que les coalisés n’étaient pas partis. Mais, ces derniers seraient-ils revenus ? Qu’ils souhaiteraient n’être plus que de simples bédouins parmi les Arabes venus simplement prendre de vos nouvelles, et s’ils vous avaient accompagné au combat, ils n’y auraient dans tous les cas déployé que peu d’ardeur.

Les hypocrites et ceux dont la foi est mauvaise ne font que susciter des obstacles à chaque nouvelle étape et veulent inciter les autres à en faire de même, et la vérité les concernant est qu’ils ne sont pas prêts à lever le moindre petit doigt pour les croyants, et encore moins à risquer leur vie en combattant à leurs côtés. Quand ils sentent le danger approcher, ils en perdent d’un seul coup tous leurs moyens, et se retournent vers le prophète avec un air suppliant, espérant qu’il leur commande de battre en retraite, et avec les yeux révulsés comme ceux du condamné à mort qui a peur de mourir. Puis, aussitôt que le danger s’en va, les voilà qui reviennent dans leur attitude odieuse, ne perdant pas une occasion de rabaisser les croyants et de les laminer de reproches, tout en prétendant être plus valeureux qu’eux et plus aptes à faire le bien, alors même qu’ils sont totalement incapables de faire le moindre bien. Leur poltronnerie est telle, que même après que les coalisés étaient partis depuis bien longtemps, ils avaient encore peurs qu’ils reviennent et étaient persuadés qu’ils sont encore dans les parages. Ces derniers seraient-ils revenus ? Qu’ils souhaiteraient n’être que des bédouins venus prendre des nouvelles des croyants, et dans l’hypothèse peu probable où ils les auraient accompagnés aux combats, ils n’y auraient déployé que peu d’ardeur et auraient été pour les croyants plus des boulets qu’un véritable soutien. En réalité, ces gens-là n’ont jamais vraiment eu foi, et Dieu ne leur a imposé le combat que pour exposer aux croyants leur vraie nature de traîtres absolus. Mais, Dieu a rendu vaines leurs actions, ce qui fait que leurs manœuvres ne nuiront en rien aux croyants, mais ne feront que les conduire à leur propre ruine. Ce n’est pas seulement pour imposer sa religion sur toutes les autres religions que Dieu a prescrit le combat au prophète Muhammad, de même qu’aux croyants, mais c’est aussi pour débusquer les faux croyants qui se cachent parmi eux, et pour parfaire la foi des vrais croyants et parachever son bienfait sur eux.

33:21 Il y a pour vous un excellent modèle en la personne du messager de Dieu, pour celui qui aspire à Dieu et au Jour Dernier, et qui invoque constamment Dieu.

Le messager de Dieu est un excellent modèle pour les croyants car il rassemble toutes les qualités que doit avoir un croyant : il a une foi indéfectible en Dieu et n’est pas de ceux qui doutent et fléchissent face à l’épreuve, il aspire à Dieu et au Jour Dernier, et non pas à cette vie terrestre et à sa propre personne, il invoque constamment Dieu, ce qui est le secret de sa réussite, car Dieu est tout proche et répond aux prières de ses serviteurs qui ont vraiment foi en Lui. Le combat, c’est l’ultime épreuve de Dieu, car c’est le moment de vérité absolue : les croyants y confirment leur sincérité, et Dieu le leur rend bien en augmentant leur foi et en faisant qu’aucun mal ne les atteigne, excepté si leur heure est venue, tandis que les faux croyants y révèlent leur vraie nature mauvaise, et Dieu les rétribue en exposant aux autres leur lâcheté et leur traîtrise, et en condamnant une partie d’entre eux à une mort aussi douloureuse qu’humiliante.

33:22 Et, quand les croyants virent les coalisés, ils dirent : « Voici donc la réalisation de ce que Dieu et son messager nous avaient promis. Dieu et son messager ont effectivement dit vrai », et cela ne fit qu’accroître leur foi et leur confiance [en Dieu].

Dieu avait en réalité annoncé à l’avance aux croyants les détails de cette bataille à travers ces versets que vous lisez. Alors quand les croyants ont vu de leurs propres yeux les coalisés se présenter à eux exactement dans la même configuration qui était décrite dans ces versets, ils n’ont pas pris peur en voyant qu’ils étaient pris en tenaille et que ces derniers les dépassaient largement en nombre et en puissance, mais bien au contraire, cela les a d’autant plus confortés dans leur conviction que Dieu allait leur donner la victoire, ce qui n’a eu pour résultat que d’accroitre leur foi et leur confiance en Dieu. Du coup, ils n’ont pas paniqué comme les hypocrites l’ont fait en cherchant à fuir le combat ou à pactiser avec l’ennemi, mais étaient encore plus persuadés que Dieu allait leur donner la victoire comme Il leur avait promis, même si toutes les apparences semblaient à ce moment-là indiquer le contraire.

33:23 Parmi les croyants, il y a des hommes qui ont parfaitement tenu leur engagement envers Dieu. Parmi eux, certains ont atteint leur terme, tandis que d’autres doivent encore attendre [leur heure]. Et, les uns comme les autres n’ont aucunement varié [dans leur engagement].

Dieu aime ceux qui du début à la fin demeurent exactement les mêmes, à savoir qui demeurent parfaitement constants dans leur engagement envers Lui et dans l’accomplissement des bonnes œuvres. En effet, les vrais hommes de bien sont ceux qui le sont en toutes circonstances, aussi bien dans l’aisance que face à l’adversité, ceux-là sont la crème des croyants et sont les rapprochés de Dieu, au même titre que les messagers de Dieu. Ceux qui obtiennent cet immense privilège de la part de Dieu, sont ceux dont la foi est sincère et les œuvres sont bonnes, et ce n’est pas tant leur courage qui fait qu’ils sont forts au moment de l’épreuve, mais plutôt parce que Dieu les a récompensés pour leur constance, en leur donnant cette confiance inébranlable qu’ils ont en Lui et cette sérénité à toute épreuve. Dans leurs têtes, ils n’ont jamais douté de Dieu, et leur engagement est demeuré intact jusqu’au bout, peu importe qu’ils soient morts au combat, y aient été blessés, ou s’en soient sortis indemnes. Les croyants sincères sont ceux qui demeurent parfaitement fidèles et loyaux à Dieu même face au pire des scénarios, tandis que les hypocrites sont ceux qui sont avec Dieu et les croyants uniquement quand cela leur profite, et qui leur tournent le dos aussitôt qu’ils sentent le vent tourner pour eux. Si vous voulez faire partie de la première catégorie, agissez donc dès maintenant, car nous serons tous amenés un jour à devoir faire face à la plus grande de toutes les épreuves, et il faut donc s’y préparer bien avant pour espérer en sortir vainqueurs. Et, pour atteindre cet objectif, commencez dès maintenant à être constants dans votre évocation de Dieu et dans l’accomplissement des bonnes œuvres, et acceptez de bonne grâce toutes les épreuves que Dieu vous impose, et vous réussirez à n’en pas douter la plus grande de toutes les épreuves à venir, et qui est celle de notre propre mort.

Mourir au combat n’est pas du tout une catastrophe pour le croyant, car cela signifie qu’il en a terminé avec son épreuve terrestre, et c’est donc plutôt une excellente nouvelle pour lui, car Dieu lui fera instantanément accéder au Paradis auprès de Lui, et se chargera de sa famille en les confiant entre de bonnes mains. Tandis que ceux que Dieu maintient en vie, cela signifie pour eux qu’ils ont encore une mission à accomplir sur cette terre, et un apprentissage à en tirer pour eux-mêmes. L’un comme l’autre de ces deux scénarios est une excellente nouvelle pour le croyant, car soit il revient auprès de Dieu au Paradis pour l’éternité, soit il retourne victorieux auprès des siens sous la protection de Dieu. Le croyant n’a pas cette préoccupation propre aux égarés, qui est de se maintenir coûte que coûte en vie, ou bien à l’inverse, de vouloir absolument mourir, mais laisse cela entièrement à Dieu, et se contente de vivre au jour le jour en observant autant que possible ses prescriptions, tout en étant prêt à tout moment à revenir vers Lui, quand Dieu l’aura décidé pour lui.

33:24 Ceci, afin que Dieu récompense les sincères pour leur sincérité, et qu’Il châtie les hypocrites, si cela Lui plaît, ou bien leur accorde son repentir. Assurément, Dieu a toujours été Grand-Pardonneur, Tout-Miséricordieux.

Dieu a imposé aux croyants cette épreuve terrible qu’est d’aller au combat, afin de confirmer la sincérité des sincères et pour exposer le mensonge et la traîtrise des hypocrites. Dieu est parfaitement dans son bon droit de punir les hypocrites pour leur impardonnable trahison envers Lui, son messager, et les croyants, et c’est d’ailleurs de cette manière que sont généralement punis les déserteurs et les traîtres à leur nation. Mais, dans son immense mansuétude et bonté, Dieu pourrait aussi très bien décider de manifester à ces gens-là leur propre mensonge et leur faire réaliser toute l’étendue de leur mal, afin de susciter en eux la volonté sincère de se repentir, et ainsi de faire d’eux des gens de bien, alors qu’ils étaient auparavant d’authentiques criminels.

C’est cela le véritable Miracle de Dieu, c’est de sortir le vivant du mort, le bien guidé de l’égaré, l’homme de bien du criminel, en ayant cette aptitude que Lui seul incarne à la perfection, qui est savoir pardonner à celui qui n’a aucune excuse pour son mal, et de lui faire comprendre ses torts et de l’inciter à s’engager de lui-même dans la voie du repentir. La bonté et la mansuétude de Dieu n’ont pas de limite, sachant que nous étions tous des égarés et des criminels avant que Dieu ne nous fasse miséricorde en nous manifestant nos torts, en nous guérissant du mal qui est en nous, et en nous guidant vers sa voie de l’excellence et de l’exemplarité. Il ne faut donc surtout pas fermer la porte à personne quant il s’agit de la Miséricorde de Dieu, car cela serait très injuste de notre part, mais plutôt prier Dieu afin qu’Il étende sa Miséricorde sur tout, même sur ceux à qui nous refuserions le pardon, car Dieu demeurera toujours infiniment plus miséricordieux que nous. Il ne faut jamais se contrarier du fait que Dieu pardonne aux criminels, mais toujours s’en réjouir et les accueillir à bras ouvert une fois qu’ils se sont repentis. Dieu est extrêmement bon, car Il nous laisse toujours plus de chances qu’il n’en faut pour nous racheter, et ce sont seulement ceux qui abusent de sa bonté et qui gaspillent injustement chaque nouvelle chance qu’Il leur donne, qui finissent par recevoir sur eux le châtiment de Dieu.

33:25 Et, Dieu a refoulé ceux qui avaient refusé de croire avec leur rage, sans qu’ils ne puissent en tirer le moindre avantage pour eux-mêmes, et Dieu a épargné le combat aux croyants. Assurément, Dieu est Fort et Puissant.

33:26 Et, Il a fait descendre de leurs citadelles ceux parmi les gens du Livre qui les avaient soutenus, et a jeté l’effroi dans leurs cœurs, un groupe d’entre eux vous condamniez à mort, tandis que l’autre vous faisiez prisonnier.

33:27 Et, Il vous a fait hériter de leurs terres, maisons, et richesses, de même qu’un territoire que vous n’aviez encore jamais conquis. Et, Dieu est capable de toute chose.

Ainsi, les ennemis de Dieu et de son messager ont dû abandonner le siège de Médine avec la même rage avec laquelle ils étaient venus au départ, après que Dieu ait envoyé contre eux une violente tempête, qui a complétement détruit leur camp tout en épargnant celui des croyants, alors que les deux camps étaient pourtant situés dans le même périmètre, ce qui représente un grand signe de Dieu aussi bien adressé aux croyants qu’aux païens. Dieu a également jeté l’effroi dans leurs cœurs en envoyant sur eux ses anges, ce qui les a contraints à lever leur camp en toute hâte, prenant la fuite dans la peur et l’humiliation, sans réussir aucun de leurs objectifs initiaux, donnant ainsi la victoire aux croyants sans même qu’ils n’aient à combattre. Les ennemis de Dieu ont donc fini perdants sur toute la ligne, et ont perdu toute crédibilité suite à cette défaite humiliante, rendant quasi-impossible la formation de toute nouvelle alliance pour revenir à la charge contre les croyants. Et, pire encore, leur offensive a pleinement profité aux croyants, leur procurant les terres, les maisons, et les richesses de la tribu juive des Banou Qouraidha qui avaient pactisé avec l’ennemi, pensant que la victoire leur reviendrait. On peut donc dire sans exagérer que ce fut là un échec cuisant et une humiliation totale pour les ennemis de Dieu.

Dieu a également humilié et puni les hypocrites qui se cachaient dans les rangs des croyants, en les laissant se couvrir de honte, quand, au plus fort de l’action, ils ne cachaient même plus leur terreur et leur traitrise, pensant que les païens avaient réussi à créer une brèche dans leur défense et qu’ils allaient les tuer jusqu’au dernier. Au final, il n’y a pas eu de combat du tout, et ceux qui sont restés fidèles à leur engagement sont sortis grands vainqueurs de cette épreuve de Dieu sans même avoir à se dépenser. Et, par la même occasion, Dieu a exposé aux croyants qui étaient les traîtres et les hypocrites parmi eux, afin qu’ils ne soient plus dupes de leurs mensonges et n’acceptent plus jamais rien d’eux, excepté ceux parmi eux qui se repentent sincèrement. 

Enfin, Dieu a châtié ceux qui avaient pactisé avec les païens pour se débarrasser du prophète et des croyants, alors qu’ils s’étaient initialement engagés à combattre à leurs côtés, en jetant l’effroi dans leurs cœurs de sorte qu’ils descendent de leurs citadelles pour se rendre sans opposer la moindre résistance, condamnant à mort une partie d’entre eux, et faisant prisonniers les autres. Comme cela est dit dans les versets précédents, ces gens-là pensaient qu’en brisant leur pacte avec le prophète pour s’allier avec les païens qu’ils donnaient pour vainqueurs, ils allaient prolonger leur vie, mais c’est exactement le contraire qui est arrivé, étant donné qu’ils ont été condamnés à mort suite à leur trahison. Les égarés pensent que la puissance leur appartient, et que ce sont leurs forteresses, leur aptitude au combat, leur nombre qui leur donneront la victoire, mais Dieu leur a montré que tout cela ne servait à rien contre Lui, et a donné une victoire éclatante aux croyants sans même qu’ils n’aient à lever le moindre petit doigt. Que cela serve donc de leçon à tous, y compris aux gens d’aujourd’hui, à savoir qu’il n’y a de puissance qu’avec Dieu, et que celui qui respecte son engagement envers Dieu, peu importe la situation, finira grand vainqueur, tandis que celui qui trahit Dieu en paiera un lourd prix. Quand vous êtes confrontés à l’épreuve, peu importe la nature de cette épreuve, rappelez-vous donc de ce bon exemple que nous ont donné le prophète et les croyants à travers cette victoire historique. En effet, la plupart des épreuves que nous subissons aujourd’hui ne sont rien à côté de cette épreuve qui nous est relatée dans ces versets, il faut donc nous en inspirer en suivant leur exemple, en demeurant constants dans notre engagement envers Dieu, en faisant confiance en Dieu en toutes circonstances, et en faisant preuve de patience et d’endurance jusqu’à ce que la victoire de Dieu arrive.

33:28 Ô Prophète ! Dis à tes épouses : « Si c’est la vie ici-bas et sa parure que vous voulez, venez donc ! Que je vous donne de quoi en profiter et vous rende votre liberté en facilitant pour vous le divorce.

33:29 Mais, si au contraire, c’est Dieu, son messager, et l’Ultime Demeure que vous voulez, alors [sachez que] Dieu a préparé pour les bienfaisantes d’entre vous une immense récompense. »

Etant donné le rôle particulier qu’occupe le prophète Muhammad, il n’est pas donné à ses femmes de vouloir chercher uniquement la vie ici-bas comme le ferait n’importe quelle femme égarée, sachant que c’est en connaissance de cause qu’elles se sont engagées avec le prophète pour mener avec lui une vie de dévotion. Si c’est la vie terrestre qu’elles cherchent, elles n’ont alors rien à faire avec le prophète, auquel cas, Dieu lui commande de se séparer d’elles le plus rapidement possible en leur donnant de quoi profiter de cette vie terrestre et en leur facilitant le divorce.

De façon générale, aucune cohabitation n’est possible à la longue, si dans un couple, l’un recherche l’au-delà tandis que l’autre recherche uniquement la vie ici-bas, et en ce cas, la séparation devient inévitable. En effet, ce sont là deux voies totalement opposées, et cette opposition est telle qu’elle se répercute dans tous les domaines de la vie du couple, allant de l’éducation des enfants, au mode de vie que l’on choisit pour sa famille, à la façon de dépenser son argent et d’occuper son temps, et cette opposition radicale se traduit à tous les niveaux, même dans les choix à priori les plus anodins, tant la façon de percevoir la vie est différente entre le bien guidé et l’égaré. Si vous êtes confrontés à ce cas de figure dans votre couple, alors la seule chose à faire est le divorce plutôt que de vivre dans un conflit permanent. Et, si tel est le bon choix pour vous, alors Dieu vous le confirmera en vous montrant ses signes et en facilitant pour vous la séparation, autrement, c’est le scénario inverse qu’Il vous facilitera, et cela signifie alors que cela fait partie intégrante de votre épreuve que de partager votre vie avec une personne égarée. En effet, dans certains cas, malgré les conflits, il y a un plus grand mal dans le fait de se séparer que de rester en couple, et en ce cas, mieux vaut faire le choix de Dieu qui est de minimiser le mal, et donc de rester en couple et de faire preuve de patience et de bonne volonté, plutôt que de divorcer et de créer un plus grand malheur.

33:30 Ô femmes du prophète ! Celle d’entre vous qui se rendra coupable d’un acte d’immoralité avéré recevra une double peine. Et, cela est extrêmement facile pour Dieu.

33:31 Et, celle d’entre vous qui obéit à Dieu et à son messager, et qui fera le bien, Nous lui accorderons une double récompense, et Nous avons préparé pour elle une généreuse attribution.

33:32 Ô femmes du prophète ! Vous n’êtes pas des femmes comme les autres. Si vous êtes pieuses, alors ne soyez pas trop complaisantes dans vos propos afin de ne pas susciter la convoitise chez celui qui a une maladie dans le cœur, et ayez un discours décent.

33:33 Et, restez dans vos maisons, et ne vous exhibez pas à la manière dont s’exhibaient les femmes du temps de l’obscurantisme premier, et accomplissez la Salat et acquittez la Zakat, et obéissez à Dieu et à son messager. Dieu ne cherche à travers cela qu’à vous débarrasser des souillures, ô [futurs] habitants de la Demeure [Ultime], et à vous purifier intégralement.

33:34 Et, conformez-vous aux versets de Dieu et aux préceptes de sagesse qui sont récités dans vos maisons. Cependant, Dieu demeure extrêmement accommodant, et est parfaitement informé de tout.

Étant donné leur lien particulier avec le prophète, les femmes du prophète ne peuvent pas se permettre de se comporter comme les autres femmes, car il y va de l’image de Dieu et de son prophète, et ce n’est donc pas quelque chose que l’on doit prendre à la légère. Les femmes du prophète, tout comme les femmes de tous les messagers, ont un devoir d’exemplarité, en faisant le bien autant que possible, en s’habillant décemment, en s’abstenant de tout acte d’immoralité, en gardant leurs distances avec les hommes qui n’appartiennent pas à leur sphère privée, en ayant un discours convenable, et en évitant les ragots, les futilités, et la médisance. De même, les femmes des messagers doivent se sentir bien en restant chez elles, et éviter de vouloir sortir à tout prix, à la recherche de compagnie, pour dépenser leur argent inutilement, ou pour faire le va-et-vient dans les allées, car cela n’est pas un comportement digne de leur rang. Les croyantes doivent prendre pour modèles les femmes des messagers, et suivre donc ces mêmes recommandations, si c’est vraiment la piété qu’elles recherchent.

Cependant, Dieu demeure extrêmement accommodant et connait les limites de ses serviteurs, et par conséquent, pardonne aux femmes du prophète les erreurs qu’elles peuvent continuer à commettre, tant qu’elles continuent à jouer le jeu sans tricher. En effet, Dieu n’est pas ce tyran tel qu’Il est dépeint par les extrémistes religieux, mais Dieu connait nos failles et nos faiblesses, et accepte de faire avec et de passer sur nos fautes, tant qu’on demeure sincères dans notre démarche envers Lui et qu’on ne cherche pas à abuser de sa bonté. Dieu est un Dieu de tolérance et de bonté extrême, à l’inverse du Dieu intransigeant et sévère des sectaires religieux.

Dieu veut intégralement purifier ses messagers, et cela passe également par leur foyer, afin qu’il ne demeure plus aucune souillure dans leur vie quotidienne : ni vice, ni perversion, ni médisance, ni futilité, ni égarement, ni alcool, ni drogue, ni rien de ce que Dieu interdit, et que le bien y soit accompli, et que Dieu y soit beaucoup invoqué, et que ses versets et ses préceptes de sagesse y soient mis en œuvre. Car, le foyer d’un homme, c’est comme la terre dans laquelle pousse un arbre, pour qu’un homme s’assainisse et évolue positivement, sa terre, donc son foyer, doit d’abord être assaini en premier. C’est pourquoi je n’ai de cesse de recommander aux croyants de se débarrasser de toutes souillures, excès, déséquilibres, ou vices dans leur vie quotidienne, et c’est seulement à partir de là que leur purification commencera vraiment. Il ne sert donc à rien d’invoquer Dieu et de réciter ses versets, si c’est pour vivre dans un mauvais environnement au quotidien. Commencez d’abord par assainir votre environnement en priorité, et alors seulement vous commencerez à voir la différence dans votre vie, et cela ne sera possible que si vous enlevez de votre vie toutes les choses susceptibles de nuire à votre progression, car c’est en partant sur des bases saines que vous obtiendrez le résultat que vous espériez. La plupart des gens ne réalisent même plus les mauvaises choses qui font partie de leur vie quotidienne, car ils y sont tellement habitués qu’ils n’en perçoivent même plus le mal, ils pensent qu’évoquer Dieu, réciter ses versets, et faire le bien est le plus important, alors qu’avant de penser à faire le bien, il ferait d’abord mieux de penser à cesser leur mal, tout comme comme une plaie dont on espère la guérison totale, doit d’abord être désinfectée totalement avant de mettre un pansement par-dessus .

La meilleure façon d’agir est donc de chercher en permanence à assainir notre vie, et ne rien laisser de mauvais s’y installer sans avoir un plan en tête pour y mettre un terme, autrement, ce mal finira inévitablement par déteindre sur nous, auquel cas, il deviendra extrêmement difficile de s’en débarrasser. Cependant, comme cela est dit dans ces versets, Dieu demeure très accommodant et est parfaitement informé de l’état intérieur de chacun, et Il ferme donc les yeux sur une partie de notre mal tant qu’on est dans une démarche active de réforme et d’assainissement de notre vie. 

33:35 Les soumis, les croyants, les dévots, les sincères, les endurants, les humbles, les charitables, les abstinents, les chastes, hommes et femmes, et ceux et celles qui évoquent beaucoup Dieu, Dieu a préparé pour eux un Grand-Pardon et une récompense exceptionnelle.

Dans ce verset, Dieu a listé les principales qualités que doivent avoir les croyants et les croyantes, mémorisez-les donc bien et identifiez lesquelles vous n’avez pas suffisamment développées, et travaillez dessus davantage.

La première qualité d’un croyant est avant tout la soumission à Dieu, car sans soumission, tout le reste ne sert à rien, tout comme la principale qualité d’un élève ou d’un enfant est avant tout d’être soumis à son professeur ou à ses parents. Un serviteur qui n’est pas soumis à Dieu, n’est pas un bon serviteur, et tant qu’il ne se sera pas complétement soumis à Dieu, aucune guérison n’est possible pour lui. C’est pourquoi Dieu dit dans un autre verset que le seule religion qu’Il accepte de nous est celle de la soumission, car toute religion qui n’est pas basée sur la soumission à Dieu est en réalité une religion du Diable. La soumission à Dieu consiste à ne jamais se révolter contre Dieu ou à se mettre en colère contre Lui ou à penser quelque chose de négatif sur Lui, mais peu importe ce que Dieu décide pour nous, nous devons chercher à Lui obéir et à l’accepter de bonne grâce, tout en Lui maintenant notre confiance et en Lui demeurant reconnaissants, même s’Il décide de s’en prendre à ce que nous avons de plus cher, comme nos enfants, nos époux, ou bien nos propres personnes. Pour bien comprendre ce qu’est vraiment la soumission à Dieu, imaginez donc ce que devrait être un bon chien pour son maître, et ce, dans le sens noble du terme.

Le serviteur de Dieu doit aussi croire en Dieu, en ses anges, en ses messagers, en ses livres, et au Jour Dernier, et ne pas être de ceux qui sont sceptiques ou qui doutent, car Dieu déteste ceux qui refusent de croire en dépit des preuves, et ceux qui doutent en permanence sans jamais s’engager pour de bon. Ceux que Dieu aime, ce sont ceux qui sont enclins à croire, une fois que les preuves évidentes leur ont été présentées, et qui demeurent ensuite fermes dans leur foi et engagement. Tandis que ceux qui sont sceptiques et qui doutent, Dieu accroit leur incrédulité et sème toujours plus de doutes en eux, jusqu’à ce qu’ils finissent par en perdre complétement leur foi et meurent en mécréants.

Le serviteur de Dieu doit mener une vie de dévotion, car la foi ne sert à rien si elle n’est pas suivie par des actes. Le bon croyant est donc celui qui respecte les limites de Dieu et qui craint plus que tout de les transgresser, et qui obéit aux préceptes de Dieu et mène une vie bien rangée. Ceux qui ont foi en Dieu, mais qui mènent une vie dissolue, ne sont pas de bons serviteurs de Dieu, et ils ont de sérieux soucis à se faire, car eux n’ont pas d’excuses contrairement aux égarés qui ne connaissent pas la voie de Dieu. Ces gens-là doivent donc sérieusement se reprendre en main, et rapidement, car il n’est pas tolérable pour un croyant digne de ce nom de s’affranchir des règles de Dieu. La foi sans les actes, c’est comme de se regarder dans un miroir et d’oublier à l’instant qui suit qui on est, ce qui signifie que la foi et les actes sont deux choses intimement liés et indissociables, et que l’un ne va pas sans l’autre. 

Les serviteurs de Dieu sont les sincères et les véridiques, à savoir ceux qui sont sincères dans leur engagement envers Dieu, qui pratiquent la Vérité quand ils parlent, et qui la reconnaissent et la suivent quand ils la croisent. La boussole du croyant est la vérité, et ce, dans tous les domaines, car Dieu et la Vérité ne font en réalité qu’un, Dieu est la Vérité, et la Vérité est Dieu. Les bons croyants accordent donc la plus haute importance à la Vérité, et consacrent tous les efforts nécessaires pour la chercher tout au long de leur vie, et consentent à tous les sacrifices pour la reconnaître, la mettre en œuvre sur eux-mêmes, et la diffuser aux autres, même si cela leur en coûte. 

Les serviteurs de Dieu sont humbles, d’abord devant Dieu, et ensuite à l’intérieur d’eux-mêmes et avec les autres. Ils ne sont ni dans l’orgueil ni ne se considèrent eux-mêmes importants, car s’il y a bien une chose que Dieu déteste plus que tout, ce sont ceux qui s’enflent d’orgueil et qui ont un énorme ego. Ceci est un point très important, et qui est la cause de l’égarement de beaucoup de gens, et il faut donc que ces gens-là travaillent dessus en priorité, car c’est justement ce défaut qui les empêche d’être justes avec Dieu et avec les autres, et lucides sur eux-mêmes. Il ne convient pas à un croyant d’avoir une haute image de lui-même, car Dieu Seul est Digne de louanges, ni il ne convient à un croyant de s’enfler d’orgueil devant les autres, car nous sommes tous égaux devant Dieu. L’humilité, c’est aussi la simplicité, la sobriété, la modestie, et le fait de faire passer Dieu et les autres avant soi-même, et de ne pas chercher à s’élever sans raison sur cette terre. L’orgueil et l’ego sont deux choses qui n’ont pas lieu d’être chez le croyant, alors si vous en avez en vous, débarrassez-vous en en priorité, en acceptant de vous humilier devant Dieu et devant les autres, jusqu’à ce que cela ne provoque plus aucune gêne en vous, et alors seulement vous pourrez considérer que vous en êtes complétement guéris.

Les bons serviteurs de Dieu sont ceux pour qui la charité est un véritable mode de vie, à savoir ceux qui cherchent constamment à aider leur prochain, aussi bien financièrement qu’en donnant de leur propre personne, ceci, par reconnaissance envers Dieu et pour servir de relais à sa miséricorde, et également pour lutter contre leur propre avarice et pour que Dieu les purifie par ce moyen. Cela fait en effet partie de l’ADN du croyant que de se soucier du bien-être de son prochain, pour entretenir cette bonté et générosité naturelles que Dieu a mis en nous. Tandis que ceux qui ne sont pas habités par ce sentiment de compassion et de générosité, deviennent de véritables monstres et sont incapables de ressentir la moindre véritable émotion, pas même envers leurs êtres les plus proches.

Les bons serviteurs de Dieu pratiquent aussi le déni de soi, et cela passe bien évidemment par le jeûne que Dieu a prescrit à tous les croyants toutes générations confondues, afin d’être plus humbles aux yeux de Dieu et d’échapper un tant soit peu à notre propre bestialité, et aussi pour prendre encore plus conscience de l’immense bienfait de Dieu sur nous. Mais cela passe aussi par bien d’autres privations afin de discipliner notre âme et retrouver l’essentiel, à savoir l’Esprit plutôt que la chair, l’au-delà plutôt que ce monde, Dieu plutôt que nos propres personnes.

Les bons serviteurs de Dieu sont ceux qui préservent leur chasteté, à savoir qui n’ont de relations sexuelles qu’avec leurs époux, et qui en dehors de cela s’abstiennent autant que possible de toutes formes de perversion. Car, la chasteté est la clé de notre âme, et celui qui respecte les interdits de Dieu en termes de sexualité, préserve la flamme de sa foi et la pureté de son âme, tandis que celui qui se laisse aller au vice et à la perversion éteint la flamme de sa foi et empêche son âme de recevoir en elle la lumière de Dieu. Il est donc extrêmement important de préserver votre chasteté, car c’est en réalité tout le salut de votre âme qui en dépend. La chasteté, c’est comme le bouclier magnétique qui protège la terre et la maintient en vie, celui qui la détruit, n’a plus de bouclier, et se retrouve totalement vulnérable face aux assauts du Diable, ce qui conduit inévitablement à la mort de son âme. Ce n’est pas pour rien que la voie suprême de la religion du Diable, appelée Kundalini Yoga, repose sur le fait de se débarrasser de tout sentiment de pudeur et de s’ouvrir à toutes les pratiques sexuelles sans exprimer aucune gêne. On retrouve cette même philosophie dans la plupart des doctrines du Diable, comme la franc-maçonnerie et toutes les autres voies de l’occulte, car en transgressant tous les interdits sexuels, on devient une bête à proprement parler, ce qui fait qu’on en perd son âme d’homme.

Enfin, les bons serviteurs de Dieu sont ceux qui évoquent Dieu autant que possible, ceci, afin de ne jamais Le perdre de vue et pour toujours être orientés dans la bonne direction. En effet, le croyant a ce lien unique avec Dieu que les égarés n’ont pas, et ce lien, il l’a construit à travers toute une vie de dévotion et de dialogue continue avec Dieu. L’évocation de Dieu est aussi importante que l’accomplissement des bonnes œuvres, et l’un ne va pas sans l’autre. Il ne faut donc surtout pas négliger d’évoquer Dieu, en vous disant que le fait de faire le bien suffit, car cela n’est absolument pas le cas. Faire le bien sans l’intention qui va avec, à savoir la pensée de Dieu, cela ne vaut strictement rien en regard de Dieu. Le bon croyant est donc celui qui évoque beaucoup Dieu, car sans l’évocation de Dieu nous perdons rapidement tous nos repères, jusqu’à en oublier qui nous sommes vraiment. L’être humain, en arabe “Al-Insan”, signifie celui qui a tendance à oublier le plus vite. En effet, la pensée humaine est extrêmement volatile, et si on n’évoque pas Dieu aussi souvent que possible, alors on a tendance à perdre rapidement le fil de notre vie, et donc à s’égarer facilement, jusqu’à dans certains cas en perdre complétement la foi après l’avoir eu. Il est donc indispensable pour un croyant d’évoquer Dieu autant que possible, afin de garder le bon cap, et aussi parce qu’on aime Dieu, et comme tout ce qu’on aime, il est bien normal d’y penser souvent.

Ceux qui font tout ce qui vient d’être cité ci-dessus sont ceux qu’on peut appeler les serviteurs exemplaires de Dieu, et Dieu est satisfait d’eux et leur réserve une immense récompense, aussi bien dans cette vie que dans l’au-delà. Méditez donc bien sur ces différents points, car on peut toujours mieux faire, et le croyant doit sans cesse être en quête d’améliorations, afin d’avoir un comportement plus digne et espérer briller aux yeux de Dieu.

33:36 Et, il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois que Dieu et son messager ont décidé d’une affaire, de faire leur propre choix ensuite. Et, quiconque désobéit à Dieu et à son messager s’égare incontestablement.

Ce point est très important, et les croyants doivent bien l’assimiler et le retenir afin de ne pas encourir la colère de Dieu sur eux sans même le réaliser. En effet, les croyants ont la liberté de choisir pour eux-mêmes en usant de leur propre discernement, mais une fois que Dieu a choisi pour eux à travers ses messagers, alors il n’est plus possible pour eux d’opter pour un autre choix, et ceux qui le font malgré tout s’égare incontestablement.

Alors, quand moi, le messager de Dieu, vous donne un ordre clair venant de Dieu, il faut absolument l’exécuter même si cela ne correspond pas à votre propre choix, et si vous ne le faites pas, alors c’est à Dieu que vous désobéissez, et c’est donc à Lui que vous aurez à faire, il ne faut donc pas vous étonner si le malheur s’abat sur vous. Moi, personnellement, je ne gagne rien à vous donner des ordres, je ne suis qu’un simple messager, et les ordres que je vous donne viennent de Dieu et ne profitent seulement qu’à vous, et non pas à moi. Il serait donc avisé de votre part de les suivre et de ne pas laisser votre ego vous aveugler, autrement, c’est vous seuls qui finirez grands perdants. Ceux qui ne veulent pas se soumettre à mon autorité et qui refusent de me demander pardon pour m’avoir ouvertement désobéi et offensé, ceux-là, c’est l’Enfer qui les attend s’ils persistent dans leur orgueil et entêtement, et c’est cette même règle qui a toujours été appliquée avec tous les autres messagers de Dieu. La vraie question que ces gens-là doivent se poser, c’est : Croyez vous vraiment que je sois le messager de Dieu ou pas ? Car, il n’existe pas de voie intermédiaire, et je vous le rappelle une fois de plus pour votre propre bien : je suis incontestablement le messager de Dieu, et ce message que vous lisez se suffit amplement à lui-même pour les vrais croyants.

33:37 Et, quand tu disais à celui que Dieu et toi-même avez comblé : « Garde pour toi ton épouse et crains Dieu », gardant secret en toi ce que Dieu avait bien l’intention de rendre public, craignant [la réaction] des gens alors que Dieu est plus à même que tu le craignes. Puis, quand Zaïd eut cessé toute relation avec elle, Nous te l’avons fait épouser afin que les croyants n’aient aucune gêne quant au fait d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs, une fois que ceux-ci cessent toute relation avec elles. Et, le Commandement de Dieu est inéluctable.

33:38 Aucun prophète n’a à être gêné quant à ce que Dieu lui prescrit, telle est la règle de Dieu pour ceux qui avaient vécu avant. Et, il y a toujours une raison profonde derrière chaque Commandement de Dieu.

33:39 Les bons prophètes sont ceux qui transmettent les messages de Dieu et le craignent, et qui ne craignent personne d’autre si ce n’est Dieu. Et, seul le jugement de Dieu compte vraiment.

Dieu avait commandé au prophète Muhammad d’épouser la femme de son fils adoptif, Zaïd, une fois que leur séparation deviendrait effective. Mais, par crainte de la réaction des gens, le prophète Muhammad n’a pas voulu de ce mariage, pensant que s’il gardait cet ordre pour lui, ce mariage n’aurait jamais lieu. Dieu a donc rendu public à travers ce verset ce que le prophète Muhammad voulait garder secret en lui, et l’a rappelé à l’ordre en lui disant qu’il ferait mieux de le craindre, Lui, du fait qu’il ait désobéi à un de ses ordres directs, plutôt que de craindre la réaction des gens. Et, comme exprimé dans ce verset, malgré les réticences du prophète Muhammad et le stratagème qu’il avait mis en place pour esquiver cet ordre, le prophète Muhammad a tout de même fini par se marier avec l’ex-femme de son fils adoptif, car les ordres de Dieu finissent tôt ou tard par être exécutés, bon gré mal gré.

Cependant, Dieu ne donne jamais d’ordre arbitraire, et il y a toujours une raison profonde derrière chacun de ses commandements. La raison de cet ordre est que Dieu voulait montrer aux Anciens Arabes que ce genre d’union est parfaitement licite en regard de sa loi, et n’a rien à voir avec l’inceste. En effet, c’est très important que Dieu restaure la vérité à ce sujet, pour montrer que c’est Lui seul qui décide de ce qui est bien et mal, et que ce n’est pas aux hommes d’en décider. Dieu a ainsi voulu montrer aux Anciens Arabes qu’ils ne peuvent pas assimiler leurs enfants adoptifs à leurs enfants issus de leur propre sang, et que ces derniers ne sont donc pas concernés par les règles de l’inceste, étant donné que l’inceste concerne uniquement les relations interdites entre parents proches partageant le même sang. Par conséquent, il est bel et bien interdit qu’un père se marie avec l’ex-femme de son fils, et inversement, qu’un fils se marie avec l’ex-femme de son père, si le mariage a été consommé, par contre, cet interdit ne s’applique pas quand il s’agit de fils adoptifs. Voilà donc le but véritable de cet ordre que Dieu lui a donné, et ce n’était pas là une simple fantaisie, car les ordres de Dieu reposent toujours sur une sagesse profonde.

Dieu rappelle au prophète Muhammad à travers ses versets que les bons prophètes sont ceux qui transmettent fidèlement ses messages, et non pas qui les cachent comme lui pensait le faire au début, et qui ne craignent que Lui, et non pas les autres, comme lui a craint la réaction des gens. Dieu lui rappelle aussi qu’il n’a pas à être gêné quant aux ordres qu’Il lui donne, et qu’aucun croyant n’est en droit de le critiquer pour cela, et qu’il doit quoiqu’il en soit ignorer le jugement des hommes et s’en tenir au Jugement de Dieu, car seul le jugement de Dieu compte vraiment.

33:40 Muhammad n’a jamais été le père d’aucun de vos hommes, mais il est le messager de Dieu et le sceau des prophètes. Et, Dieu est assurément Connaisseur de toute chose.

Le prophète Muhammad est le sceau des prophètes, nul doute là-dessus, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il est également le sceau des messagers, sachant que je suis le sceau des messagers en ma qualité de messager et d’avertisseur de l’Heure, tel que clairement mentionné dans la sourate 36 qui porte mon prénom, Yos. Les musulmans aiment dire qu’ils descendent du prophète Muhammad, or le prophète Muhammad n’a aucun descendant mâle. Par conséquent, aucun homme sur terre ne peut se targuer d’être son vrai descendant, sachant que la descendance mâle repose uniquement sur le père, à savoir sur le chromosome Y.

Peu importe de qui on descend vraiment, ceux qui peuvent légitimement se revendiquer comme étant les vrais héritiers du prophète Muhammad sont ceux qui ont su observer ses recommandations, à savoir de ne pas donner d’associés ou d’intermédiaires à Dieu, de ne pas créer des idoles, de ne pas faire de la religion un sujet de division, de ne pas prendre part aux sectes, mais de prendre Dieu pour seul et unique Guide et Maître, d’avoir sa propre dévotion, et de ne suivre que les livres que Dieu a fait descendre, le Coran en priorité. En résumé, c’est tout ce que les musulmans ne font pas, ils sont donc de ce fait les derniers à pouvoir légitimement se revendiquer de lui. De même, les chrétiens sont les derniers à pouvoir se revendiquer de Jésus, car ils ont fait tout l’inverse de ce que Jésus leur avait commandé, et ont fait de lui un associé de Dieu, voire Dieu Lui-Même, ce qui est un immense blasphème et une énorme perdition. De même, les juifs sont les derniers à pouvoir se revendiquer de Moïse, David, et Salomon, car ils ont fait tout le contraire de ce qu’ils leur avaient prescrit, et parce qu’ils ont fait d’eux des idoles alors que cela leur avait été clairement interdit. Les prophètes et messagers de Dieu ne forment qu’un seul et même groupe, tandis que les sectaires que sont les musulmans, juifs, chrétiens, ont voulu les diviser, reconnaissant une partie d’entre eux et rejetant les autres, et en les mettant en concurrence entre eux, considérant certains d’entre eux comme étant supérieurs aux autres. Alors que les vrais croyants reconnaissent au même titre tous les messagers de Dieu sans faire de distinction parmi eux, et suivent leur seul et même enseignement originel selon le modèle pur monothéiste d’Abraham, à savoir qu’ils ont leur propre dévotion en dehors de toutes sectes, et ne suivent uniquement que Dieu et ses livres. Ceux-là peuvent légitimement se revendiquer des messagers de Dieu, et Dieu les a récompensés en les guidant sur sa vraie voie et en leur faisant reconnaître son ultime messager que je suis. Tandis que les autres sont les derniers à pouvoir se revendiquer d’eux, et ont désobéi à tout ce que ces derniers leur avaient commandé, et le résultat est qu’ils ne sont guère plus que des sectaires et des idolâtres, et que Dieu ne leur a pas fait reconnaître sa vraie voie ni son ultime messager que je suis. 

33:41 Ô vous qui avez cru ! Évoquez beaucoup Dieu,

33:42 et glorifiez Le matin et soir.

On retrouve dans ces versets les deux salats que sont celles du matin et du soir, et qui ont toujours été obligatoires, que ce soit chez les musulmans, où ces deux salats, salat Al-Fajr et salat Al-Icha, figurent parmi les cinq salats obligatoires, ou chez les juifs où elles font partie de leurs trois salats quotidiennes du matin, après-midi, et soir, ou chez les chrétiens, avec les deux prières qu’ils observent au moment de se lever et juste avant de se coucher. Dieu est bien conscient de notre mode de vie moderne où la notion de jour n’est plus liée au soleil, mais rythmée par les deux moments clé présents dans la vie de tout homme, que sont le réveil et le coucher. C’est pourquoi Dieu autorise aujourd’hui les croyants à travers son messager que je suis à ne plus faire que deux salats, l’une au lever et l’autre au coucher, car il est quasi impossible aujourd’hui de continuer à observer correctement cinq salats par jour comme le font les musulmans avec le fonctionnement actuel de ce monde. En fin de compte, peu importe le nombre de salats, l’objectif demeure le même, qui est d’évoquer Dieu autant que possible, comme cela est recommandé dans ce verset.

Évoquer beaucoup Dieu ne signifie pas forcément faire constamment des invocations, mais juste avoir la conscience de Dieu, c’es à dire L’avoir à l’esprit, comme une sorte de fond d’écran, ou comme un personnage qui nous accompagne partout, et qui n’est visible que de nous, et avec qui on dialogue en continue au fur et à mesure de nos activités du jour. En effet, quelle que soit l’activité, et même quand on est en présence d’autres gens, cela ne nous empêche pas de penser à Dieu dès qu’on en a l’occasion. Car, c’est en pensant à Dieu dans tout ce que l’on fait avec pour objectif de Lui obéir, que chaque action que l’on accomplit nous sera comptabilisée comme une bonne action auprès de Dieu. L’intention est tout aussi importante que l’action elle-même, chose que beaucoup de gens négligent, rendant ainsi leurs actions sans aucune valeur aux yeux de Dieu. En cherchant à obéir à Dieu dans tout ce que l’on fait, on aura la sensation d’avoir passé toute notre journée avec Dieu, ce qui procure un immense sentiment de sérénité et du devoir accompli. La clé de la réussite est de beaucoup évoquer Dieu comme cela est mentionné dans ce verset, même une pensée silencieuse suffit, et alors Dieu vous accompagnera partout où vous êtes, avec tous les avantages que cela implique. Avoir Dieu avec soi tout le temps, c’est exactement comme un enfant qui a ses parents auprès de lui à longueur de journée pour l’accompagner dans tout ce qu’il fait, l’assister, le protéger, le rassurer, et faire qu’il se sente bien.

Les deux salats du lever et du coucher diffèrent de l’invocation du reste de la journée, car elles sont également accompagnées d’un rituel bien précis : ablutions préalables, isolement pour observer la communion avec Dieu, récitation de prières tirées du Coran, et gestes de dévotion. Ces deux salats tombent à deux moments clé de notre journée: le moment qui suit notre retour à la vie après qu’on ait été dans un état de mort durant notre sommeil, et il faut donc remercier Dieu tous les jours pour nous ramener à la vie à chaque réveil, et également le remercier pour faire que le soleil se lève à nouveau chaque matin pour nous permettre d’avoir la lumière et la chaleur indispensable à notre survie. La prière du réveil nous permet de faire nos vœux et de commencer notre journée du bon pied, avec pour objectif de plaire à Dieu pour le reste de notre journée. Tandis que l’autre salat a lieu en fin de journée, et est l’occasion de faire le bilan du jour avec Dieu en le remerciant pour ses bienfaits et en lui demandant pardon pour nos fautes, et aussi pour le remercier d’amener tous les soirs l’obscurité de la nuit et de retirer notre âme de notre corps au moment de dormir, pour nous permettre de trouver sommeil et repos.

33:43 C’est Lui qui prie pour vous, de même que ses anges, afin de vous faire sortir des ténèbres vers la Lumière. Et, Il est plein de miséricorde envers les croyants.

La prière de Dieu fonctionne comme une bénédiction. En effet, quand Dieu prononce sur nous une prière, celle-ci se réalise inévitablement. Tandis que la prière des anges fonctionne comme une intercession auprès de Dieu en notre faveur, Dieu l’exauce dans certains cas, et dans d’autres cas, non. Ceux qui font le bien pour eux-mêmes et pour les autres, et qui cherchent à plaire à Dieu dans tout ce qu’ils font, ceux-là, Dieu et ses anges les suivent de près et veillent à leur bonheur et à leur réussite. Tandis que ceux qui font le mal à eux-mêmes et aux autres, et qui se détournent de Dieu, ceux-là, Dieu et ses anges détournent leur regard d’eux, et quand ils les regardent, ne sont pas satisfaits d’eux et souhaitent qu’ils finissent grands perdants. C’est comme la différence entre le bon et le mauvais élève, le bon élève a toute l’attention de ses professeurs, et ces derniers s’intéressent à lui et le suivent de près, mettent tous leurs espoirs en lui et lui consacrent tout leur temps, car ils ont envie qu’il réussisse, et parce qu’il est pour eux source d’espoir et de satisfaction, et ils anticipent pour lui une grande réussite. Tandis que le mauvais élève, ses professeurs ne veulent plus le voir dans les parages, car il ne fait rien de bon, ni pour lui-même ni pour les autres, ils n’ont pas envie de s’intéresser à lui ou de lui consacrer du temps, car il n’est pour eux que source de malheur et de déception, et ils ne présagent pour lui que l’échec. Dieu et ses anges prennent grand plaisir à regarder ceux qui agissent bien et qui sont de bons serviteurs, et Ils passent leur temps à les bénir pour qu’ils deviennent encore meilleurs. Tout comme un parent prend grand plaisir à voir ses enfants faire le bien, et redouble encore plus d’efforts pour assurer leur épanouissement. Soyez donc vertueux à la fois dans vos pensées et dans vos actes, et alors vous aurez les faveurs de Dieu et de ses anges, ce qui assurera votre réussite.

Bénis soient Dieu et ses anges pour tout le bien qu’ils font pour nous ! Bénis soient les messagers de Dieu, les croyants, et les gens de bien, pour les bonnes œuvres qu’ils font pour servir la cause de Dieu ! Et, maudits soient les ennemis de Dieu, les hypocrites, les négateurs, et les gens mauvais, pour le mal qu’ils font et pour leur opposition à la cause de Dieu !

33:44 Le jour où ils Le rencontreront, ils seront accueillis par cette salutation : « Paix », et Il a préparé pour eux une généreuse récompense.

Le jour de leur rencontre avec Dieu, les serviteurs de Dieu seront accueillis par le mot : “Paix”, car eux-mêmes ne seront plus que paix, et il n’y aura plus rien en eux de rebelle. En effet, ceux qui mènent une vie de dévotion, de réforme, et d’accomplissement des bonnes œuvres, reviendront auprès de Dieu avec un cœur apaisé, soumis, et sain. Tandis que ceux qui se sont détournés de Dieu et de ses préceptes, et qui n’ont pas bien agi dans leur vie, ceux-là reviendront auprès de Dieu avec un cœur tourmenté, rebelle, et malade. Ils n’auront pas fait la paix dans leur vie avec eux-mêmes et avec Dieu, et ils seront donc accueillis par la salutation : “Pas de paix sur vous”, et effectivement, ils n’auront pas la paix, étant donné que c’est l’Enfer éternel qui les attend. La véritable paix de l’âme, c’est quand on est en paix avec Dieu, avec soi-même, et avec les autres, et qu’on est pleinement satisfait de ce que Dieu nous a donné, et que Dieu est pleinement satisfait de nous, tout comme l’enfant qui est pleinement satisfait de ses parents et dont les parents sont pleinement satisfaits de lui. Voilà donc la configuration parfaite que vous devez viser. Ceux qui réussiront à atteindre la paix dans leur vie, reviendront auprès de Dieu totalement en paix, et seront donc accueillis par la même paix, tandis que ceux qui n’auront pas réussi à faire la paix dans leur vie, reviendront auprès de Dieu dans les tourments, et seront donc accueillis par les mêmes tourments.

33:45 Ô Prophète ! Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur [de la Bonne Nouvelle], et avertisseur.

Tous les messagers de Dieu occupent ces trois mêmes rôles, qui sont de servir de témoins quant à ce que les gens ont répondu à leur Rappel émanant de Dieu, d’annoncer la Bonne Nouvelle aux croyants que Dieu est satisfait d’eux et que leur récompense promise est désormais toute proche, et d’avertir les négateurs que le châtiment de Dieu va tomber sur eux s’ils ne changent pas rapidement leur attitude et ne tiennent pas compte de son Rappel.

Je témoignerai auprès de Dieu en faveur de ceux qui ont répondu à son Rappel et qui ont soutenu sa cause, et je témoignerai auprès de Dieu contre ceux qui ont rejeté son Rappel et qui ont persisté dans leur injustice. Ceux qui m’ont reconnu en tant que messager, et qui ont obéi à toutes mes instructions émanant de Dieu, je leur annonce d’ores et déjà que Dieu est satisfait d’eux et qu’Il va les sauver de son châtiment à venir et leur accorder ensuite son Paradis pour l’éternité. Tandis que ceux qui ne m’ont pas reconnu en tant que messager, et qui ont injustement rejeté ce Rappel de Vérité émanant de Dieu, je leur annonce de la part de Dieu qu’ils vont inévitablement subir dans cette vie présente le châtiment de Dieu, et que l’Enfer éternel les attend par la suite.

33:46 Et, également, en tant que prédicateur de Dieu, avec sa permission, et en tant que lanterne éclairante.

Les messagers de Dieu sont les seuls à être légitimes dans leur rôle de prédicateur de Dieu, car c’est Dieu Lui-Même qui les autorisés à jouer ce rôle auprès des gens, et personne sur terre ne peut donc le leur retirer. Combien j’ai entendu de gens me dire : “Tu es qui pour nous parler au Nom de Dieu ?”, je réponds à ces gens-là que je suis le messager de Dieu, qu’ils le veuillent ou non, et que peu importe en réalité qui je suis, mon seul message suffit largement comme autorité s’ils avaient été de vrais croyants. Ces hypocrites cherchent uniquement un prétexte pour ne pas répondre à l’appel de Dieu, et la parade qu’ils ont trouvés est de contester le messager que je suis, afin de contester le message dont je suis porteur. Or, nul sur terre ne peut légitimement contester mon message, sachant qu’il est la pure Vérité venue de Dieu, et aucune personne qui est vraiment sincère et honnête ne pourrait y trouver quoi que ce soit à redire.

Contrairement à ce que croient les égarés que sont les musulmans, juifs, et chrétiens, ce ne sont pas les messagers de Dieu qui donnent foi à celui qui ne l’a pas, du fait de leur pouvoir de persuasion, mais c’est uniquement Dieu qui donne foi à celui qu’Il veut. Les messagers de Dieu fonctionnent comme une lanterne éclairante, car ils portent en eux la lumière de Dieu, à savoir sa Parole, la Vérité, et parce qu’ils sont là pour éclairer le chemin qui mène vers Dieu pour celui que Dieu agrée parmi ses serviteurs, et parce que Dieu manifeste à travers eux la vraie nature des gens.

33:47 Et, annonce aux croyants la Bonne Nouvelle qu’ils recevront de la part de Dieu une immense faveur.

Quand Dieu envoie ses messagers c’est pour apporter à travers eux une immense faveur aux croyants. En effet, les messagers de Dieu viennent les bras chargés de cadeaux de la part de Dieu à destination des croyants, et le meilleur des cadeaux que Dieu puisse leur faire, c’est de les guider sur sa voie et de les purifier de leurs péchés. Et, c’est justement ce que font les messagers de Dieu quand ils montrent la vraie voie de Dieu aux croyants, et qu’ils leur transmettent les instructions directes de Dieu qui vont permettre leur purification. Ceux qui acceptent mes critiques de la part de Dieu et qui en tiennent compte, sont ceux que Dieu veut guérir de leur mal et qu’Il agrée parmi ses serviteurs. Tandis que ceux qui les rejettent et me les retournent, ou qui font la sourde oreille quand ils les entendent, sont ceux que Dieu n’agrée pas parmi ses serviteurs, car ils ont une maladie dans le cœur, et leur maladie ne fera qu’accroître davantage. Ceci, parce qu’ils ont persisté dans leur injustice et n’ont pas voulu reconnaître leurs torts, et ont préféré à la place s’enfler d’orgueil devant Dieu et son messager.

33:48 Et, n’obéis pas aux négateurs et aux hypocrites, et ignore leurs torts et repose toi entièrement sur Dieu. En effet, Dieu suffit amplement comme soutien.

Dieu commande à son messager d’ignorer de la plus belle des manières les nuisances des négateurs et des hypocrites, et de se reposer entièrement sur Lui, car Dieu suffit amplement pour ses serviteurs, et cette recommandation s’applique également à tous les croyants de façon générale. Ignorez tout ce qui peut venir de ceux qui critiquent votre voie, et placez entièrement votre confiance en Dieu, et Dieu neutralisera le mal de ceux qui cherchent à vous nuire avant même qu’il ne vous parvienne. Celui qui répond à l’appel de Dieu et qui suit sa voie n’a absolument aucun souci à se faire, tandis que les criminels qui rejettent le Rappel de Dieu et ne veulent pas de sa voie, ceux-là ont tous les soucis du monde à se faire. La règle de Dieu a toujours été la même, à savoir que Dieu a toujours protégé ses messagers et ses serviteurs, tandis que ceux qui ont cherché à leur nuire d’une manière ou d’une autre ont tous fini grands perdants, victimes de leur propre machination.

33:49 Ô vous qui avez cru ! Si vous vous mariez avec les croyantes, puis que vous divorcez d’elles avant d’avoir consommé le mariage, en ce cas, vous ne pouvez pas leur imposer de délai d’attente. Consolez-les donc en leur faisant un don, et rendez-leur leur liberté avec ménagement.

Si un croyant divorce de sa femme sans avoir consommé le mariage, il ne peut pas l’obliger à observer une période d’attente comme cela est le cas pour la femme quand son marie décède ou suite à un divorce issu d’un mariage consommé. Ce qui signifie qu’elle est libre de s’engager directement dans une autre relation, sans période durant laquelle son mari peut encore la reprendre. Si un tel scénario se produit, alors Dieu recommande aux croyants de leur faire un don, en compensation aux éventuels dommages occasionnés, et de leur rendre leur liberté avec ménagement, c’est à dire en respectant leur rythme et en essayant autant que possible de leur faciliter les choses.

33:50 Ô Prophète ! Nous t’avons rendu licites les unions avec les épouses à qui tu as donné leur dot, ainsi qu’avec les captives que Dieu t’a livrées. Sont licites pour toi les filles de ton oncle paternel et de tes tantes paternelles, de même, les filles de ton oncle maternel de tes tantes maternelles parmi celles qui ont émigré avec toi, et à condition que tu veuilles bien d’elle, toute femme croyante qui s’offre à toi. Ceci est un privilège qui t’est accordé à toi en exclusivité, en dehors des autres croyants. Nous n’avons pas oublié ce que Nous leur avons imposé en ce qui concerne leurs épouses et leurs esclaves. [Nous te disons] cela afin que tu ne sois nullement gêné. Et, Dieu est Grand-Pardonneur, Tout-Miséricordieux.

Le prophète Muhammad a obtenu le privilège d’avoir autant d’épouses qu’il désire dans la liste que Dieu lui a établie dans ce verset, tandis que les croyants, eux, n’ont le droit qu’à un maximum de quatre épouses. Mais, dans un autre verset plus loin, il est commandé au prophète Muhammad de ne plus prendre de nouvelles épouses, ce qui montre bien que Dieu a tout de même imposé des limites au prophète Muhammad. Il est dit dans ce verset que le prophète ne doit pas être gêné par cette autorisation spéciale que Dieu lui a accordée, car Dieu ne commande que le bien, et il y a donc une bonne raison à cette autorisation. Nous ne devons pas essayer de transposer cela à notre époque, car le fonctionnement de notre société moderne n’a absolument plus rien à voir avec celui de la société dans laquelle avait vécu le prophète Muhammad.

L’explication au fait que Dieu autorise les hommes à avoir plusieurs femmes, est le fait que beaucoup d’hommes mourraient prématurément au combat ou de maladies, et qu’il fallait donc prendre en charge leurs veuves, autrement, elles n’auraient pas d’autres choix que de se prostituer pour subvenir aux besoins de leur famille, et également pour leur servir de protecteurs. Les croyants ne sont pas autorisés à avoir plus de quatre femmes en même temps, tandis que le prophète Muhammad peut en avoir plus, car le prophète est en mesure de prendre plus de femmes à sa charge que les autres croyants. En effet, le prophète était suffisamment riche et juste dans son comportement pour pouvoir entretenir plus de femmes que les autres croyants, sans pour autant commettre d’injustice envers elles et sans qu’elles ne viennent à manquer de rien. De plus, Dieu l’a autorisé à avoir plus de femmes que les autres, afin qu’il fasse profiter un maximum de personnes de la sagesse et du savoir qu’Il lui a accordés. Cette autorisation spéciale de Dieu n’a donc pas pour objectif de constituer un harem pour que le prophète puisse assouvir un appétit sexuel débridé, mais plutôt pour maximiser son bienfait sur la société. Car, dans tout ce que Dieu fait, Dieu cherche toujours à promouvoir la vertu et non pas le vice, et ceux qui ont de mauvaises pensées à ce sujet, ce sont eux les vrais pervers.

33:51 Tu fais attendre qui tu veux parmi elles, et tu héberges chez toi qui tu veux, et si tu veux en convier une parmi celles que tu as éloignées, alors tu n’as aucun reproche à te faire. Voilà ce qu’il y a de plus opportun pour qu’elles se réjouissent et ne soient pas tristes, et pour qu’elles soient toutes également satisfaites de ce que tu leur apportes à chacune individuellement. Et, Dieu sait ce qu’il y a dans vos cœurs, et Dieu connaît toute chose et est plein de compassion.

Cela peut à priori sembler de la maltraitance envers les femmes, mais il faut bien se remettre dans le contexte de l’époque, à savoir que la plupart des hommes avaient plusieurs femmes, et qu’il fallait donc toute une organisation pour passer du temps avec chacune d’entre elles. C’est un peu comme un homme aujourd’hui qui s’est marié plusieurs fois et qui a eu des enfants avec chacune de ses ex-femmes, et qui doit partager son temps pour les visiter à tour de rôle. Il faut bien savoir qu’il ne s’agit pas de polyamour, c’est à dire que chacune des épouses avait son propre moment d’intimité avec son époux, et chacune avait le droit à un certain nombre de jours où elle l’avait uniquement pour elle toute seule, car en règle générale, les différentes épouses n’étaient pas hébergées sous un même toit, mais chacune avait sa propre maison et y vivait seule avec ses enfants.

Concernant le cas particulier du prophète Muhammad, ne voyez aucune maltraitante dans ce qui est décrit dans ce verset, car les femmes du prophète savaient à l’avance avec qui elles se mariaient, et étaient donc parfaitement conscientes que le prophète était un homme très sollicité. C’est déjà un immense honneur pour elles qu’elles aient pu se marier avec un homme aussi exceptionnel que le prophète Muhammad, le revers de la médaille est qu’elles doivent apprendre à le partager avec les autres, en faisant preuve de patience et de compréhension. Les femmes du prophète n’étaient pas des femmes légères comme se l’imaginent les pervers et les égarés, mais des femmes tout à fait remarquables, et elles savaient donc parfaitement occuper leur temps en l’absence du prophète, en prenant soin de leurs enfants et en menant une vie de dévotion. Dans ce verset, Dieu a dicté la règle de base pour que les femmes du prophète ne soient pas jalouses les unes des autres, et qu’elles soient toutes également contentes de ce que le prophète leur apporte à chacune individuellement. Et, cette règle consiste à laisser le prophète choisir quand voir l’une et l’autre, sans qu’aucune d’entre elle ne cherche à lui mettre la pression ou ne lui en tienne rigueur, car le prophète a ses raisons qui lui sont directement dictées par Dieu. Le prophète est un homme suffisamment juste et équitable pour donner satisfaction à toutes ses épouses en même temps, ce qui ne l’empêche pas d’avoir ses préférences, chose qu’aucune d’entre elle ne peut lui reprocher, car il demeure un être humain.

Dieu sait ce qu’il y a dans le cœur de chacune des épouses du prophète, et également ce qu’il y a dans le cœur du prophète, et Dieu inspire son prophète de sorte qu’il puisse les combler toutes en même temps et qu’aucune d’entre elles ne soit malheureuse, car Dieu connait tout et est plein de compassion.

33:52 À compter de ce jour, il ne t’est désormais plus permis de prendre de nouvelles épouses, ou d’en échanger pour de nouvelles, quand bien même leur beauté te plairait, excepté les captives. Et, Dieu surveille de près toute chose.

Une fois que Dieu a estimé que c’était le moment opportun, Dieu a interdit au prophète Muhammad de prendre de nouvelles femmes ou d’échanger l’une de ses femmes pour une nouvelle, car Dieu connaît toute chose, et Dieu ne décide que le bien. Dieu a su que si le prophète venait à prendre de nouvelles femmes en plus, il n’aurait plus la capacité de s’en occuper correctement, et se mettrait lui-même en difficulté concernant l’accomplissement de sa mission. Dieu lui a également interdit d’en échanger une pour une autre, et cela montre à quel point Dieu se soucie du bien-être des femmes du prophète et ne veut que leur bonheur. En effet, Dieu veut récompenser les femmes du prophète pour leur sacrifice, en faisant que son prophète s’en occupe bien jusqu’à la fin de leur vie, d’autant plus que si le prophète venait à se séparer de l’une d’entre elles, celle-ci ne serait alors pas licite pour les autres croyants, ce qui la condamnerait à rester seule pour le restant de sa vie. Dieu surveille de près toute chose, et prend à chaque instant la décision la plus appropriée afin de dispenser sa justice et sa miséricorde sur tous ses serviteurs.

33:53 Ô vous qui avez cru ! N’entrez pas dans les maisons du prophète, à moins qu’on vous y ait invité à manger, et ce, sans assister à la préparation du repas. Une fois qu’on vous y a conviés, alors seulement vous pouvez entrer, puis quand le repas se termine, prenez congé, sans vous engager dans des discussions familières. Cela importune en réalité le prophète, mais il était gêné de vous le dire, alors que Dieu n’est nullement gêné de vous dire la vérité. Et, si vous demandez quelque chose à ses femmes, alors adressez-vous à elles de derrière un voile, cela sera plus saint pour vos cœurs et pour les leurs. Et, en aucune façon vous ne devez offenser le prophète, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui, car cela constituerait un péché impardonnable aux yeux de Dieu.

Les Arabes n’ont jamais vraiment changé, et cela a toujours été dans leurs habitudes de débarquer à l’improviste chez les gens, bien souvent à l’heure du repas, ce qui n’est pas du tout une chose à faire, et encore moins quand il s’agit du prophète. Ce qui est dit dans ce verset s’applique en réalité à tout le monde, et non pas seulement au cas du prophète. Quand vous êtes conviés à un repas, venez à l’heure du repas, et non pas avant, car cela importune vos hôtes que vous assistiez à sa préparation, et une fois le repas terminé, si votre hôte n’engage pas la conversation de lui-même, alors il est plus décent pour vous de prendre congé et de ne pas vous engager dans des discussions familières. Quant aux femmes de vos hôtes, si vous devez leur demander quelque chose, alors adressez-vous à elles de derrière un voile, car elles n’ont pas forcément envie d’être vues. Il ne s’agit pas de faire comme les talibans et autres extrémistes religieux, en dressant littéralement un rideau entre les hommes et les femmes, car les femmes du prophète, tout comme les femmes des croyants, peuvent très bien se présenter aux hommes si elles sont habillées décemment, et s’adresser à eux sans aucune gêne, du moment qu’elles demeurent décentes dans leurs propos. Dans ce verset, il s’agit plutôt de dire qu’il ne faut pas entrer dans les pièces pour s’adresser aux femmes de nos hôtes, si on n’y a pas été conviés, car souvent, elles ne sont pas habillées de façon appropriée, ce qui se comprend  parfaitement si elles sont en train de préparer le repas ou si elles ne veulent pas se montrer du tout. Si elles ne se présentent pas d’elles-mêmes, il faut donc s’adresser à elles à travers les murs ou de derrière les portes, le mieux étant plutôt de passer par leurs maris, ou de ne pas s’adresser à elles du tout, si ce ne sont pas elles qui viennent vers vous en premier.

De façon générale, Dieu n’interdit pas du tout aux femmes de s’adresser aux hommes, mais ce qu’Il interdit c’est qu’elles se présentent à eux dans une tenue inappropriée ou de se montrer avec eux trop complaisantes dans leur langage, ce qui ferait naître dans l’esprit des hommes mauvais des pensées impures. Oubliez donc cette fausse image que les extrémistes religieux donnent des femmes du prophète et des croyants, habillées de la tête aux pieds d’un long voile qui laisse à peine voir leurs yeux, et ayant la stricte interdiction de sortir de chez elles sans qu’elles ne soient accompagnées de leur mari ou d’un homme de leur famille. Ce n’est pas du tout cela que le Coran légifère. Le Coran autorise les croyantes à sortir seules, sans être accompagnées, mais leur recommande simplement de ne pas chercher le moindre prétexte pour quitter leurs foyers, mais de demeurer chez elles autant que possible et de ne sortir que pour une bonne raison. De même, le Coran autorise les croyantes à s’adresser aux hommes sans la présence de leur mari, simplement, Dieu leur commande de surveiller leur langage et de ne pas avoir une trop grande proximité avec eux, afin de ne pas créer des situations ambiguës. Enfin, il n’a jamais été question pour les croyantes de mettre une burqa ou un voile intégral, mais Dieu leur commande simplement de couvrir leurs atours et de ne pas trop chercher à accentuer leur beauté, mais de se contenter de ce qui est visible de leur beauté naturelle. À l’époque du prophète Muhammad, les croyantes avaient un grand voile qu’elles mettaient autour d’elles pour sortir, et ce voile était une sorte de châle qui leur servait simplement à couvrir leurs atours, et non pas à couvrir leurs têtes et leurs visages comme l’interprètent à tort les musulmans. D’ailleurs, vous ne trouverez pas un seul verset dans le Coran qui prescrive aux croyantes de se couvrir la tête, mais cela est une des nombreuses inventions des musulmans.

En outrepassant les règles de Dieu, les musulmans, et surtout les plus extrémistes parmi eux, ont privé les femmes d’une partie de leurs droits que Dieu leur a octroyés, et les ont cantonnées dans les cas les plus extrêmes au rôle d’esclaves sexuelles. En agissant ainsi, les musulmans ont créé en eux une très profonde frustration, ce qui se traduit par une perversion particulièrement exacerbée dans les pays musulmans, bien plus que dans les autres pays, et qui prend la forme d’un harcèlement de rue envers les femmes poussé à l’extrême, d’un usage excessif de la pornographie, et de la prolifération des actes de perversion et des pratiques sexuelles clandestines au sein de leurs sociétés.

En ce qui concerne la façon de s’habiller, la véritable règle de Dieu est pleine de justice et de bon sens, et il n’y a pas une tenue dite “religieuse” à porter que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, mais simplement, Dieu nous commande de nous habiller selon le code vestimentaire en vigueur dans notre pays de résidence, tout en demeurant dans les limites de la décence. Dieu n’a jamais prescrit aux hommes le port de la jellâba, ni aux femmes le port du voile intégral, mais plutôt de s’habiller comme tout le monde s’habille et de respecter autant que possible les coutumes locales, tout en respectant les limites qu’Il a imposées. Sachant que la décence se traduit avant tout dans l’attitude, et que le meilleur des habits est celui de la piété, comme cela est dit dans un autre verset du Coran. Et, quant à la façon de s’habiller, ce qui compte avant tout, c’est d’éviter les extrêmes, et de ne pas accorder à ce sujet plus d’importance qu’il ne devrait en avoir, comme le font les musulmans, attirant sur eux les foudres des autres partout où ils se trouvent.

Dieu commande aux croyants de ne pas offenser le prophète, et cela s’applique également à tous ses messagers, ce qui signifie qu’il ne faut pas les outrager en tenant à leur égard des propos injurieux, ou user d’un langage trop familier avec eux, mais de leur parler avec le respect et la révérence qu’ils méritent, et de rester dans la réserve avec eux et de les laisser prendre l’initiative. Quant aux femmes des messagers, de par leur lien particulier avec eux, elles deviennent aussi sacrées que ne le sont les messagers eux-mêmes du fait qu’ils soient les représentants de Dieu, et aucun croyant n’a donc le droit de les offenser ou de chercher à se marier avec elles après eux, car cela constituerait un péché impardonnable aux yeux de Dieu.

Les bons croyants dont Dieu veut entrainer le cœur vers la piété, sont ceux qui interagissent avec ses messagers avec le plus grand des respects, non pas parce qu’ils les placent au-dessus d’eux, mais parce qu’ils sont les représentants de Dieu, et c’est donc avant tout pour Dieu qu’ils leur expriment ce respect, et aussi parce qu’ils le méritent de par leur comportement irréprochable en tous points et pour tout le bienfait qu’ils font pour eux. Ils ne doivent pas dépasser les limites en se montrant trop entreprenants avec eux, car ils les mettraient dans une position inconfortable, les obligeant à dire des choses qu’ils n’ont pas forcément envie de dire, le mieux étant que les gens comprennent les choses directement par eux-mêmes sans qu’on n’ait rien à leur dire. Enfin, quand les croyants ont un entretien privé avec les messagers de Dieu, s’ils sont pieux, ils doivent alors faire une aumône à un pauvre, afin de remercier Dieu pour leur avoir apporté la réponse à leurs questions à travers ses messagers, et pour qu’ils multiplient leurs chances de guérison.

33:54 Que vous divulguiez une chose ou que vous la cachiez, sachez que Dieu a la connaissance de toute chose.

Dieu sait absolument tout, et nous tient rigueur autant pour ce que nous montrons extérieurement que pour ce que nous gardons caché à l’intérieur de nous-mêmes. Ceux qui gardent à l’intérieur d’eux-mêmes des choses cachées ne dupent en rien Dieu, et ils devront également rendre compte pour ces choses là. Il est donc inutile de chercher à vous cacher de Dieu et de son messager, car Dieu lit en vous et en informe son messager, mais ouvrez-vous plutôt à eux en toute transparence et sincérité, et alors vous obtiendrez votre guérison. Car, sans confiance de part et d’autre, rien n’est possible, et de façon générale, cela s’applique aussi à toutes vos autres relations. Ayez des relations sincères et honnêtes avec tout le monde, et ainsi vous vivrez avec la conscience tranquille de celui qui n’a rien à cacher. Quelqu’un de vraiment bien, c’est quelqu’un qui est un homme de bien avec tout le monde, aussi bien avec Dieu et son messager, qu’avec les autres, les croyants comme les non croyants, les gens proches comme les inconnus, en privé comme en public, à l’intérieur de lui-même comme à l’extérieur, une seule et même bonne personne intègre, la même personne qui est connue de Dieu.

33:55 Nul reproche ne peut leur être fait quand il s’agit de leurs pères, fils, frères, fils de leurs frères, fils de leurs sœurs, amies, ou esclaves. Craignez donc Dieu ! Car, Dieu est témoin de toutes choses.

Les femmes du prophète, de même que les femmes des croyants en général, peuvent se présenter en tenue de maison et agir familièrement quand il s’agit des personnes énumérées dans cette liste. Dieu insiste à la fin de ce verset en demandant aux femmes du prophète de Le craindre, car il n’y a vraiment que la crainte de Dieu qui puisse dissuader un croyant de transgresser les règles. Nul besoin de s’épier mutuellement ou de mettre en place une police de la religion, comme cela est le cas dans tous les pays musulmans, car ce ne sont pas les hommes que les croyants doivent craindre, mais plutôt Dieu. C’est donc avant tout la crainte de Dieu qui doit être cultivée auprès des croyants, et non pas la crainte des hommes. Car, celui qui ne craint pas Dieu, qu’on le surveille ou non, pourra toujours trouver un moyen de contourner les règles de Dieu, et tout ce que l’on fait sous la contrainte n’a de toute façon aucune valeur. S’espionner mutuellement n’apporte donc rien de bon, mais ne sert plutôt qu’à augmenter la suspicion des gens les uns vis à vis des autres, et c’est généralement les gens qui n’ont rien à se reprocher qui en pâtissent le plus. Ceux qui optent pour la coercition obtiennent le résultat inverse à celui qu’ils espéraient, tandis que le bon conseil, la pédagogie, et le fait de servir soi-même de modèle en montrant le bon exemple, produisent de bien meilleurs résultats, mais c’est là quelque chose qui est complétement contrenature pour les sectaires et les extrémistes religieux, car eux-mêmes ne comprennent que par la force. Chacun doit donc apprendre à s’occuper de son propre cas, et pour ce qui est du cas des autres, Dieu suffit amplement comme témoin, car Dieu est témoin de toutes choses. La religion est avant tout une affaire personnelle qui ne regarde que l’individu et son Créateur, et il ne doit donc y avoir aucune contrainte dans ce domaine comme cela est clairement dit dans le Coran : “nulle contrainte en religion”. Ne pas obéir à cette règle de base a été à l’origine de bien des malheurs toutes époques confondues, et a davantage incité les hommes à s’éloigner de Dieu plutôt qu’à les En rapprocher, ce qui montre bien que tout ce qui relève de la contrainte vient en réalité du Diable, tandis que Dieu, Lui, préconise plutôt le bon conseil et le libre arbitre, autrement, Il nous aurait directement créé sous forme de robots sans nous donner la possibilité de faire nos propres choix.

33:56 Assurément, Dieu et ses anges prient pour le prophète. Ô vous qui avez cru ! Priez pour lui et livrez-vous à lui totalement.

Les musulmans traduisent la fin de ce verset par “Priez sur lui et adressez-lui vos salutations”, d’où la formule que les musulmans prononcent à chaque fois qu’ils mentionnent le nom du prophète Muhammad : “SAW” ou “Sallalahou ‘Alayhi Wasallam” ou “Que la paix et le salut soient sur lui”. Or, ce n’est pas du tout cela qui est commandé dans ce verset, mais plutôt de se livrer totalement au prophète Muhammad, en s’ouvrant totalement à lui, en ne lui opposant aucune résistance, et en obéissant à tous ses ordres, sachant que c’est Dieu qui opère à travers lui. Comme toujours, les musulmans focalisent sur la forme et ne comprennent strictement rien au fond. En effet, les musulmans pensent obéir à Dieu et honorer le prophète Muhammad en prononçant cette formule qu’ils répètent sans réfléchir et qui est devenue totalement vide de sens dans leurs bouches. Alors que ce que Dieu leur commande vraiment dans ce verset, c’est plutôt de prier pour lui afin qu’il puisse remplir sa mission avec succès, et de se livrer à lui afin d’obtenir leur propre guérison.

L’ordre de prier pour le prophète Muhammad contenu dans ce verset concerne donc avant tout les croyants qui ont vécu à son époque, car il en allait de leur propre intérêt que le prophète puisse achever sa mission, et aussi pour le remercier de tous les efforts qu’il consent pour eux. Bien évidemment, les croyants d’aujourd’hui peuvent continuer à prier pour le prophète Muhammad pour le remercier de nous avoir transmis le Coran, cela n’est absolument pas interdit, et c’est même là quelque chose qui est recommandé. Mais, il n’y a strictement aucune obligation à le faire à chaque fois qu’on prononce son nom comme le font les musulmans, ce qui les concernant, relève davantage de l’idolâtrie plus qu’autre chose. Les croyants peuvent prier pour le prophète Muhammad, au même titre qu’ils prieraient pour n’importe quel autre messager de Dieu, pour les remercier pour leur contribution au plan global de Dieu. En ce qui concerne notre génération d’aujourd’hui, les croyants doivent plutôt prier pour moi en priorité, car je suis le messager que Dieu leur a envoyé, et il en va donc de leur intérêt que je puisse mener à bien ma mission jusqu’au bout, et aussi pour me remercier de tous mes efforts, qui en fin de compte ne profitent qu’à eux. Comme cela est commandé dans ce verset, livrez-vous donc totalement à moi et vous réussirez, car en vous livrant à moi, vous vous livrez en réalité à Dieu.

33:57 Ceux qui offensent Dieu et son messager, Dieu les a maudits à la fois dans ce monde ici-bas et dans l’au-delà, et Il a réservé pour eux un châtiment avilissant.

Ceux qui ne trouvent rien de mieux à faire que de s’en prendre à Dieu et à ses messagers, et aujourd’hui ils sont de plus en plus nombreux, ceux-là, Dieu les a maudits, et quoiqu’ils fassent, ils ne réussiront jamais, ni dans cette vie ni dans l’au-delà. En effet, en cette époque de la fin des temps que nous vivons, c’est devenu très tendance de se moquer de Dieu et de ses messagers, et chacun y va de sa petite moquerie, comme pour montrer que cela fait bien longtemps qu’il ne croit plus en eux. Ces grands égarés pensent que parce que Dieu ne leur répond pas d’une façon qui est visible pour eux, qu’ils peuvent continuer impunément leurs moqueries, alors que Dieu a en réalité un plan de longue haleine contre eux, de sorte que jusqu’au tout dernier moment, ils demeurent dans leur injustice et égarement sans voir le châtiment arriver sur eux. Ceux qui m’injurient ou qui se moquent de moi, le messager de Dieu, en paieront un lourd prix à la fois dans cette vie et dans l’au-delà. Ces gens-là ont très mal choisi qui prendre pour victimes, mais montrent surtout à quel point ils sont des gens vils pour n’avoir trouvé rien de mieux que de se moquer de celui qui est l’envoyé de Dieu, et qui a un comportement digne et exemplaire en tous points, et qui ne dit que le bien et la vérité.

33:58 Et, ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils n’aient rien fait pour le mériter, se rendent coupables d’une calomnie et d’un péché incontestable.

Les croyants sont les bien-guidés de Dieu et sont ceux qui ont un comportement exemplaire à tous points de vue. Il faut donc particulièrement être mauvais pour choisir d’entre tous les gens, spécialement les croyants, pour en faire la cible de leurs moqueries. Il n’y a pas d’injustice plus flagrante que de s’en prendre sans raison à l’innocent, à celui qui fait le bien et qui dit la vérité. Ceux qui ont choisi les croyants pour en faire leur cible de prédilection ont très mal choisi leur cible, car Dieu est le protecteur des croyants, et ces gens-là ne peuvent donc s’attendre qu’à un grand malheur qui les frappe eux et leur famille. 

33:59 Ô prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de rabattre sur elles leurs grands voiles, cela permettra qu’on les reconnaisse d’autant plus facilement, et ainsi, qu’on ne les importune pas. Et, Dieu est Grand-Pardonneur, Tout-Miséricordieux.

Voilà donc le verset sur lequel les musulmans se basent pour justifier le port du voile. Or, rien dans ce verset ne dit que les femmes croyantes doivent mettre quelque chose sur la tête, mais ce qui est simplement dit, c’est qu’elles doivent rabattre leurs grands voiles sur elles, sans précision aucune, et cela n’est certainement pas un oubli de Dieu. Les musulmans les plus extrémistes comme les talibans, les wahabites, les salafistes, les membres de l’Etat Islamique ou d’Al Quaida, ont l’interprétation la plus radicale de ce verset, et l’interprètent comme l’obligation pour les femmes à porter le voile intégral, à savoir de se couvrir la tête, le visage, et certains poussent le bouchon jusqu’à dire qu’il faut également qu’elles se couvrent les yeux, les obligeant à placer une grille devant leurs yeux, ce qui est le comble de l’absurde et montre clairement que toutes ces règles ne peuvent en aucun cas provenir de Dieu. Le “khimar” ou grand voile, qui est mentionné dans ce verset, est un accessoire vestimentaire bien connu chez les Anciens Arabes, et ce qui est commandé aux femmes croyantes est simplement de le rabattre sur elles, ce qui consiste à envelopper leurs corps avec. En effet, rien dans la tournure employée, “rabattre sur elles leurs grands voiles”, ne laisse entendre qu’elles doivent obligatoirement le remonter sur la tête ou se couvrir avec le visage, autrement, Dieu l’aurait exprimé de manière claire. Le grand voile ou khimar, tel que désigné dans ce verset du Coran, est ce grand tissu que les femmes du temps des Anciens Arabes mettaient sur leurs vêtements de maison quand elles voulaient sortir sans attirer l’attention sur elles, elles l’enveloppaient parfois juste autour de leurs corps, parfois elles le remontaient aussi sur leurs têtes, il n’y avait pas de règles précises à ce sujet, et cela dépendait du but qu’elles recherchaient. Cet accessoire vestimentaire ne peut en aucun cas être assimilé au kihmar islamique d’aujourd’hui, qui est ce petit carré de tissu uniquement destiné à couvrir la tête. Le but recherché avec ce qui est prescrit dans ce verset, c’est que les croyantes masquent leurs formes, et le khimar des Anciens Arabes fait bien l’affaire. Mais, cet accessoire vestimentaire n’est pas forcément d’usage dans toutes les époques et dans toutes les cultures, et les femmes croyantes qui cherchent à plaire à Dieu doivent donc s’adapter en portant simplement un vêtement qui remplisse la même fonction, comme par exemple une veste ou une tunique par dessus les vêtements qui les tiennent au corps.

Dieu rappelle à la fin de ce verset qu’Il est Grand-Pardonneur et Tout-Miséricordieux, pour bien montrer qu’Il n’est pas ce Dieu dur et intransigeant, tel que le dépeignent ces horribles personnages que sont les extrémistes religieux, mais qu’Il est parfaitement conscient de ce besoin de coquetterie qui existe chez toutes les femmes, et se montre indulgent envers elles en leur laissant une certaine marge de manœuvre quant à leur façon de s’habiller, tant qu’elles restent raisonnables, en sachant que le meilleur des habits pour elles demeure celui de la piété.

Les musulmans défendent le port du voile, car pour eux c’est avant tout une affaire d’identité, et parce que beaucoup de femmes musulmanes portent le voile pour se distinguer des autres femmes et pour se sentir spéciale, alors qu’à côté de cela, elles ne font rien pour améliorer leur attitude. En effet, porter le voile pour une femme ne fait pas forcément d’elle une bonne personne, mais ce qui fait d’elle une bonne personne, que ce soit en regard de Dieu ou des autres, c’est de bien se comporter selon les règles de Dieu, d’être pudique dans son attitude et de baisser le regard quand elle croise les hommes, et d’être habillée décemment sans chercher à attirer l’attention sur elle. Le fait que les musulmans désobéissent à Dieu en ayant rendu obligatoire le port du voile aux femmes, est source pour eux de nombreux problèmes, et cela, dans tous les pays du monde. Le fait de s’habiller différemment des autres crée forcément une barrière infranchissable entre eux et les autres, ce qui n’a jamais été la volonté de Dieu, car ce que Dieu veut vraiment, c’est de lever les barrières entre les hommes plutôt que d’en ériger de nouvelles. Dieu veut que ses serviteurs soient parfaitement intégrés et appréciés dans toutes les sociétés où ils se trouvent, et qu’ils renvoient aux autres une bonne image de Lui et d’eux-mêmes, et cela passe d’abord par le respect des autres et le fait d’être discrets. Le bon croyant est celui qui se distingue avant tout par sa bonne attitude, et non pas par sa façon de s’habiller ou par le fait de mettre en avant sa religion. Les musulmans font tout le contraire, et mettent un point d’honneur à mettre en avant leur religion partout où ils se trouvent, et tout comme les juifs orthodoxes, créent des ghettos et ne se mélangent pas aux autres, et de par leur différence vestimentaire et leurs innombrables fausses règles, aussi compliquées à mettre en œuvre qu’incompréhensibles pour les autres, créent un fossé qui ne donne pas envie aux autres d’aller vers eux ni de leur exprimer leur sympathie. En effet, qui aurait envie d’aller vers celui qui a une apparence patibulaire, et qui ne veut pas se mélanger aux autres, et qui prend tous les gens de haut, les considérant comme des impies et se considérant lui-même comme un saint, tout en étant quelqu’un de très mauvais, vivant dans l’assistanat et créant des problèmes à tout le monde ? Personne n’a envie de ces gens-là ! Voilà donc pourquoi les musulmans, les juifs orthodoxes, et tous ceux qui agissent comme eux, sont unanimement rejetés et détestés partout où ils sont. 

Les musulmans et tous les extrémistes de leur espèce croient plaire à Dieu en agissant ainsi, or c’est tout l’inverse qu’ils ont réussi à faire, car s’ils veulent vraiment plaire à Dieu, il faudrait alors qu’ils se comportent comme Dieu leur a vraiment prescrit dans ses livres, et qu’ils tiennent compte de ses rappels à l’ordre et des critiques des autres, autrement, ils continueront à être persécutés partout où ils se trouvent, et finiront par être totalement exterminés par Dieu, comme l’ont été les juifs avant eux. Cela a en réalité déjà commencé avec la guerre de l’occident contre l’islam, et le pire pour eux reste encore à venir, à l’image du massacre des juifs quand ils se sont révoltés contre les romains, car ces gens-là n’écoutent pas et persistent invariablement dans leur injustice.

33:60 Pour sûr, si les hypocrites, ceux qui ont une maladie dans le cœur, et les fauteurs de troubles à Médine ne cessent pas [leurs mauvais agissements], Nous te monterons alors contre eux, et en ce cas, les jours qu’ils y passeront encore auprès de toi sont comptés.

Si Dieu incite le messager et les croyants contre les criminels, alors cela veut dire que Dieu veut leur fin. En effet, la règle de Dieu a toujours été de donner la victoire à ses serviteurs, et ce, quel que soit leur ennemi, tout comme autrefois cela a été le cas avec les ennemis d’Israël, avant qu’ils ne subissent la malédiction de Dieu sur eux. La moindre des choses pour les criminels, c’est de se faire tout petits, mais à cause de leur immense injustice, ils ne veulent pas s’en tenir là et tirent la corde jusqu’au bout en ne cessant jamais de vouloir provoquer Dieu, son messager, et les croyants, jusqu’à subir la colère de Dieu, et finir totalement désintégrés.

33:61 Maudits qu’ils sont, où qu’ils se trouvent, ils seront capturés et mis à mort impitoyablement.

33:62 Telle est la Règle de Dieu appliquée à toutes les précédentes générations, et tu ne trouveras aucun changement dans la Règle de Dieu.

Dieu a maudit ceux qui prennent les croyants pour ennemis, et Dieu incite contre eux, pas seulement les croyants, mais aussi les autres, de sorte qu’ils soient exterminés de la pire des manières partout où ils se trouvent, telle est la règle de Dieu appliquée à toutes les précédentes générations, et qui s’applique également à la notre. N’ayez donc aucune crainte de ceux qui nous prennent pour ennemis du fait de nos croyances, car leur mal ne nous atteindra jamais, et c’est Dieu Lui-Même qui se chargera directement d’eux. Craignez plutôt Dieu en Lui obéissant du mieux que vous pouvez, et ne cédez devant personne ni dans aucune situation, et Dieu se chargera du reste pour vous.

33:63 Les gens t’interrogent au sujet de l’Heure, dis : « Dieu Seul en a la connaissance. Et, qui sait ? Il se peut bien que l’Heure soit toute proche. »

Il n’y a que ceux qui ne croient pas en l’au-delà qui sont persuadés que l’Heure n’arrivera pas, ou du moins pas de leur vivant. Alors que les vrais croyants ont leurs bagages prêts à chaque instant, et se disent tous les jours que Dieu pourrait très bien la manifester à tout moment. Dieu Seul connaît sa date précise, mais Dieu nous la cache à peine, car ses signes avant-coureurs sont visibles de tous, et il n’y a pas un jour sans qu’il ne se passe un événement qui nous montre qu’elle est désormais toute proche. Le seul fait que moi, l’ultime messager et avertisseur de Dieu, sois là à vous avertir de sa venue fait incontestablement partie de ses grands signes.

33:64 Dieu a assurément maudit les négateurs et leur a réservé une Fournaise,

33:65 où ils demeureront pour l’éternité, sans trouver ni allié ni secoureur.

33:66 Le jour où leurs visages se tordront dans tous les sens dans le Feu, ils diront : « Si seulement nous avions obéi à Dieu et obéi au messager. »

33:67 Et, ils diront : «  Seigneur ! Nous avons obéi à nos dirigeants et à nos dignitaires, mais ils nous ont égarés du [droit] chemin.

33:68 Seigneur ! Double leur châtiment et frappe-les de la plus grande des malédictions. »

Les gens de l’Enfer ont pour principe commun qu’ils comptent toujours sur autre que Dieu, à savoir sur eux-mêmes, sur leurs gouvernements, dirigeants, dignitaires, armées, concitoyens, clans, tribus, familles, science, technologie, ou sur la venue d’un hypothétique Messie ou Sauveur autre que Dieu. Mais, viendra un jour fatal pour eux où tout ce sur quoi ils comptaient auparavant leur fera faux bond, et ils se retrouveront alors tout seuls, totalement livrés à eux-mêmes, sans aucun allié, ni protecteur, ni sauveur, et ce jour-là, rien ne pourra les sauver de Dieu. Car, Dieu est le seul et unique vrai Protecteur, Allié, et Sauveur, et ceux qui misent sur autre que Dieu, n’ont en réalité ni protecteur, ni allié, ni sauveur, mais cela, ils ne le savent pas encore. Aujourd’hui, les égarés pensent être les alliés les uns des autres du fait qu’ils partagent la même façon de voir les choses, et ils sont rassurés par le fait d’être nombreux à penser la même chose, mais cela ne changera rien au fait qu’ils finiront tous perdants, et ce jour-là, ils deviendront les pires ennemis les uns des autres et se maudiront mutuellement, comme cela est relaté dans ces versets.

N’attendez pas de brûler en Enfer pour avoir des regrets comme les gens qui sont cités dans ces versets, mais prenez dès maintenant Dieu pour seul et unique Allié, Guide, Sauveur, et Protecteur, et engagez-vous sur sa voie, celle que je vous préconise, moi son messager, et vous vous appuierez alors sur ce qu’il y a de plus solide dans cet Univers, à savoir Dieu, sans aucune crainte qu’Il ne vous fasse faux bond. Vous devez donc prendre, seuls, vos responsabilités, et vous engager, seuls, sur la voie de Dieu, car il n’existe aucune autre façon de sortir vainqueur de cette épreuve terrestre, sachant que c’est en réalité une épreuve individuelle et non pas collective. Si vous misez sur Dieu seul, en ce cas, vous pouvez encore espérer être sauvés, mais si vous continuez à miser sur autre que Dieu, alors vous pouvez d’ores et déjà être certains de votre future défaite. Tant que vous compterez sur les autres, sur vos sectes que vous appelez religions, sur vos dirigeants, sur vos gouvernements, sur vos faux sauveurs que sont le Messie, le Mahdi, ou le Christ, vous demeurerez totalement vulnérables, et dans l’égarement le plus complet. Il faut absolument vous jeter à l’eau maintenant, car ce Titanic à bord duquel plus de 99% des gens de ce monde se sentent aujourd’hui en sécurité, est en réalité sur le point de sombrer, emportant avec lui tout ce qui est à son bord. Sautez dès maintenant de ce grand bateau du Diable faussement rassurant qu’est l’illusion de cette vie terrestre, et Dieu vous sauvera de la noyade et vous amènera à bon port, demeurez à son bord en pensant que vous êtes en sécurité, et préparez vous à une destruction aussi violente qu’inattendue, suivie de l’Enfer pour l’éternité.

33:69 Ô vous qui avez cru ! N’imitez pas ceux qui ont causé du tort à Moïse, Dieu l’a alors innocenté de ce qu’ils ont dit [sur lui]. Et, il est toujours autant apprécié de Dieu.

Dieu invite les musulmans à ne pas faire avec le prophète Muhammad, comme les juifs avaient fait avant eux avec Moïse, à savoir de ne pas demander de détails là où le prophète n’en donne pas, mais de se contenter de ce qu’il leur prescrit, de ne pas mettre en doute sa parole, et de ne pas forger de mensonges sur lui. Mais, les musulmans ont fait tout le contraire, en reproduisant au détail près avec le prophète Muhammad le même mauvais comportement que les Enfants d’Israël avaient eu avec Moïse. En effet, les musulmans n’ont eu de cesse de demander toujours plus de détails au prophète Muhammad alors que les versets du Coran sont suffisamment clairs, ce qui a eu pour seul résultat de leur rendre la vie plus compliquée et d’accroître leurs doutes. Les musulmans ont forgé sur le prophète Muhammad d’innombrables mensonges à travers les hadiths, qu’ils appellent sous le nom très trompeur de “tradition orale du prophète”, exactement comme les Juifs avaient fait avec Moïse à travers le Talmud, qu’ils ont appelé sous le nom de “tradition orale de Moïse”. Dieu a innocenté Moïse des mensonges que les juifs avaient forgé en son nom, de même, Dieu a innocenté Muhammad de toutes les inventions que les musulmans lui ont attribuées, et qu’ils continuent encore de lui attribuer. Moïse, comme Muhammad, comme Jésus, sont totalement innocents de tous les mensonges que les juifs, musulmans, et chrétiens ont forgé en leur nom après leur mort, et ils sont toujours autant appréciés de Dieu. Ceux qui causent aujourd’hui le plus de tort au prophète Muhammad, et de loin, ne sont autres que les musulmans, du fait qu’ils aient désobéi à toutes ses instructions et qu’ils ont inventé sur lui tous ces mensonges ignobles. Jusqu’à son dernier serment ayant précédé sa mort, le prophète Muhammad n’a jamais eu de cesse de commander aux musulmans de ne suivre que le Coran, et de ne surtout pas garder trace écrite de ses “hadiths”, étymologiquement “ses paroles”, et de ne pas faire de la religion un sujet de division, et de ne pas adopter les idoles. Mais, au lieu de suivre les claires instructions qu’il leur avait laissées, il n’a pas fallu bien longtemps après sa mort pour que les musulmans fassent exactement le contraire de tout ce qu’il leur avait commandé, en adoptant les hadiths à la place du Coran, en faisant de la religion un sujet de division, créant la première grande division entre chiites et sunnites, et ce n’était là que le début de leurs divisions, jusqu’à aboutir à ce nombre incroyable de sectes que l’on connait aujourd’hui dans l’islam. Et, autre transgression, et pas des moindres, a été d’avoir restauré le culte des idoles, en faisant du prophète Muhammad la plus grande de leurs idoles, lui vouant un véritable culte aux côtés de Dieu, et en érigeant ses compagnons, les grands savants de l’islam, et leurs grands prêcheurs en autant de nouvelles idoles pour eux. Les musulmans ne valent donc pas mieux que leurs alter ego juifs et chrétiens, et au même titre qu’eux, ne sont guère plus que des sectaires et des idolâtres, et n’ont plus rien à voir avec la définition du croyant selon la doctrine pure monothéiste d’Abraham, celle-là même que les prophètes Muhammad, Moïse, et Jésus, leur avaient initialement enseigné.

Pour vous illustrer le grand mensonge et égarement des hadiths, et pour que vous puissiez voir à quel point ils déforment le sens du Coran, je vous ai reproduit cet extrait d’Ibn Kathir contenant l’interprétation donnée par les hadiths à ce même verset. 

“En interprétant ce verset, Abou Houraira rapporte que le Messager de Dieu a dit: «Moïse -que Dieu le salue- était un homme très pudique et qui aimait toujours se couvrir le corps. Un jour se trouvant seul, il se dévêtit, mit ses habits sur une pierre et se lava. Quand il eut achevé et qu’il s’avança vers ses vêtements pour les prendre, la pierre se mit à courir en les emportant jusqu’à arriver tout près de quelques-uns de Bani Israël qui purent le voir nu et constatèrent qu’il est le plus beau des êtres créés par Dieu. C’est ainsi que Dieu le lava des calomnies répandues contre lui. La pierre s’arrêta, Moïse récupéra ses vêtements, s’habilla et commença à frapper la pierre. Par Dieu, à la suite de ces coups, on peut trouver sur elle trois ou quatre ou même cinq traces. Tel est le sens des dires de Dieu: «O croyants, n’imitez pas ceux qui ont calomnié. Allah l’a lavé de leurs injures. Moïse était apprécié par Allah».

A savoir que les fils d’Israël avaient dit que Moïse était atteint d’une varicocèle (une sorte de hernie ombilicale). Abdullah Ben Mass’oud rapporte: «Un jour le Messager de Dieu – qu’Allah le bénisse et le salue- partagea le butin. Un homme des Ansariens se leva et dit: « Voilà un partage qui est fait sans vouloir la satisfaction de Dieu ». Je lui dis: « O ennemi de Dieu, je vais transmettre tes propos au Messager de Dieu -qu’Allah le bénisse et le salue-». Une fois le Prophète -qu’Allah le bénisse et le salue- mis au courant, son visage s’empourpra et dit: «Que Dieu fasse miséricorde à Moïse, on l’a calomnié par des propos plus durs que cela et il patienta».” Extrait d’Ibn Kathir

Ai-je vraiment besoin de commenter ces inventions invraisemblables auxquels croient les musulmans, et qu’ils osent attribuer au prophète Muhammad et considérer comme seule interprétation possible du Coran ? Toujours ce même Abou Houraira qui ne cessera jamais de nous étonner, mais il y a encore bien plus étonnant, c’est comment les musulmans peuvent donner crédit à des mensonges aussi grotesques, sachant que les hadiths ne manquent pas de ce genre d’histoires aussi invraisemblables que stupides.

Les musulmans, tout comme les juifs, n’ont jamais compris que la religion était une affaire personnelle, et non pas politique ou communautaire, et que chacun est libre de choisir pour lui-même la voie qu’il veut prendre sans que personne n’ait rien à lui dire. Juifs, comme musulmans, ont suivi le même chemin d’égarement en faisant de la religion une affaire d’Etat, imposant ainsi par la force leur vision sectaire et erronée sur les autres, alors que la religion et la politique sont deux choses très différentes et ne doivent surtout pas être confondues. En effet, la première concerne uniquement l’individu et son Créateur, et nul n’a le droit de s’immiscer dans cette relation, tandis que la deuxième, à savoir la politique, sert à faire cohabiter les hommes entre eux, pour qu’ils puissent tous vivre en paix indépendamment de leurs croyances. Mélanger religion et politique, comme le font les juifs et les musulmans à travers l’instauration de leur théocraties, est donc absolument contrenature, et ne peut donc aboutir qu’à une catastrophe.

Le résultat ne s’est pas fait attendre : Dieu a abattu sur les juifs et les musulmans plus forts qu’eux, en incitant contre eux de grandes puissances militaires pour les mettre à genou, et leur retirer leur pouvoir politique dont ils se servaient pour imposer leur fausse vision de la religion sur les autres. Vous constaterez que toutes ces grandes puissances, que ce soit les Babyloniens, les Romains, ou l’Empire Occidental, avaient pour point commun de respecter la liberté de culte et n’imposaient pas la religion par la force. Concernant les juifs, Dieu leur a d’abord envoyé les Babyloniens pour détruire leur temple, symbole de leur autorité religieuse, et pour les réduire à l’esclavage en guise de châtiment pour leurs transgressions, puis Dieu les a ensuite laissés reprendre leur autonomie afin de voir s’ils avaient changé, mais ils sont immédiatement retournés dans leurs travers. Dieu leur a donc cette fois-ci envoyé les Romains pour détruire à nouveau leur Temple qu’ils avaient reconstruit entre-temps, pour leur confisquer leurs terres, et pour exterminer une grande partie d’entre eux, et dispersez les rares survivants à travers le monde afin qu’ils errent sans fin, persécutés et détestés de tous partout où ils allaient, du fait qu’ils n’ont jamais cesser de reproduire encore et encore les mêmes injustices. Dieu a prédit, parmi les signes de la fin des temps, que les juifs retrouveraient une toute dernière fois leur autonomie en retournant sur leurs terres et en reconstruisant leur temple, et qu’ils commettraient alors les pires injustices qu’ils n’aient jamais commis auparavant, avant d’être définitivement exterminés, excepté les bons croyants parmi eux. Cette prédiction a été réalisée en partie avec la création de l’Etat d’Israël en 1948, et elle est sur le point de s’achever avec la construction de leur troisième temple qui est en cours. Une fois que sa construction sera terminée et que leur (faux) Messie viendra, Dieu les rasera définitivement de la surface de la terre, et on n’entendra alors plus jamais parler des Enfants d’Israël en tant que peuple.

Inutile de vous en faire le détail, mais l’histoire des musulmans est à s’y méprendre la même que celle des juifs. Cela fait maintenant des siècles que Dieu a abattu l’empire occidental sur le monde musulman, colonisant leurs terres et les réduisant à un état de quasi esclavage, Dieu leur a ensuite redonné un semblant d’autonomie en leur accordant leur indépendance, mais ils n’ont pas su en profiter et ont fait encore pire quand quand ils étaient sous tutelle, et sont demeurés exactement dans la même injustice en cherchant toujours à restaurer leur califat, en vue d’imposer leur fausse religion sur le monde entier. Dieu va leur donner ce califat à travers l’imposteur qu’est l’Imam Mahdi, avant de les rayer définitivement de la carte, au même titre que les juifs, excepté les croyants sincères parmi eux.

33:70 Ô vous qui avez cru ! Craignez Dieu et soyez droits dans vos propos.

33:71 Ainsi, Il rendra meilleures vos œuvres et vous pardonnera vos péchés. Et, quiconque obéit à Dieu et à son messager a remporté la plus grande des victoires.

Dieu commande aux croyants de Le craindre, car la crainte de Dieu est la clé de la réussite. La crainte de Dieu va de pair avec le fait d’avoir une parole juste, à savoir de ne prononcer que la vérité en toutes circonstances, et d’être juste dans ses propos, et de ne surtout pas se laisser emporter par ses émotions. Ceux qui sont habités par la crainte de Dieu et qui sont droits dans leurs propos, Dieu rendra leurs œuvres meilleures, en leur inspirant d’agir toujours mieux, et leur pardonnera tous leurs péchés. La plus grande des victoires pour un croyant est d’arriver à obéir à Dieu et son messager sans ressentir la moindre gêne à le faire, car cela signifie qu’on a atteint le bon comportement et qu’on a la bonne façon de percevoir les choses. Ceux qui croient en moi avec certitude et qui m’obéissent comme s’ils obéissaient à Dieu, du fait que je sois son messager, sont ceux qui ont atteint l’objectif final du croyant, alors que les autres doivent encore travailler sur eux-mêmes pour atteindre ce degré de foi.

33:72 Nous avions proposé la charge aux cieux, à la terre, et aux montagnes, mais ils refusèrent de la porter et en eurent peur, alors que l’homme accepta de l’assumer. Assurément, il a toujours été extrêmement injuste et extrêmement ignorant.

Avant de la proposer aux hommes, Dieu avait proposé la “charge” aux cieux, à la terre, et aux montagnes, ce qui consiste à décider tout seul de ses propres choix et d’en assumer les conséquences. Mais, malgré leur immense puissance, savoir, et grandeur, comparés aux hommes, ils ont refusé d’assumer une telle responsabilité, conscients de son extrême difficulté. Accepter la charge ne consiste pas seulement à faire ses propres choix, mais aussi, et surtout, d’en assumer les conséquences, à savoir qu’en cas d’échec, c’est le châtiment de Dieu qui nous attend, la damnation éternelle, le feu de l’Enfer pour l’éternité. Une telle mission est aussi difficile que de confier à un enfant les commandes d’un avion de chasse, si ce n’est plus. Les cieux, la terre, et les montagnes étaient suffisamment habités par la crainte de Dieu pour la décliner, craignant de subir le châtiment de Dieu, et conscients de l’extrême difficulté d’une telle tâche. Tandis que l’homme s’est empressé d’accepter cette responsabilité sans réfléchir, pensant que c’était là une chose facile, et pressé de prendre son indépendance par rapport à Dieu, ce qui est extrêmement ignorant de sa part, et surtout très très injuste envers Dieu. En effet, il est très injuste pour l’homme de vouloir s’affranchir de Dieu, alors que Dieu ne lui a fait que du bien, et qu’il Lui doit absolument tout. Ce choix démontre aussi la grande ignorance de l’homme, à l’image d’un enfant en bas âge qui déciderait de quitter le domicile parental alors même que ses parents lui apportent tout, et surtout, alors même qu’il est dans l’incapacité totale de s’assumer tout seul, et n’est absolument pas conscients de toutes les difficultés de la vie.

On mesure tous aujourd’hui l’extrême difficulté de tenir la barre pour demeurer dans la voie de Dieu, sachant que nous sommes tous habités par une maladie mortelle, qui est celle du péché qui nous habite. C’est une lutte permanente qu’on doit mener contre nos propres mauvais penchants pour faire malgré tout le choix de Dieu alors que notre âme ne cesse de nous pousser au contraire. Nous vivions auparavant bien confortablement dans les cieux, et Dieu nous apportait tout sur un plateau sans qu’on n’ait aucun effort à fournir, mais nous avons choisi de quitter ce grand luxe et confort pour nous gérer nous-mêmes, ce qui nous a conduit à cette vie de dur labeur, d’extrêmes difficultés, et qui est jonchée de malheurs, nous condamnant nous-mêmes à mort du fait du péché que nous avons commis, alors que nous étions autrefois immortels. En effet, le prix du péché est la mort, et cela nous le savions dès le départ, étant donné que Dieu nous avait bien prévenus, ce qui ne nous a pas empêché de signer pour cette folie, ce qui montre une fois de plus notre extrême ignorance et injustice.

Nous aurions pu nous éviter tout cela si nous étions restés bien tranquillement dans le sillon de Dieu, mais Dieu savait à l’avance quel allait être notre choix, et cette épreuve terrestre fait donc pleinement partie du plan que Dieu avait prévu pour nous dès le départ. La vie terrestre nous sert d’initiation pour le grand destin qui nous attend, et là je parle seulement de ceux qui reviendront vainqueurs de cette épreuve terrestre. En effet, ceux qui auront réussi cette épreuve en sortiront grandis, et bénéficieront de cette expérience unique qu’est de savoir ce que c’est que le bien et le mal, et d’en avoir goûté les conséquences, chose que les anges et les autres créatures de Dieu ne sauront jamais. Dieu a prévu pour l’homme un très grand destin, c’est pourquoi Il l’a honoré en le plaçant au-dessus de toute la création, mais pour connaître ce destin glorieux, encore faut-il sortir vainqueur de cette épreuve terrestre. C’est en prenant la mesure des véritables enjeux de cette épreuve terrestre, qu’on sera pleinement disposés à lui accorder tous les efforts qu’elle mérite, en sachant que l’autre alternative pour nous, il ne vaut mieux même pas y penser, tant elle est horrible à tous points de vue. Nous sommes donc tous dos au mur, et on n’a absolument pas le droit à l’échec, il faut donc lutter de toutes nos forces pour demeurer fidèles à Dieu malgré toutes les tentations qui nous entourent, et pour cela, il n’y a qu’une seule solution, c’est de faire preuve d’une endurance à toute épreuve et d’être habités en permanence par la crainte de Dieu.

33:73 Ceci, afin que Dieu châtie les hypocrites et les idolâtres, hommes et femmes, et pour que Dieu agrée le repentir des croyants et des croyantes. Et, Dieu est, certes, Grand-Pardonneur, Tout-Miséricordieux.

Cette épreuve terrestre sert à déterminer qui sont les vrais serviteurs de Dieu, qui méritent de sortir grands gagnants de cette épreuve terrestre et d’obtenir de Dieu une récompense exceptionnelle, et qui sont les traîtres à Dieu que sont les hypocrites et les idolâtres, et qui ne méritent rien d’autre que de brûler en Enfer pour l’éternité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s